Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area
 

 Une St Valentin exceptionnelle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:41

Ni superstitieuse, ni romantique, encore moins en couple, Soyou n'avait aucune raison de se préoccuper de la Saint Valentin. Elle ne l'avait jamais fêté et doutait que cela ne change de si tôt. Certains élèves de l'école avaient été agités ses derniers temps. Des bruits courraient, à propos d'une légendaire source, cachée au milieu de la forêt, qui révèlerait à celui qui regarderait son reflet, le visage de son âme soeur. Elle pariait gros que le soir de la saint valentin venu, au moins une dizaine de couples prendraient le risque, par romantisme, de vouloir trouver cette mystérieuse source. Si elle prenait la peine d'y réfléchir, elle trouvait ça encore plus futile qu'au premier abord. Si le visage que vu n'était pas celui de la personne avait qui l'on était venu, il se passait quoi ? Et si c'était bien cette personne ça voulait dire qu'en cas de soucis avec elle il fallait abandonner tout espoir d'être à nouveau heureux par la suite ? Qu'est-ce que cela pouvait bien apporter de bon ?

Elle avait poursuivit sa semaine. Elle ne pouvait être pire que la précédente. Comme toujours, elle avait merdé. Elle avait l'impression de ne savoir faire que ça avec Hun Byeol. Elle ne savait pas comment faire pour qu'il la prenne au sérieux, pour qu'il  comprenne qu'elle ne cherchait pas à jouer et voulait vraiment son attention... sans pour autant vouloir s'exposer complètement. Elle prenait refus sur refus, la seule chose qui la protégeait un minimum c'était le fait de ne pas avouer à quel point elle était réellement attirée par lui. En début de semaine dernière, elle s'était à nouveau risqué à l'embrasser, bien qu'il lui est déjà dit ne pas être attiré par les femmes. Mais cette fois ci, il semblerait qu'elle ai vraiment dépassé les limites de sa patience. Il s'était réellement mit en colère. Et le cœur de Soyou s'était pincé douloureusement. Elle avait continué à venir au cours particuliers mais elle avait l'impression qu'une partie d'elle était gelée. Comme une machine elle avait sagement fait son travail et n'avait pas cherché à trainer à la fin du cours. Re-songer à la colère d'Hun Byeol envers elle était trop douloureux.
Pourtant le week-end, elle avait reçu un mot signé du professeur Seok, l'invitant à le rejoindre plus tard dans la soirée dans une chambre d’hôtel. Surprise ? Oui mais rien qui ne pouvait l’empêcher de vouloir savoir ce qu'il voulait. A l'heure dites, assez tard dans la nuit, elle s'était donc rendu à cette mystérieuse chambre.... Occupée par Hun Byeol et un autre gars, une connaissance de Soyou pas de plus amicale. Elle aurait pu songer que c'était là une façon du professeur Seok de faire passer clairement le message mais... elle ne pouvait l'imaginer faire ceci et le sourire qu'elle aperçu sur le visage de l'autre lui avait suffit à comprendre... Comprendre que le mot de venait pas d'Hun Byeol et qu'elle n'était là que pour que l'autre puis lui faire payer. Elle avait fui. Fui dans la nuit mais aussi fui tout le reste de la nouvelle semaine. Elle avait envoyé un mot d'excuse rapide pour le premier soir annonçant avoir un important devoir à finir et pas le temps pour les cours de rattrapage de runes. Mensonge et elle se doutait qu'il doutait.
Au lieu de travailler, Soyou avait prit deux pilules et filé hors de l'école, allant passer la nuit et la matinée dans les draps de Shotaro. il avait un sale caractère et de sales idées. Mais il acceptait que Soyou vienne à toute heure du jour ou de la nuit et comblait son manque affectif de façon plutôt efficace. Il n'y avait rien d’intelligent là dedans mais c'était parfait pour quand elle ne voulait pas réfléchir. Surtout pas réfléchir.
Au petit matin, l'esprit embrouillé par la disparition de la drogue, sa flemmardise dans les draps avait été troublée par la voix de Shotaro et celle d'un autre homme. Ils se disputaient à mi-voix. Curieuse, elle avait tendu l'oreille. Ils n'étaient pas d'accord. Shotaro lui disait de faire ce que bon lui semblait des né moldu mais de laisser Yuuki en dehors de ça. L'inconnu disait que Yuuki devait servir d'exemple, être reniée ne suffisait pas. Ses derniers mots suffirent pour que Soyou ne doute plus que Yuuki était une connaissance qu'ils avaient tout trois en commun. L'inconnu prévoyait de blesser les né-moldus qui s'aventureraient dans la forêt le soir de la saint-valentin. Soyou écoutait. Quand elle estima avoir assez entendu, elle quitta le lit, récupérant ses sous-vêtements au sol et enfilant une des chemise de Shotaro, elle entra jambe nues dans le salon pour filer s'assoir sur les jambes de l'homme chez qui elle avait passé la nuit. Elle jeta un coup d'oeil à l'inconnu qui avait maintenant un visage et demanda innocentemment à être présentée.
Il n'avait pas tardé, il semblait qu'il gênait Shotaro. Mais Soyou avait l'esprit ailleurs. Yuuki était plu proche de Yasushi maintenant, elle n'irait quand même pas s'aventurer avec lui dans la forêt, s'était dangereux... Mais petite, mignonne et romantique qu'elle était, elle n'allait pas pouvoir résister si la légende lui était parvenue jusqu'aux oreilles....

Et voila que le soir de la Saint Valentin, Soyou avait troqué sa robe pour un jean et un pull. Assise sur le rebord d'une fenêtre qui donnait sur la forêt, elle guettait. Inquiète. Inquiète que Yuuki passe mais aussi inquiète du nombre de petits couples qui allaient innoncentement dans la forêt. Elle hésitait. Peut-être que Shotaro l'avait finalement dissuadé. Peut-être que l'inconnu n'était pas sérieux. Ou peut-être qu'il parlait plus qu'il n'agissait ou... Yuuki. Là en bas avec Yasushi. Perdue dans ses pensées, la jeune femme l'avait à peine vu traverser et elle était déjà à quelques pas de la forêt. Si Soyou voulait avoir une chance de les suivre de pas trop loin, pas le temps de retourner à sa chambre. Pourquoi étaient-il s'y pressés d'aller dans le froid et l'obscurité d'une forêt ?!

Oubliant son livre contre le rebord de la fenêtre, Soyou dévala les escaliers. Sans s'arrêter, elle sortie sa baguette et visa ses pieds. Un sort d’étanchéité, un autre de protection contre les chocs ça devrait assurer la survie de sa paire de chaussure dans la neige non ? La jeune femme fila vers là où elle avait vu Yuuki disparaitre dans la forêt. Mais passé quelques mètres après le premier arbre, il n'y avait plus l'école visible dans son dos et Yuuki n'était visible nul part devant. Pas plus qu'elle n'entendait le moindre bruit. Soyou pesta mentalement. Elle devait retrouver Yuuki.
Sans la moindre idée de la direction que son amie avait pu prendre mais profondément entêtée à l'idée que l'autre gars ne la trouve avant elle, elle continua d'avancer. Ses talons n'avaient rien de pratique en fait ici mais faire demi tour prendrait trop de temps. Elle avançait depuis plusieurs minutes quand un bruit lui parvient de derrière elle. Très près derrière à quelques pas à peine. Elle n'avait aucune idée de qui avait pu s'approcher sans qu'elle l'entende.. Ses doigts se refermèrent sur sa baguette et Soyou se retourna prêt à se défendre contre l'anti-né-moldu. Mais c'est nez-à-nez avec le professeur Seok qu'elle se retrouva.

TENUE [ 01 . 02 . 03 . 04 ]

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:41

La neige avait couvert le parc de Sinseonghan Jolyu, ouvert d’une couche blanche épaisse chaque pavé rendant le jardin à peine praticable en cette froide journée de février. Or c’était le jour des amoureux et bien des couples voudraient sortir du parc pour rejoindre la ville, la forêt romantique ou bien  leur amoureux dans le monde moldu. Ils savait qu’il y aurait beaucoup de mouvement en Ce jour et qu’il valait mieux éviter les accidents. C’est pourquoi le professeur Seok était sorti dégager le chemin vers l’extérieur pour former une route sure pour les élève qui quitterait la chaleur de l’école. Les escaliers et l’ensemble des ruelles, les ouvertures des portes nécessitait d’être dégagée. Avec une magie efficace, ceci demandait moins de cinq minute, mais si Mr Seok voulait que ce soit bien fait pour protéger les pieds et l’équilibre de ses petits élèves, il lui fallait bien plus de temps.
Couvert de la tête au pied avec un bonnet, une longue écharpe grise et d’un long manteau noir,  des gants noirs,il était sorti affronter le froid vivifiant. Il aimait l’hiver et la neige car tout était plus calme dehors et les gens en était toujours heureux de voir les flocons blancs sur eux. Il jetait un sort que lui avait appris le professeur de sortilège au début de l’hiver. Il se concentrait sur sa tache avec attention, abandonné à la besogne par ses collègues qui eux aussi aimait la Saint Valentin semblait il, où n’osaient juste pas sortir pour veiller sur la sécurité de leur petits protéger.

Bientôt de nombreux couple commençait à sortir et passer près de lui pour sortir, main dans la main, ou bien seul disparaissant comme par magie dès qu’il sortait de l’enceinte de l’école d’où il pouvait transplaner. Capacité qu’Hun Byeol préférait éviter d’utiliser, mais certainement très pratique pour les amoureux séparé de leur partenaire en ce jour. Puis la grande porte s’ouvrit et la jeune fille qui en sortie déconcentra le professeur.So You, une jeune élève à qui il donnait des cours de rattrapage en runes. Enfin, il n’était pas sûr qu’elle  reviendrait et cela le soulageait un peu, en toute sincérité.

Le soucis de So You, outre le fait qu’elle cherchait toujours à se rapprocher de lui d’une manière peu innocente, venait du fat qu’elle l’avait surprise au lit ave un homme. Il en avait vraiment honte, d’autant plus qu’il avait cru comprendre qu’on l’avait utilisé contre elle et sa nuit qui devait être agréable fut écourté. Ce n’était pas de la faute de la jeune fille mais c’était assez décontenançant. Hun Byeol s’efforçait de la rejeter avec douceur, d’heurter ses sentiment sans la brutaliser, juste lui expliquer que c’était impossible. C’était une élève, lui un professeur, et n’avait pour elle que de sentiments amicaux d’un professeur. Mais se retrouver à demi nu, embrassant passionnément un homme dans le lit d’une chambre d’hotel et se faire surprendre par une élève, c’était pas sa définition de la douceur. Alors il avait honte et était désolé qu’elle l’ai vu ainsi. Elle l’avait éviter par la suite, et il n’avait pas chercher à le voir.

D’un geste instinctif comme il venait de l’apercevoir, il se cacha derrière un bosquet enneigé, s’accroupi pour ne pas qu’elle le voit et la laissa passer devant lui. Une réaction stupide peut être. Elle semblait marcher sans se retourner et ne pas vraiment faire attention à e qui se passait autour d’elle.  Elle filait rapidement vers la sortie de l’école mais ne transplana pas. Non, elle fila comme de nombreux couple sur le chemin qui menait vers la forêt à la source aux amoureux. Une source qui en ce jour à l’eau de rose ne manquait pas d’attirer les imprudents dans cette forêt dangereuse. Mais So You était seule. Rejoignait elle secrètement un homme sur place ? C’était possible bien sur, mais Hun Byeol fronça tout de même les sourcil en l’observant fuir toute seule.
Il n’était pas rassurée de la voir prendre la route de la dangereuse forêt sans la moindre compagnie. Une inquiètude sans doute peu déplacée et irrationnel. Pourtant, se rendre seule dans la forêt, ou il y avait tant d’obstacle, des bête sauvage, c’était dangereux. Hun Byeol voulait être sur qu’il ne lui arriverait rien. Parce qu’il état professeur, elle pouvait être majeur, si il devait lui arriver un pépin, l’école serait responsable. Lui qui l’a laisser filer plus que tout. Bon, tout ceci était une belle excuse pour ne pas dire qu’il s’inquiétait pour elle malgré tout. Tout simplement. Elle avait attiré son attention car il la connaissait plus que ses autres élèves et son sort ne le laissait pas insensible. Il s’inquiétait que la forêt ne lui reserve de mauvaise surprise aussi avait il décidé de la suivre.

Sortant de sa cachette , il sortit du parc laissant sa tache  moitié réalisé et prit la direction que la demoisselle avait prit avant lui. Comme elle était loi devant et ne tarderais pas à disparaitre de sa vue, il accéléra le pas, tout en restant loin d’elle pour ne pas qu’elle le voit si elle rejoignait quelqu’un. Il ne voulait pas qu’elle pense qu’il la suivait. Même si c’était le cas.

Elle fini par atteindre la forêt devant lui, mais là encore, il n’y avait personne pour l’accompagner. Etait elle folle de s’aventurer seul dans ce genre d’endroit ou un accident était si vite arrivé. Qu’est ce qui pouvait bien se passer dans son esprit ? C’était insensé ! Il accéléra encore pour réduire leur distance, comme elle pénétrait dans la forêt, craignant de la perdre de vue entre les arbres et ne plus être capable de la retrouver. Il ne couru pas pour ne pas tomber ou se tordre une cheville, mais marcha aussi rapidement qu’il pu pour rentrer dans la forêt à son tour. Elle n’était plus très loin devant. Il avança encore derrière elle, ses pas bruisant dans la neige.
Alors qu’il se tenait plus qu’à quelque pas qu’elle, elle sembla se rendre compte de sa présence, il s’arrêta comme elle se retournait, sa main armée de sa baguette. Hun Byeol posa ses yeux sur la baguette magique deux seconde puis leva le visage vers sa propriétaire.

« - Où allez vous ? Qu’est ce que vous faites toute seule ?» dit il agacé révélant tout de même ce qu l'inquiétait. Maintenant qu’il était face à elle, il ne désira plus que tout ne pas l’avoir suivi. Il se sentait ridicule. C’état stupide surement de faire ceci. Pourtant, il ne pouvait se résigner à la laisser se ballader seule dans la forêt. Aussi douée soit elle en magie.
« -Baissez cela, je ne vais pas vous attaquer ! »

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:42

Que faisait-il là ? Elle ne croyait pas au hasard... Parfois si mais dans le cas présent, il y avait peu de chance pour qu'il se retrouve derrière elle comme par magie alors qu'elle marchait depuis quelques minutes dans la forêt non ? Et si ce n'était pas le hasard, cela impliquait qu'il l'avait suivit ! Elle ne comprenait pas qu'il soit là, pas plus que l'idée qu'il la suive est du sens. C'était même une inversion des rôles. Elle était celle qui le suivait. Elle était celle qui voulait qu'il la regarde. Elle était aussi celle qui s'était entendu dire clairement qu'elle ne lui faisait aucun effet. Et qui avait continué à ne lui en faire aucun, malgré tout ses efforts. Mise à part le pousser à bout et l'amener à la limite de la tolérance envers elle, elle n'était parvenue à rien. C'était douloureux. Plus qu'elle ne voulait l'avouer. Il lui avait semblé si bien. Plus qu'une belle apparence, il avait été ce qui lui paraissait moralement bien et un choix judicieux. Et à vouloir découvrir un si il était bel et bien le genre qu'il était bien d'avoir auprès de soit dans sa vie, elle avait découvert plus. Ses mains dont elles voulait connaitre la sensation sur sa peau et ses lèvres qu'elle rêvait de voir venir vers elle spontanément. Elle aurait tant aimé pouvoir changer la vision qu'il avait d'elle. Pas une simple adolescente cherchant une aventure avec un professeur, elle aurait voulu pouvoir lui montrer combien elle voulait vraiment apprendre à le connaitre et le laisser en faire de même, pour pouvoir partager leur confiance et être quelqu'un sur qui il pouvait compter. Mais elle n'était pas la meilleure pour ça. Elle ne savait pas comment le lui dire. Elle ne savait que essayer de lui plaire. Incapable de prendre le risque de se débarrasser de cette protection, cette image de fille sans doute facile qui lui donnait le droit de tout tenter. Elle n'avait sans doute au final du paraitre que capricieuse. Et maintenant qu'elle avait fait un pas dans cette chambre d'hôtel, le surprenant peu vêtu dans les bras d'un homme, son cœur ne pouvait que se serrer sur combien elle avait été idiote. Ce qui plaisait au professeur Seok avait été clair depuis le début et si elle avait aussi mal maintenant elle en était l'unique fautive. Il ne la regardait pas comme une femme et ne le fera pas. Elle devait s'en persuader.
Les doigts serrés sur sa baguette, elle était vraiment interloquée par sa présence. Puis son cerveau se remit lentement en marche. C'était le professeur Seok. Un professeur protecteur envers ses élèves et avec un grand sens de responsabilité. Une qualité qui lui plaisait normalement. Qui lui donnait envie de se rapprocher de lui. Mais aujourd'hui c'était juste douloureux. Il venait s'assurer par responsabilité envers son élève de ce qu'elle faisait. Et ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle ne voulait pas être une élève pour lui elle voulait bien plus, ça en devenait étouffant.

« - Où allez vous ? Qu’est-ce que vous faites toute seule ? »

Soyou leva les yeux au ciel en mordant sa langue. Le ton de professeur tourna sa douleur en colère, instantanément. Non... elle était blessée par l'agacement dans sa voix. Pourquoi la suivait-il si ça le contraignait tellement ? Elle n'avait pas demandé ça ! Pour une fois elle n'avait rien chercher pourquoi devait-elle encore être la source de sa colère et de son contrariété ? Elle n'était décidément bonne qu'à ça.
Il lui intima d'abaisser sa baguette et elle s'exécuta mais ses doigts restaient serrés dessus. L'idée qu'elle l'agaçait lui faisait mal et elle fusilla le professeur du regard du mieux qu'elle pu sous son petit minois. Il n'était forcé de rien, le voir venir ici par responsabilité et de force, avec agacement était plus attristant que tout pour Soyou. Elle eut un claquement de langue agacée à son tour.

« - Ts.... vous êtes là par sens des responsabilités non ? Faut-il vraiment que vous veillez sur tout le monde ? Je suis majeure et j'ai pas demandé d'être accompagnée. J'ai quelque chose à régler ici et je ne me souviens pas d'une règle qu'il dise qu'il faille vous demandez l'autorisation avant de sortir. »

Incapable de le regarder en face elle lui tourna le dos et se remit en route. Elle avait honte. Honte de s'énerver ainsi contre lui. Elle était plutôt du genre à choisir de parler calmement. Pourquoi est-ce qu'elle n'avait pas gardé ses réserves comme elle savait si bien le faire ? Pourquoi elle laissait un petit ton agacer l'énerver ? Comment juste l'intonation ou le regard du professeur Seok pouvaient autant la perturber. Elle ne devait pas être aussi sensible. Ce n'était pas elle, c'était dangereux.
Dangereux. Tout comme là où elle devait se rendre. Enfin plutôt qui elle devait trouver. Elle ne pouvait le laisser l'accompagner. Si jamais les choses tournaient mal, il pouvait être blessé. Il ne venait pas en connaissance de cause. Et il était un professeur. Elle ne voulait pas devoir expliquer comment elle était au courant de tout cela. Elle ne voulait pas que cela s'ébruite. Elle devait être sûre qu'il ne viendrait pas, c'était à elle de régler cela. Elle ne pouvait laisser cet homme s'en prendre à Yuuki. L'agressivité pour se débarrasser de lui n'était peut-être pas la meilleure technique.
Soyou s'arrêta au bout de trois pas, tournant légèrement la tête et repris sur un ton plus doux, plus calme. Plus triste aussi, regrettant sincèrement de l'avoir amener à être agacée par elle de la sorte. « - Rentrez chez vous au chaud professeur, vous n'êtes pas responsable de ce que font vos élèves sur leur temps libre en dehors de l'école. Vous y serez bien mieux. »

Mh si Soyou était douée en cours et faisait toujours des gestes mesurés, elle possédait malgré tout certains défauts bien visible. Outre sa capacité à foncer tête baisser sans se soucier d'elle même, il y avait sa maladresse, pour montrer ses sentiments mais aussi... maladresse tout court. Souhaitant reprendre sa route pour fuir l'homme qui perturbait tant son coeur en une seule phrase, Soyou posa un pied devant et... qu'importe ce que c'était, ça n'avait rien de stable. Son talon s'enfonça jusque la cheville dans la neige avant de glisser, lui faisant perdre l'équilibre en arrière, avec seulement ses doigts serrés sur sa baguette pour la retenir. Autant vouloir agripper à l'air.

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:43

Pour une fois ce n’était pas elle qui lui courait après, il ignorait ce qu’elle chassait mais avait l’air pressé. Passer inaperçu à ses cotés, c’était un fait rare et mystérieux. Tout peut arriver après tout. Aujourd’hui plus encore car c’était un jour soit disant particulier. Bien singulier en effet, pour la première fois, c’est lui qui la poursuivait. C’est lui qui s’inquiétait pour elle tandis qu’il aurait du l’ignorer comme il ignorait les avance de la jeune femme d’ordinaire, quand il ne s’énervait pas contre elle, évidement. Il cherchait donc à la suivre tandis que pour une fois, il aurait pu passer une journée à ne pas tenter de l’éviter comme il le faisait depuis qu’elle avait fait irruption dans cette chambre d’hôtel. Il devait être un professeur trop protecteur, inquiet ou impliqué pour la laisser partir si impatiemment vers il ne savait où. Peut être n’était il pas si normal qu’il s’inquiète ainsi pour elle, et sans doute n’aurait il pas réagit aussi extrêmement pour n’importe quel autre élève. Cette élève qu’il suivait de près, qui le mettait hors de lui quand elle s’approchait de lui, mais qui l’interrogeait quand elle passait devant lui sans s’en préoccuper. Il l’avait suivit avec un mauvais pressentiment. Il avait décide de partir avec elle, de l’accompagner où qu’elle allait car quelque chose l’inquiétait dans sa détermination et hâte.

Il était entré dans la forêt à sa suite et s’était retrouvé face à une baguette magique peut accueillante. Il ne s’attendait pas à des cris de joie de le trouver à son côté ou même à une réaction tout à fait neutre, mais pas à se trouver menacer par une baguette. Cette méfiance à son égard attisa encore plus son inquiétude. Cette réaction pouvait être démesuré, bien que celle qui devrait être attendu d’une jeune fille se baladant seule dans une forêt. C’était bien un lieu dangereux. Il l’observa un instant, elle avait l’air contrarié. Tout autant que lui. Elle le questionna sur la raison de sa venue, sens des responsabilités, nécessité de veiller sur tout le monde. Elle dit qu’elle était majeur et n’avait pas besoin d’être accompagnée. Elle dit qu’elle avait une histoire à régler et qu’elle ne se souvenait pas qu’elle avait besoin de son autorisation.

Elle avait entièrement raison, sa présence à sa suite était déplacé, Hun Byeol cachait son inquiétude derrière des motifs professionnels. Il n’allait pas lui avouer qu’il était préoccuper de son sort, il ne voulait pas qu’elle se fasse de fausse idée. C’était pas n’importe quel élève, et c’était une fille. On ne laissait pas une fille se balader seule dans la forêt. Il était moins stressé si il l’accompagnait.

«  - Non vous n’en avez certes pas besoin, mais en tant que professeur et personne majeure, j’ai aussi le droit de vous poursuivre si vous allez dans un lieux dangereux. Je ne vous embêterais pas si vous voulez, je vous suivrais, point. »

Il n’était pas sur qu’elle l’avait écouter comme elle avait déjà tourné les talons et avançait un peu devant lui. Elle était têtue et insista en lui disant qu’il devrait rentrer chez lui au chaud, qu’il n’était pas responsable de ses élèves en dehors de l’école, il y serait bien mieux. Qu’en savait elle. Il ne le pensait pas, il faisait frais mais il avait l’assurance qu’elle reviendrait en un morceau et pas abimée. Il se fichait de son avis de toute manière, il avait peut être tord, certainement. C’était risible comme situation , il la poursuivait alors qu’un instant auparavant il aurait donner tout l’or du monde pour ne pas l’affronter. Il la regarda repartir et soupira. Il se gratta la nuque mais n’eut pas le temps de se lancer à sa poursuite , qu’il la vit ripper sur une branche d’arbre et tomber.
Le professeur se précipita à ses cotés, un peu victorieux, mais enervé par la façon froide utilisé pour le renvoyer chez lui. Il dit d’un ton fort et autoritaire, aucune trace de douceur inquiète n’y perçait.

« - Vous voyez que c’est dangereux ! Vous pensez vraiment que vous pouvez vous balladez seule dans la forêt ! Vous ferez comment si vous vous cassez une jambes ? Vous pouvez vous relevez ?»

Il tendit son bras vers la jeune femme pour l’aider à se relever, vérifiant quand même qu’elle n’ait aucun mal, elle n’en avait pas l’air heureusement. Sans une once de sympathie pour elle, sa main avait été la seule preuve de sa bienveillance, Hun Byeol la fixa en fronçant les sourcils.

« -Je m’occuperais pas de vos affaires, j’en ai rien à faire ! Mais je veux pas que vous vous cassiez une jambe ou un bras, et après ce que je viens de voir, n’essayez pas de me dire que c’est inutile ou de repartir. »

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:45

Oh que c'était froid ! Froid et désagréablement humide qui plus est ! Assez désagréable pour qu'elle en oublie deux secondes le fait qu'elle n'avait rien trouvé à répliquer au professeur et que cela l'agaçait. C'était légal de suivre quelqu'un contre son gré ? Elle devrait chercher ça, elle n'en était pas sûre mais n'avait pas non plus d'arguments contre, malheureusement. Mais pour ce qui était de ne pas l'embêter, il commençait très mal la chose ! Commencer par répondre des phrases sans qu'elle puisse obtenir gain de cause ce n'était pas ne pas l'embêter. Elle se renfrognait rien qu'à cette idée, orgueilleuse et pourtant actuellement le derrière assit dans la neige. SI il restait là elle craignait, vu comme cela commençait, que ce ne soit qu'une journée d'humiliation pour elle. Elle s'était déjà assez humiliée devant lui non ? A vouloir son attention alors qu'en réalité il les préférait plus plates en haut et plus gonflés en bas. Elle n'avait fait que lui faire perdre son temps et l'embêter. Elle préférait stopper ça à présent. Elle n'aurait pas son attention, elle ne serait jamais quelqu'un qui l'attire, elle l'avait comprit. Qu'il soit là maintenant, alors qu'elle s'appliquait à essayer de renoncer, ce n'en était que plus dur à accepter.

Une paire de jambe arriva à son niveau. Se sachant parfaitement ridicule par terre, Soyou releva les yeux vers lui mais ne trouva dans le regard de son enseignant aucune sympathie. Ni inquiétude, ni douceur. Il était fermé, énervé. Et c'était elle qui le rendait ainsi. Il venait par devoir mais il n'en était qu'énervé. L'impression d'un poid sur sa poitrine la suffoqua. Non ce n'était pas le moment. Mordant sa lèvre, Soyou essaya de forcer sa respiration à rester normale. Une crise d'angoisse ici et il ne resterait plus rien du tout de son honneur. La jeune femme serra les dents en l'entendant lui démontrer que sa démarche était dangereuse. Il ne voulait pas sortir de son rôle d'enseignant. Comment elle ferait si elle se cassait une jambe ? Elle pouvait toujours amener son balai magique à elle d'un sort et rentrer à l'école. Elle aurait pu le lui répondre. Mais sa combativité ne suivait pas, elle ne suivait plus. C'était à force d'avoir insisté qu'il avait fini fâché ainsi. Qu'il ne supportait plus de lui parler mais se sentait quand même responsable car il la connaissait. Il devait avoir tant de colère à son égard pour se montrer si froid... Soyou avala une gorgée d'air en forçant sa poitrine à ne pas accélérer le rythme, douloureusement, tandis que l'air froid entrait dans ses poumons. Elle en était sûre, même sa main tendue n'était là que par principe.

N'osant plus le regarder, elle ne voulait plus croiser se regard froid qu'elle aurait tant souhaité doux, Soyou se fit violence pour accepter la main tendue et se relever. Elle devait arrêter. Abandonner c'était cesser de le considérer comme quelqu'un dont elle attendait quoi que ce soit. Elle ne devait pas être émotionnelle. Et ne pas être émotionnelle c'était être insensible à cette main tendue. L'ignoré aurait était une forme de réaction.
Une fois debout, la sensation d'être trempée était plus persistante encore. Mais elle n'avait pas le temps de se sécher. Aujourd'hui ce n'était pas à propos d'elle ou de Hun.. du professeur Seok. C'était la sécurité de Yuuki qui était en jeu et elle avait déjà assez perdue de temps. D'une voix sans combativité, abattue par la honte d'être tombée, mortifié devant la froideur que cet homme lui renvoyait, elle ne se sentait pas capable d'insister plus. Elle ne le comprenait pas. Elle ne le forçait pourtant pas à être là et il n'était là que par principe mais il restait fâché contre elle comme si tout ça été de sa faute.

« - .... Faîtes comme vous voulez, professeur Seok. » Elle n'éprouvait aucune joie à le voir venir avec elle en sachant qu'il n'en était pas heureux. Heureux... C'était une chose qu'elle avait espéré partager avec lui en se rapprochant comme elle l'avait fait. Qu'avait-elle fait pour qu'il finisse forcé par son devoir de venir de la sorte à contre coeur ? Sa poitrine se serra à nouveau tandis que ses poumons respiraient difficilement. Elle devait rester focaliser sur Yuuki. Et surtout ne pas penser à ses derniers mots "Je occuperais pas de vos affaires, j’en ai rien à faire !". Elle avait compris, c'était bon. Rien à faire. Ça avait le mérite d'être clair.

Sans jeter un regard au professeur, l'élève reprit son pas rapide. Avançant, elle frotta discrètement la pomme de sa main écorchée, sans doute par un caillou sous la neige. Un peu de chance dans tout ça, son pantalon rouge ne trahirait pas le sang s'il continuait de couler. Et le froid aiderait sans doute à figer ça plus vite. Elle avançait en essayant d'ignorer le pas d'Hun Byeol derrière elle. En essayant de ne pas laisser la crise d'angoisse la surpasser. Elle n'avait pas le temps pour ça. Dans le pire des cas... Oui elle avait bien une petite pilule dans la poche de son pantalon, par précaution. Mais elle avait besoin de toutes ses capacités si elle trouvait qui elle cherchait.
S'enfonçant toujours plus dans la forêt, elle ne suivait aucun chemin, ne regardant pas réellement autour, encore moins derrière. Elle avançait, elle finirait bien par entendre le bruit d'un cours d'eau et il suffirait alors de remonter le cours d'eau, Yuuki serait sans doute pas trop loin... A pourquoi elle ne s'était pas plus dépêchée ? Et pourquoi venir à pied ? Son balai aurai pu convenir à la situation. Si ce n'est qu'elle craignait de l'abimer. Puis sans doute qu'elle aurait plus froid encore. Les jambes trempées n'aidaient face à la température mais c'est sans se plaindre qu'elle avançait. A deux reprises elle manqua à nouveau de tomber, perdant facilement l'équilibre sur ce sol enneigé, mais évitant ces fois ci les chutes. Serrant les dents pour s'assurer de ne pas trembler, elle gardait avec soin  ses deux poings fermés, espérant garder un peu de chaleur.
Soudainement, elle aperçu au loin entre les arbres une silhouette qui semblait solitaire. Qui donc pouvait bien se balader seul dans la forêt ce jour là si ce n'est quelqu'un de mal intentionné ? A défaut de suivre Yuuki, elle irai déjà vérifier qui était cette personne. Décidée, Soyou changea sa trajectoire, essayant d'accélérer le pas. A nouveau, elle avança sa baguette devant elle. Attentive, elle était prête à figer tout ce qui pouvait être apte à bouger devant elle. Quand au professeur ? Elle s'appliquait toujours à ne pas y réfléchir, ce n'était pas le moment de vouloir pleurer.  Il n'en avait rien à faire alors pourquoi continuait-elle d'être aussi sensible à chacun de ses mots et de ses regards ?

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:46

Hun Byeol ne se satisfaisait pas du tout de cette expression et de cette façon qu’elle avait de lui répondre, de tenter sans cesse de le renvoyer chez lui avec cette ignorance assurée. Certaine qu’il n’était là que par devoir professionnel, elle le repoussait et le disputait presque de la suivre. Comme c’était exaspérant de l’entendre s’égosiller inconsciente de ses raisons réelles, pourquoi était elle si fachée. C’est pas elle qui avait été humilié retrouvé dans un lit, ni elle qui avait subi tant d’avance qu’il se fatiguait de repousser avec patience et douceur. Elle était tétue, il s’en était déjà bien rendu compte. Alors elle devait s’être mise en tête qu’il la détestait ou il ne savait quoi. Surement en aurait il quelque raison, pourtant il était bien inquiet pour elle.
La voir tomber sur une racine d’arbre n’était guère rassurant sur ce voyage qu’elle  entreprenait seul dans un lieu parsemé de piège. Elle pouvait être aveugle à ses gestes et attention qui suaient de bienveillance et d’anxiété, mais recevait très bien ses signes de colère, de gène et de lassitude. Qu’elle en soit fâcher l’irritait plus encore, et il était ainsi entré dans un cercle vicieux. A la fois frustré de son tourment, du fait qu’elle ne le voit pas et de son agacement qui lui éclaboussait à la figure , il ne faisait aucun effort pour limiter les signes de sa propre exaspération. Il lui tendait la main oui, mais son visage n’exprimait qu’une froide colère. Pourquoi ferait il des efforts pour se montrer agréable quand son élève se montrait si irrespectueuse et arrogante à son égard, et ne faisait elle aucun effort pour essayer de comprendre les actes du professeur.

Il n’était plus vraiment d’humeur, il était inquiet et l’irritation de la demoiselle l’agaçait sérieusement. Toutes ses émotions négatives vivifiaient sa mauvaise humeur, de cette journée enneigé qui aurait pu être enchanteresse, aurait du être calme et féerique dans ce paysage merveilleux. Mais il en était bien là. Elle prit sa mains pour se relever et soupirant par ennui, elle lui dit qu’il pouvait faire ce qu’il lui plairait.

Ce qui lui plaisait c’était de la suivre. Ne pas la laisser seule dans cet environement hostile, n’avait elle jamais appri qu’il ne fallait pas partir en randonnée seule. Et quelles affaires pouvait elle avoir dans un tel lieu ? Un rendez vous ? Un échange ? Un duel ? Hun Byeol sentait qu’il pouvait être embarrassant, si elle allait rejoindre quelqu’un en secret et que pour préserver celui-ci il avait choisi les profondeur de la foret pour se retrouver ?  Comme elle semblait bien tendue, comme elle s’était acharnée sur lui, Hun Byeol en doutait. Il ne la pensait pas innocente, mais, étrangement, il avait la sensation qu’elle était stressé, énervée et  à l’affut de quelque chose qu’il l’ignorait mais qui ne semblait pas la mettre à l’aise. Comme si elle traquait une proie plus forte qu’elle.
Il la suivit sans rien dire comme elle était repartie vivement. Il aperçu une goutte rouge roulée entre les doigts de la jeune fille qu’elle frotta contre son pantalon. Elle saignait. Le yeux du professeur s’écarquillèrent un peu, plus troublé et désolé pour elle. D’autant plus qu’il ne pouvait rien faire pour elle, il n’avait pas de pansement sur lui, et il ne se pensait pas capable d’effectuer un sortilège d’attraction d’aussi loin. Un sortilège de cicatrisation était encore plu hors de sa portée. Il ne pouvait qu’assister impuissant à cette blessure qui le retenait de s’éloigner d’elle.  Même présent il n’était pas sur de savoir la protéger d’une abîme plus importante, mais au moins il serait là. Le trentenaire détourna son regard de sa main et le posa sur son dos, sa route pour la suivre dans ce bois de plus en plus épais et lui se rapprochait de plus en plus près d’elle, voulant s‘immiscer naturellement à ses cotés.

Hun byeol avait envie de lui demander ou elle allait, elle avait l’air sur d’elle, mais il ne doutait pas qu’elle cherchait quelque chose. Il ignorait quoi. Elle changea de direction et sortit sa baguette. Hun Byeol l’aperçu alors, la raison de cette réaction soudaine. Une silhouette solitaire au loin.  Il fronça les sourcils, mais imita cette fois ci la jeune fille et sorti sa baguette magique. Non qu’il soit d’une grande utilité si il fallait attaquer quelqu’un, il se savait faible en magie et il pouvait tout au plus lancer un sort de jambencoton ou de rictusempra, sur des sorciers aguerris, ce genre de sortilège n’était qu’une piètre attaque qui se parait facilement et facilement évitable. Surtout que Hun Byeol était loin de savoir faire des sorts informulés. Il préférait éviter le combat, mais une baguette sortie c’était un peu dissuasif non. Il osait le croire.
Il attrapa le poignet de So You qui se précipitait  vers l’ombre et lui jeta un coup d’œil interrogateur. Il ne parla pas, conscient qu’il ne devait peut être pas révélé leur présence de manière aussi stupide et rapide. Si il pouvait au moins avoir l’effet de surprise pour l’aider un peu. La méfiance et la réponse  de So You, il la lut dans ses yeux. Cet homme seul, c’était louche et dangereux. Etait ce la raison de sa venue en ce lieux, il l’ignorait entièrement.

Il approuva d’un signe de tête sans rien dire, affirmant ainsi par un simple hochement de tête qu’il la supporterait, qu’il ne l’empêcherait pas d’attaquer si elle le devait. Un millier de question lui passait par la tête mais, pouvait il les poser. Il avait dit qu’il ne s’occuperait pas de ses affaires. Il semblait bien que c’était là exactement ses affaires, non ? Pourtant il avait sorti son arme pour la protéger comme il pouvait. Il s’interrogeait mais ne lui demanderait rien, pas maintenant, ce n’était pas le moment. Il l’aiderait si on s’attaquait à elle, mais n’interférerait pas dans ses affaires personnelles.  

Il lâcha  la main prisonnière et reprit la route vers l’ombre dont il distinguait de plus en plus les formes et les traits, ils s’en approchaient avec toute la précipitation qu’une certaine discrétion leur imposait et permettait. Il la suivait de près et discrètement vers cet être menaçant pour il ne savait quel raison. Il gardait sa baguette relevée mais attendait qu’il en sache un peu plu sur l’inconnu, ou que So You agissent, ou l’homme pour mettre ses piètres pouvoirs au service de la jeune femme.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:47

Hun Byeol ne se satisfaisait pas du tout de cette expression et de cette façon qu’elle avait de lui répondre, de tenter sans cesse de le renvoyer chez lui avec cette ignorance assurée. Certaine qu’il n’était là que par devoir professionnel, elle le repoussait et le disputait presque de la suivre. Comme c’était exaspérant de l’entendre s’égosiller inconsciente de ses raisons réelles, pourquoi était elle si fachée. C’est pas elle qui avait été humilié retrouvé dans un lit, ni elle qui avait subi tant d’avance qu’il se fatiguait de repousser avec patience et douceur. Elle était tétue, il s’en était déjà bien rendu compte. Alors elle devait s’être mise en tête qu’il la détestait ou il ne savait quoi. Surement en aurait il quelque raison, pourtant il était bien inquiet pour elle.
La voir tomber sur une racine d’arbre n’était guère rassurant sur ce voyage qu’elle  entreprenait seul dans un lieu parsemé de piège. Elle pouvait être aveugle à ses gestes et attention qui suaient de bienveillance et d’anxiété, mais recevait très bien ses signes de colère, de gène et de lassitude. Qu’elle en soit fâcher l’irritait plus encore, et il était ainsi entré dans un cercle vicieux. A la fois frustré de son tourment, du fait qu’elle ne le voit pas et de son agacement qui lui éclaboussait à la figure , il ne faisait aucun effort pour limiter les signes de sa propre exaspération. Il lui tendait la main oui, mais son visage n’exprimait qu’une froide colère. Pourquoi ferait il des efforts pour se montrer agréable quand son élève se montrait si irrespectueuse et arrogante à son égard, et ne faisait elle aucun effort pour essayer de comprendre les actes du professeur.

Il n’était plus vraiment d’humeur, il était inquiet et l’irritation de la demoiselle l’agaçait sérieusement. Toutes ses émotions négatives vivifiaient sa mauvaise humeur, de cette journée enneigé qui aurait pu être enchanteresse, aurait du être calme et féerique dans ce paysage merveilleux. Mais il en était bien là. Elle prit sa mains pour se relever et soupirant par ennui, elle lui dit qu’il pouvait faire ce qu’il lui plairait.

Ce qui lui plaisait c’était de la suivre. Ne pas la laisser seule dans cet environement hostile, n’avait elle jamais appri qu’il ne fallait pas partir en randonnée seule. Et quelles affaires pouvait elle avoir dans un tel lieu ? Un rendez vous ? Un échange ? Un duel ? Hun Byeol sentait qu’il pouvait être embarrassant, si elle allait rejoindre quelqu’un en secret et que pour préserver celui-ci il avait choisi les profondeur de la foret pour se retrouver ?  Comme elle semblait bien tendue, comme elle s’était acharnée sur lui, Hun Byeol en doutait. Il ne la pensait pas innocente, mais, étrangement, il avait la sensation qu’elle était stressé, énervée et  à l’affut de quelque chose qu’il l’ignorait mais qui ne semblait pas la mettre à l’aise. Comme si elle traquait une proie plus forte qu’elle.
Il la suivit sans rien dire comme elle était repartie vivement. Il aperçu une goutte rouge roulée entre les doigts de la jeune fille qu’elle frotta contre son pantalon. Elle saignait. Le yeux du professeur s’écarquillèrent un peu, plus troublé et désolé pour elle. D’autant plus qu’il ne pouvait rien faire pour elle, il n’avait pas de pansement sur lui, et il ne se pensait pas capable d’effectuer un sortilège d’attraction d’aussi loin. Un sortilège de cicatrisation était encore plu hors de sa portée. Il ne pouvait qu’assister impuissant à cette blessure qui le retenait de s’éloigner d’elle.  Même présent il n’était pas sur de savoir la protéger d’une abîme plus importante, mais au moins il serait là. Le trentenaire détourna son regard de sa main et le posa sur son dos, sa route pour la suivre dans ce bois de plus en plus épais et lui se rapprochait de plus en plus près d’elle, voulant s‘immiscer naturellement à ses cotés.

Hun byeol avait envie de lui demander ou elle allait, elle avait l’air sur d’elle, mais il ne doutait pas qu’elle cherchait quelque chose. Il ignorait quoi. Elle changea de direction et sortit sa baguette. Hun Byeol l’aperçu alors, la raison de cette réaction soudaine. Une silhouette solitaire au loin.  Il fronça les sourcils, mais imita cette fois ci la jeune fille et sorti sa baguette magique. Non qu’il soit d’une grande utilité si il fallait attaquer quelqu’un, il se savait faible en magie et il pouvait tout au plus lancer un sort de jambencoton ou de rictusempra, sur des sorciers aguerris, ce genre de sortilège n’était qu’une piètre attaque qui se parait facilement et facilement évitable. Surtout que Hun Byeol était loin de savoir faire des sorts informulés. Il préférait éviter le combat, mais une baguette sortie c’était un peu dissuasif non. Il osait le croire.
Il attrapa le poignet de So You qui se précipitait  vers l’ombre et lui jeta un coup d’œil interrogateur. Il ne parla pas, conscient qu’il ne devait peut être pas révélé leur présence de manière aussi stupide et rapide. Si il pouvait au moins avoir l’effet de surprise pour l’aider un peu. La méfiance et la réponse  de So You, il la lut dans ses yeux. Cet homme seul, c’était louche et dangereux. Etait ce la raison de sa venue en ce lieux, il l’ignorait entièrement.

Il approuva d’un signe de tête sans rien dire, affirmant ainsi par un simple hochement de tête qu’il la supporterait, qu’il ne l’empêcherait pas d’attaquer si elle le devait. Un millier de question lui passait par la tête mais, pouvait il les poser. Il avait dit qu’il ne s’occuperait pas de ses affaires. Il semblait bien que c’était là exactement ses affaires, non ? Pourtant il avait sorti son arme pour la protéger comme il pouvait. Il s’interrogeait mais ne lui demanderait rien, pas maintenant, ce n’était pas le moment. Il l’aiderait si on s’attaquait à elle, mais n’interférerait pas dans ses affaires personnelles.  

Il lâcha  la main prisonnière et reprit la route vers l’ombre dont il distinguait de plus en plus les formes et les traits, ils s’en approchaient avec toute la précipitation qu’une certaine discrétion leur imposait et permettait. Il la suivait de près et discrètement vers cet être menaçant pour il ne savait quel raison. Il gardait sa baguette relevée mais attendait qu’il en sache un peu plu sur l’inconnu, ou que So You agissent, ou l’homme pour mettre ses piètres pouvoirs au service de la jeune femme.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:47

S'approchant discrètement de la silhouette aperçue au loin, la jeune femme essayait de trouver comment elle se justifierait auprès du professeur Seok si il s'agissait bel et bien de la personne qu'elle s'apprêtait à trouver.  Elle n'avait pas envie de l'entrainer là dedans mais elle ne voyait pas comment s'en débarrasser. Et tant qu'il restait, il lui laisser au fond d'elle une toute petite, minuscule goutte d'espoir. L'espoir stupide que l'on ne peux abandonner, même s'il nous ronge de l'intérieur et nous consume. Tant qu'il venait avec elle, elle pouvait espérer qu'une minuscule part de lui tenait un peu à elle. C'était pitoyable. Elle était pitoyable; Avec sa façon de s'enchainer à lui, malgré qu'il lui est dit clairement ce qu'il n'éprouvait pas pour elle, ce qu'il n'éprouverait jamais pour elle, qu'elle l'ai vu clairement de ses propres yeux s'intéresser à quelqu'un d'autre. Malgré qu'il lui vienne juste de lui dire n'en avoir rien à faire. Malgré tout cela, le fait qu'il la suive lui laissait une goutte d'espoir. Même si tout les pensées raisonnable prouvaient le contraire. Mais si se voir aussi pitoyable rendait Soyou malade. Assez pour oublier le froid, ruminant intérieur.
Et l'autre silhouette masculine en face n'arrangeait rien à cette rage en elle. Dirigée contre elle même à l'origine, elle la partagerait aimablement avec lui, se défoulerait sur lui ! ... Non elle ne pourrait pas et elle le savait. Mais tant qu'elle marchait et n'était pas face à lui elle n'avait pas à admettre quoi que ce soit. Elle cherchait juste à focaliser sa colère devant elle, fuyant l'homme qui la suivant de près, lui qui d'un regard heurtait bien plus son cœur et son être tout entier, bien plus que pourrait ne le faire n'importe quel sort lancé pour un ennemi. Rien ne pouvait être pire que l'ambiance qu'elle ressentait entre eux deux en ce moment.

Puis l'homme devant méritait toute sa colère. En fait, il l'avait déjà, bien que Hun.. le professeur Seok ne l'en avait détourné. Oser vouloir s'en prendre à la douce Yuuki. Soyou n'avait pas beaucoup d'amies dont elle se considérait proche. Oui beaucoup de personnes avec qui elle parlait en toute simplicité, souriait et riait mais bien moins de monde à qui elle s'était vraiment liée. Yuuki la touchait dans a gentillesse à l'état pure. Aussi pure qu'elle devait contrastée avec Soyou mais elle ne la rejetait pas pour autant. Elle avait le don d'apaiser Soyou. Ils étaient anti-sang non pur. Yuuki n'entrait pas à sa connaissance dans cette classe c'est pourquoi il était étrange qu'ils désirent s'en prendre à elle directement. Mais elle en savait assez pour savoir que cette approche aujourd'hui la viserait directement. En faisant en parallèle autant de dégâts que possible chez les né-moldu mais Soyou en avait assez entendu pour savoir que cette affaire était personnelle et liée à Yuuki. La principale concernée en revanche ne semblait rien en savoir, plus préoccupée par sa journée avec son futur petit ami que part les hommes qui voulaient "lui faire payer".
Alors qu'il venait juste de quitter un instant ses pensées, l'homme à sa suite la retiens soudainement par le poignet. Obnubilée par l'idée d'arrêter l'homme devant, c'est surprise qu'elle se retourna vers lui. Il fallait se dépêcher pourquoi... ? Parce qu'il s'interrogeait. Elle pu le lire dans ses yeux. Elle ne pouvait parler. Mais il fallait faire vite. Pouvait-il lui faire confiance sur ce coup ? A moins qu'il ne l'estimait pas assez pour cela même ? Non. Il hocha la tête, il n'irait donc pas à son encontre, elle le compris aussitôt. Baguette à la main, il semblait même plutôt prêt à se mettre de son côté. Elle ne l'aurait admit pour rien au monde mais cette ci petite chose suffisait à panser un peu son cœur.  
Baissant les yeux, elle attendit qu'il ne relâche  sa main pour se retourner vers son ennemi présumé. Avançant, Soyou tournait nerveusement sa baguette entre ses doigts. Sans bruit, elle s'approchant, consciente de la présence de Hun Byeol sur ses talons mas cherchant à en faire abstraction. Elle avait besoin de toute son attention, si c'était qui elle croyait, un seul faux pas pouvait les entrainer dans une très mauvaise posture. Surtout que maintenant il y avait le professeur Seok en plus. Pas sûre qu'il soit né moldu mais en se tenant à ses côtés il ne partait pas avec un avantage aux yeux  de l'autre. Elle seulement passait encore mais elle détestait entrainer les autres vers le danger. Lui plus que qui que ce soit d'autre.

A quelques mètres de l'homme, celui ci du sentir leur présence. Tout ce passa extrêmement vite. Soyou fut d'abord choquée, ce n'était pas le visage qu'elle attendait. Mais ce visage n'était pas hors contexte. Non, loin de là, cet homme lui aussi elle l'avait croisé chez Shota'. Lui aussi avait clairement désapprouvée l'égalité entre les né-moldu et les sorciers de sang pur. Soyou vit son expression. Lui aussi avait eut le temps de la reconnaitre, entre ouvrant les lèvres, les yeux marqués de surprise, il n'avait pas sa baguette de levée, ni même les doigts serrés dessus. Mauvais réflexe. Elle ne prendrait pas le risque. Pas quand elle avait un tel avantage. Réfléchir serait pour plus tard.
L'élève leva sa baguette, d'un geste rapide et précis, sans le moindre doute. « - Petrificus Totalus ». Elle n'avait pas crié, à peine murmuré, tout comme son mouvement de baguette, contenu, limité, mais terriblement efficace. L'homme se raidit à l'instant où chacun de ses quatre membres revenaient parfaitement alignés avec l'axe du tronc de son corps, avant de s'écrouler dans la neige comme une grande branche de bois morte.

Soyou s'approcha de lui, sans un regard pour le professeur Seok. Elle craignait de le regarder, préférant se concentrer deux secondes avant de l'affronter à nouveau. Elle observa à nouveau le visage de l'homme étendu au sol. Aucun doute, il faisait parti des "amis" de Shotaro. Seulement toujours aucun doute : ce n'était pas lui qui était là l'autre jour et qui avait affirmé vouloir s'en prendre à Yuuki. Y avait-il une chance qu'il ne soit là que part pur hasard ? Sans doute, statistiquement parlant, mais Soyou n'y croyait pas. S'il était là, c'était au moins pour sévir envers les né-moldus, même si ce n'était peut-être pas dirigé contre Yuuki. Mais si lui était là... Y en avait-il d'autres ? Soyou n'avait jamais vu que deux autres hommes chez son amant.  Si ils étaient plus de trois dans leur équipe alors elle ignorait les autres visages. Combien pouvait-ils être ici ? Était-il possible de tous les trouver sans même en connaitre le nombre et le visage ? Angoissée, Soyou mordait sa lèvre sans lâcher sa victime du regard. Elle le regardait avec dégout. Après tout, il était venu là pour s'en prendre à des gens comme elle, sous le seul prétexte qu'il voulait les juger par le sang. Bien lui en ferait, cela ne l'avait pas rendu plus rapide.
Essayant de contrôler le froid et l'angoisse, Soyou mordait sans arrêt sa langue, visage fermé mais laissant transparaitre malgré tout son inquiétude. Elle pâlie, le temps pour trouver Yuuki avant l'autre s'amenuisait. Ne pouvant pas faire durer plus longtemps les secondes passées à fixer l'homme au sol, elle ne pouvait fuir plus longtemps le fait de devoir se confronter à présent à son ainé. La jeune femme se tourna vers lui, menton lever dans un acte de défit, prête à se défendre des accusations et reproches qu'il risquait de lui distribuer à flots. Enfin... si il en avait quelque chose à faire.

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:48

Hun Byeol  avait il confiance en son jugement. Il avait promis de ne pas s’occuper de ses affaires, et elle n’allait pas vers cet inconnu avec l’indifférence qui serait  de mise dans le monde moldu. Les professeurs de défense contre les forces du mal apprenait sans cesse à leur élèves à rester vigilant et sur leur garde, qu’on pouvait les attaquer au moindre carrefour. Ce n’était sans doute pas plus vrai dans le monde magique que moldu, pourtant Hun Byeol n’était pas vraiment méfiant  vis-à-vis des attaques. Il n’avait pas vraiment de raison d’être paranoïaque, ni le niveau pour parer une quelconque attaque surprise de toute façon. C’était déjà un miracle qu’il réussissent à désarmer quelqu’un et le sortilège du bouclier lui était tout simplement hors de portée. Pour l’instant, il avait le bonheur de ne jamais s’être fait attaquer depuis qu’il avait quitter les bancs de l’école qui lui avait fait vivre la plus terrible expérience de la puissance magique en dehors des cours. Malgré l’attaque de son école, il ne se sentait pas particulièrement menacé, et si il voulait aider les né moldus et moldu qu’il considérait avec respect, il ne pouvait apporter d’aide magique à cette cause.  Il se contentait d’être sévère, juste et incorruptible envers ceux qui menaçait quelque élèves qu’il soit dans l’école.

A l’exterieur de l’école, il n’avait pas la même autorité, pas même sur cette étudiante. Elle semblait se méfier, bien plus que lui, même si il avouait que la présence de cet homme pouvait être étrange. Il avait sorti sa baguette pour suivre le mouvement, sans avoir vraiment l’intention de l’utiliser. Il resterait sur ses gardes comme il pouvait. La jeune fille avait l’air de maitriser l’art de l’attaque surprise, pas dans les sortilèges imprononcés mais de surprendre et anticiper la réaction de l’inconnu. Il n’eut pas l’occasion de se retourner qu’un sort le frappa de plein fouet, sort qui était sorti de la baguette de la demoiselle surprenant même le professeur. L’homme tomba en arrière inanimé, saucissoner  et paralysé par le petrificus totalus.  Hun Byeol fixa avec étonnement le corps de l’homme et regarda la demoiselle avec cette même expression. Dire qu’il ne s’occuperait pas de ses affaires était une chose, il ne pensait pas qu’elle aurait cette action qui éveillait tant sa curiosité. Attaquer un homme sans réelle raison apparente l’interpellait, le questionnait. Ils se rapprochèrent de la silhouette inanimé et il regarda le visage de l’homme à terre . L’observant il ne pouvait mettre un nom sur cet inconnu. Il devait se dire que la demoiselle elle savait. Il n’avait pas remarquer son expression dubitative face au visage de l’homme, ni le moindre signe de connaissance ou non . Il n’avait pas regarder So You, seulement l’homme à terre. Ce n’était ni un professeur, ni un élève, aussi sa présence en ce lieu était étrange.  L’attitude de l’homme était suspecte, bien différente d’un promeneur, avant de se retrouver ensorcelé sur le sol de la forêt, celui-ci avait semblé aux aguets comme si il surveillait ou suivait quelque chose.  

Il avait de nombreuses questions qui lui venaient à l’esprit, comme si quelque chose lui échappait pour comprendre toute la situation. Il avait promis de ne pas s’en mêler, pourtant, c’était bien difficile.  Et par le comportement de la demoiselle, il ne doutait point qu’elle possédait la clef de la compréhension de cet événement.  Elle aussi semblait inhabituellement non seulement énervé, mais méfiante et sur ses gardes. So You semblait poursuivre quelque chose . Peut être était ce lui ou une course entre eux vers le même but. Hun Byeol l’ignorait et les questions se multipliait. Mais il n’avait pas oser lui prendre le bras, l’arrêter pour lui demander. Y avait il un danger qui rodait dans cette forêt, autre que les routes tortueuses et accidenté par les arbres et que les animaux  qui y habitaient. Si oui, c’était mauvais pour tout les petits élèves qui s’y balladaient. Le professeur ne pouvait qu’être inquiet. Mr Seok avait tant insisté à poursuivre So You, il n’était guère à douter qu’il se souciait de ses élèves, qu’il les ai en cours ou non d’ailleurs. Pouvait il en ses condition ne pas s’occuper des affaires de la demoiselle, elle qu’il avait choisi de suivre par cette même inquiétude qu’il puissent lui arrivé un quelconque malheur. Chose certaine, cest qu’il ne se retournerait pas d’elle. Il garda même sa baguette à la main.

Elle avait déjà continué sa route, lui observait toujours l’homme à terre, s’étant à peine rendu compte de son détournement. Il finit par tourner le visage et l’aperçu plus loin, déjà reparti à la chasse d’il ne savait quoi. Il la rejoint avec précipitation, sans l’arrêter, se contentant de marcher à sa hauteur. Une fois qu’il s’était calé sur ses pas, il prit la parole, murmurant comme pour ne pas effrayer le gibier.
« -Qui était cet homme, tu le connais ? Est-ce bien raisonnable de le laisser inanimé là bas, il y a beaucoup de créatures magiques qui rodent autour… »

Hun byeol ignorait le temps de paralysie que ce sortilège extrêmement bien fait pouvait faire subir, mais il savait que certain pouvait rester ainsi plus d’une bonne demi heure sans l’intervention d’un autre mettant fin au sortilège. Il n’attendit pas la réponse, car il avait dix mille choses à lui demander et avait peur qu’elle ne lui laisse aucune chance de les demander si il la laissait répondre. Craignant dans ses paroles, un reproche ou une expression qui lui rappelerait clairement qu’il avait promis de ne pas mettre son nez dans ses affaires.

« Je sais que j’ai dit que je ne m’en occuperais pas, mais, puis je te demander ce qui se passe ? As-tu une idée de la raison de la présence de cet homme… je doute qu’il soit à la recherche de la source magique comme nombre des élèves qui se sont aventuré dans ce bois…? Je ne pense pas que ce soit aussi ton cas. Que se passe t’il ? »
Il ignorait, mais il était heureux de l’avoir suivie, car si il y avait un danger qui rodait ici, il était heureux de ne pas l’avoir laisser s’y aventurer seule, avec une baguette pour seule défense.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:48

Elle l'avait regardé mais lui semblait trop préoccupé par l'homm à terre pour poser des questions. Et après tout, il avait promis de ne rien demander. Sans un mot, Soyou avait reprit sa route, elle devait garder en tête sa priorité. L'homme à terre ne lui était d'aucune utilité, au mieux, s'il lui répondait, il ne ferait que lui mentir. Tout ce qu'elle pouvait en déduire, c'est que l'homme qu'elle avait vu chez Shotaro n'était pas venu seul. Il y en avait un de plus, il pouvait y en avoir dix autres et elle ne connaissait pas leur visage. Une seule solution à cela : avancer, continuer d'avancer pour trouver Yuuki et... considérer tout individus marchant seul dans la forêt comme faisant partie du groupe malveillant. « -Qui était cet homme, tu le connais ? Est-ce bien raisonnable de le laisser inanimé là bas, il y a beaucoup de créatures magiques qui rodent autour… » Plongée dans ses pensées, Soyou sursauta. Elle n'avait pas entendu le professeur la rejoindre. Pour quelqu'un qui se voulait vigilante, c'était plutôt un raté, clairement. Elle devait faire plus attention, ce n'était pas en paniquant qu'elle aiderait Yuuki et elle n'était pas sûre que ce qu'il fallait pour cela entrait dans la liste des choses "raisonnables". Elle était en revanche certaine qu'elle ne voulait que ce type se relève avant qu'elle ne puisse avoir Yuuki dans son champ de vision.
« Je sais que j’ai dit que je ne m’en occuperais pas, mais, puis je te demander ce qui se passe ? As-tu une idée de la raison de la présence de cet homme… je doute qu’il soit à la recherche de la source magique comme nombre des élèves qui se sont aventuré dans ce bois…? Je ne pense pas que ce soit aussi ton cas. Que se passe t’il ? » ... Soyou s'arrêta, lèvres entrouvertes sans qu'aucun son n'en sorte, un peu outrepassée par la flopée de questions. Se tournant vers son professeur, ou ancien professeur, elle ne savait plus trop, elle n'était plus sûre de ce qu'il fallait faire. Pourquoi venait-il déjà ? Il ne l'appréciait même pas, il devait même la détester après qu'elle est interrompue sa soirée l'autre fois. Son regard trahissait combien elle était perdue face à son attitude, sa présence, tout. Soyou secoua la tête avant de lever un peu ses bras et les laisser retomber en signe d'impuissance. A quoi bon lui cacher des choses alors qu'il semblait pas abandonner l'idée de la suivre ?
« - Cet homme en a après l'assistance du professeur des moldus, Yuuki.. Naoe Yuuki. » D'un signe de tête, Soyou repris sa route indiquant qu'elle continuerait à lui expliquer en marche. Par la barbe de merlin, elle était sûre que le temps devenait plus froid au fur et à mesure que la journée avançait ! Tirant comme elle le pouvait sur les manches de son pull dans le but de caché ses mains, l'humidité du vêtement ne changea malheureusement pas grand chose. « - J'ai pas tout les détails, je sais juste qu'ils sont au moins deux et qu'ils lui en veulent, pour une histoire à propos de sorciers né moldus et de leur place.. Et qu'ils comptent au passage montrer la supériorité des sang pur aux sorciers nés moldu, aujourd'hui pendant que ils sont dispersés et en pleine forêt. »
La jeune femme jeta un coup d'œil au corps inerte qu'ils laissaient derrière eux. « -Alors non, j'ai pas de remords à le laisser derrière, j'espère juste qu'il va rester comme ça assez longtemps pour.. » Soyou s'interrompit. Elle jeta un rapide coup d'oeil au professeur Seok. « - C'est pas un bruit d'eau que j'entends ? » Yuuki et son rendez-vous galant était là aujourd'hui pour trouver une source ! Peut-être y étaient-ils déjà ?! Sans plus se soucier de rien, Soyou hâta le pas, courant presque, manque de glisser dans la neige perchée sur ses talons mais rien n'allait la détourner de son but. Pourtant en arrivant à la source du bruit, elle eut beau faire un tour complet sur elle-même, elle ne vit pas la moindre trace de Yuuki. Elle n'était pas là. L'espoir qui avait guidé ses pas jusque là s'évanouit aussi rapidement qu'il était apparu. Une nouvelle fois, elle regarda autour d'elle mais cette fois ci elle n'y cherchait plus Yuuki avec les yeux remplis d'espoir non, elle regardait autour, comme perdue. Dans cette petite clairière elle pouvait voir combien la forêt l'entourait, les entourait. Comment diable pouvait-elle retrouver Yuuki à temps là dedans ? Comment pouvait-elle trouver l'homme qui était chez Shota ? Si jamais il blessait qui que ce soit, ce serait de sa faute, elle qui n'avait rien voulu dire, qui avait prit la responsabilité de gérer tout ça. Elle ne pouvait pas échouer. Puis son regard capta un mouvement sur le côté. Jetant un coup d'oeil au professeur Seok, Soyou fronça les sourcils, pas certaine de ce qui étaient à quelques mètres d'eux. Dans un murmure, elle s'adressa a son enseignant sans quitter la chose des yeux. «- .. Professeur Seok ? ... Qu'est-ce que.. ? »

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:50

Quelle plaie était ce que d’être faible en magie, en dehors des moqueries incessantes, ne pas être capable d’utiliser la magie quand on le souhaitait était plutôt génant dans le monde où vivait le professeur. Bien sur, la plupart du temps, il s’en passait facilement, ayant même vécu dans le monde moldu ou il était aussi à l’aise qu’un enfant qui serait n dans celui-ci, voir même plus car il partage presque cette vie sans pouvoir. Pour lui effectuer un sort était aussi épuissant que de courir le cent mètre ou bien de corriger 50 copies, tandis que la plupart des sorciers ne ressentaient pas ce genre de fatigue sauf lors de duel ou combat forcené contre un camarade ou certaine créature, ou bien que certain particulièrement difficile à réaliser, le transplanage par exemple. Hun Byeol lui n’avait jamais reussi même à se désartibuler. Il n’avait jamais était capable de transplaner du moindre centimètre ni même de protéger qui que ce soit avec un sort.

Il était heureux d’accompagner la jeune So You si un danger rodait, mais au fond, que pourrait il bien y faire ? Ces hommes étaient des sorciers, il fallait être vif, rapide, précis et puissant pour ne serait ce que stupéfixer ces hommes. Qualité dont avait fait preuve la jeune femme quelques instant auparavant… mais dont il manquait fortement.  Il en était incapable, alors si un danger existait vraiment, il préferrait en avoir le cœur net, c’est pourquoi il avait interrogé la jeune fille sur l’homme et ses intentions, si elle savait quelque chose qu’il ignorait. Un flot de question qui envahissait son esprit jaillit de sa bouche, stoppant la demoiselle  dans sa progression. Elle le regarda stupéfaite, comme si sa curiosité était mal placée. Elle l’était sans doute, mais qui ne l’aurait pas eut.

Elle secoua la tête avant de dire qu’ils en avait après l’assistante du professeur d’étude des moldu, Yuuki Naoe. Le professeur ouvrit les yeux de surprise, il ne s’attendait pas à ce qu’on puisse en vouloir à Melle Naoe qui était une très discrète et sympathique collègue. Il répéta son nom quelque peu incrédule.
« -Mademoiselle Naoe ? »

La jeune fille expliqua maladroitement qu’il s’agirait d’au moins deux personnes qui lui en voudrait pour une histoire de sorcier né moldu et de leur place, de prouver la supériorit des sang purs dans cette forêt. Le discours avait beau être un peu confus, le professeur de runes en comprenait le fond, il n’était pas complétement étrangers aux guerres que les sorciers menait aux enfant issu de moldu, au traitement de certain extrème qui considérait le contact avec les moldu comme une trahison de la part des sang pur tels que lui et Yuuki Naoe était.  Il regarda la jeune fille qui se tenait face à lui qui continuait en disant qu’elle n’avait pas de remord à le laisser derrière et qu’il allait le rester longtemps.  Mr Seok aurait aimé lui répondre, elle ne manquait pas de courage mais il ne comprenait pas pourquoi avec de telle information, elle n’avait pas prévenu les professeurs de l’école. Si sa collègue était vraiment en danger, les petits élèves qui se balladait inconsciemment dans la forêt l’était tout autant. Si ce qu’elle disait était vrai, la présence de ce premier homme semblait le vérifier, croyait elle pouvoir faire face seule. C’était une élève douée mais elle disposait de bien peu d’information à l’avis du professeur de Runes qui se réjouissait à présent de ne pas l’avoir laisser seule.

Mais il n’eut pas le temps de réagir comme ayant entendu un bruit d’eau, elle se précipita et il n’eut d’autre choix que de la suivre sans rien dire, tout aussi inquiet pour Yuuki que les élèves qui recherchait cette fameuse source. Il se mit à la poursuite de la jeune fille, silencieux, gardant ses question sur un coté de sa tête pour quand elle serait plus disponible pour répondre. Il se précipitèrent tous deux vers ce son jusqu’à arrivé dans une clairière ou coulait de l’eau, un ruisseau non glacé.  A cet endroit, il n’y avait aucune trace dans la neige immaculé et aux alentours. Personne ne devait être passé ici. Mais un bruissement les fit se retourner vers une créature surprenante.
L’assurance de la demoisselle sembla soudain s’envoler comme elle demandait au professeur ce que c’était. Etrange comme elle n’avait pas peur de s’aventurer seule en forêt mais semblait paniqué par un simple botruc. Le professeur Seok avait grandit avec ses créatures et les connaissaient bien, sa familles élevaient et soignaient ses créatures qui gardaient les bois des baguettes magiques. Il devait sans grand étonnement en avoir dans les environs. Il respira calmement

« - Ce n’est qu’un botruc, mais il a l’air plutôt énervé celui-ci. Serait tu tombée sur les racines d’un de ses précieux arbres. »


Si c’était vrai, il ne pouvait le vérifier ou le changer à présent. Un Botruc protecteur pouvait être violent, si seulement il avait quelque cloporte ou œuf de fée avec lui, mais ce n’était pas le genre de chose qu’on apportait tous les jours avec soi. So You ne devait pas avoir ca en stock, comme il doutait qu’elle ai même un out de snack pour elle. Que faire ? Hun Byeol n’avait rien pour le calmer, il ne souhaitait pas non plus lui faire du mal, il avait toujours eut beaucoup d’affection pour ses bestioles dont sa baguette même était faite de leur bois.  Il se souvint d’un sort qu’utiliser ses parents quand il voulait les endormir pour leur prodiguer certain soin qui nécessitait qu’il ne bouge pas.  Le temps pressaient, pour yuuki, les élèves, et So You, ils n’avaient pas le temps de s’attarder avec cette créature. Si seulement il pouvait parvenir à effectuer ce sort.

Il leva sa baguette magique vers le botruc, se concentra fortement et prononça l’incantation pour l’endormir.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:51

Et oui, Soyou n'en menait pas si large finalement face à l'inconnu. Elle avait beau lire beaucoup, elle restait une enfant née de parent moldu : ce qui faisait parti des comptes, légendes et histoire pour s'endormir dans le monde magique ne lui était pas forcément connu. Et la bestiole qui semblait fait de bois ne ressemblait en rien aux pantins qu'elle avait pu connaitre enfant. Et si l'idée de retrouver Yuuki l’obnubilait, elle ne s'était en réalité jamais aventurée aussi loin dans une forêt.
Son enseignant quand à lui ne sembla pas vraiment s'en formaliser, ce n'était " qu'un botruc".... Si ce n'était "que" ça... Mais Soyou restait septique. Cette chose semblait fâchée et pire que tout : elle ne connaissait rien là dessus. Peut-être qu'elle avait un jour lu ce nom dans un livre mais aucune étude approfondie. Le parfait cauchemars pour une jeune fille qui avait pour habitude d'apprendre ses cours par coeur et de pratiquer jusque la perfection.

Et finalement, le professeur Seok démontra qu'il avait bien fait de venir : il prononça une incantation, endormant le petit être étrange sans qu'ils n'aient à le blesser. Dès qu'il fut immobile, Soyou s'en approcha et se pencha pour observer de plus près ce que c'était. Elle ne prit pas la peine de remercier son enseignant ni de le féliciter pour son choix juste et sa réaction sensée : sa propre réaction l'embarrassait. Oui, elle n'en boudait que plus encore. Le fait qu'il l'ai aidé prouvait qu'elle avait tord et aurait eut du mal à se débrouiller toute seule. Cela, ajouté à ce qu'elle avait surpris à l’hôtel et les sentiments qu'elle éprouvait à son égard... Elle ne savait pas comment gérer tout cela. Enfin si. Mais pas sans fuir, pas sans prendre de petites substances qui l'auraient envoyé quelques cieux plus haut.

Après avoir regardé la petite créature endormis, Soyou la fit léviter en douceur, évitant de la toucher pour ne pas y laisser d'odeur puisque la plupart des créatures et animaux n'aiment pas cela, et la déposa au pied de l'arbre dont elle était sorti, sur un petit lit de feuille. C'était sans doute plus prudent pour ce "Botruc". Il faudrait qu'elle se renseigne sur ce que c'était réellement.
Puis sans un mot pour le professeur, elle reprit sa marche en silence. Très vite, elle croisa ses bras sur sa poitrine, essayant comme elle le pouvait de se tenir chaud, se refusant d'arrêter de marcher autant par orgueil que par nécessité de retrouver Yuuki.
Mentalement, elle cherchait un moyen de se dérider, d'expliquer au professeur qu'elle l'aimait bien et n'était pas vraiment fâchée contre lui mais... Elle ne le lui avait que trop dit qu'elle l'aimait bien et plus que bien. Il ne devait plus avoir envie de l'entendre. Et elle ne pouvait plus le dire avec espoir sans avoir l'image de lui dans ce lit avec cet homme, enlacés...

Soudainement, Soyou se baissa pour ramasser une brindille. Elle du s'y reprendre à deux fois tant ses doigts étaient endoloris par le froid. « - Je vais essayer d'en faire une boussole qui dirige vers Yuuki, j'ai lu ça un jour dans un livre... » Sauf que le livre précisait que le sort donnait de bien meilleurs résultats avec un objet appartenant à la personne recherché. Ce concentrer sur Yuuki et surtout autre chose que Hun Byeol était primordial même avec des techniques douteuses. Pourtant après avoir murmuré la formule, le bout de bois tourna dans le creux de sa main, pointant dans une direction.
La jeune femme l'observa un instant, septique que son sort marche réellement mais elle haussa ses épaules et prit la directement indiquée. Après tout, c'était aussi bien que n'importe qu'elle autre direction. L'inconvénient était par contre que la min ainsi tendue devant elle, elle avait encore plus froid.
Sans mot dire, elle avança, suivant les directions indiquées par le bout de bois. Cela dura plus d'une heure, après quoi elle perdit le compte du nombre de pas fait dans le froid. Sa colère diminuait vaguement, remplacé par un sentiment profond de honte face à son comportement, mais plus encore de tristesse. Elle savait ce qu'elle devait abonner, elle ne trouvait pas comment s'y forcer.

Finalement, la boussole improvisée indiqua une dernière direction et ils entrèrent dans un endroit étrange. A chaque pas, la température se réchauffait, la neige disparaissait. Devant eux apparu une jolie clairière, verte et printanière, complètement hors sujet dans cette forêt enneigée. Désormais plus gênée par la neige, Soyou se mit presque à courir, pour atteindre un point de la clairière où elle pourrait voir tout autour d'elle. Elle tourna, parcourant la zone du regard. Mais mise à part le professeur Seok, il n'y avait personne d'autre.
Apercevant un petit bassin, Soyou s'en approcha, veillant à éviter de regarder son enseignant accompagnateur, comme elle se le disait amèrement. A la surface l'eau, le visage de Hun Byeol apparu, pourtant le professeur de rune était encore à quelques mètres du bassin. Et ce professeur là la regardait différemment. Oh combien différemment des regards, tantôt chargé de reproches, tantôt désolé, et bien souvent embêtés qu'il lui lançait. Non, ce regard là était celui d'un homme pour une femme, une femme qu'il aurait trouvé attirante. Soyou recula du bassin, comme brûlée. Elle ne savait pas ce que ce bassin était, mais elle était sûre que ce genre de regard son enseignant le garderait pour quelqu'un d'autre qu'elle.

Face au regard interrogateur de Hunbyeol, elle ne sut comment lui expliquer pourquoi elle avait réagit ainsi. Ce Hunbyeol, souriant et tentateur dans le bassin n'était pas pour elle, elle n'y avait pas le droit. Entre-ouvrant ses lèvres encore bleutées par le froid, elle confessa, espérant s'en sentir mieux  « - Je ne sais pas comment gérer tout ça. Je voulais aller chercher Yuuki tranquillement et m'assurer que tout irait bien pour elle et maintenant vous êtes là alors que... Alors que je ne sais toujours pas comment gérer et contrôler ce que je ressens à votre égard et qu'à chaque fois que j'essaye de me persuader qu'il ne faut pas que j'abandonne, j'ai cette image de vous dans cette chambre... » Pas la peine de terminer cette phrase, il savait de quoi elle parlait. « - Et quand le reste du temps j'essaye de me résoudre et me raisonner, ça... » Soyou secoua sa tête. Ça faisait juste tellement mal. Elle n'était pas assez bien pour lui, pas son type, pas à son goût, tellement "pas" plein de chose alors qu'il éveillait tant d'envie, de curiosité et de possibilité pour elle. « - Je ne sais juste pas comment je dois me comporter avec vous aujourd'hui ni comment faire abstraction de tout cela. Enfin si, bien sûre, je connais la réponse. Vous êtes mon professeur. » Elle se retourna, serrant plus fort son pull humide contre elle. Ça ne l'avait pas vraiment soulagé. Essayer de taire ce qu'elle ressentait et de limiter ses sentiments à ce ceux qu'elle devait ressentir pour un professeur était un calvaire. Et maintenant, son esprit désirait en plus cette image aperçu dans le bassin. Elle posa son regard sur le bassin à nouveau, à distance cette fois. Pourquoi même l'eau d'une clairière s'amusait à tout compliquer ?

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:52

Hun Byeol ne se serait jamais permit de faire le moindre mal à un botruc, c’était après tout le bois même de sa baguette magique, une unique en son genre qui avait attendu ce propriétaire qui pourtant était loin d’être le meilleur sorcier du monde. Il s’était bien souvent demander pourquoi elle l’avait choisie comme propriétaire, mais on ne le lui en avait jamais dépossédé. Si bien qu’il ne pouvait avoir un lien que très privilégié avec ces petites créatures, et même si elle se montrait agressive, c’est un simple sort d’endormissement qu’il lança sur le botruc. Il eut la surprise de voir celui-ci réussir et le petit être s’endormi sur place tandis qu’il se trouvait si agressif deux secondes auparavant. C’est avec une certaine satisfaction qu’il l’avait observé se faire toucher par un sort qui eut l’effet qu’il voulait. Bien sur il ne le laissa nullement paraitre mais il était vraiment content, il se serait senti un peu stupide de louper un sort. Il avait surtout eu peur de dévoiler sa faiblesse magique. Il n’en avait pas vraiment honte, mais il préférait que la nouvelle ne s’ébruita pas parmi les élèves, même si il ne pensait pas que la jeune fille irait le raconter à tout le monde.

Il ne fit aucun commentaire sur la réaction de la jeune fille qui avait eu un peu peur de la créature qui leur était apparu. Elle se tut également et alla observer le petit gardien des forêts qui dormait à présent paisiblement au milieu du chemin. Il l’observa un instant, à présent certain qu’il avait bien fait de la suivre, il ne lui en fit nullement la réflexion. Il se contenta de la regarder léviter le botruc pour le guider au pied de son arbre pour le mettre en sécurité. Où mieux qu’auprès de leur arbre était plus heureux et paisible un botruc ? Nulle part et ainsi eux deux pouvait reprendre leur route. La jeune fille tenta un ingénieux tour avec une brindille qu’elle voulait transformé en boussole vers Yuuki. Elle avait lu cela dans un livre et ce semblait une très bonne idée au professeur de runes. Il aurait bien été incapable de faire une telle chose mais ne pouvait qu’admirer les connaissance de la demoiselle, c’était à sa connaissance un sort assez compliqué surtout avec un objet impersonnel. Mais il réalisait combien elle était déterminée à retrouver Yuuki et regrettait de ne pouvoir l’aider plus. Si il savait juste la défendre des botrucs.

Il la suivit donc dans la forêt tandis qu’elle suivait sa brindille. Il voyait sa main bleuir à rester tendu devant elle, elle devait être frigorifiée et il avait envie de l’envelopper dans son propre manteau, sans doute n’aurait il pas hésité si il n’avait pas eu peur de la déconcentrer et de lui faire perdre sa boussole. Toutefois la vue de la jeune fille qui avait froid meurtrissait son cœur. Il avait plus qu’hâte que Yuuki soit dans leur champ de vu pour qu’il puisse la couvrir plus décemment. Puis soudainement ils entrèrent dans un chemin ou l’air semblait devenir plus doux et d’où la neige disparaissait sans comprendre le sens de ce phénomène
Il y avait au bout, une belle clairière verdoyante comme si c’était le printemps et le temps y était doux et agréable. La jeune fille se mit à courir, et le sportif, bien que surprit la suivit, accélérant lui aussi tout en restant un peu en retrait comme il l’avait fait sur le parcours. Il la it se diriger vers un bassin ou elle regarda avant de se reculé comme un chat échaudé. Il ne put qu’être curieux de la réaction de a jeune fille. Cette eau était elle magique ou malveillante, qu’avait elle vu sous la surface qui semblait cristalline. Il l’interrogea du regard, mais les mots qui sortir des lèvres bleutées ne semblait guère plus explicative et en même temps génante pour le professeur.
Elle ignorait comment géré tout ca. Elle voulait juste aller chercher Yuuki mais il était là à présent tandis qu’elle ne savait comment gérer ce qu’elle ressentait pour lui. Chaque fois qu’elle ne voulait pas l’abandonner, elle avait cet image de lui dans cette chambre… d’hôtel dans le lit d’un homme ajouta t’il mentalement se souvenant tout à fait de son irruption dans ses petits ébats. Le reste du temps, elle tentait de se raisonner mais elle ne termina pas ce que ca faisait. Mais elle ignorait comment se comporter avec lui aujourd’hui et faire abstraction de tout cela. Sauf qu’il était son professeur.

Il resta silencieux comme elle se retournait, il ignorait quoi faire, ni que dire face à ce genre de situation. Il n’avait guère de solution à lui apporter même si il était bel et bien son professeur, seulement un parmi tant d’autre. Sans doute qu’il réalisait aussi que c’était bien plus sérieux qu’il ne l’avait imaginé. Sans qu’il n’ai jamais rien fait pour, sans qu’il ne lui ai jamais laisser le moindre espoir et surtout sans même avoir prit la peine de s’interroger vraiment sur la question, il lui semblait qu’il avait atteint le cœur de la jeune fille. Il soupira doucement, conscient que son silence ne pouvait qu’être plus insupportable mais que pouvait il dire à la demoiselle.

Il se défit de sa veste pour la poser sur ses épaule, s’inquiétant qu’elle n’attrape froid avec son pull trempé par la neige. Il la déposa légèrement sur les épaule de la demoiselle sans la toucher.

« - Tu vas être malade… So You. »
Il se recula à nouveau tout en restant derrière elle dans une forme de respect pour son cœur tourmenté.

« - Je doute que je puisse t’apporter beaucoup de réponse à tout ça, nous serons amener à nous revoir forcément, même après l’autre soir. Je suis ton professeur en effet, un simple professeur. Si Yuuki est en danger, je ne suis pas important en ce moment, juste n’importe quel accompagnateur. Il n’y a qu’à elle qu’il te faut penser. »


Comme il parlait, il vint se pencher au dessus du bassin ou avait regardée la jeune fille un instant auparavant . Ce qu’il vit lui fit secouer la tête de gauche à droite comme pour se réveiller. Mais lorsqu’il reposa son visage au dessus de l’eau, le reflet n’avait pas changé. Il écarquilla les paupières tant c’était impossible qu’elle se trouve là, à la surface de cette eau clair ou il aurait du ne voir que son reflet. Pourtant clairement, le visage était féminin, serein et amoureux.

C'etait insensé ! So You n'avait aucune raison de miroiter ainsi sous le regard de Hun Byeol. Il ferma les yeux et les rouvrit mais la vision ne changea pas. Alors sans doute qu'il comprit où ils était rendu, pourquoi la jeune fille avait sauter en arrière et pourquoi elle lui avait expliqué tout cela. Ce qu'il ignorait c'était, pourquoi est ce que c'était So You que lui voyait là. Comment était ce possible que ce soit elle ?

« Yuuki devrait être là... c'est ce qu'elle venait chercher non, cette source avec son amoureux ? Les a t'on...devancer ? Il y a surement plus d'une route pour venir ici.»
Il ne voulait pas inquiéter la jeune fille mais reellement il aurait pu avoir peur si il n'était pas si troublé par la révélation de la source.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:53

La vision de la source était perturbante. Soyou ne croyait pas à ce genre de stupidité. Elle n'était ni romantique ni rêveuse, encore moins superstitieuse. Et même sans ça, c'était tout bonnement absurde, comment un sort pouvait-il déterminer qu'elle "âme" était liée à une autre ? Aucun destin n'était écrit et les gens ne naissaient pas avec une personne qui leur été attribuée pour le restant de leur jour. Alors pourquoi la vue du visage de Hun Byeol ainsi lui serait le coeur ? Pourquoi l'espoir l'avait un instant étouffé ? Peut-être tout simplement car c'était quelque chose qu'elle n'aurait jamais. Oui cela devait être le secret de la source, juste montrer ce à quoi le coeur aspire.

Son enseignant vient déposer sur ses épaules son manteau, s'approchant à peine. Le coeur de Soyou se serra. Évidement qu'il la fuyait et l'évitait après les propos qu'elle avait tenu. Il avait tord de penser n'être qu'un simple professeur. Son parfum comme son sourire pouvaient faire s'emballer le cœur de Soyou sans qu'elle ne puisse se l'expliquer et les instants d'attentions qu'il avait pu involontairement lui offrir étaient précieux pour elle.

Il avait fait demi-tour, se dirigeant à son tour vers l'étrange source. Soyou comptait lui rendre son manteau immédiatement, mais son intention fut interrompue par la réaction de son professeur. Elle l'observa du coin de l’œil secouer la tête puis regarder à nouveau. Elle ne posa pas de question, elle n'avait pas envie de savoir si la personne vu dans cette eau était le type de l'autre soir, un autre amant ou quelqu'un d'encore inconnu. Ça avait surpris le professeur mais après tout, cette source montrait juste des désirs inavouables ou quelque chose du genre.

« Yuuki devrait être là... c'est ce qu'elle venait chercher non, cette source avec son amoureux ? Les a t'on...devancer ? Il y a surement plus d'une route pour venir ici. »
Soyou l'observa quelques secondes en silence. « C'est vrai... Ils devraient tout de même déjà être là puisqu'on a fait un détour... » Soyou observa autour d'elle. Pas de trace de pas en dehors des leurs. « Je n'ai pas l'impression qu'ils soient déjà venu... Il on peut-être été retardé ? Ou quelque chose lui est arrivée ? » L'inquiétude repris. Ils n'étaient eux-même tombés que sur une petite créature, mais peut-être, sans doute même que bien pire été abrité par les bois. Et un homme vagabondait en voulait s'en prendre à Yuuki.

« J'ai dû me tromper dans mon sort ou fausser la donne.... ! » Elle ne voyait que cela. La jeune femme retira le manteau de ses épaules pour le tendre à son professeur. « Merci mais je suis assez grande pour assumer le fait que je suis sortie sans manteau. De plus si c'est pour que vous même soyez malade, je n'en vois vraiment pas l'intérêt. Je suis votre élève peut-être mais je suis avant tout âgée de vingt ans et je peux me débrouiller seule. » Ou plutôt elle pouvait mourir de froid avec fiertés. Si le professeur Seok tombait malade à sa place, elle ne se le pardonnerait pas.

S'appliquant à chasser toutes les pensées parasites en dehors de Yuuki et de l'urgence de la situation, Soyou fit à nouveau vibrer la petite branche dans sa main. Et lui emboita le pas, suivant sa direction, quittant alors la chaleur de la clairière autour de la petite source. Elle s'appliqua à ignorer ses doigt des pieds comme de mains gelées et à ne pas claquer des dents. Si elle rejetait assez fort l'idée d'être malade peut-être bien que cela marcherait.
La jeune femme continua d'avancer comme si elle était seule, ne voulant penser qu'à Yuuki. Elle s'y appliqua si bien qu'elle ne regardait à peine vers où ils allaient. Jusqu'à ce que la scène se mette en place sous leur nez. Yuuki et son amoureux marchaient le long d'un chemin (oui visiblement il y en avait hein, Soyou se demanda un instant comment elle avait pu être aussi idiote et les mener ainsi à travers les bois...). Mais plus important encore, dos à eux à quelques mètres, se tenait un homme, discrètement tapis. Il épiait les deux amoureux, sans avoir vu ou entendu ni le professeur, ni Soyou pour l'instant.

La jeune femme se figea. Oubliant réellement le froid et son malaise vis à vis de la personne qui faisait fondre son cœur, elle se retourna vers lui pour s'assurer que lui aussi avait bien vu l'homme au comportement étrange. Essayant de parler le moins fort possible, elle murmura à son professeur : « Je ne le vois pas bien mais je crois que c'est lui... » Son instinct lui soufflait de se méfier de cet homme, elle ne l'avait que peu apprécier les quelques minutes où elle l'avait rencontré chez Shota...

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:53

Ce miroir d'eau ne pouvait qu'être celui de la légende, il n'y avait pas d'autre explication à la présence de la demoiselle sur sa surface et pourtant, cela n'avait aucun sens. Si cette source montrait l'ame soeur, comment pouvait elle lui montrer ce visage si féminin et doux, si jeune de son élève. C'était insensé et bien interdit, quand bien même rien ne précisait dans combien d'année se déroulerait cette vision, cela lui semblait bien impossible. Il était trop vieux pour elle, et il ne s'imaginait pas établir une quelconque relation de ce genre avec une de ses élève, quand bien même sans doute sans le remarquer, un lien unique s'établissait entre eux en cet instant même. Il  ne fit pas le moindre commentaire sur ce qui venait de se produire sous ses yeux, tentant par des geste d'éveil et d'incrédulité de faire changer le visage qui se refletait. Toutefois celui ci ne bougeait pas, seul le regard doux de la demoiselle qu'il accompagnait s'inscrivait sur cette eau menteuse. Aussi il pensa préferable de s'eloigner de celle ci et de sa vision impropre et impossible et se contenta d'observer les alentour renoncant à preter le moindre egard à cette soi-disante source magique.

Il s'inquiéta de ne pas voir Yuuki ici, se doutant que c'était le lieu ou ils devaient attérir et rechercher comme tout les amoureux embarqué dans cette aventure. Avait il prit un autre chemin plus long. Elle dit que c'était vrai mais qu'il devrait tout de même etre déjà la comme ils avaient eux même fait un détour. Pourtant le lieux semblait vierge et inexploré, comme si personne n'avait foulé ce sol derniièrement, pas d'herbe ecrasé, pas de trace de pas.  Soit c'était une propriété magique du lieu soit personne n'était passé par là avant eux depuis quelques temps. So You exprima les pensées de celui ci comme elle indiqua qu'elle n'avait pas l'impression qu'ils soient déjà venu. Ils avaient peut être été retardé, ou bien il leur était arrivé quelque chose. Hun Byeol aurait préféré ne pas considérer cette solution, mais vu le cadre qu'offrait cette forêt, plus les information inquiétante donnée par son élève, c'était malheureusement une solution à prendre en compte et plausible. Qui sait ce que cette forêt cachait comme chemin sombre, comme créature et piège ou se faire attaquer par des personnes mal intentionnées.

La jeune fille s'inquiéta qu'elle avait du se trompé dans son sort et fausser la donne. Le professeur sourit doucement à la jeune fille en haussant les épaule, pas complétement certain que ce soit le fait de sa bousole magique, la considerant bien meilleur que lui même.

"- Je ne suis pas sur que ce soit votre sort qui ai fait défaut ou bien cette sources qui a attiré et faussé votre bousole. Il y a une aura magique étrange ici, même des créatures. A mon avis elle tente d'attirer à elle toute personne qui s'immisce dans cette forêt et se fait protéger par tout ce qui vit ici grâce à elle."

Il eut toutefois l'impression que la jeune fille ne l'écoutait plus comme elle lui tendait à présent son manteau qu'il avait posé sur ses épaules. Sous le regard ébahi et un peu incrédule de l'homme elle refusait celui ci en le remerciant. Elle dit qu'elle était assez grande pour assumer le fait de sortir sans manteau. Si c'était pour que lui sois malade, elle ne voyait pas l'interet. Elle était certes son elève mais elle se trouvait tout de même agée de vingt ans et elle se pouvait se débrouiller seul. Il sourit doucement, amusé par l'entetement de la demoiselle. Ayant promis de ne pas l'embeter, il reprit son manteau pour lui.

Il la trouvèrent bientôt, elle était accompagnée d'un bulsajo, un élève, et se balladait amoureusement dans cette forêt sans aucune autre préoccupation. Ils semblait détendu et joyeux de sortir enseble sans sembler inquiet de la moindre ombre qui viendrait ternir ce joyeux rendez-vous amoureux. Pourtant, les dire de So You semblait se reveler exact comme un homme avait une attitude tout ce qu'il avait de plus louche. Il semblait suivre le couple en secret, les épiant dans leur ballade. Ses intentions était inconnu mais ne pouvait être bonne, du moins, il semblait très suspicieux et So You semblait le considerer comme un danger pour Yuuki, Hun Byeol faisait donc tout à fait confiance à son élève qui ne se serait pas embarqué dans une telle aventure sans une menace qu'elle jugeait acceptable.

Elle s'arreta et Hun Byeol fit de même, en essayant de détailler l'homme, cette silhouette ne lui était ni inconnue, ni plaisante. Il était un sang pur et connaissait bien ceux de Corée de son âge, quand bien même sa passion pour le saut à la perche l'avait toujours classé au rang d'ami des moldus et de traitre à son sang. Il était presque sur de l'identité de celui ci et s'inquiétait que sa collègue soit poursuivit par ce type. La jeune fille lui murmura qu'elle ne le voyait pas très bien mais que ca semblait être lui. Il posa une main sur l'épaule de la jeune fille et murmura très doucement à son oreille.

"-je suppose...je connais ce type ! C'est pas la meilleure fréquentation qu'on puisse avoir. Cet homme est assez dangereux et déteste les moldus. Il doit être seul, à part l'homme de tout à l'heure, il n'est pas du genre à agir en grand groupe, lui et un complice. Mais on peut sans doute le maitriser par surprise. Tu saurais lancer des sortilèges informulés?" Un professeur qui demandait une telle chose à son élève, c'était ridicule, c'était à lui de la protéger n'était ce pas, elle et Yuuki et cet autre élève qui quand bien même entretenait il une relation déplacée avec sa professeur se trouvait en un plus grand danger. Il prit le bras de la jeune fille pour la mener très silencieusement derrière l'homme dans la plus grande discrétion. Puis quand il leur trouva un emplacement idéal, potentiellement proteger par un arbre mais pas trop loin de l'indésiré poursuivant, il donna une légère pression encourageante à la jeune fille pour qu'elle lui lance un sort.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:56

La méfiance de Soyou envers cet homme de sang pur été née des propos qu'il avait tenu chez Shota. Propos n'était d'ailleurs pas assez fort. C'était là des menaces, clairement formulées à l’égard des nés moldus et surtout, ciblant clairement une de ses rares amies, Yuuki, contre qui il avait une dent en particulier. Elle n'avait pas cherché à y comprendre grand chose, la cause même l'avait d'emblée déranger : l'argument principale de leur rancœur tournait autour de deux points : être de sang pur et fréquenter des nés-moldus.
Cependant, Soyou ne désirait pas attaquer au hasard.... Bien qu'à choisir, elle choisirait la sécurité. Deux heures figés pour un innocent était un moindre mal que de ne pas figer un anti-moldu prêt à passer à l'acte. Simple question de faire la part des choses. Mais malgré tout, sa conscience préférait être sûre... La jeune femme s'appliquait donc à essayer de reconnaitre cet homme qu'elle n'avait vu qu'une fois et pas vraiment dans un contexte faisant qu'elle avait prêté attention à son physique dans un premier temps.

Pourtant ce fut le professeur Seok qui la conforta dans son pré-sentiment et son doute vis à vis de l'homme. Quand son enseignant posa la main sur son épaule, le corps de Soyou se tendis, perturbée par le contact physique.... Et plus encore quand son visage s'approcha pour venir murmure à son oreille. Inconfortable pour elle qui essayait de s'encrer dans le crâne qu'il n'aurait jamais aucun intérêt pour elle. Professeur. Gay. Non Intéressé. Illégal. Non consentant. Professeur. .... Dès que son cerveau cherchait à batifoler vers l'espoir, elle se martelait ces mots en tête. Alors sagement elle essaya d'ignorer que ce contact, cette proximité lui plaisait autant que cela la gênait. L'indifférence était la parfaite réaction, après tout elle n'aurait pas du réagir à cela en temps normal.
Le professeur Seok connaissait cet homme et affirma ce qu'elle suspectait : dangereux et anti-moldu. Son professeur semblait à présent lui aussi sûr qu'il était important de l'empêcher de mettre en œuvre son plan. La suite aurait pu sembler très étrange à Soyou si elle n'avait pas tant prit à cœur de régler personnellement le problème. Il lui demanda si elle pouvait lancer des sorts sans les formuler. Évidement que oui, elle travaillait toujours beaucoup pour chercher à être parfaite. Là où elle aurait pu voir un comportement étrange pour un professeur qui ne prenait aucun décision, elle y vit sa responsabilité qui était engagée. C'était sa mission, son plan et elle n'avait aucun problème avec l'idée de le réaliser d'elle-même. Elle appréciait qu'on ne remette pas en question ses compétences, après tout son carnet de notes était en excellentes depuis sa première année de sorcière. Elle hocha donc sa tête pour confirmer qu'elle approuvait ce qu'il avait dit et que oui elle pourrait sans soucis jeter un sort sans le formuler.

Malheureusement pour elle, le professeur Seok n'en avait pas finit avec cette proximité qui déréglait le cœur de Soyou sans qu'elle puisse rien y faire. Attrapant son bras, il l'entraina à sa suite pour qu'ils se place dans un axe plus stratégique pour une attaque. Derrière lui, marchant en essayant de faire le moins de bruit possible, Soyou pouvait observer ses épaules, son regards sérieux si préoccuper... Qu'elle était nulle de ne pas parvenir à se focaliser sur le réel problème, pourquoi ses pensées revenaient toujours à son enseignant ?
Le problème. Se forçant, Soyou se concentrant sur un sort pour masquer leurs bruits. Elle le formula sur ses lèvres sans un mot et la forêt autour d'eux sembla soudainement avaler le moindre de leur bruit pour les masquer.
Le professeur Seok choisit l'endroit et s'arrêta. D'une pression, il donna à Soyou le signale que c'était le bon moment. Les doigts gelés, presque soulagée de ne pas avoir à user de ses lèvres bleutées souffrantes du froid, Soyou pointa sa baguette en direction de l'homme mystérieux. L'homme se figeât avant de tomber sans un bruit au sol, immobile comme une branche morte. Seul l'éclair lumineux sortis de la baguette de la jeune femme témoignait qu'elle était coupable de ce geste.

Elle aurait pu filer vers l'homme au sol pour vérifier qu'il ne causerait plus de problème, mais elle ne s'en senti soudainement plus le courage.
Elle avait mal aux pieds. Maintenant que tout danger semblait écarté, elle se rendait compte de combien cette marche qui avait début depuis bien plus d'une heure maintenant avait mit à l'épreuve ses pieds. Ça aurait sans doute déjà été le cas naturellement mais les talons haut de dix ou quinze centimètres ne lui avaient fait aucun cadeau. Elle redoutait de jeter un coup d'oeil à l'état de ses pieds ce soir, elle était bonne pour s'acheter des pansements anti-ampoules voir même une pommade pour réparer des coupures ouvertes. Dieu merci, elle était dans l'univers sorciers maintenant, demain il n'y aurait plus rien. Moldu, elle était bonne pour dix jours à se maudire d'avoir prit ses chaussures. Elle se faisait déjà intérieurement la morale pour avoir été si idiote et avoir changé d'avis au derniers moment. Elle se connaissait pourtant, elle aurait dû être apte à savoir qu'elle n'arriverait pas à se sortir cette idée de la tête ni laisser Yuuki dehors avec les amis de Shota à ses trousses.
Dans un soupire, à demi soulagée, à demi épuisée par cette promenade imprévue, Soyou s’accroupit en frottant sa cheville, les yeux figés dans le direction du corps immobile. Le soulagement l'envahie. Il n'irait pas s'en prendre à qui que ce soit aujourd'hui. Pas dans cette forêt. Avec un peu de chance il ne saurait rien de son intervention et elle n'aurait même aucun soucis avec Shota. Yuuki et son amoureux disparaissaient déjà à leur vue, tant mieux pour eux la journée aurait été bonne sans doute.

L'inconfort de la situation reprenait lentement le dessus. Après ses pieds, la sensation de froid due à son pull trempée se fit plus claire. Même son soutiens-gorge était maintenant imprégné d'humidité, quelle matière superbe que la laine et ses fils, ne faisant absolument aucune barrière face à l'humidité. Pas plus que son jean ne qui ne sècherait pas par ce froid. Elle ne voulait même pas réfléchir à quoi devait ressembler son visage ou ses cheveux. Mais tout ça ne devait pas compter. Un nouveau soupire s'échappa de ses lèvres, cette fois ci face à l'idée du retour. Un instant elle hésita à se débarrasser de ses chaussures à talons, mais le froid de la neige lui fit repousser l'idée à "un peu plus tard". Elle verrait bien combien de minutes ses pieds supporteraient encore de marcher là dessus.
Se redressa, Soyou adressa un petit sourire à son enseignant, plus par politesse et pour essayer de masquer sa fatigue. Elle chercha même à mettre de l’entrain dans sa voix. « Bien, on peux rentrer je pense ! Enfin, c'est ce que je vais faire pour ma part... » Oui après tout, il faisait ce qu'il voulait. Elle accompagna sa déclaration d'un petit mouvement de main vers là où devait se trouver le chemin du retour avant de faire un nouveau pas dans la neige sous la protestation de ses pieds. Le retour allait être long.

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 21:56

Hun Byeol aurait du réagir, en tant que professeur, il aurait du être de son devoir de protéger ce petit couple visé et de la jeune fille qu’il accompagnait. Si seulement il en était capable, il n’aurait pas hésité un instant face à cet homme qui lui donnait des raisons de croire que So You avait eu une sérieuse raison de se lancer dans cette poursuite. Il connaissait cet homme, mal certes mais se trouvant du même âge à peu près, il reconnaissait la dangerosité de celui-ci. Il n’avait pu que la prévenir de ce danger, mais n’était pas en mesure d’agir et laissait ainsi à son élève le soin de s’en débrouiller quasiment toute seule, comme si c’était ses affaires et qu’il n’avait pas à s’y mêler, pas à prendre ce risque, cette initiative d’attaquer un inconnu à sa place. Il la mena donc simplement dans un sillage qui lui offrait une belle opportunité dans le silence de la forêt. D’une simple pression il lui demanda d’agir à cet instant et la jeune femme s’exécuta, lançant un sort informulé à l’homme qui les précédait. La forme se figea et tomba à terre, sur le dos sous le regard relativement froid des deux personne qui n’exprimèrent aucune pitié pour celui qu’elle venait de stupefixer avec succès et simplicité comme si il s’agissait d’un simple entrainement, un sort facile. Témoin silencieux de la scène, il resta muet tout comme elle comme l’homme touchait le sol et resta à fixer cette forme sans vraiment prêter attention à So You, sans même la féliciter car ce n’était pas quelque chose de vraiment glorieux à attaquer un homme dans son dos, même si celui ci se trouvait dangereux.

Il l’entendit soupirer de soulagement, sans doute pouvait il comprendre celui-ci comme elle s’était trouvée stresser par cette situation, par la poursuite qu’il venait d’effectuer, le risque qu’avait subi ce petit couple et qui avait effrayée So You. Tout cela était fini, le petit couple, lui, ne s’était rendu compte de rien et disparaissaient de leur champs de vision, sans préoccupation aucune apparemment. Il sourit doucement à la jeune femme en se tournant vers elle mais elle ne le regardait pas, fixant encore ce corps inerte. Elle semblait en bien triste état, ses mains violacée par le froid, ses vêtement trempés qui semblaient trop grand, collant et inconfortable. Hun Byeol n’osa rien faire, la relever et la guider vers le château. Il se contenta de la laisser reprendre ses esprits, reprendre son souffle.

Elle se releva sous le regard légèrement inquiet et soutenant de Hun Byeol, il voulait lui transmettre un peu de force pour reprendre la route du château, sans vraiment trouver les mots pour la soutenir, même dire qu’il la couvrirait ne sorti pas de ses lèvres.  Elle décida seul qu’il leur était temps de partir, de reprendre leur route. Elle pensait qu’ils pouvaient rentrer et c’était du moins ce qu’elle allait faire pour se part. Elle entreprit donc de reprendre la route, avec ses talons et ses chaussures trop fine pour la neige. Elle lui faisait un peu pitié mais il ne voyait pas pourquoi elle ne s’auto-administrait pas un simple sort pour se sécher quand lui ne pouvait la réchauffer. Seulement elle avait du mal à marcher, il le voyait. C’est pourquoi comme elle avait déjà filé devant lui précipitamment, il vint la rejoindre, se mettre à sa hauteur, sa difficulté à marcher ne pouvant que le frapper

« - Attends ! tu ne peux pas rentrer comme ca, tu va te fouler la cheville. »

Il s’accroupi devant elle pour qu’elle puisse monter sur son dos, il ne voulait pas qu’elle s’abime sur le chemin du retour puis elle aurait sans doute plus chaud. Il fallait bien sur la convaincre de monter sur ses épaules pour qu’il puisse la transporter vers l’ecole dans cette forêt charnue .
« - Grimpe ou j’enlève 15 points aux apheredis ! On ne discute pas, plus tu discute et plus j’ôte de point !  »

Non il ne lui laissait pas le choix, car elle aurait refusée tout simplement, mais il pouvait la soulager de ses pied ourd et meurtri sans aucun doute et s’en contentait. Il se releva en portant la demoiselle vers l’école ou du moins en rebroussant chemin et essayer de retrouver leur route vers l’école même si ils avaient beaucoup marché jusque là.

«- Tu es plutôt douée en magie ! »

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 22:00

Mal, mal, mal. A chaque pas, cette sensation revenait dans son esprit, bien présente, incapable de partir. Si elle essayait de se concentrer sur autre chose que ses pieds douloureux qui ne supportaient plus la présence de ses escarpins, elle se retrouvait face à ses mains raidies par le froid ou la sensation de ses vêtements trempés.
C'est vrai, elle était sorcière et aurait sans doute pu régler très facilement ce détail, surtout avec les notes qu'elle obtenait. Mais elle était aussi et avant tout née moldu, dans une famille de moldue. Réviser pour un sort, elle savait faire, tout comme apprendre des leçons très efficacement et aussi se débrouiller face à d'autres sorciers. Dans une situation magique, répondre de façon magique était plutôt normal. Mais pour le reste, les situations classiques, user de la magie ne lui était pas naturel et ne le serait peut-être jamais. Elle ne comprenait pas ces sorciers qui utilisaient un sort pour faire touiller une cuillère dans une tasse. Réparer un verre, ranger rapidement une pièce, oui, admettons. Mais déplacer un livre non. Pas plus que faire à manger et d'autres choses basiques. Il y avait des choses pour lesquelles ça ne lui venait pas à l'esprit et la situation dans laquelle elle se trouvait n'en faisait pas partie. Simplement car elle se sentait honteuse d'être ainsi trempée, de mal résister au froid, d'être ridicule en forêt. Tout comme elle se sentait faible, enfant, que les autres enfants la trainait jusqu'au toilette pour l'asperger d'eau. Elle se refermait, essayait d'ignorer cette sensation froide, trempée et humiliante et de faire avec, de garder la tête haute. Gérer cela avec la magie ne lui venait pas à l'idée, c'était pas un problème de magie, juste un soucis de vêtements.

Perdue dans ses pensées, la jeune femme failli rentrer dans son professeur quand il la dépassa pour venir s'arrêter devant elle. Interloquée, elle l'écouta affirmer d'un ton inquiet qu'elle ne pouvait rentrer ainsi, qu'elle allait se fouler la cheville. Honnêtement, elle n'était tout simplement pas sûre de parvenir à rentrer ainsi, du moins pas sans retirer ses chaussures, elle ne supportait plus d'être debout. Cela lui faisait mal, mais elle avait assez de bon sens pour savoir que marcher pied nu dans la neige ne ferait que la refroidir, pire encore si elle avait quelques plaies ouvertes.
Pour autant, elle ne s'attendait pas à voir l'homme s'accroupir pour lui ordonner de monter sur son dos. Elle ouvrit les lèvres pour protester, par principe de contester, pour s'opposer à lui, avec le peu de force qu'il lui restait, par simple principe. Car c'était la seule chose qu'elle pouvait faire face à lui, lui qui faisait parfois sauter des battements à son cœur ou dont le sourire réchauffait sa poitrine, elle n'avait que cette arme pour l’empêcher d'entrer impunément dans son cœur alors qu'il avait clairement affirmé ne pas le vouloir. Que pouvait-elle faire si il ne cessait d'être gentil et qu'il prenait ainsi du temps pour se préoccuper d'elle ? Et peut-être commençait-il à comprendre un peu comment elle fonctionnait, ou du moins se douter de combien elle pouvait être têtue et orgueilleuse car avant qu'elle ne dise quoi que ce soit, son ordre se transforma en... menace ? avertissement ? Si elle refusait de monter sur son dos, il retirerait des points aux apheredis. Elle aurait pu s'en offenser, se braquer complètement, mais elle était fatiguée. Étrangement, une part d'elle aimait bien ce ton, c'était assez sexy. Plus encore, cet façon de faire lui permettait de ne pas avoir à résister, elle pouvait masquer le fait qu'elle abandonner le fait de s'opposer à lui par une simple obéissance face à une menace.

Soyou n'attendit pas bien longtemps avant de plier les genoux et d'enrouler ses bras autour du coup du Professeur Seok, refermant ses jambes contre ses côtes. Un instant après, les mains de son enseignant virent se refermer sur ses cuisses et il se releva, reprenant le chemin. Pour garder la face, elle murmura d'un ton en apparence peu conciliant « - Je ne suis pas sûre que ce soit vraiment conforme au règlement de retirer des points dans cette situation... On est même pas dans l'enceinte de l'école. » Elle ronchonnait, ni plus ni moins, doucement, fatiguée et épuisée de lutter contre le fait qu'il lui plaisait et que sa présence ici la perturbait. Et elle pouvait encore en rajouter. « - C'est vous qui allez être fatigué à cause de moi. » Et elle s'en sentait coupable, ils étaient encore loin de l'école et elle était sûre que ses pieds étaient couverts d'ampoules affreuses. La perspective de remettre les pieds au sol ne l’enchantait pas, elle aurait voulu avoir un lit et ne plus marcher. Jusqu'à ce que l'infirmier mette une lotion magique pour arranger tout ça. La magie était superbe pour cela.

Le professeur fit une remarque sur le fait qu'elle se débrouillait plutôt bien en magie. Soyou sourit légèrement, engourdie par le froid. « - Je travaille beaucoup, je lis les livres, j'apprends et je m'entraines avec soin, je ne veux que des notes optimales. » Ce n'était pas plus compliqué que cela, on avait toujours exigé d'elle qu'elle est la meilleure note possible à l'école quand elle était enfant. Son père, une fois la pilule passée pour la sorcellerie, avait continuer d'exiger la même chose, sans doute plus pour l'impression de pouvoir encore contrôler les événements que par préoccupation pour les matières des sorciers mais bon. Ça ne changeait pas les objectifs de Soyou, des notes optimales et elle faisait ce qu'il fallait pour y arriver. Pour l'étude des runes, c'était bien plus compliqué que cela.
Doucement, Soyou finit par reprendre la parole, plus timidement et de façon bien moins provocante que les propos qu'elle avait pu tenir depuis le début de la journée. « - Je suis désolée d'avoir été désagréable tout à l'heure. Mais.. Je ne comprends toujours pas, pourquoi vous faites cela ? Venir ici, vous occupez de ce que je fais, vous n'avez pas suivit tout les élèves, pourquoi vous inquiétez de ce que je fais, pourquoi, de si je suis fatiguée ou que je me foule la cheville ? » Elle ne pouvait pas abriter son cœur de l'effet qu'il lui faisait si il agissait ainsi. Si il l'avait ignoré et cessé de lui parler complètement, ça aurait été plus simple. Elle se serait aussi probablement foulé la cheville et assise morte de fatigue dans la neige froide. Au lieu de ça, elle avait ses bras resserrés autour de son cou, contre son torse. La tête appuyée dans le creux de son épaule, elle était trop fatiguée pour se tenir plus en arrière. De là, elle pouvait respirer son parfum et sentir pleinement la force de son dos contre elle. Et malgré le fait qu'elle savait pertinemment qu'il n'éprouvait rien pour elle, sa présence réchauffait son cœur et la rassurait.

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : lee dong wook ». J'ai égaré : 130 parchemins. Ma bourse est remplie de : 448 et j'ai : 35
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 22:01

Il n'avait pas pris la peine de se préoccuper de leur histoire, de sa déclaration, la drogue, son irruption dans une chambre où il se trouvait en compagnie d'un homme. Malgré tous ces événements, il ne s'était nullement gêné pour venir porté la jeune femme comme celle ci semblait avoir mal au jambes et épuisée si bien que ca lui avait sembler tout à fait neturelle de lui proposé son aide. Il le faisait sans la moindre arrière pensée, et sans réflechir à l'ambiguité de cette attitude qui pouvait être mal interprétée. Ce n'était qu'une simple aide à ses yeux, rien de bien significatif, juste le devoir d'un professeur envers une élève mal en point, et il espérait que So You n'y verrait rien d'autre qu'une certaine dévotion envers l'élève et non la manifestation d'un quelconque sentiment autre que la compassion. Il l'avait quelque peu forcé, abusant de sa position pour la faire monter sur son dos pour l'emmener jusqu'aux château même si en réalité, il n'avait aucune autorité sur elle en cet endroit. Toutefois elle ne s'était pas opposé face à la volonté de Hun Byeol. Elle vint toutefois remarquer qu'elle n'était pas sure que ce soit vraiment conforme au reglement de retirer des points dans cette situation, ils n'étaient même pas dans l'enceinte de l'école. Il sourit à cette remarque tout à fait prtinante qu'il entendait comme un ronchonnement de la jeune fille. Elle vint ajouter que c'était lui qui allait être fatiguée par sa faute. Il secoua la tête pour la rassuré que ca irait, il avait l'habitude des efforts, pas de ce type certes mais elle n'était pas très lourde, il pouvait la porter jusqu'à l'école.

Ils poursuivirent la route et il vint remarquer qu'elle se débrouillait bien en magie, les capacité des autres l'émerveillant sans cesse. Elle lui répondit qu'elle travaillait beaucoup, elle lisait des livres et s’entraînait avec soin, elle voulait que des notes optimales. Il pensait qu'elle devait vraiment s'exercer avec soin et détermination, comme lui l'avait fait e rune et en sport, et pour tous ses sort qui ne sortait jamais de s baguette que pour faire des dégat ou rendre un résultat partiel. Les notes optimales ne décorait pas beaucoup son carnet de note à l'époque ou il étudiait mais il était aujourd'hui professeur pour des élèves bien meilleurs que lui sur de nombreux domaines sauf celui qu'il leur enseignait bien sur.

Elle reprit la parole pour lui dire qu'elle était désolée d'avoir été désagréable avec lui tout à l'heure. Seulement elle ne comprenait toujours pas pourquoi il faisait cela. Venir ici, s'occuper de ce qu'elle faisait, il n'avait pas suivi tous les élèves ! Pourquoi s'inquiéter de ce qu'elle faisait, de si elle était fatiguée ou de si elle se foulait la cheville. Des question qui n'avait pas de réponse évidente pour le professeur. Il était difficile d'expliquer ce qui l'avait vraiment pousser à suivre cette élève précisément, à accompagner So You et à se montrer si prévenant avec elle. Il lui avait maintes fois fais part qu'il n'était pas intéressé par elle de la même manière que ce qu'elle espérait. Toutefois, il se trouvait là, à la porter, elle devait vraiment être perturbé par ce comportement. Ce n'était pas non plus une compassion lié au fait qu'il avait briser ses espoir, qu'elle avait certainement du être particulièrement choqué de le trouver embrassant un jeune homme qui aurait pu devenir son amant cette nuit là. Bien sûr, il n'avait pas voulu cela, qu'elle le voit ainsi car ça ne pouvait que la blesser et il n'avait nul intention de le faire.

« - Je sais que ce doit te paraître étrange et déboussolant et à ta place, je serais certainement perdu par mon action aujourd'hui. Pourtant, je ne suis pas professeur depuis longtemps et de tous mes élèves, tu es certainement ma préférée. Enfin, c'est au delà de ce rapport professeur- élève. C'est juste, j'ai une certaine amitié pour toi. J'aimais beaucoup parler avec toi pendant nos cours et quand tu t'es ouverte à moi, j'ai certainement pris un peu peur, car ce n'était pas vraiment quelque chose de possible. Alors je pensais que je devais retourner à cette position froide et ferme dans une relation tout à fait responsable d'un professeur. La vérité, c'est que je t'aime bien...je fais ça car je t'aime bien...n'est ce pas une raison suffisante ? Je ne saurais pas te concéder plus que mon amitié, mais si tu es d'accord, car ca a du être difficile pour toi, on peu essayé de surpasser ce qui s'est passer dernièrement et repartir sur de nouvelle base, amicale. Qu'en dis tu ? »

Il venait juste de lui faire une déclaration d'amitié, sans se préoccuper de cette vision dans l'eau dont il ignorait la signification, ou qu'il ne voulait pas croire, il rentrait vers le château avec la jeune femme sur le dos, une femme qu'il appréciait et qui l'avait même toucher à travers ses aveux.

THE PHOENIX'S SONG ~
uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Soyou Park
Student
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Bong Yee ». J'ai égaré : 421 parchemins. Ma bourse est remplie de : 809 et j'ai : 25
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   Lun 14 Juil - 22:01

Elle posait les questions pour s'en délivrer. Pour confesser les interrogations qu'elle avait sur le cœur mais sincèrement, elle n'attendait aucune réponse en particulier. Il ne lui en devait pas, il était son enseignant et elle devait lui taper sur le système depuis le premier soir où elle l'avait embrasser. Sans doute un peu plus à chaque fois qu'elle avait suggérer quoi que ce soit pour se rapprocher de lui. Et absolument certainement depuis le soir où elle l'avait dans un lit avec un autre homme. Cette vision avait réussit à faire taire ses espoirs, lui permettant de comprendre clairement combien elle n'était pas son genre. Mais son cœur battait indépendamment de ses espoirs, bien éloigné de toute raison.
Elle demandait, se livrant comme un livre ouvert, mais non, elle n’espérait même pas de réponse. Elle ne lui en aurait même pas voulu de rabâcher encore ce genre de question à vouloir savoir ce qu'il pensait, pourquoi il agissait de la sorte. Même sans parler de soupire, qu'il ne réponde pas aurait était normal. Certes, ça n'aurait rien facilité du chemin retour, le silence aurait sans doute était pesant mais la réponse plutôt claire en soit. Ses doigts serrés entre eux, la jeune femme se tenait les deux mains pour bien restée agrippée sur le dos de son professeur. Ce geste ne lui apportait pas vraiment de chaleur mais l’empêchait de se refroidir plus, tout comme les bras du professeur Seok fermés autour de ses jambes gardaient un peu de chaleur malgré l’humidité des vêtements qu'elle portait.

Mais quoi qu'il arrive, il restait un homme bien. Elle l'avait senti depuis la première fois où elle l'avait vu et ce jour ne ferait pas exception. Au lieu de la laisser dans le silence, il prit la peine de lui répondre. Sans même chercher à éviter la question, il compatis, cherchant à se mettre à sa place. Elle n'était pas sûre que la compassion qu'il devait éprouver soit le meilleur des sentiments, mais cette déception fut doucement effacée par les mots qu'il libéra ensuite. Elle était sa favorite parmi ses élèves, du moins c'est ce qu'il dit. Plus encore, cela dépassait le simple lien entre enseignant et élève, allant jusque parler d'amitié. Sans mot dire, osant à peine respirer, elle l'écouta lui dire qu'il aimait parler avec elle et lui expliquer la crainte qu'il avait eut quand elle s'était ouverte à lui. Elle aurait plutôt dit qu'elle lui avait fait du rentre dedans ce soir là, mais pourquoi pas. Elle se sentit un peu plus désolée et coupable face à ce qu'elle lui avait fait subir depuis, insistant encore et encore, égoïstement, voulant lui faire entendre de force ses sentiments ou abuser de certaines faiblesses que pouvaient avoir certains hommes en le séduisant. Échec terrible, plat et sans fin depuis des semaines maintenant. Elle avait du être simplement ridicule.
Il s'avoua dans l'incapacité de parvenir à retourner à une relation plus distante, n'étant pas parvenir à rester froid et ferme envers elle. Il l'aimait bien, il faisait cela parce qu'il l'aimait bien. Le coeur de Soyou manqua un battement. Un sentiment contradictoire l'envie. Il l'aimait bien c'était déjà beaucoup en soit, pas assez, absolument rien comparé à ce qu'elle ressentait pour lui et aussi terriblement frustrant. Une amitié qui ne pourrait mener plus loin, il prenait soin d'être clair à ce sujet. Mais c'était aussi un peu gratifiant. Malgré qu'il ne voulait coucher avec elle, il prenait la peine de bien l'aimer et cela.. ça changeait des garçons et des hommes qu'elle voyait habituellement. Était-il possible d'être à la fois vexée et flattée ? Déçue mais heureuse en même temps ? En manque et comblée ? Elle était un peu tout cela à la fois, sans parvenir à faire basculer son coeur d'un côté ou de l'autre. Mais comme il le disait, elle essayerait. Ça n'avait rien de facile mais que pouvait-elle faire d'autre ? Elle avait déjà tout essayé pour avoir son coeur et peut-être était-il temps d'entendre et d'accepter qu'elle ne l'aurait pas.

Lentement, Soyou hocha sa tête en l'entendant demander à ce qu'ils repartent sur de nouvelles bases. Elle aurait voulu murmurer qu'elle était désolée encore une fois, mais les mots restèrent coincés au fond de sa gorge. Au lieu de ça, elle laissa échapper un simple « - Merci », un peu noué par l'émotion et déposa un léger baiser sur la joue de son enseignant, un contact plus cours qu'un battement de cœur, à peine plus lourd que le poids d'un cil sur une joue. Puis elle posa sa tête contre l'épaule de l'homme qui la ramenait, fermant les yeux pour laisser le silence les envelopper. Oui, elle essayerait de trouver une nouvelle base sur laquelle repartir, pour qu'il n'est pas à avoir peur ou se sentir mal.

- end

THE PHOENIX'S SONG ~
Δ If it's wrong to love you, Then my heart just won't let me be right. I'd give my all to have Just one more night with you, I'd risk my life to feel Your body next to mine 'Cause I can't go on.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t26-soyou-if-it-s-wrong-to-love-you-then-my-heart-just-won-t-let-me-be-right http://thephoenixsong.forumactif.org/t216-soyou-my-all#1607


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: Une St Valentin exceptionnelle...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une St Valentin exceptionnelle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]
» Ne frappe surtout pas le visage, c'est trop visible ! [Valentin]
» Pour la St Valentin...Elle l'a quitté !!!
» Un message d'amour pour la Saint Valentin...
» Je m'en fout, je m'appelle pas Valentin (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area-