Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area
 

 Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   Lun 14 Juil - 16:49

Depuis la veille au soir, Yasushi avait quitté leur appartement à la suite des révélations sur son passé. Un passé qu’elle savait tumultueux et si difficile à comprendre pour de nombreuses personnes. Dans le cas de Yasushi, elle ne savait nullement comment elle se devait d’interpréter son départ sachant bien entendu qu’elle n’avait été nullement très douée lorsqu’elle avait commencé à lui parler de son passé. Elle avait eu tellement à souffrir durant toutes ces années de son passé qu’en parler lui avait été résolument difficile, au point qu’elle avait dû prononcer des mots qui l’avait blessé. Sans doute n’aurait-elle pas dû parler aussi longuement de son ex petit ami, elle s’en voulait de l’avoir fait à présent mais, sur le moment elle n’avait pas pu s’empêcher de laisser son cœur parler et lui avouer la souffrance qu’elle avait subit malgré elle. Cette période de sa vie avait été si difficile à accepter qu’elle ne pouvait qu’en souffrir encore, songer à cette période de sa vie n’était nullement aisé pour elle. Cette peine qu’elle avait ressentie n’était nullement uniquement liée à lui mais, particulièrement à un enchainement d’évènements funestes depuis qu’elle avait découvert qu’elle ne partageait nullement les mêmes idéaux que l’ensemble des membres de sa famille.

La demoiselle ne cessait de penser à tout cela alors qu’elle se trouvait sur son lit, caressant son chat qui ne l’avait plus quitté depuis que Yasushi avait disparu de son appartement. La dogsuli ne savait plus vraiment quoi penser à présent, s’étant particulièrement inquiété de son départ n’ayant aucune nouvelles de sa part jusqu’à l’arrivée de cet hibou qui lui avait annoncé qu’il était parti se réfugier chez son cousin pour la nuit. Un fait qui l’avait en quelque sorte rassuré de le savoir en lieu sûr bien qu’elle ne savait nullement quoi penser en cet instant. Cherchait-il à la fuir à présent ou avait-il seulement besoin de temps pour prendre en compte tous ces éléments ? La demoiselle ne le savait nullement et son esprit ainsi malmené, celle-ci n’avait tout simplement pas dormi de la nuit si ce n’était peut-être une heure de sommeil lorsque son corps s’était trouvé épuisé par toutes ces émotions. Ainsi, la demoiselle pour tenter de reprendre ces esprits était venue prendre une douche, se changeant les idées. Elle s’était d’ailleurs changée pour vêtir un nouveau pantalon et un tee-shirt, enfilant ce même pull qui portait encore l’odeur de son petit ami, tout comme ce lit. C’était sans doute l’une des raisons qui l’emmenait à rester encore contre ce lit, tenant dans ces mains l’un des coussins de ce lit. Elle avait l’impression d’être une enfant à nouveau, attendant le retour de son cher et tendre amant. Yuuki ne cessait d’ailleurs de jeter un regard sur cette porte, n’ayant nullement pris la peine d’allumer sa petite télévision pour se changer les idées, ayant peur de ne pas attendre rapidement son petit ami arrivé par la porte.

Plus les minutes s’écoulaient, plus la demoiselle craignait la réaction de son petit ami. La dogsuli souhaitait tant venir s’excuser d’avoir été tant maladroite face à lui mais, elle ne pouvait nullement rejoindre Yasushi là où il se trouvait, chez son cousin, n’y étant jamais allé et ayant tant peur de sa réaction. C’était elle qui avait décidé de lui avouer ce passé en cette soirée, elle n’avait alors nullement à s’imposer d’une quelconque façon face à lui. Ainsi, elle ignorait bien à quelle heure il comptait rentrer mais, la demoiselle l’attendrait autant de temps qu’il le faudrait.

Ainsi, elle ne sut exactement à quelle heure il rentra exactement mais, lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir elle ne put que se redresser subitement, se lever et apparaitre dans le champ de vision de son petit ami. Celui-ci semblait être tout autant fatigué qu’elle, les traits de son visage marqués par cette nuit qui avait dû être aussi courte que le sienne.

Sans qu’elle ne puisse réellement se contrôler, la demoiselle vint tout simplement le prendre dans ces bras, collant leurs corps, venant réfugier sa tête contre sa poitrine : « Je suis désolée… » . S’excuser, la demoiselle ne voyait nullement ce qu’elle pouvait à part cela en cet instant, si désolé de l’avoir blessé la veille au soir au travers de ces mots. Elle ne savait nullement ce qu’elle pouvait dire de plus en cet instant tant son esprit était tourmenté.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Yasushi Yamada
Department member
Obsidian Bear
Je ressemble à « : Lee Seung Hyun - Model HOTBOOM ». J'ai égaré : 203 parchemins. Ma bourse est remplie de : 867 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   Lun 14 Juil - 16:50

Anxieux, il ne pouvait que l’être de retourner auprès de celle qu’il avait fuit quelques heures auparavant tant il s’était trouvé confus, déstabilisé par les révélations qu’elle lui avait faites. En effet, contrairement à ce qu’il aurait souhaité, aurait voulu croire, il n’était résolument pas assez fort psychiquement à faire face à cette jalousie qui l’avait habité bien malgré lui. Quand bien même se trouvait-il honteux à l’heure actuelle d’avoir tant manqué de self control et de confiance en lui, il n’avait pu faire autrement. Cela s’était trouvé être une épreuve résolument difficile pour lui que d’entendre la femme qu’il aimait parler aussi explicitement des son amour perdu avec tant d’émotion. Un sentiment qu’il ne pouvait que comprendre, ayant tout autant du mal à parlé de son histoire personnelle, de la blessure que cette rupture avait causé à son cœur, son esprit et dont il récupérait que très difficilement en secret. Il n’avait alors pu rester de marbre face à ses révélations, sa fébrilité et son émoi au simple fait de parler de cet homme. Cette émotion n’avait pu qu’alarmer son esprit, le rendre plus faible que jamais tant il s’était trouvé malmené par les paroles de son amante.

Il avait alors prit la décision de fuir, quitter ce cocoon dans lequel il avait toujours senti être à sa place mais, dont le bien être qu’il pouvait lui apporter se trouvait bien faible face à la tourmente que ces paroles avaient pu causées. C’est donc le souffle court tant il s’était trouvé démuni qu’il avait foulé les pavés de la ville à la quête d’un bien être utopique. Il avait erré des heures durant à arpenter les rues de Jinju, laissant ses pensées noires submergés son esprit sans pouvoir faire quoi que ce soit pour lutter contre ces dernières. Les yeux troublés, le cœur lourd, il était resté assis sur le banc d’un parc à tenter de reprendre ses sens, se persuader qu’il n’avait pas de raisons de croire en ses mots cruels que son esprit lui murmurer. Seulement, ses bonnes résolutions n’eurent aucun effet sur son esprit malade et c’était la raison majeure pour laquelle il s’était présenté à son cousin. Il avait eu le besoin vital de parler librement, de laisser évacuer cette peine que les paroles avaient engendré en son cœur.

Chez ce dernier, il avait laissé pleinement ses pensées s’exprimer, son cœur déversés sa peine devant son cousin qui avait tant l’habitude de le voir dans cet état perdu tant cette partie faisait partie de son quotidien. Une confession qui eut au moins le mérite d’expier ses pensées lugubres avant qu’elles ne le dévorent de l’intérieur. C’est au bord des larmes qu’il avait fini l’expression de ses angoisses en prenant place dans le canapé de son frère de cœur, la main derrière la nuque, résolument mal. Il s’en voulait si cruellement d’être ainsi, de ne pas être en mesure de passer outre cette jalousie qui l’aveuglait de la sorte. Un sentiment que son cousin connaissait également, l’ayant à de nombreuses reprises éprouvé lorsqu’il découvrait des parcelles de l’histoire de son amant dont il n’avait nullement connaissance. Il vint le rassurer à ce sujet, lui indiquant que sa jalousie était naturelle et justifiée, qu’elle démontrait la force des sentiments qu’il avait pour celle qu’il partageait sa vie. Des sentiments qu’il jugeait réciproques en vue de la confession de la jeune femme car, en avouant une telle partie de son histoire, elle s’était ouverte à lui plus que jamais. Elle lui avait ouvert son cœur pour qu’il puisse entrevoir son passé, sa douleur, la comprendre également et ne plus rien lui cacher.

Des paroles qui n’avaient pu que le faire réfléchir et l’apaiser peu à peu alors qu’il avait ajouté qu’elle avait du le faire car elle croyait en leur relation, en leur amour et désirait plus que tout aller de l’avant. Si elle avait été en mesure de lui dire tout cela, c’était bel et bien parce qu’elle avait du faire son deuil et de ce fait, il n’avait pas à s’inquiéter à ce sujet. Sans doute se trouvait-elle inquiète, terrifiée par l’idée de le perdre à cet instant. Une idée qui n’avait pu que le rendre cruellement angoissé à ce sujet, se sentant si pittoresque de lui faire subir tout cela par faiblesse de sa part. C’est donc une nuit sans songe qu’il avait passé avant de rejoindre l’immeuble de son douce amante. Le cœur résolument serré au sein de sa poitrine, il avait monté les escaliers pour rejoindre le palier de leur appartement commun. Un appartement devant lequel il resta quelques minutes avant d’ouvrir la porte à l’aide de son trousseau. Il avait tant de choses à lui, tant à se faire pardonner qu’il ne pouvait s’empêcher de trembler, honteux de ce qu’il lui avait fait vivre.

C’est ainsi qu’il la vit assit sur son lit, résolument toute aussi tourmentée que lui par ce qu’il s’était produit la veille. Une intrusion qui vint la sortir de sa léthargie, la voyant alors se redresser subitement pour venir à sa hauteur pour le prendre dans ses bras. Une étreinte forte, quelque peu désespérée dans laquelle elle vint lui murmurer un simple désolé mais, qui eut le don de raviver sa chair, son cœur tant elle lui semblait bénéfique. C’est donc avec la même force qu’il vint à son tour l’enlacer, laissant ses phalanges se mouvoir sur les formes de son dos alors qu’une de ses mains se glissait sur son bras pour rejoindre sa nuque, sa mâchoire, l’intimant à le regarder.

« Yuuki… » Murmura-t-il faiblement alors qu’il la détaillait doucement, le regard plus fébrile que jamais. « Je… Je suis désolé… Je n’aurai pas… pas du partir ainsi… C’est moi… » Vint-il souffler alors qu’il laissait son pouce caresser sa joue, l’observant avec émoi alors qu’il se mordait délicatement la lèvre pour trouver la force de poursuivre, ce qui se trouvait être plus facile à dire qu’à faire.

C’est donc dans un ton bien plus faible, plus emprunt de la tourmente qui l’habitait qu’il vint murmurer tout contre son visage :

« J’étais… J’étais jaloux… jaloux de cet homme… Je m’en veux terriblement… Yano m’a fait comprendre que… tu ne m’en avais parlé… car tu voulais que je comprenne ton histoire… que je sache qui était la femme que j’aimais… son désir de poursuivre sa route à mes côtés… »

Il vint alors s’interrompre un instant pour reprendre son souffle, inspirer doucement alors qu’il laissait ses doigts caresser ses traits, les yeux plus troublés que jamais, alors qu’il ajoutait faiblement contre ses lèvres :

« Je te demande pardon… Yuuki… Pardonne-moi de ne pas être aussi fort que je le devrais… de la souffrance que je t’ai obligé à vivre hier... Je t’aime tellement… Que j’ai si peur de te perdre parfois… »

Sur ses mots criants de vérité, c’est tout en douceur que ses lèvres vinrent se poser sur celles de sa petite amie dans un baiser ô tendre, fébrile tant il se blâmait de l’avoir blessé.

TENUE : 01.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t82-yasushi-yamada-when-the-ugly-duckling-becomes-a-majestic-polar-fox http://thephoenixsong.forumactif.org/t252-yasushi-yamada-when-the-ugly-duckling-becomes-a-majestic-polar-fox


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   Lun 14 Juil - 16:51

Inquiète, la demoiselle n’avait pu que l’être depuis l’instant où elle avait vu le visage de son petit ami devenir si sérieux. Elle avait pu y lire une certaine nervosité et une once de peur, ce qu’elle comprenait aisément dans la mesure où découvrir un tel passé n’était certainement pas ce qu’avait pu espérer celui-ci lorsqu’elle avait commencé ces mots. Découvrir que sa petite amie était d’origine mangemort n’était réellement pas une information à laquelle on s’attendait bien que celle-ci ne nous ait jamais dévoilé une partie de son passé. Seulement, elle s’était bien rendu compte que chacun de ces mots avaient été particulièrement maladroit et avait blessé son petit ami. Sans doute n’aurait-elle pas dû être si explicative lorsqu’elle avait abordé le sujet de son ex petit ami, mais elle n’avait pas su faire autrement dans la mesure où elle avait parlé de chacune des blessures de son passé. Elle savait qu’elle n’était nullement la plus douée des femmes dès lorsqu’il y avait des conflits.

Ainsi, Yuuki ne pouvaient qu’être heureuse de voir Yasushi franchir les portes de l’appartement bien que la situation pouvait paraitre étrange dans une certaine mesure. Elle ne laissa nullement le temps à son petit ami de réagir, de lui parler que déjà elle se trouvait à ces côtés pour le prendre dans ces bras. Un contact ô combien bénéfique pour la demoiselle qui vint s’excuser simplement, s’excusant de l’avoir profondément blessé la veille avec de tels propos. Elle ne voulait que rendre heureux cet homme, lire sur son visage des expressions de joie et de bonheur, elle détestait tant lire dans ces yeux de la culpabilité, de la tristesse sentant son cœur se briser à chaque instant. La jeune femme releva les yeux, heureuse de ressentir le contact de cette chair contre la sienne, obéissant silencieusement à l’ordre de celui-ci. Son regard se trouvait particulièrement fébrile en cet instant alors qu’il murmurait si faiblement son nom. Yasushi s’excusa alors à son tour d’être parti la veille au soir, il n’aurait pas dû agir de cette manière. La jeune femme ne put qu’être touché par ces mots, ce regard ô combien captivant et ces gestes d’affection. Le jeune homme s’en voulait en cet instant, tout autant qu’elle après ces évènements.

Le jeune homme reprit la parole et expliqua alors son comportement de la veille. Yasushi avait été jaloux de son ancien petit ami et il s’en voulait terriblement. Yano, son cousin qu’elle avait déjà eu l’occasion de rencontrer à quelques occasions lui avait fait comprendre que si elle lui en avait parlé c’était parce qu’elle voulait qu’il comprenne son histoire, qu’il sache qui était la femme qu’il aimait. Tout comme son désir de poursuivre sa route à ces côtés. L’émotion prenait part de son corps alors qu’elle le sentait devenir de plus en plus fébrile, le jeune homme comprenait sa confession et elle ne pouvait qu’être heureuse bien qu’elle savait qu’elle n’avait nullement été la plus habile en ce jour. Le jeune homme caressa les traits de son visage, le regard plus troublé qu’auparavant, murmurant faiblement qu’il lui demandait pardon de n’être pas aussi fort qu’il le devrait, pardon pour la souffrance qui lui avait obligé à vivre hier. Le jeune home l’aimait véritablement qu’il avait si peur de la perdre. Des mots ô combien touchant pour la demoiselle qui ne put que se laisser faire, heureuse de sentir à nouveau ces lèvres contre les siennes. Le contact de ces lèvres lui avaient terriblement manqué ces dernières heures….

Yuuki vint simplement laisser leurs lèvres se retrouvaient dans un doux baiser, ravivant tout son être et son cœur. La demoiselle laissa échapper un doux sourire avant d’éloigner leurs lèvres, le regard ô combien fébrile. L’une de ces mains s’étaient placé sur son visage avec tendresse, caressant ces traits avec amour. Son autre main s’était seulement dirigé vers sa nuque, effectuant de légère caresses. Yuuki murmura alors tout aussi faiblement à son petit ami ces mots : « Je n’ai pas non plus été la plus douée Yasushi… j’aurais dû être plus adroite hier. Je… j’étais si émue que mes mots t’ont blessé. Je m’en veux terriblement… Je voulais tant t’avouer cette partie de mon passé. Pour ne pas te mentir sur ce passé que tu devais connaitre. Je… préférais te l’avouer avant qu’une autre personne ne te l’apprenne… et vienne songer à des idées fausses. Je… je t’aime véritablement Yasushi… bien plus que lui, tu représentes bien plus à mes yeux. Tu es l’homme que j’aime, même avec ces faiblesses. J’aime tout chez toi, tes défauts et tes qualités. Jamais je ne m’éloignerai de toi… je t’aime si fort…». Elle termina ces mots dans un tendre baiser, relevant son visage vers lui, faisant rencontrer leurs lèvres. Fermant les yeux, elle laissa son cœur diriger son corps, l’embrassant avec une certaine passion, l’une de ces mains se posant contre sa nuque. Yuuki aimait cet homme et pour rien au monde elle ne le laisserait s’éloigner d’elle tant son cœur battait pour lui. Elle s’était senti si triste cette nuit-là de le voir partir. Elle ne supporterait tout simplement pas le fait de le voir avec une autre femme, savoir qu’une autre pourrait recevoir toute son affection et le rendre si heureux. Elle voulait être l’unique, celle qui pouvait être la seule à pouvoir le rendre heureux, être la personne la personne qui lui apprendrait à avoir plus confiance en lui.

Eloignant leurs lèvres, le souffle quelque peu coupé, la demoiselle regarda son petit ami avec une passion certaine, si fébrile de ce simple contact et heureuse de le retrouver après tant d’heures séparées l’un de l’autre. Yuuki murmura dans une voix ô combien troublée : « Re-bienvenue à toi dans cet appartement, cet appartement où je ferais tout pour te rendre le plus heureux au monde. Je t’aime Yasushi et je ne veux plus jamais te rendre si triste… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Yasushi Yamada
Department member
Obsidian Bear
Je ressemble à « : Lee Seung Hyun - Model HOTBOOM ». J'ai égaré : 203 parchemins. Ma bourse est remplie de : 867 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   Lun 14 Juil - 16:52

Au travers de ses mots, le jeune homme la priait de lui pardonner de ne pas être aussi fort qu’il le devrait. En effet, il avait pleinement qu’il manquait cruellement de confiance en lui, à tel point qu’il s’était sans doute montré blessant en agissant de la sorte la veille. Il se sentait donc affligé de la souffrance qu’il lui avait contraint de vivre depuis leur dernière entrevue tant il l’aimait profondément. Il avait si peur de la perdre parfois tant il ne se sentait nullement à la hauteur de son affection. Ce sentiment résolument oppressant, contre lequel il n’avait de cesse de lutter, revenait le hanter à la moindre occasion comme lorsqu’il l’avait entendu parler de son amour profond pour cet être qui l’avait abandonné, sans le moindre égard. Une peine qu’il ne pouvait que comprendre, la ressentant encore au fond de son cœur quand bien même cette dernière se trouvait désormais ancienne même si les blessures ne pouvaient nullement être définitivement oubliées.

Après tout n’était-il pas le premier à le savoir, lui qui prisonnier de son passé n’arrivait réellement à avancer que depuis sa rencontre avec Yuuki ? Il était donc venu sceller ses lèvres aux siennes, les caressant avec douceur, savourant le contact ô plaisant des phalanges de son amante sur ses traits, sa nuque qui n’avaient de cesse de le cajoler. Tout contre ses lèvres cette dernière lui avoua qu’elle n’avait pas non plus été des plus douée, qu’elle aurait due se montrer plus adroite. Elle avait été si émue que ses paroles l’avaient blessés. Elle s’en voulait quand bien même avait-elle désiré lui avouer cette partie de son passé car elle n’avait point voulue lui mentir pour qu’il puisse la connaitre. Au travers de cette confession, elle avait supprimé le risque qu’une autre personne ne lui apprenne et ne lui fasse croire à de fausses intentions. Elle lui murmura qu’elle l’aimait véritablement, bien plus qu’elle n’avait aimé cet homme.

Des paroles qui ne pouvaient qu’apaiser son cœur ô torturé tant elles se trouvaient plaisantes à ses oreilles. Son regard ne pu qu’émettre ce bien être au travers de ses prunelles fébriles qui détaillaient avec douceur le visage de son amie qui poursuivait sa douce déclaration. Il se trouvait être l’homme qu’elle aimait même avec ses faiblesses, qu’elle chérissait tout chez lui, tant ses qualités que ses défauts. Elle ne songeait nullement à s’éloigner de lui car elle était profondément amoureuse de lui. Des mots qui ne pouvaient que le troubler d’autant plus, provoquant en son cœur une vague de félicité intense tandis qu’elle venait l’embrasser à son tour. C’est donc avec amour et passion que leurs lèvres vinrent se mouvoir l’une contre l’autre, l’approfondissant même lorsqu’il sentit les doigts de son amante se choir sur sa nuque pour laisser leurs cœurs s’exprimer librement.

Un bonheur résolument envoutant dans lequel il se laissa pleinement plonger en laissant ses phalanges rejoindre de nouveau la nuque de la dogsuli avec douceur pour répondre à cette étreinte avec passion. Une passion qui ne pu que le laisser quelque peu essoufflé lorsque leurs lèvres vinrent à se séparer, lui donnant la sensation que son cœur se trouvait au coin de sa bouche tant il le sentait battre promptement dans sa poitrine. Le regard ô fébrile de son amie ne pouvait que le troubler d’autant plus de plaisir alors qu’elle l’accueillait de nouveau au sein de cet appartement, celui où elle ferait tout pour le rendre le plus heureux au monde tant son amour pour lui se trouvait fort. Elle ne désirait plus jamais le rendre si triste, une attention qui ne pouvait que le toucher alors qu’il venait délicatement lui caresser la mâchoire avec douceur. Cette dernière n’avait de cesse de le rassurer à ce sujet, lui ouvrait grand son cœur avec tant de bienveillance, qu’il était évident qu’il ne pouvait nullement remettre en cause ses sentiments.

Il avait pleinement conscience de l’affection qu’elle lui portait, tout comme de la force des sentiments qu’il avait pour elle et qui n’avaient de cesse de s’accroitre au fond de son cœur. Il l’aimait si profondément qu’il lui serait résolument impossible de pouvoir survivre à une nouvelle trahison. Une crainte que la jeune femme pouvait clairement entrevoir au travers de ses angoisses mais, dont elle ne connaissait que quelques détails, ceux qu’il avait été en mesure de lui offrir au travers de leurs échanges. Une histoire personnelle qu’il devait lui raconter en lui ouvrant à son tour son cœur de la même manière qu’elle avait pu le faire avec lui. Un fait qui ne pouvait que le rendre d’autant plus fébrile alors qu’il venait murmurer dans une voix douce.

« Merci… Merci ma chère Yuuki… pour ce bonheur… cette douceur que tu m’apportes chaque jour. Je ne doute en aucune façon de tes sentiments, ces derniers n’ont de cesse de me transporter de joie à chaque instant. » Commença-t-il doucement alors qu’il laissait ses doigts se mouvoir sur sa joue, sa nuque pour poursuivre. « Je t’aime tout autant ma Yuukie, ma si admirable Yuuki… Tu me redonnes envie de croire en l’amour, à sa perfection, à sa douceur… Tellement que je n’arrive pas à calmer mes angoisses, celles qui me tiraillent depuis tant années. J’ai tellement souffert par le passé qu’il m’est encore difficile de passer autre tous ses émotions si négatives… Alors je voudrai à mon tour te parler de mon passé, de mon histoire… m’ouvrir à toi, te faire entièrement confiance, nous faire confiance. Je ne me vois qu’avec toi désormais… car tu es celle qui m’ouvre le chemin vers le bonheur. »

C’est donc avec douceur qu’il vint prendre sa main au creux de la sienne pour l’inciter à le suivre au sein de l’appartement, venant s’asseoir sur le lit pour leur permettre une certaine proximité. Une menotte dont il ne vint nullement détacher son étreinte, caressant doucement ses doigts du bout de ses phalanges comme pour se donner le courage de poursuivre sur sa lancée, murmurant tout simplement.

« Pour te dire la vérité… Je n’ai pas toujours été ainsi. Quand bien même ais-je toujours manqué quelque peu de confiance en moi dans de nombreux domaines par le passé, je n’étais pas la proie de tant d’angoisses. Mais tout a bousculé le jour où mes parents ont été accusés… Ma vie tout entière a été bouleversé et c’était comme si le monde autour de moi avait pris un tout autre visage. Une réalité si cruelle que je n’ai pas été en mesure de la surmonter… dont je suis cruellement prisonnier, tant et si bien que quatre ans plus tard, je suis encore profondément blessé par tout cela. Je suis malade Yuuki… Mes angoisses ne sont pas totalement naturelles… elles sont le reflet sadique que me renvoient cette maladie bien malgré moi et contre laquelle je lutte depuis des années, en vain… J’aimerai tellement pouvoir m’en déroger… c’est pour cela que je crois tellement en nous, en toi… Je ne veux pas de nouveau que la femme que j’aime finisse par se détourner de moi, je ne pourrai pas le supporter, je ne pourrai pas te laisser partir, je t’aime tellement Yuuki…. »

Au travers de ses paroles, il lui avouait à demi-mot ce qu’il avait enduré au fil des dernières années, sa détresse, sa déception, sa tristesse mais aussi le doux espoir qu’il développait pour leur amour tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t82-yasushi-yamada-when-the-ugly-duckling-becomes-a-majestic-polar-fox http://thephoenixsong.forumactif.org/t252-yasushi-yamada-when-the-ugly-duckling-becomes-a-majestic-polar-fox


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   Lun 14 Juil - 16:52

Yuuki n’était résolument pas une femme très douée lorsqu’il s’agissait de ses sentiments. Lorsqu’elle se trouvait bouleversée, il lui arrivait bien souvent de parler sans vraiment se rendre compte de l’impact de ces mots sur la personne avec qui elle était. Un fait qu’elle n’aurait pas dû négliger la veille lorsqu’elle commencé à lui avouer une partie de son passé.
Au travers des mots qu’elle avait avoués à son petit ami, elle avait espéré dans une certaine mesure fermer les plaies qu’elle avait pu provoquer en son corps. Elle avait souhaité le réconforter, ayant remarqué depuis les premières semaines de leurs relations que le jeune homme manquait cruellement de confiance en lui, lui avouant qu’il était le seul homme qu’elle aimait et aimerait autant au cours de sa vie, son précédent petit ami étant bien inférieur au jeune homme. Des mots qu’elle avait ponctué par un baiser qui s’était voulu ô combien langoureux, laissant leurs lèvres se retrouvaient à nouveau après de longues minutes éloignées. Sa main était venue se choir contre cette délicieuse nuque pour accentuer la pression de leurs corps, l’un contre l’autre. Un baiser dans lequel son amant se perdit à son tour, sentant tout contre son corps la chaleur envoutante de Yasushi épouser son corps. Un baiser qui s’était terminé les laissant résolument troublés alors qu’elle l’accueillait alors à nouveau avec délice, ravi de le voir si près d’elle à présent, lui ouvrant à nouveau son cœur.

Chacun de ces mots semblèrent toucher son ami, qui murmura dans une voix ô combien douce qu’il la remerciait pour le bonheur et la douceur qu’elle lui apportait chaque jour. Yasushu ne doutait en aucun façon de ses sentiments, ceux-ci ne cessait de le transporter de joie. Des mots qui ne pouvaient résolument que lui plaire alors qu’elle lui offrait un merveilleux sourire, aux mêmes instants où ses doigts se mouvaient sur sa joue, appréciant l’affection que lui portait son amant. Yasushi lui avoua alors qu’il l’aimait tout autant, son admirable Yuuki. Elle lui redonnait envie de croire en l’amour : à sa perfection, à sa douceur, tant qu’il n’arrivait pas à calmer ses angoisses, celles qui les travaillaient depuis tant d’années. Il avait résolument souffert par le passé qu’il lui était encore difficile de passer outre. Ainsi, il souhaitait à son tour lui parler de son passé, s’ouvrir à elle pour leur permettre d’avoir une confiance réciproque. Le jeune homme ne se voyait plus qu’avec elle, celle-ci lui ouvrant le chemin vers le bonheur. Des mots qui ne purent qu’ô combien lui faire plaisir, ravivant cette flamme alors qu’elle sentait si heureuse de pouvoir rendre son petit ami si enchanté.

Ainsi, la demoiselle vint tout simplement suivre son petit ami, s’asseyant à ces côtés sur le lit de leur appartement. La demoiselle ne chercha nullement à détacher son étreinte à son tour, appréciant ces douces caresses alors qu’elle le sentait si anxieux, lui souriant pour essayer de le rassurer. Il vint alors lui avouer qu’il n’avait pas été toujours si anxieux, quand bien même avait-il toujours manqué un peu de confiance en lui. Seulement, il n’avait pas été la victime de ses angoisses jusqu’au jour où ses parents avaient été accusés. Sa vie entière avait été bouleversée et son monde avait modifié de paysage. Une réalité qu’il n’avait pas été en mesurer de surmonter, tant qu’encore aujourd’hui il était proie à ces angoisses. Il était en quelque sorte malade, ces angoisses n’étant pas naturelle mais les conséquences de sa maladie. Une maladie contre laquelle il ne pouvait résolument rien faire, bien qu’il croyait en leur amour, en leur relation pour lutter contre celle-ci. Il ne souhaitait nullement que la femme qu’il aime finisse par se détourner de lui, il ne pourrait le supporter, l’empêchant de partir si elle le souhaitait tant il l’aimait. Des mots qui expliquaient ô combien le jeune homme avait souffert dans le passé, ce qui expliquait résolument pourquoi désormais il se trouvait si angoissé. Un fait qui ne pouvait que raviver sa volonté de permettre à Yasushi d’être heureux, d’avoir toujours plus confiance en lui et en eux deux. Une pensée qui vint doucement la faire sourire alors qu’elle venait s’installer tout simplement sur les genoux de son petit ami, laissant l’une de ces mains se diriger vers la nuque de son amant, caressant de ces doigts celle-ci. La jeune femme embrassa tendrement la joue de son amant avant de le regarder de manière douce : « Je… peu importe ce que tu as mon Yasushi, peu importe tes faiblesses… je ferai tout en mon pouvoir pour te rendre heureux. Je veux que tu regagnes confiance en toi, confiance aux gens… peu importe le temps qu’il te faudra, je serai toujours avec toi pour te soutenir. Je t’aime mon Yasushi et pour rien au monde je ne te laisserai seul. Je serai toujours à tes côtés… Je ne t’abandonnerai jamais tant tu m’es important… si je peux finir mes jours à tes côtés, cela me conviendra aisément. Je veux rester avec toi, te rendre heureux, tout autant que tu me rends heureuse chaque jour… »

Terminant sur ces mots, la demoiselle vint à nouveau embrasser cette joue, laissant leurs nez s’entrechoquaient jusqu’à que leurs lèvres se rencontrent dans un doux baiser. Sa main libre vint se poser sur les doux traits du visage de son amant alors qu’elle murmurait à nouveau. : « Je… t’aime mon Yasushi… pour rien au monde je partirai loin de toi. Je veux te rendre heureux… alors, je ferai de mon mieux pour te soutenir chaque jour… cela ne me peut que me rendre heureuse. »

FIN
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lo siento tanto, no aguantaré mi vida sin ti | PV Yamada Yasushi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ques Es La Vida
» TANTO CUORE
» Une choppe et ça ira mieux.
» Livin' la vida loca [Apollo] HOT.
» casino : J'AI GAGNÉ !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area-