Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area
 

 The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 15:56

En dixième année, le mot vacances rimait avec inexistence, comme chaque fois que les cours s’arrêtaient, les jeunes étudiants trouvaient leur emploi du temps chargé par l’apprentissage. Autant dire qu’il ne bénéficiait pas de nombreux temps de repos pour de jeunes étudiants. Fort heureusement, le ministère avait accordé à ses apprentis deux semaines de congés pour qu’il profite un peu avant de reprendre leur rythme endiablé en septembre. 

Des vacances qui venait à point, bien qu’il ne fut pas difficile d’éviter Camber dans le ministère, ne plus avoir à travailler dans ce lieux pendant quinze jours assurait de ne plus la croiser.  Elle devait surement être retourner dans sa famille chez les moldus et lui restait à Chicago.  Ce n’était pas pour déplaire au jeune homme dont les pensées étaient toutes tournées vers la jeune fille mais qui passait beaucoup de temps à tenter de l’éviter.  Chaque fois qu’il la rencontrait, la situation tournait en un fiasco total, soit ils avait fini par s’engueuler, ou bien pire que cela, il l’avait fait pleurer la fois dernière. Elis était très perturbé par ses larmes sur ses joues, elle était rester silencieuse à la suite du baiser qu’il lui avait donné. Mais les larmes qu’il lui avait fait versé était encore plus cruel que tous les mots qu’elle avait pu lui adresser. Il ne pouvait nullement les oublier, trop bouleversé sans doute par celles-ci. Elis ignorait ce qui avait pu autant l’affaiblir dans un simple baiser qu’elle n’avait même pas repousser, ou bien avait elle été trop traumatisé pour le faire. Jamais en dehors de cet instant, i ne s’était rendu compte combien il la connaissait peu, combien la fille forte qu’il voyait et admirait n’était qu’une petite part de la jeune fille, une partie qu’elle montrait fièrement. Pourtant, sa fragilité ne la rendait pas moins attrayante au pivert.  

C’était peut être même le contraire, bien qu’il doutait que la jeune fille le laisse découvrir cette partie d’elle-même. Elis se sentait encore plus accrocher à elle, il aurait aimer comprendre ce qui l’avait fait pleurer, ce qui l’avait fait trembler, tant bouleversé. Il ne prétendait pas qu’un de ses baiser puissent avoir un tel effet sans une raison profonde. Il se sentait mal et désolé de l’avoir ainsi troublé mais ne pouvait nier qu’il n’était pas attendrit par le besoin de protection qu’elle avait montrer.  Il en était tomber complètement amoureux, une faiblesse, c’était tout ce qui lui avait manquer pour le faire entièrement craqué. Il était terrible qu’elle l’ai montrer en cet instant comme elle ne désirait surement plus entendre parler de lui. Il doutait avoir la moindre chance de la conquérir à présent. Il redoutait la rentrée ou il serait forcé de se retrouver avec elle.

C’est ainsi que Elis profitait de son temps libre pour dormir, aider sa grand-mère qui était si seule et sortir avec ses amis dans la province et le monde magique. Il aurait du se préoccuper d’autre chose, seulement il en retardait toujours l’échéance car il ne s’imaginait pas affronter sa mère à nouveau quand bien même, celle qui l’avait élevé le poussait à la recontacter. Il avait beaucoup de respect pour sa grand-mère, seulement il n’en avait pas envie, ni le courage. Il préférait largement fuir la maison pour se détendre avec ses meilleurs amis ou de copains plus ou moins proches. 

Ce jours là, ils avaient décidé de se rendre à la plage du monde sorcier qui bien qu’en dehors de Chicago, se trouvait elle-même protégé des moldus, n’ayant pu profiter de la mer et du soleil depuis bien longtemps. Elis, son meilleur ami et quatre camarade sang pure de leur classe se rejoignirent, armé d’un léger sac rempli de serviette de plage, de jeu, de gâteaux et boisson et de tout ce qui était nécessaire  pour passer un joyeux après midi en bonne compagnie.  Le temps se trouvant au beau fixe, il y avait beaucoup de monde sur la plage. Il était évident qu’il n’y avait aucun moldu ici, les installations de certains baigneurs ne se contentait nullement de simple serviettes, serviette et parasol repousse sable, tente aménagé, ballon d’eau et jeux de plage magique, seau et pelle magique pour créer des château de sable extraordinaires, tapis volant et autre centaine d’objets qui trahissaient la nature de ses vacanciers. Fort heureusement que l’endroit ne pouvait être découvert des moldus. 

Ils cherchèrent un endroit à l’écart des familles et ou ils auraient la place de s’installer à six. Ils finirent par s’installer sur la plage, dans une seconde crique seulement investi par des jeunes, la plupart étudiant à Sinseonghan Jolyu que les jeune connaissait au moins de vue. Il étendirent leurs serviettes et Elis enleva son t-shirt blanc pour ne rester que torse nu, vétu d'un short noir en jean pour être plus à l’aise.

Ils ouvrirent leur première canette de bièreaubeurre, tenu magiquement fraiche et burent en parlant de tout et de rien.  Il était évident pour les deux garçons que les demoiselles étaient ravies d’être ici avec eux et ne se trouvaient pas insensible à leur charme quand bien même ils ne se trouvait pas particulièrement dragueur. C’est la voix d’une d’entre elle qui attira l’attention de Elis comme elle montrait une direction de l’index à ses copines plus qu’à Elis et son meilleur ami.

« -Regardez qui y’as la bas. » Elis suivi la direction indiquer du regard et vit à moins de dix mètre d’eux une silhouette qu’il ne connaissait que trop bien.  Camber se trouvait la, à quelque mêtre derrière lui et il ne l’avait même pas vue. Peut être avait il tout simplement éviter de la voir, elle se trouvait pas dans son champs de vision vers la mer au vague calme ou derrière ses amis. Il la regarda un instant, elle se trouvait très sexy en tenue de plage et accompagné de Cilian, une fois de plus. Elle semblait rire avec lui, elle avait toujours l’air bien avec lui. Elis se gronda intérieurement d’avoir eu cette pensée et se retourna vers les demoiselles comme si il se fichait qu’elle soit là.  Il se rendit compte que les demoiselles s’étaient levées, parlant entre elle, dénigrant la jolie né moldue qu’il regardait un instant auparavant tout en observant étrangement Elis.  Il se sentit assez mal à l’aise. Les filles n’étaient pas aveugle à ce genre de chose, elles avaient un sixième sens pour comprendre l’intérêt qu’un garçon pouvait porter à une demoiselle.

Elis les vit amorçer le pas vers Camber, il leur demanda précipitamment ce qu’elles faisaient, de ne pas s’occuper d’elle, de rester avec lui et son meilleur ami. Il était inquièt, il préférait ne pas l’affronter, il ne voulait pas qu’elle parte l’embêter, qu’il ai à intervenir, ou qu’elles empirent sa situation. Les demoiselles lui lancèrent un regard et un sourire quelque peu mesquin en lui lançant des paroles qui ne le rassurèrent pas vraiment.

« - Tu veux pas venir avec nous ? Ta petite amie serait contente, non ? Ne t’inquiète pas, on va pas l’abimer , on veut juste savoir ce qu’elle a de si bien pour te plaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:03

Cela faisait résolument bien des semaines que la jeune femme n’avait pu s’octroyer une journée de pause pour souffler un peu. Quand bien même était-ce actuellement les grandes vacances pour une grande majorité des étudiants sorciers, ce n’était malencontreusement pas son cas. En effet, étant actuellement en dixième année, elle venait de débuter son cursus en apprentissage et de ce fait, les vacances étaient résolument bien plus courte que celles qu’elle aurait dû avoir. De ce fait, elle avait passé son dernier mois à travailler sans avoir le moindre jour de repos sauf les dimanches. Des journées qui s’étaient souvent résumées à des entrainements intensifs, dans lesquels elle avait été mise à l’épreuve afin d’estimer sa capacité à agir en toute circonstance. Autant dire que ces derniers étaient loin d’être aisé et elle mentirait si elle avouait en être sortie indemne. Elle avait malheureusement eu quelques hématomes au cours d’un de ses entrainements, n’ayant pas eu assez de temps pour répliquer à l’attaque d’un de ses faux assaillants. Résultat, elle avait été violemment projetée contre un mur de pierre, qui ne l’avait pas laissé sans blessure. Même si le coup remontait désormais à plusieurs jours, les bleus qu’elle avait reçus se trouvaient bel et bien présents sur ses côtes, expliquant alors pourquoi elle portait un léger haut en maille de couleur or/cuivrée afin de masquer ces blessures aux yeux des personnes présentes sur la plage.

Ayant obtenu enfin quelques jours de repos bien mérité, Cillian et elle-même s’étaient décidés de se rendre sur la plage afin de profiter de la chaleur estimable. Ils avaient opté pour une plage sorcière, beaucoup moins fréquentées que celles qu’on pouvait trouver du côté moldu et elle devait bien reconnaitre que ce n’était nullement de refus d’éviter l’influence de son monde d’origine. Au moins ici, ils avaient largement assez de place pour s’installer confortablement à une distance plus que respectable des autres. Ils avaient donc marché sur cette dernière jusqu’à rejoindre un coin plus isolé que celui où se trouvaient les autres sorciers, s’y installant en sortant de leur sac à dos, leur crème solaire avec laquelle ils s’étaient recouverts des pieds à la tête pour éviter tout coup de soleil. Une application quelque peu douloureuse pour la jeune femme, qui suite à tant d’exercice physique avait les muscles en coton, provoquant des rires mesquins de la part de son ami, qui la traitait de grand-mère. Bien entendu, il plaisantait et elle en avait pleinement conscience, mais cela ne l’empêcha pas pour autant de venir le taper avec douceur en le menaçant de le provoquer en duel pour voir si elle n’était pas toujours capable de le désarmer sans qu’il puisse réagir. Une remarque qui avait fait rire d’autant plus son ami alors qu’il ne voudrait pas gâcher ses espérances et que le mieux était qu’ils profitent de la plage. Une sage décision qu’elle avait accueillie en riant faiblement alors qu’elle glissait une de ses mains dans ses cheveux pour les repousser en arrière, sentant une petite brise fouetter son visage. Elle ferma un instant les paupières pour profiter de ce bien-être avant de sentir l’intrusion de certaines personnes entrer dans son secteur de sécurité. Rouvrant alors les yeux, elle eut l’insatisfaction de voir apparaitre dans son champ de vision, un troupeau de sangs purs, du moins c’était l’image qui ressortait de l’ensemble. Une pensée qui vint la faire du coin des lèvres alors qu’elle apparentait cela à un troupeau d’éléphants qui les chargeait, ce qu’elle se garda d’évoquer à haute voix, quand bien même ne put-elle nullement s’empêcher de lancer.

« Tiens ça faisait longtemps que je n’avais pas vu les harpies de sorties. Ça me manquait presque… quoique non, j’étais bien sans. »

Remarquant alors qu’Elis se trouvait avec elles, elle comprit aisément où se situait le problème de ses demoiselles et ne put s’empêcher d’inspirer profondément de fatigue, ayant nullement envie de supporter leurs remarques désobligeantes, car elles voulaient la pousser à bout. Elle n’en avait pas envie, pas aujourd’hui et surtout pas après ce qu’il s’était passé au Ministère avec ledit jeune homme.

« Franchement… » Ajouta-t-elle en regardant les trois filles en question avec une expression de lassitude. « Vous avez pas autre chose à faire que de venir me faire chier ? Il fait beau, vous êtes sur la plage, allez profiter de vos messieurs et fichez-nous la paix. Je n’ai pas que ça à faire d’écouter vos conneries, je n’ai pas signé pour les supporter même l’été. Alors bye bye ! »

Elle avait dit cela sans jamais lancer un regard vers le principal responsable de l’intrusion fortuite de ses demoiselles dans sa journée de repos. Mais elle espérait que le message était passé. Au pire des cas, elle prendrait ses affaires et irait plus loin, quitte à lancer un sort de protection pour être en paix. Si elles voulaient jouer, elles avaient qu’à aller énerver quelqu’un d’autre, voir qu’elles se crêpent le chignon entre elles, ça changerait tiens !

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:08

Tomber amoureux, Elis avait toujours penser que ca serait évident. Les filles appréciaient sa beauté, son charisme, sa froide dignité et son côté presque inaccessible. Il ne s’était jamais imaginer grand prince à choisir entre diverse prétendante, loin de là, mais il avait penser qu’il aurait pu facilement séduire celle sur lequel il avait jeté son dévolu. Ce n’était résolument pas le cas. La fille que son cœur avait choisit, bien étonnement, il ignorait même comment elle pourrait l’apprécier un jour. A chaque rencontre, il lui semblait qu’il lui donnait plus en plus de raison de le haïr, depuis leur rencontre, il n’avait sans doute jamais agit chacun que dans ce sens. Le soucis est qu’à présent que le dogsuli souhaitait inverser la tendance, sans grand succès. Il avait même plutôt l‘impression de la rebuter plus encore. L’avoir vu pleurer, autant il n’avait pu y être insensible, autant il ne pouvait compter cela comme une victoire ou quelque chose qui pouvait lui servir, si ce n’est à la désirer plus encore. Il doutait grandement qu’elle ait envie de le revoir comme elle ne voyait en lui qu’un ennemi, une fille si forte et fière ne saurait lui accorder un tel privilège et le pardonner. 

Comme il la vit sur a plage par un curieux hasard à quelque mètre de lui, sa première idée fut de transplaner de cet endroit pour partir à n’importe quel autre endroit du gobe plutôt que sur cette plage sorcière si près de la demoiselle. Bon, ce n’était bien sur pas possible car il se trouvait avec ses amis.  Sa seconde pensée fut que chacun fasse comme si de rien n’était, ne s’occupe pas d’elle et qu’ils évoluent à coté en s’ignorant totalement. Il aurait surement pu compter sur son meilleur ami dans un tel plan, mais les demoiselles ne l’entendaient pas de cette manière. Elles semblaient bien décidés à ne pas laisser la jeune née-moldues profiter de ses vacances, quoique dise le garçon pour lequel elles étaient prêtes à ennuyer Camber. Elis savait qu’elle reprochait moins à la jeune fille d’être née moldue que d’attirer le garçon qui ne portait pour elles qu’une certaine amitié tandis qu’elles faisaient tant d’effort pour le séduire. Etrange comme la seule qui gagnait son cœur n’avait jamais même lever le petit doigt pour tenter de lui plaire d’une quelconque manière, pas même d’une manière amicale. Camber se fichait de lui et le haissait, tout le monde ne pouvait que le savoir, pourtant bien des rumeurs circulaient sur le désir de Elis de sortir avec elle. 

Parce qu’ils étaient en vacances, ils étaient moins confrontés l’un à l’autre ou à leur camarades qui pouvait nourrir la rumeur, seulement, Elis comprit que personne n’avait oublier ces histoires par l’attitude des jeunes filles qui l’accompagnaient. Elles ne l’avaient même pas écouter leur demander de rester là et de ne pas s’occuper de la bidulgi. Il échangea un regard avec son meilleur ami qui discutait et riait avec une jeune seunijes qui l’intéressait beaucoup. Elis savait qu’il avait le béguin pour elle et qu’il serait bien étonnant qu’il ne sorte pas bientôt ensemble tout deux. Elis se préoccupait plus des trois autres fille mais tenta de ne pas regarder en la direction de la colombe. Une voix dans sa tête lui disait de faire comme si de rien n’était.

Il ne put toutefois l’ignorer quand sa voix s’éleva clairement, attirant le regard de tous les vacanciers qui se trouvaient autour . Elle s’adressa directement aux trois demoiselles en leur demandant si franchement, elle n’avait pas autre chose à faire que de venir l’embêter, en de moins joli terme. Il faisait beau, elles étaient sur la plages, qu’elles aillent donc profiter de leur messieurs et lui fichez la paix. Elle n’avait pas que ca a faire qu’écouter leur bêtises et n’avait pas signer pour les supporter même l’été. Elle leur dit donc au revoir. Elis observa Camber et comprit qu’elle l’avait vu, les messieurs ne pouvait être que lui et son ami. Il doutait fortement que ses camarades ne se soumette au paroles de la jeune fille même si le garçon aurait surement appréciée qu’elle tienne leur langue et laisse Camber tranquille.

Il se leva, comme celle qui semblait la leader des trois filles, une camarade dogsuli de Elis prenait la parole pour répondre bien désagréablement à la née moldue. Il entendait son amie dire à Camber qu’elle n‘avait pas besoin de se montrer aussi désagréable, qu’elle devrait faire preuve d’un peu de respect comme elle se trouvait sur une LEUR plage. Une Moldue devrait faire preuve d’un peu plus de modestie à leur égard selon ses dires. Ce n'est pas parce qu'elle paisait à Elis qu'elle pouvait leur parler ainsi. Ca ne leur plaisait pas plus de se trouver confronter à une sa… la suite ne sortit jamais de sa bouche comme la main de Elis se posa sur le poignet de son amie et la tira pour qu’elle voit son visage fermé et peu flatteur. Il la fusillait du regard.

« Tais toi donc, Marylin ! Elle t’a dit de la laisser. Allez viens, ne t’ai-je pas dit de ne pas t’occuper d’elle ?»  Mais la jeune fille ne bougea pas comme Elis appuyait sur son épaule pour la ramener de leur coté. Marylin regarda le jeune homme avec étonnement, surement surprise qu’il vienne défendre la née moldue tandis qu’il était le premier à ridiculiser les gens de son sang. Elle s’étonna, se donnant l’air d’une petite amie jalouse ou d’une dispute de couple, elle demanda quoi, tu la défends. Elle lui demanda de ne pas jouer les princes charmants, elle était sûre que Camber ne voulait pas d’un tel prince, comment de toute façon cette sang-de-bourbe pouvait elle bien le mériter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:11

En toute sincérité, la jeune demoiselle se serait bien passée de cette rencontre avec ses camarades d’école. Les récents évènements qui se déroulaient dans sa vie l’amenaient à réagir de façon bien différente à ce qu’elle aurait fait auparavant. En effet, elle était fatiguée autant physiquement que psychologiquement, elle avait juste envie de se reposer et de ne penser à rien d’autre que les effets du soleil sur sa peau, profiter un peu de ces jours de congé bien mérités. Il est donc évident qu’elle n’avait pu masquer son irritation, bien qu’un peu trop provocante comme à ses habitudes. Après tout, ils étaient toujours les premiers à la défier ainsi, se comportant comme les maîtres dignes de ces pouvoirs, de ses terres dans lesquels elle avait trouvé sa place en tant que sorcière. Ils n’étaient que des gamins aveugles et sans intérêts à ses yeux et elle le vouait donc le même mépris que ces derniers pouvaient avoir à leur rencontre. Contrairement à ses habitudes, elle niait ouvertement la logique de leurs pensées et n’avait de cesse de leur prouver qu’ils avaient tors et qu’elle était bien plus talentueuse que ces fameux « héritiers légitimes » de pacotille. Elle avait hâte de devenir une sorcière d’exception pour pouvoir leur inspirer une certaine crainte.

Vengeance ? Sans aucun doute, ces pauvres idiots se prenaient trop pour ce qu’ils n’étaient nullement, s’attachant à une particularité du sang qui ne les rendait pas si exceptionnels que cela. La plupart des filles présentes étaient d’ailleurs des sorcières moyennes, n’ayant aucune particularité qui pourrait relever un intérêt pour leurs personnes. Le seul mérite qu’elles aient si on pouvait le dire ainsi : c’était qu’elles étaient issues d’un mariage sang pur et de riches familles. Quel digne intérêt, n’est-ce pas ? Elles étaient pathétiques à ses yeux et leur jalousie pour l’intérêt qu’avait un de leurs compagnons pour sa personne, ne les rendaient pas plus agréables. Un jeune homme qu’elle se serait bien passée de voir en ces lieux, en cet instant tant elle se trouvait encore remuée par les souvenirs de leurs dernières rencontres. Ce baiser qu’il lui avait volé, aussi doux et respectueux avait-il pu être, avait fait remonter de pénibles souvenirs à la surface et elle s’en voulait profondément de n’avoir pu contenir ses émotions. Le simple fait qu’il l’ait vu dans une telle agitation, détresse était une parjure qu’elle ne se pardonnait pas et désirait oublier dans une certaine mesure. C’est pour cette raison qu’elle ne lui avait accordé aucune attention lorsqu’elle s’était adressée à son groupe. Indirectement, elle espérait qu’il serait assez digne pour retenir ses harpies de l’importuner tant il comprendrait qu’elle voulait être seule, suite à ce qu’il s’était passé.

Elle écoute à peine les élucubrations des jeunes femmes en signe de réponses, soupirant profondément son ennui tant leurs discours étaient toujours le même. Elle ne ressentait même pas le désir de nier ses énormités, se contentant de lancer un regard dépité à son ami alors qu’elle faisait mention au jeune homme, qu’était indirectement le sujet de leur intrusion dans sa vie privée. Pourquoi fallait-il forcément qu’elle ramène tout à Elis ? Qu'est-ce qu’elle s’en foutait pas mal de l’importance que son intérêt pour elle aurait dû lui susciter ! Elle n’était pas intéressée et quand bien même était-elle épuisée psychologiquement de se disputer avec lui, cela ne le rendait pas plus agréable à ses yeux. Du moins, c’était ce qu’elle s’intimait à penser même si elle ne pouvait nier que cet évènement avait un peu bouleversé son aversion pour lui. Elle la laissa donc poursuivre, n’accordant que peu d’intérêt à cette jeune femme qui vint ajouter qu’elle n’appréciait pas non plus le fait d’être confronté à une sale... l’injure avait manqué de fuser, mais pour une raison inexplicable ne l’avait point été. Une injure qu’elle était habituée à entendre quand bien même elle avait pris la coutume de dégommer sa baguette immédiatement pour lier la langue de la personne qui avait osé la proférer. Elle eut d’ailleurs l’intention de le faire de nouveau, lançant un regard assassin à cette pauvre idiote qui lui manquait ainsi de respect. Seulement, tout comme son agresseur, son geste fut suspendu, remarquant que le jeune homme qu’elle fuyait du regard depuis le début, était intervenu. Son expression était très sombre et fermée, peu flatteur à l’adresse de son amie alors qu’il lui ordonnait de bien se tenir.

Surprise, elle ne pouvait que l’être même si elle ne le montra pas, voyant que la jeune femme en question s’offusquer de sa réaction en se donnant de petites amies jalouses alors qu’elle lui demandait s’il la défendait. Cette dernière vint rajouter, à juste cause qu’elle ne désirait pas d’un prince charmant comme lui, car de toute façon sang de bourbe telle qu’elle était, ne pouvait pas le mériter. Elle serra fortement sa baguette entre ses doigts alors qu’elle se mordait les lèvres, elle s’apprêta même à se lever pour la fusiller de cette dernière, mais son geste fut interrompu par la poigne de son ami, qui la connaissait par cœur. Elle s’efforça alors d’avaler sa fierté alors qu’elle dédaignait la jeune femme du regard, un sourire mesquin sur les lèvres, considérant cette femme si pitoyable à son sens. Elle vint alors simplement prendre son sac et sa serviette sans un mot, indiquant à son ami qu’ils allaient plus loin, ajoutant simplement.

« Cillan, laissons les demoiselles se disputer avec leurs princes charmants. » Lança-t-elle sans une légère moquerie alors qu’elle poursuivait à l’adresse de son ami : « Finalement, elles ont raisons, on serra beaucoup mieux installés ailleurs, sans eux. »

Puis sans un mot, elle attendit son ami, prenant sa suite lorsqu’il fut près, se dirigeant vers un coin plus reculé de la plage, où là ils seraient résolument plus tranquilles qu’à leurs places initiales.

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:22

Elis appréciait la jeune sang pure comme une amie, il aimait passé du temps avec elle. Il n’ignorait pas son intérêt pour lui, seulement, il avait toujours été honnête avec la jeune fille. Entre elle et Camber, il n’y avait pas photo pour le jeune homme, la moldue gagnait. La seule moldue de son monde capable de primer sur une fille au sang pur, une demoiselle digne de sa propre situation. Camber avait gagné le respect et l’amour du jeune homme, une chose bien extraordinaire pour une personne de sa naissance. Marylin possédait les qualités d’une fière demoiselle de sang pure, mais ce seul élément pourtant si important à Elis ne suffisait pas à la lui rendre plus intéressante que la bidulgi qui parvenait à s’imposer dans la vie du jeune homme. La jalousie de la demoiselle ne pouvait être surprenante mais elle dérangeait fortement Elis . Il voulait épargner Camber, plus encore suite à leur dernière rencontre. Il l’avait surement suffissament ennuyé, il ne saurait la laisser se faire traiter vulgairement et pitoyablement par sa faute. Il ne doutait pas de sa capacité magique à se débarasser de ses attaquantes. Toutefois lui aussi n’en restait pas indifférent. 

Il avait pris naturellement sa défense en tentant juste d’éloigner Marylin, la ramener auprès de lui, elle et ses deux amies. Si il avait voulu profiter des vacances pour taire et faire oublier les rumeurs et les questions sur eux deux, l’ennui aussi que cette situation faisait vivre à la jeune fille, voilà que c’était complétement loupé. Il venait juste d’ouvertement aller à l’encontre de ses propres convictions et habitudes en défendant Camber ou tenter de démotiver la jeune sang pure, lui qui ne se souciait jamais du sort des moldus, participant bien souvent à leur humiliation. Face à Camber, il était fort à parier que ce serait ses accompagnatrices qui seraient déchues. Elles n’avaient aucune chance contre elle à l’avis de Elis , mais ce n’était pas l’unique raison qui l’avait poussé à s’entreposer ente les fille, à faire taire Marylin. Il s’attendait à a voir protester, elle ne s’en priva pas, lui cachant à la figure qu’elle ne voulait pas de lui comme prince charmant, et qu’en tant que sang de bourbe, elle ne le méritait pas. 

Le regard de Elis pour la jeune fille ne se fit pas plus agréable, encore moins que ses paroles sonnait en partie empli de vérité, en partie seulement car son coeur avait accordé à la sang de bourbe la valeur d’une princesse. Sans doute que Camber ne voulait pas de lui,c’était assez évident et il était déjà au courant de cette vérité. Il ne voulait pas qu’on le lui rappelle. Toutefois, elle ne le méitait pas moins que la demoiselle qui lui faisait face et qui insultait celle que Elis avait choisi. Elle avait oser insulter Camber face à lui, et en face d’elle, il l’avait sentie à ses coté bougé pour donner la leçon à cette fille. En jetant un regard en sa direction, il comprit que Cilian l’avait arreter dans son geste. Elis lui en fut intérieurement reconnaissant. Il n’avait pas vraiment envie d’un combat, de s’interposer magiquement d’un coté ou de l’autre, incertain du côté qu’il devait choisir ente ses deux demoiselles. Il voulut réponde à sa jeune amie mais la voix de Camber s’éleva à ses côtés.

La colombe dit à Cilian de laisser les demoiselles se disputer avec leurs princes charmant, l’air quelque peu moqueur avant de continuer qu’elles devaient avoir raisons et qu’ils seraient mieux installés ailleurs sans eux. Elis fut presque plus ennuyer par les paroles de Camber que celle de la demoiselle dont il tenait toujours le bras. Ils n’avaient rien d’un couple, quand bien même les nobles familles sang pur de Corée trouvait qu’ils formaient un très joli couple tout deux, surtout car la plupart n’ignorait pas l’attrait de Marylin pour le seul héritier de la famille Im, sans se préoccuper de son avis à lui. Ca sonnait encore moins agréable de la bouche de celle qui le tourmentait, plus que tout autre elle connaissait ce que son cœur cachait, il n’avait eu de cesse de lui répéter jusqu’à faire l’erreur de l’embrasser, accrochant son cœur à elle. Il regarda celle qu’il souhaitait conquérir prète à partir, attendant juste que Cilian ramasse ses affaires pour s’éloigner d’eux. Elis la fixait, n’écoutant même pas la jeune fille qui à coté de lui pronait qu’elle avait raison, qu’il devait l’oublier. Son esprit à lui se demandait seulement comment Camber pouvait autant le pousser à bout, comment elle pouvait toujours le toucher et jouer sur sa corde sensible à chaque fois. Il n’avait jamais aimé et ignorait qu’on était bien plus susceptible quand on était amoureux, que la moindre des parole de celui qu’on aimait valait et marquait bien plus que ceux des autres. 

Camber partit, il la regarda s’éloigner avant de se tourner vers sa camarade, le cœur battant. Il avait envie de lui courir après, de la rejoindre, de s’excuser pou elle, pour la dernière fois. A présent qu’elle était à quelque pas de lui, il voulait que Camber l’écoute et lui parle, qu’il ne penne pas sa défense pour rien. Il n’avait pas agit de manière intéressée, seulement, depuis qu’il lui avait demander de sorti avec lui, il n’avait jamais autant exposer ses sentiments pour elle qu’à cette instant. Les mots qu’il eut pour Marylin furent abrupt, il lui murmura avec dédain qu’elle n’arrivait pas à a cheville de Camber, qu’il se fichait de leurs avis et de retourner s’asseoir. Il ne lui laissa pas le temps de repiquer car il transplana Le but n’étant pas d’épargner ses effort mais bien de filer le plus rapidement possible et de rejoindre sa cible tout aussi vite. Il réapparut à quelque mètre de là juste devant Camber qui lui rentra dedans. Déséquilibré , il l’entoura de ses bras pour s’agripper à elle, pour ne pas tomber mais aussi pour la maintenir debout. Ce qui ne marcha nullement , au contraire, il l’entraina dans sa chute pour tomber en arrière sur le sable. Ca ne faisait pas mal, le sable amorti la chute, seulement une fois le choc et l’adrénaline de la chute évadée, il se rendit compte à quel point ils se trouvaient proches l’un de l’autre, il ne voyait que ses yeux, ses bras entourant la taille de la jeune fille, il sentait le corps de la jeune fille pressé contre le sien. La gène rosit ses joues, il n’enleva toutefois pas ses bras de la jeune fille, la gardant contre lui sans forcer lui laissant a possibilité de se relever. Lui restait encore prisonnier sous la demoiselle.

« - Pardon ! ca va ? Tu ne t’ais pas fais mal ? » demanda t’il rapidement à la jeune fille,inquiet. Il appréhendait grandement la réaction de la demoiselle. Il se mordit les lèvres pas complétement mécontant d'être conte cette demoiselle qu'il adorait. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:23

En toute sincérité, elle ne s’était nullement attendue que le jeune homme ne vienne s’interposer entre elle et ses amies. Après tout, n’était-ce pas que monnaie courante que cette dernière vienne constamment lui chercher des noises et d’autant plus depuis qu’elle avait appris que le bel héritier qu’il était avait des vues sur sa personne ? Assurément et les paroles emplies de haine et de jalousie en étaient la preuve parfaite. Un fait qui la laissait totalement de marbre, considérant la jeune femme avec le même mépris qu’elle faisait preuve avec elle. Il était évident que tout au monde les différenciait et en toute franchise : pour rien sur terre, elle n’aurait changé de place avec cette dernière. La demoiselle éprise du jeune homme représentait à ses yeux qu’un sang pur parmi une autre, n’éprouvant aucune compassion au fait qu’elle semblait vivre un amour à sens unique. Cette dernière ne semblait même pas avoir assez de charisme pour être en mesure de faire tomber l’héritier des Fitzgerald dans ses bras, même si dans une certaine mesure, cela l’aurait bien arrangé.

Elle n’avait nullement désiré le croiser de nouveau à la suite de leur dernière rencontre. Quand bien même avait-elle conscience qu’une prochaine entrevue serait inévitable, elle avait souhaité que cette dernière soit la plus tardive possible. Elle n’était pas très à l’aise avec le fait qu’il l’ait vu dans un état si pittoresque tant sa fierté ne pouvait le supporter. Cependant, elle ne pouvait revenir ni sur ce baiser, tout comme les souvenirs qu’il s’y était attachés. Elle était satisfaite que le jeune homme ne se serve pas de cet évènement pour en user comme une arme. Bien entendu, elle avait fini par comprendre que ce dernier se trouvait sincère à son égard, mais cela ne changeait en rien à ses sentiments à son égard. Elle l’estimait dans une certaine mesure, ce dernier ayant obtenu un respect qu’elle n’avait pu maitriser de sa personne, mais cela n’allait pas plus loin. Du moins, c’était au moins cet unique effet sur elle qu’elle voulait bien lui concéder, en débit du fait qu’elle n’avait pas réagi, ni refusé ce baiser.

Quoi qu’il en soit, il était résolument improbable pour que ce sentiment ne s’approfondisse, ni gagne de l’importance. Ils ne venaient pas du même monde et il était plus qu’évident qu’ils ne le percevaient pas de la même façon. La seule chose qu’elle désirait actuellement se résumait en un seul élément : qu’on la laisse en paix. Elle se trouvait bien trop fatiguée psychologiquement et physiquement pour avoir le désir de se défier aux camarades du jeune homme et d’autant plus aux demoiselles qui l’accompagnait. Elle ne lui accordait pour ainsi dire aucune attention particulière, se confrontant seulement aux remarques acerbes de son accompagnante, qui semblait provoquer une scène de ménage. Grand bien lui en fasse ! Dans tous les cas, elle avait prit la sage décision de ne point s’emporter et quitter cette bande d’importuns qui étaient en train de lui pourrir significativement son unique jour de repos de l’été. Elle n’avait donc pas pu s’empêcher d’être mesquine lors qu’elle avait pris congés, bien déterminée à leur faire comprendre qu’elle ne désirait nullement que la demoiselle en transe d’amour ne revienne à sa charge. Elle n’avait qu’à bien s’occuper de son prince charmant et qu’elle la laisse en paix.

Elle avait donc attendu que son meilleur ami ne rassemble ses affaires tandis qu’elle faisait de même. Sans attendre la moindre réponse de leur part, elle avait donc pris sa suite pour se diriger vers un coin isolé de la plage, qui serait résolument bien plus calme et reposant que celui qu’il quittait. Résolument épuisée et déterminée à oublier ce léger incident pour qu’il ne mette pas à mal, sa journée de repos, elle oublia instantanément la présence des jeunes héritiers aux sangs purs, n’entendant même plus leurs paroles. Elle n’avait que faire d’eux désormais, tandis qu’elle avançait doucement sur la plage, marchant derrière son ami, l’air pensif. Elle ne s’attendit nullement à ce que le jeune homme, qui se trouvait le sujet de l’attaque de la jeune compagne de ce dernier, n’apparaisse par magie face à elle. Elle ne put éviter la confrontation tant la proximité entre leurs deux êtres ne lui laissa aucune marche de manœuvre pour l’éviter. Le regard surpris et résolument dérouté, elle ne put que se laissait entrainer dans la chute tandis qu’elle sentait les mains masculines, mais douces du jeune homme l’entourer pour s’agripper à elle. Par réflexe, elle sentit ses paumes se poser sur le sable, en léger appui quand bien même son être se trouverait collé au sien. Visage contre visage, elle resta figée, incapable de dire ou faire quoi que ce soit pour avoir une réaction cohérente à une telle situation. Elle l’observait avec tant de surprises qu’elle aurait pu s’en vouloir de l’exprimer aussi franchement tandis qu’elle pouvait remarquer que les joues du jeune homme adoptaient une teinte rougie, qui lui conféraient un charme presque mignon. Une pensée qu’elle se réprima immédiatement d’avoir tant elle ne pouvait accepter l’idée, sentant son cœur adopter une cadence plus rythmée. Elle ne dit mot durant un léger moment, le regard inquisiteur avant que les paroles du jeune homme ne la sortent de sa léthargie. Sa voix se trouvait inquiète alors qu’il lui demandait si elle allait bien et qu’il ne lui avait pas fait trop de mal.

La douleur ? Elle s’était habituée à la ressentir, son corps se trouvait tant couvert d’hématomes pour qu’il puisse en être autrement. Elle resta muette quelques secondes de plus avant de se décaler de lui simplement en silence, de façon bien sereine.

« Ça va. Je ne m’attendais pas à te voir apparaitre si soudainement… Enfin, je peux savoir ce qu’il t’a pris d’agir de la sorte ? Tu voulais me dire quelque chose en particulier, peut-être ? »

Elle avait dit ses mots avec calme, sans animosité. Elle n’avait pas la force, ni l’envie de se montrer plus virulente qu’en accoutumée. Elle se trouvait bien trop fatiguée en ce moment pour continuer à se battre éternellement contre lui, le pousser à bout tant ce dernier pouvait agir de façon irréfléchie comme en l’embrassant comme la dernière fois. Elle se releva enfin, se dégageant totalement de son étreinte alors qu’elle frottait ses mains l’une contre l’autre afin d’enlever les grains de sable qui avaient pu s’y immiscer. Elle se contenta alors simplement de le regarder faire de même, le regardant avec une expression neutre, mais quelque peu intriguée. De quoi voulait-il parler réellement ?

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:28

Elis avait peut être réapparu un peu trop près de Camber qui n’avait pu ni s’arreter avant ni l’éviter. Elle l’avait juste frappé de plein fouet et ils avait perdu l’équilibre ensemble. Il aurait pu s‘en vouloir. Sans doute serait il incongru d’avouer que cette situation ne lui déplaisait guère. Pourtant à part le contact de ses lèvres, il n’avait jamais eu l’occassion d’être si proche de ce corps. Ce n’était ni intentionnel, ni pervers, seulement, le contact de ce corps lui était agréable. Ces formes qui avaient su attiser un certain désir depuis quelque mois se trouvait entre ses bras, au dessus de lui et contre lui. Quel homme n’aurait pas apprécier un tel rapprochement avec la femme dont il était amoureux, quand bien même celle-ci risquait de vous le reprocher pendant très longtemps. Ne venait il pas une fois de plus d’enfreindre l’intimité de la jeune fille, involontairement. La gène s’était vite emparé de lui, il n’avait pa oublier sa réaction lors de leur dernière rencontre. Il n’imaginait pas la revoir pleurer, pas cette fois ci, mais qu’elle le frappe violemment, lassée et énervé, il craignait que ce ne soit le cas. Elle était d’ailleurs en très bonne posture pour se venger de sa maladresse comme elle le dominait. Le sang pur connaissait le tempérament de feu de la demoiselle et ne s’en serait guère étonné. 

Ses mains s’étaient rapidement détaché de sa taille pour venir se reposer sur le sable, comme pour lui faire oublier qu’il l’avait serré contre lui et la laisser se relever avant que la situation deviennent plus étrange et moins naturelle encore. Si il la gardait contre lui, profitait encore un peu de ce contact, sans doute ne pourrait il plus plaider l’accident. C’en était un, mais il n’aurait pas été contre l’idée que cette étreinte se prolonge quelque peu. Il avait rougi quelque peu, profondément désolé d’avoir encore provoqué une catastrophe avec elle. Elis faisait preuve d’une certaine maladresse avec Camber. Il faut dire qu’il n’avait pas choisi la plus simple, sans doute aurait il pu avoir mille fois le cœur de celle qu’il venait de fuir avant d’avoir celui de celle qu’il avait percuté. 
Il s’inquiéta de savoir si elle allait bien, si elle n’était pas blessé, bien qu’en soit, c’est lui qui étit tombé sur le dos, dans du sable forte heureusement, elle l’avait accompagné seulement. Elle s’était relevé presque aussitôt et il fit de même pour s’asseoir, reprendre quelque peu ses esprit et lui faire face. Elle lui dit que ca allait, l’air sincèrement fatiguée de le rencontrer mais ans l’animosité et la virulence de leur précedente rencontre, surtout la dernière. Elle sembait surtout lassée de lui, de le voir insister ans cesse, de le voir revenir à elle, de se disputer aussi peut être même si ils l’avaient toujours fait. Elle dit qu’elle ne s’attendait pas à le voir apparaitre si soudainement. Elle voulait savoir ce qu’il lui avait prit d’agir de la sorte, avait il quelque chose de particulier à lui dire. 

Il se releva tout comme elle. Une fois debout, il enleva le sable de ses vetements avant de retourner son attention sur la jeune femme Il la regarda dans un regard d’excuse, seulement, comme elle l’avait si bien deviner, il voulait parler avec elle. Il y avait quelque petites choses qu’il avait besoin qu’elle sache. Enfin, elles n’étaient pas si petites que cela. Son air sérieux répondit à celui de la jeune fille, tandis qu’il approuvait d’un signe de tête à la question de la jeune fille.

« - Pardonne moi, je ne pensait pas que tu étais si près de l’endroit ou j’arrivais. » Il soupira quelque peu avant de se masser la nuque quelque peu mal à l’aise par cette situation, et en même temps, son accueil aussi froid fut il, était plutôt encourageant.

« - J’ai effectivement des choses à te dire, si tu veux bien m’écouter, je n’en a pas pour longtemps. Seulement, si c’est possible, j’aimerais bien te parler seul à seul. S’il te plait ! » il prononca ces dernières phrases en lançant un regard au meilleur ami de la bidulgi qui les observait sans la moindre sympathie pour Elis. Celui-ci se doutait qu’il ne quitterait pas les côté de Camber sans que celle-ci ne lui demande, il savait qu’il se méfiait de lui depuis qu’il avait embrassé son amie sur la bouche. Elis ne prétait pas d’importance à l’avis du né moldu, seulement, il haissait qu’une oreille indiscrète n’entendent ce qu’il lui dirait, tout en ayant conscience qu’il questionnerait Camber sur ses intentions juste après qu’il l’ai quitté et qu’elle l’ai rejoint.

Comme le bulsajo s’en allait, il fut soulagé de la voir accepter sa requète, sans doute l’ultime effort qu’il lui demandait. Il n’en avait pas mare de lui courir après, seulement, l’épisode précédent l’avait bouleversé et il ne savait comment agir à présent avec elle.

« - Camber, » murmurat’il, heureux rien qu’à l’évocation de ce si joli prénom, avant de continuer d’un air précipité pour ne pas se faire interrompre avant d’avoir fini ce qu’il avait à lui dire. 
« je sais que je m’y prend très mal avec toi. J’ai surement l’air d’un playboy à tes yeux, ou bien d’un pauvre fou… je dois l’être…sans doute que tu as un peu raison là dessus …Seulement …Te voir pleurer , t’avoir fait pleurer la dernière fois, je comprendrais que tu ne veuilles plus entendre parler de moi à présent. Mais, je suis profondément désolé, je ne voulais pas te brusquer. J’ignore sans doute bien trop de chose de toi pour ne pas agir comme un idiot, si je doit être égoiste, j’aimerais apprendre tout ce qu’il y a a savoir sur toi pour ne plus t’embarrasser. Comme je le fais en ce moment même. Enfin, tout cela pour te dire, je ne sais si tu l’ignore mais, je suis sincère avec toi, ca a l’air d’une bétise, d’un coup monté, seulement… je suis terriblement sincère. » 

Il se tut et se trouva immédiatement absolument stupide, lui qui se trouvait si digne venait de se bruler les ailes. Il ne savait meme pas ce qu’il attendait comme réponse. Si au moins elle pouvait le croire, ce serait toujours un bon début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:29

Elle n’avait montré aucun signe d’animosité dans sa voix, ni dans son regard même si on pouvait y lire une forme de lassitude. Elle avait été froide, mais calme, ne montrant aucune émotion particulière, si ce n’est cette fatigue qui l’étreignait depuis des semaines. Elle n’avait pas envie de lutter, s’énerver aujourd’hui. Elle souhaitait seulement passer un peu de bon temps avec son meilleur ami et profiter de cette journée pour reposer son corps et son esprit. Les entrainements qu’elle avait subis au sein du ministère s’étaient trouvés éreintants et les marques sur sa chair ne pouvaient que certifier cette réalité. Son corps se trouvait actuellement couvert d’hématomes qui se trouvaient finement camouflés sous son habit de plage, mais qu’on pouvait identifier si on fixait de plus près sa chair. Des trophées de guerre dans une certaine mesure, mais qui se trouvaient être le résultat de ses dernières semaines d’entrainement. Il était donc évident qu’un bon repos était plus que nécessaire, mais il fallait croire qu’il s’agissait pas d’un loisir qu’elle ne méritait point. Quoi qu’il en soit, elle avait gardé son calme en se relevant du jeune homme, qu’elle avait percuté et avait entrainé avec lui dans sa chute. Elle ne comprenait pas pourquoi il avait agi de la sorte, mais une curiosité certaine l’avait poussé à lui poser la question. Ce dernier semblait avoir quelque chose à lui dire et elle savait ô combien il aurait été stupide de lui en dissuader. Aussi tête de mule qu’elle, c’était bien un trait de caractère que tous deux possédés et faisaient d’eux en accoutumé des adversaires sans failles.

Elle le vit donc se relever à son tour, enlevant de ses vêtements le sable qui s’était apposé dessus avant qu’il ne retourne son attention vers elle. À ce fait, son regard ne changea nullement d’intensité tandis que ce dernier lui lançait un regard d’excuse, la mine sérieuse. Elle semblait avoir raison en vue de son comportement alors qu’il approuvait d’un signe de tête à sa remarque. Il vint s’excuser de ce qu’il venait de se passer, ne la pensant pas si proche de l’endroit où il escomptait arriver. Il soupira en se massant la nuque quelque peu mal à l’aise tandis qu’il l’informait qu’il avait effectivement des choses à lui dire. Il n’en aurait pas pour longtemps, mais il aimerait bien lui parler seul à seul. Une requête simple et humble à la fois tandis qu’elle comprenait où ce dernier voulait en venir. Elle se tourna donc vers son meilleur ami, lui lançant un regard comme quoi il pouvait les laisser seuls, elle saurait gérer la situation. Ce dernier vint alors hocher la tête en l’informant qu’il l’attendait un peu plus loin. Une réponse à laquelle elle se contenta de hocher la tête dans un signe d’assentiment avant de reporter son attention neutre sur le jeune homme.

Elle ne dit mot, attendant simplement que le jeune homme reprenne la parole, désirant seulement que cette conversation se fasse la plus brève possible. Elle n’était pas très à l’aise face à lui, d’autant plus après ce qu’il s’était passé la dernière fois qu’ils s’étaient rencontrés. Il murmura donc son prénom avant de continuer dans un précipité qu’il savait qu’il s’y prenait très mal avec elle. Il devait surement avoir l’air d’un playboy a ses yeux ou un pauvre fou, qu’il devait sans doute l’être et qu’elle avait un peu raison là-dessus, seulement, la voir pleurer, l’avoir fait pleurer la dernière fois, il comprendrait qu’elle ne désirait plus parler de lui à présent. Seulement, il était profondément désolé, car il ne voulait la brusquer, qu’il ignorait sans doute bien trop de choses sur elle pour ne pas agir comme un idiot, mais que s’il devait être égoïste, il aimerait apprendre tout ce qu’il y à savoir sur elle pour ne plus l’embarrasser. Des paroles très surprenantes et déstabilisantes pour la jeune demoiselle qui ne put que se sentir troublée et agitée par ce qu’elle entendait tandis qu’il ajoutait simplement qu’il ne savait pas si elle l’ignorait, mais, il était sincère avec elle, même si ça avait l’air d’une bêtise, d’un coup monté, il l’était terriblement.

Des paroles qui ne purent que la toucher tant ces dernières se trouvaient humbles et profondes. Elle ne sut nullement quoi répondre dans un premier temps, observant le jeune homme d’habitude si digne, si vaniteux agir de façon bien différente à ses habitudes. Elle le fixa donc un instant en silence, le détaillant sans dire mot. Il était vraiment attrayant à cet instant, elle ne pouvait nier qu’il était résolument classe et estimable, mais ne fut nullement disposée à accepter cette réalité alors qu’elle murmurait simplement.

« Je vois… » Elle se tut un instant pour tenter de trouver ses mots qui pour une fois semblaient avoir du mal à se faire connaitre, poursuivant maladroitement. « Je te crois et accepte également tes excuses, mais… cela ne change en rien ce que je ressens pour ma part. Tu es quelqu’un de bien derrière tes airs arrogants et vaniteux, dans une certaine mesure, tu as mon estime, mais je ne peux pas accepter d’aller contre mes valeurs. »

Elle fit une seconde pause, inspirant profondément comme pour tenter de réfléchir à la suite de ses paroles. Elle ne savait quoi lui dire pour lui faire comprendre qu’une histoire entre eux était simplement impossible. Après tout, il s’agissait d’une folie et lui-même semblait le reconnaitre. Comment pouvait-il tomber amoureux d’une moldue alors qu’il était le premier à les mépriser ? Elle soupira donc faiblement avant de reporter son attention sur lui, poursuivant doucement.

« Après tout, comment pourrais-je accepter de sortir avec une personne qui méprisera ma famille, mes proches, ma famille, mon « espèce », au nom d’une idée aussi réduite que la valeur de sang. C’est totalement stupide… Je ne pourrais jamais le tolérer, je pense que tu peux comprendre que c’est impossible, non ? Mais à moins que tu changes, ce qui est improbable, ce n’est nullement envisageable qu’on ne devient plus, que ce que nous sommes aujourd’hui. Je ne pourrais jamais tomber amoureuse d’un homme qui représente tout ce que je méprise dans le monde magique. Désolée. »

Sur ces mots, elle se contenta d’inspirer profondément comme pour reprendre contenance, le regardant avec calme, mais avec une point de fébrilité, étonnée par les mots qu’elle avait pu prononcer, mais, elle ne vint nullement sur ces dernières, le fixant tout simplement sans rien dire.

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:32

Le jeune homme se trouvait dans une posture très particulière. Jamais il n’avait été aussi sincère et humble envers Camber , ni avec personne de sa naissance, et même si peu de sang pur. Son orgueil était si développé qu’il manquait rarement de se montrer arrogant et fier sans montrer la moindre sensibilité ou la moindre faiblesse. Etaler ses sentiments face à la demoiselle était vraiment particulier pour lui, il se sentait pitoyable et risible tant cette situation était étrange pour lui. Ses amis aurait sans doute cru qu’il avait été ensorcelé pour qu’il puisse proféré de telle parole, un filtre d’amour ou un sortilège de confusion qui l’aurait tant déboussolé qu’il se mettrait à déblatérer des mots insensées à une née moldue. Ils étaient incroyable et étrange, mais bien réel. Il se sentait stupide, mais ne pouvait regretter de lui avoir fait part ce qu’il avait sur le cœur. Les mots que ses lèvres avaient articulés ni aisément, ni ardemment, n’était pas une révélation pour la jeune fille, mais aussi pour lui. San doute en cet instant précis se rendait il compte, un fois de plus de combien son cœur s’était arnacher à Camber, cadenassé autour de la demoiselle sans demander l’avis de son propriétaire ou de sa raison. Le coeur est connu pour n’en faire qu’à sa tête sans avoir besoin de la moindre raison. Une née moldue, c’est ce qu’il avait réservé à son prisonnier au sang pas si pur que ça.

Pouvait il y avoir du sable mouvant sous ses pieds, il aimerait s’y enliser , l’honneteté inattendu le rendant quelque peu embarassé par sa propre action. Il baisait les yeux, il avait chaud, était il rouge, il se posait la question. Il pensait que ses signes d’humilité ne devait guère l’avantager. Il se sentait mal à l’aise, c’était étrange, c’était une sensation qui lui était inhabituelle. L’inconfort n’avait pas lieu d’exister dans sa personnalité débordante d’assurance. Sa fierté l’envahissait quasiment tout le temps et il n’agissait que bien rarement à son encontre, et même alors, il ne manquait pas de dignité. Cette révélation était tout à fait différente.

La jeune fille ne sembla pas rester completement de marbre face aux aveux du jeune homme, cette fois ci, ce n’est pas la forte Camber pleine d’assurance et de dignité qui s’adressa à lui. Il sentit son hésitation, sa maladresse. Elle lui dit qu’elle le croyait et qu’elle acceptait ses excuses seulement ca ne changeait rien à ce qu’elle ressemblait de son côté. Elle dit qu’il était quelqu’un de bien derrière ses airs arrogants et vaniteux, qu’il avait, dans une certaine mesure, son estime. Toutefois, elle ne pouvait aller à l’encontre de ses valeur que lui venait de piétiner partiellement en ‘accrochant terriblement à elle. Il ne pouvait que reconnaitre l’extrême dignité de la jeune fille. Sans doute serait elle prête à mourir pour ses idées, mais Elis se retrouvait il condamné à ce qu’elle ne l’aime pas parce qu’il se trouvait si différent dans leur valeurs. 

Il resta silencieux l’observant, tout en regagnant une expression neutre. Elle n’avait pas complètement tord, sans doute est elle bien plus raisonnée que ce que la folie de sentiments imposait au jeune homme qui en oublier le principe qui avait basé toute son éducation. Il ne se sentait pas moins blesser par les paroles de la jeune fille, son cœur se serra douloureusement mais il ne laissa rien paraitre. La suite des paroles ne lui furent pas plus agréable ou soulageant.

Elle lui demanda comment elle pourrait accepter une personne qui mépriserait sa famille, ses proche et toute son espèce au nom de la valeur du sang . C’était stupide, elle ne pourrait jamais le tolérer, elle pensait qu’il pouvait comprendre que c’était impossible. Si bien que, sauf si il changeait, ce qui était improbable, il ne pouvait être envisageable qu’ils ne deviennent plus que ce qu’ils étaient à présents. Elle ne pourrait jamais tomber amoureuse d’un homme qui représentait tout ce qu’elle méprisait dans le monde magique, lui. 

Il accusa le coup en la fixant simplement. Ses paroles, ils les laissa sonner dans sa tête. Son visage était impassible mais ce refus catégorique et si bien argumenter surent vider les entrailles du jeune homme qui les sentit devenir si douloureuse. Il se haissait aussi d’être si atteint par celle-ci, comme il devrait aussi penser comme elle. Elis n’aimait pas les né moldu, comme il était idiot de souffrir ainsi pour celle-ci. Quand il repris la parole, sa voix était douce et contrôlé, rien qui ne lui marquerait son trouble, bien trop fier pour se montrer blessé en cet instant. Il l’était.

« - Tu as certainement raison. Je ne peux nier cela. » Il soupira quelque peu, tentant de se détendre sans que la jeune femme ne le remarque. Il baisa le regard pour regarder le sol. 

« - Si je dois changer, j’ai besoin de toi. … j’ai réellement besoin de toi , Camber, s’il te plait. » Il savait qu’elle ignorait la profondeur de cette demande, qu’elle ne pouvait comprendre qu’il songeait seulement à revenir sur ses principes, elle était surement à mille lieux de penser qu’il le voulait. Il haissait les moldus, mais sa raison même commencait à perdre un peu de foi et de ferveur. Si Camber l’aidait, si elle était la clef qui pouvait lui ouvrir la porte vers son père. C’est ce qu’il lui demandait là, au délà de l’amour qu’il lui portait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:35

Au travers de la dignité dont faisait preuve l’héritier de l’illustre famille Fitzgerald, la jeune femme ne pouvait dorénavant prendre conscience de la vraie profondeur des sentiments qu’il avait à son égard. Cela faisait bien des semaines qu’elle avait cessé de croire qu’il s’agissait d’une vile manipulation de sa part pour tenter de se venger de l’affront, qu’elle lui avait fait vivre en le battant lors de ce duel qui les avait opposés l’un à l’autre. Les derniers évènements lui avaient permis de voir ô combien ces sentiments pouvaient rentre ce jeune homme à la stature si fière, cruellement instable lorsqu’elle mettait à mal la profondeur de ces derniers. Ce baiser volé en avait été la preuve concrète et elle ne pouvait nullement nier y être totalement insensible. Le jeune homme avait acquis une chose presque impossible pour une personne de sa condition, de sa mentalité. Le respect qu’elle lui vouait se trouvait bien trop présent pour qu’elle puisse adopter une posture autre que celle qu’elle tenait actuellement. Si le jeune homme n’avait été qu’un garçon présomptueux et vaniteux en tant que sang pur, sans doute aurait-elle pu passer au-delà de cela pour se lier à lui, du moins en amitié. Seulement l’attitude habituelle du jeune héritier allait en totale inéquation avec ses principes. Il avait tant représenté l’archétype de l’homme qu’elle ne pourrait jamais apprécier que cette étrange réalité qui s’entrouvrait sous ses yeux fût curieuse. Elle ne le détestait pas, pire elle arrivait à avoir de l’estime pour lui, les blessures qu’elle pouvait lui infliger au travers de ses mots. Cela expliquait sans doute les raisons de ses hésitations, de la maladresse de ses paroles. Elle avait essayé de ne pas être trop brusque, trop froide comme elle l’avait été auparavant, mais elle avait souhaité lui faire comprendre qu’en dépit de ce respect, elle ne pouvait aller à l’encontre de ses valeurs.

Cela faisait des années qu’elle luttait pour tenter d’éliminer cette discrimination faite à sa « race » de sang. Elle avait tant souffert, tant cherché à s’imposer pour tenter de l’éradiquer que l’idée même, d’accepter de se lier avec une de ses personnes qui méprisaient tant son espèce, était une injure à son existence même. Elle ne pouvait le tolérer et espérait sincèrement que ses arguments seraient en mesure de consoler dans une certaine mesure les sentiments qu’il avait pu nourrir à son attention. Cela n’avait pas de sens, lui-même le reconnaissait alors pourquoi s’en sentait-elle pas non plus satisfaite. Elle tentait de reprendre contenance en lui faisant calmement face, mais elle n’était pas aussi déterminée qu’elle le laissait entrevoir. Elle ne pouvait revenir sur ses valeurs, les jugeant justes et intègres, mais serait-elle en mesure de revenir sur ses dernières si le jeune homme désirait changer pour « elle » ? Cette pensée était ridicule et elle n’osa même pas la supposer probable. Elis n’avait pas été son plus vif opposant pour rien, ils en avaient tellement décousu l’un et l’autre qu’ils avaient été de profonds rivaux sur tous les domaines d’études. Il semblait accuser le coup en silence, aussi humble et calme comme il l’avait été en cette journée. Il la fixait simplement, ce qui ne vint nullement atténuer le trouble qui l’habitait tant elle se trouvait quelque peu déroutée par la direction que prenait leur conversation. Cela était résolument troublant, mais, indirectement, elle fut soulagée lorsqu’il vint lui donner raison. Il ne pouvait nier cela. Il avait murmuré ses paroles dans un ton doux et contrôlé, soupirant faiblement, mais assez pour comprendre qu’il n’était pas aussi calme qu’il le laissait entrevoir. Elle le vit donc baisser le regard pour regarder le sol, profitant de cette occasion pour faire de même, inspirer profondément comme pour ne pas flancher.

Seulement la suite des paroles du jeune homme ne put que la désarçonner tant elle ne s’était nullement attendue à ces derniers. Il lui murmurait simplement que s’il devait changer, il avait besoin d’elle. Il avait réellement besoin d’elle, lui faisant cette douce requête qui la laissa totalement agitée. Cette dernière se trouvait totalement troublante, ne sachant résolument pas quoi en penser. Pourtant, elle ne se sentit nullement mettre en doute la sincérité de cette dernière, voyant ô combien ce dernier semblait sérieux au travers de ses mots, le ton de sa voix. Elle resta muette quelques longues minutes, ne sachant quoi répondre, tant elle ne semblait plus en mesure de comprendre où il souhaitait en venir. Pourquoi désirait-il changer ? Cela ne pouvait pas être pour elle, n'est-ce pas ? Cela n’avait pas de sens non plus et pourtant, elle ne savait pas quoi en penser. Elle le dévisageait donc en visage, tentant de trouver un semblant de phrase dans son esprit pour tenter de rompre ce silence qui s’imposait, murmurant.

« Changer ? Pourquoi voudrais-tu changer ? Je ne comprends pas. Tu as toujours été ainsi, non ? Je veux dire… cela n’a pas de sens ! » Lâcha-t-elle difficilement alors qu’elle inspirait profondément, murmurant. « Mais, si tu es sérieux et désires vraiment changer, je veux bien te soutenir dans cette voie… Si tu y parviens, cela prouvera juste que mon esprit n’a nullement manqué de discernement en t’offrant son estime… et que tu es un homme bien. »

Elle ne réfléchit nullement à la signification des paroles qu’elle avait pu prononcer, refusant de leur donner le moindre sens au-delà du message qu’ils voulaient faire passer. Si ce dernier voulait changer, si pour parvenir à aller à l’encontre de ses principes obsolètes, il avait besoin de son assistance, elle voulait bien contribuer à le faire évoluer vers la bonne voie, tout simplement.

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:37

Le jeune homme découvrait en lui cet étrange besoin de réevaluer son éducation, on lui avait donner des principes auxquels il avait toujours eu foi, seulement des éléments venait à présent lui faire douter de leur bien-fondé. C’était sans doute inavouable, surtout pour un garçon si fier qu’il ne l’était, reconnaitre ses tords n’était pas si aisé, surtout quand il s’agissait d’un avis qui avait été graver dans son cœur et son esprit depuis de nombreuse année. Un chrétien qui venait à douter de l’existence de dieu et à perdre la foi dans l’église, c’est ainsi qu’il se sentait, assailli par des questions qui ne pouvaient quitter son esprit et le torturaient. Ses sentiments étaient confus et il ne savait plus vraiment par ou se diriger, se laisser aller à cette désillusion ou reprendre le droit chemin, du moins celui qu’on avait établi pour lui de droit.

Elis se trouvait étrangement curieux de connaitre son père, même si il était un moldu et qu’il affirmait haut et fort à sa grand-mère n’avoir que faire de lui. Son esprit le définissait comme l’homme qui lui avait volé sa mère et l’avait pousser à l’abandonner lui encore bébé, son esprit ne pouvait qu’hair cette homme qui avait préféré fuir en ayant kidnappé le cœur de sa femme en y delaissant leur rôle de parents de manière magistrale. Il avait été si décu lorsqu’il avait appris parce que depuis son enfance il avait aimer l’image de sa mère et de son père qu’il n’avait pas connu le moins du monde et qu’il avait cru mort. Il les avait aimer comme un enfant aime ses parents, du plus profond de son cœur, et celui-ci avait toujours envie de les aimer à présent qu’il avait la chance de pouvoir les connaitre tous les deux. Ils restaient ses parents, d’ignobles parents qui l’avait abandonné sans qu’ils ne se soient jamais retournés, mais des parents vivants. Tout orphelin aurait rêve d’être à sa place, alors Elis ne savait plus que faire, quand bien même son père était un moldu.

Il n’y avait surement qu’à la fille qui avait pris en otage en otage qui pouvait l’aider à prendre une voie qu’il n’avait même jamais prévue ni désiré. Camber était sans doute très importante pour lui, il lui avait demandé de l’aide et jamais il n’avait été aussi sincère dans ce genre de prière. Aussi digne restait il, sa sincérité pouvait elle faire défaut. Il y eut un silence dans laquelle il ne put que sentir le regard de la jeune fille sur lui. Elle fini par rompre le silence s’étonnant de ses propos. Pourquoi voudrait il changé ? Elle dit qu’elle ne comprenait pa, qu’il avait toujours été ainsi, alors, cela n’avait pas de sens. Elle continua d’une voix plus douce et faible, un doux murmure comme pour apaiser sa surprise. Elle dit que si il était sérieux et désirait vraiment changer, elle voulait bien le soutenir dans cette voix. Si il y parvenait, il lui prouverait qu’elle n’a pas manqué de discernement en lui offrant son estime, qu’il était un homme bien. 

Des paroles qui réchauffèrent le cœur de Elis, surtout par ce qu’il lisait entre les lignes de celle-ci. Son regard se releva vers la jeune fille, pour s’assurer que ses oreilles ne l’avait pas trompé et qu’il avait bien entendu ce qu’elle avait prononcé. Il pris une profonde inspiration et fit un léger signe de tête, bien conscient qu’il lui devait quelque explication quant à cette surprenante demande. Il jeta un regard autour de lui en sortant sa baguette magique. Il pensa et lança quelques sorts de protection auditive autour d’eux deux pour s’assurer que seule Camber serait en mesure de l’entendre ici. Ce qu’il voulait lui dire, il n’avait pas encore la force de le voir étaler sur la place publique.

« N’est ce pas ce que tu me demandes, Camber, de changer ? » murmura t’il doucement en fixant ses beaux yeux. Il soupira un peu pour se détendre encore une fois.

« -Mais, il n’y a pas que ça… je le souhaite vraiment Camber, j’ai vraiment besoin de ça. J’ai… Je ne sais pas si tu sais que j’ai été élevé par mes grands parents, que je suis orphelin, du moins c’est ce qu’ils m’ont toujours dit. Seulement, il est probable que ce soit un mensonge, mon sang aussi… il se peut que… mon père soit un moldu. Il est encore en vie, ma mère aussi, c’est elle qui m’a dit…seulement. Je crois pas pouvoir réussir sans toi…»

Il avait parler très vite pour faire passer le message sans avoir l’impression de le dire. Il la regardait dans les yeux, cherchant à reperer sur son visa e sa réaction. Il rit de sa propre personne et soufflant par le nez, un genre de dédain pour sa propre personne.
« - Tu peux rire … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:40

Il était évident que la jeune femme ne pouvait qu’être désarçonnée par les paroles du jeune sang pur, qui se trouvait face à elle. Ce dernier lui indiquait sans explication apparente que s’il devait changer, il avait besoin d’elle. Une telle demande ne pouvait que surprendre d’autant plus murmurer de façon si sérieuse alors qu’il se trouvait tant persuadé que ses valeurs se trouvaient louables. Cette idée n’avait point de sens et pourtant, elle savait ô combien le jeune homme n’aurait pas insufflé ses paroles s’il n’y avait pas songé sérieusement. C’est pour cette raison qu’elle lui avait demandé pourquoi il voudrait changer. Elle ne comprenait pas pourquoi. Il avait toujours pensé ainsi alors pourquoi ? Cela n’avait pas de sens, mais, s’il était sérieux et qu’il voulait vraiment changer, elle voulait bien le soutenir dans cette voie. Ces mots n’avaient pas pour autre vocation que le message qu’ils délivraient. Elle ne ferait que lui rendre service, rien de plus, tenter de l’habituer à la vie moldu, à arrêter de les mépriser de la sorte. Autant dire qu’il s’agissait d’une entreprise fortement difficile et qu’elle avait conscience qu’elle avait de sérieuses chances de rater. Le lavage de cerveau ne permet pas toujours de revenir en arrière, du moins c’était ce que son père lui avait fait part lorsque plus jeune, elle s’indignait sur les enfants tel que lui.

Elle ne savait nullement si elle allait y parvenir, mais, si jamais le jeune homme pouvait l’indiquer sur la raison de son désir de changer, cela l’aiderait à mieux entrevoir où il souhaitait en venir. Ce dernier semblait quoi qu’il en soit surpris par sa réponse, la fixant pour s’assurer qu’il avait bien entendu cette dernière. Elle évita de songer à tout cela, à ce que ses paroles pouvaient impliqués de sa part tant, elle se serait rendu compte qu’elle était résolument en train de commettre une erreur. Il était fort à parier que Cillian se mettrait en colère dès lorsqu’il le saurait, mais que pouvait-elle bien faire s’il était sincère, c’était une occasion rêvée de voir s’il pouvait vraiment changer, non ? Quoi qu’il en soit, elle continua de le fixer de façon sérieuse et neutre, le voyant hocher faiblement de la tête pour prendre sa baguette. Il sembla lancer des sorts de protecteur autour d’eux pour s’assurer qu’elle serait la seule à entendre ses raisons. Un fait étrange qui ne put qu’accroitre sa curiosité tandis qu’il lui murmurait enfin que ce n’était pas ce qu’il lui demander ? Une réponse qui ne put que la troubler quelque peu alors qu’elle était sur le point de répliquer, s’abstenant de le faire juste à temps pour le laisser poursuivre. Il l’informa que ce n’était pas que cela, qu’il le souhaitait vraiment, qu’il avait vraiment besoin. Une remarque qui ne put que la faire revenir sur sa réaction n’initiale alors qu’il abordait un point de son histoire personne. Il lui fit part du fait qu’il avait été élevé par ses grands-parents, qu’il était orphelin, du moins c’était ce qu’ils lui avaient toujours dit. Seulement, il était probable que se soit un mensonge, son sang aussi. Il se pouvait que son père soit un moldu. Ce dernier se trouvait encore, en vie, sa mère aussi, c’était elle qui lui en avait parlé, mais… il ne pensait pas pouvoir réussir sans elle.

Une nouvelle qui vint la frapper violemment alors qu’elle le détaillait avec surprise, ne sachant nullement comment interpréter cette dernière. En toute sincérité, elle était scandalisée par ce qu’avaient pu faire ses grands-parents au sujet de ses géniteurs. Comment avaient-ils pu mentir sur un tel sujet, faire croire à leur décès à un enfant en pleine construction. Elle le fixait stupéfaite, révoltée presque alors qu’elle répondait subitement.

« Mais comment ? Comment ont-ils pu te mentir sur un tel sujet ? Ça ne te révolte pas de savoir qu’on a passé toute ta vie à te mentir ? Qu’ils t’ont apprit à mépriser des êtres dont tu fais partie indirectement. Tes grands-parents sont-ils complètement inconscients, cruels ? »

Elle avait presque hurlé ses paroles, sentant une colère muette envahir son être alors qu’elle relevait la tête vers le ciel pour contenir ses paroles pour tenter de se ressaisir. Elle n’avait pas à réagir de la sorte, mais elle trouvait tout ceci révoltant et cruel. Elle serra ses phalanges au creux de ces menottes, se mordant la lèvre pour reprendre son calme, ajoutant faiblement.

« Désolée, mais, ça me révolte. C’était comme si ta vie n’était désormais plus basée que sur un effroyable mensonge. Je n’arrive pas à croire que des personnes puissent agir de la sorte. Cela ne me donne nullement l’envie de rire, cela a dû être un choc d’apprendre tout cela et cela n’a rien d’amusant… Mais, je comprends mieux où tu veux en venir. »


Elle inspira doucement pour s’humidifier légèrement la lèvre alors qu’elle ajoutait simplement dans un ton sérieux et calme.

« Si tu veux que je t’aide…, il faut tout d’abord que tu me dises ce que tu attends de moi, car en toute sincérité, il n’y a que toi, qui puisse prendre la décision de changer et d’accepter ce que tu es « réellement ». »

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:42

Il n’avait jamais parler de la visite de sa mère et de cette découverte sur sa naissance à qui que ce soit, pas même à sa grand-mère qui avait pourtant été là ce jour ou il avait appris cette vérité. Elle avait sans doute su ce que sa fille avait dit ce jours là à son petit fils mais jamais aucun d’entre eux deux n’abordèrent le sujet. Elis avait mis sa mère à la porte mais ses paroles n’avait pas quitter son esprit, malgré son espoir de les rendre insignifiant. Il n’avait pu y parvenir, mais n’avait pu non plus accepter ce fait, il se trouvait trahi de toute part et ne pouvait pardonner ses parents ni son abandon, ni de ce retour inopportun et traumatisant. 

Camber aurait dut être la dernière personne informer de cette réalité qu’il tentait de se cacher. Leur relation était si chaotique et empli de compétition et de mépris, sans nul doute qu’il n’aurait pas songer un seul instant à se confier à elle. Ses tourments face à cette « moldu-ité » inconnue ne cessait d’écrasser son cœur qui ne trouvait un peu de repos et de confiance qu’auprès de cette jeune fille qu’il ne cessait d’embêter et d’infériorisé depuis son entrée à l'école. Comme ses sentiments avaient été bouleversé ses derniers jours pour cet homme si fier et orgueilleux. Il avait eu du temps pour digérer cette histoire, mais elle se trouvait encore une peine terrible comme un instant il avait perdu tout ce qui faisait son identité, ses convictions. Il ne savait plus ou se raccrocher pour retrouver un peu de paix interieure. La présence de Camber l’aidait en un sens, il le sentait dans les tels instants. Il avait lutté contre cette atteinte à son honneur et sa fierté de sang pur. La rapporter à cette jeune femme si virulente défenseuse de l’égalité entre les rangs de sorcier et moldu lui coutait, malgré les joli sentiments qu’il lui portait.

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle réagisse de la manière dont elle le fit, pourtant il connaissait sa droiture et sa dignité, sans doute jamais ne ce serait elle moquer de quelque chose de si grave, de si destructeur et destructurant pour un jeune homme. Elle sembla indigné par ce qu’il lui racontait. Il aurait pu recevoir des reproche sur sa facon d’agir, sur l’ironie de la situation d’un garçon haissant les moldu se retrouvant avec du sang de cette espèce dans son corps, mais elle ne le fit pas. Elle valait bien mieux que ca. Elle lui demanda comment, comment ils avaient pu lui mentir sur un tel sujet. Cela ne le revoltait il pas de savoir qu’ils avaient passé toute sa vie à lui mentir , qu’on lui ai appris a mépriser des êtres dont il faisait partie indirectement ? Ses grands parents étaient complètement inconscient et cruel. 

Il avait bien fait de mettre un sort de protection auditive car elle avait hurler ses paroles et sans celle-ci, toute la plage aurait eu vent de ce secret, même si lui s’était contenter de ne pas élever la voix. Il fut touché et bouleversé de sa révolte. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle réagisse ainsi pour lui, elle ne lui devait pas tant de compassion et d’empathie. Il avait facilement pardonner sa grand-mère et son grand père décedé de l’avoir protéger de cette réalité, même si la vérité était difficile à affronter à présent. Cette idée pourtant qu’on lui ai mentit pour le proteger ne semblait pas effleurer son esprit, elle avait cruellement injectiver ses grand parents de leur irresponsabilité et cruauté envers leur petit fils. Sans doute avait il une part aussi dans le débousollement et la souffrance de Elis.

Elle reprit la parole sous le regard ébahi du sang mélé. Elle s’excusa en expliquant que ca la révoltait. C’était comme si sa vie était désormais basée que sur un effroyable mensonge. Elle ne pouvait croire qu’on puisse agir d’une telle manière. Cela ne lui donnait aucune envie de rire, comme ce avait du être un choc pour lui d’apprendre tout cela. Cela n’avait rien d’amusant mais elle comprenait mieux ou il voulait en venir.

Entendre de la bouche de Camber ce qu’il ressentait au creux de son cœur ne rendait pas la douleur de cette révélation moins violente. Il ne pouvait qu’être reconnaissant envers la jeune femme, soulager que la fille dont il était amoureux soit si compréhensive et intégre. Il ne pouvait qu’admirer et la remercier de cela, sa colère était précieuse . Il se mordit les lèvre et approuva d’un signe de tête pour toute réponse aux multiples questions, à la fois résigné et tout aussi insurgé par cette situation qu’on lui avait imposé de vivre.

Camber rajouta que si il voulait qu’elle l’aide, il devait lui dire ce qu’il attendait d’elle, car en toute sincérité, il n’y avait que lui qui pouvait prendre la décission de changer et d’accepter ce qu’il était « réelement ». Le dogsuli la regarda intensément, soudain mal à l’aise par ses paroles, si vraie et terrifiantes.

« - Je…je…Merci. » Elle était parfaite, agissait toujours de la manière la plus surprenante et belle, du moins aux yeux du jeune homme. Il n’avait pas d’attente particulière, il ne savait pas comment on pouvait parvenir à cela, soudainement aimer une race d’humain, prendre conscience qu’il nous ressemblait plus qu’on ne le pensais. Il ignorait comment ca se passait, comment perdre cette éducation qu’on lui avait donné et auquel il avait toujours adherer. 

« - Il n’y a rien de particulier je pense …juste ta présence me calme. Peux tu me donner un peu de ton temps. Tu ne peux surement rien à ce que je suis mais, pourrais tu me parler des moldus. Je voudrais ca oui, que tu me donnes meilleur opinion d’eux, ou que j’ai entendu d’eux. Je dois ignorer des choses. »

Evidement ce ne pouvait etre aussi simple, ses conviction était si ancre qu’il les prenait pour ses propres avis et n’avait pas réflechit autrement depuis qu’il avait la conscience de se souvenir. Il se frotta le bras en soupirant géné et un peu honteux même si il n'y était pour rien. 

« -Désolé de te demander cela, à toi, mais tu es, je crois, la seule que j’écouterais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : phoebe tonkin ». J'ai égaré : 239 parchemins. Ma bourse est remplie de : 98 et j'ai : 31
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:43

Sidérée, elle ne pouvait que l’être tant la situation du jeune homme l’insupportait. Elle n’était nullement en mesure de comprendre les raisons qui avaient pu amenés les grands parents de ce dernier à lui mentir sur son identité. Elle trouvait cette façon de faire résolument méprisable et ne pouvait s’empêcher de se sentir révoltée. Comment ses êtres, qui se disaient aimer leur petit enfant de tout leur cœur, avaient pu le tromper ainsi sur sa propre condition, identité ? Il s’agissait réellement d’un délit, d’un crime qu’on ne pouvait tolérer et cautionner. C’était si exaspérant de voir des êtres indignes agir de la sorte. Sans doute diraient-ils qu’ils avaient tentés de le protéger, de le préserver d’une réalité mais cette dernière n’était et ne pouvait qu’être préjudiciable à leurs yeux et de ceux qui avaient les mêmes idéaux. C’était uniquement par égoïsme qu’ils avaient pu agir de la sorte et cela n’était nullement pardonnable. Du moins en son sens et il fallait nullement escompter qu’elle agisse autrement de sa part tant elle cela l’horripiler.

Cependant, elle savait qu’elle n’avait nullement à réagir de la sorte. Elle n’était nullement concernée par le problème du sang pur dans une certaine mesure et pourtant, indirectement, elle ne pouvait que comprendre les questionnements que cela soulevait en la personne du jeune homme. Comment accepter de haïr des êtres qu’il avait tant méprisés alors qu’il en faisait fondamentalement parti. Son sang n’était pas aussi pur qu’il ne l’avait cru durant toute son enfance, son adolescence, jusqu’à ce jour. C’était tout le bien fondé de son existence qui était ainsi bafoué par cette réalité. Sans doute avait-il préféré nier cette dernière, se refugiant derrière cette image dénaturée qui avait toujours été sienne. Une réaction qu’elle ne pouvait que comprendre, ne sachant nullement comment elle pourrait réagir si du jour au lendemain, elle découvrait qu’elle n’était pas celle qu’elle croyait être. Cette crise d’identité devait sans doute être pénible pour le jeune homme en accoutumé si fier et arrogant, c’était comme s’il était sous l’égide d’une épée de Damoclès qui pouvait s’abattre sur lui à tout instant, discréditant tout ce qu’il avait mit tant de hargne à construire.

Cependant, elle ne comprenait nullement pourquoi elle réagissait de façon si violente à cette nouvelle qui ne la concernait nullement. Elle n’avait aucune raison d’être si révoltée par cette annonce et pourtant, elle n’avait pu lutter contre sa nature. Elle pouvait donc que comprendre l’étonnement du jeune homme à une interaction si vive de sa part, elle-même ne pouvait identifier clairement la raison. Indirectement, sans doute que la réalité du jeune homme l’atteignait plus profondément qu’elle ne l’aurait souhaité. Pour preuve, elle était même disposée à l’aider, quand bien même n’avait-elle nullement idée de la façon dont elle pourrait procéder pour l’apprendre à appréhender sa vraie nature. Ce dernier semblait même terriblement touché par ses paroles, la regardant si intensément de façon mal à l’aise par ses paroles qu’elle se sentit d’autant fébrile, gênée par sa propre réaction. Il vint murmurer difficilement un remerciement à son attention tandis qu’il ajoutait qu’il n’y avait rien de particulier qu’elle ne devait faire. Seule sa présence le calmait alors, si elle pouvait lui donner un peu de son temps. Sans doute ne pourrait-elle surement rien à ce qu’il était mais, si elle pouvait lui parler des moldus. Oui, c’était ce qu’il voulait, qu’elle lui donne une meilleure opinion d’eux, de ce qu’il avait pu entendre d’eux. Il devait ignorer tant de choses à ce sujet.

En effet, il s’agissait de quelque chose de relativement difficile à mettre en œuvre. Cela ne lui donnait pas plus d’éléments pour la guider dans les actions qu’elle pourrait mettre en place pour lui permettre à changer son regard sur la condition des modus. Dans tous les cas, il semblait porter beaucoup d’espoir sur elle, quand bien même était-il navré de lui demander cela. Seulement, elle était la seule qu’il pourrait écouter à ce sujet. A ses mots, elle ne pu que rester interdite, muette, ne sachant que répondre à cela. Ce dernier semblait sincère et résolu à essayer de changer, d’apprendre à appréhender sa réelle nature et elle ne mettait nullement en doute sa parole. Sans doute commettait-elle une grave erreur en s’aventurant dans cette voie à ses côtés mais, elle ne pouvait refuser de lui tendre la main, d’autant plus désormais en connaissance de cause.

« D’accord. » Annonça-t-elle dans une voix faible mais douce en inspirant doucement. Ses membres tendus, elle tentait de se décontracter, devenir moins rigide tandis qu’elle poursuivait en glissant sa main derrière sa nuque. « Je veux bien t’accorder un peu de mon temps pour tenter de te faire changer d’avis. Je n’ai pas encore d’idées en ce qui concerne la procédure que je pourrais mettre en place pour t’aider à changer mais… dès que j’y aurai réfléchi, je viendrai à ta rencontre. Il ne faut juste pas omettre une chose : tu sais, eux comme nous sommes des êtres humains avec des émotions et des sentiments d’amour comme de haines. Si déjà tu parvenais à te convaincre de cette idée, sans doute que tu feras un grand pas. »

THE PHOENIX'S SONG ~
u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t996-aleisha-mander-tout-amour-seme-tot-ou-tard-fleurira

avatar
Cameron MacAllen
Department member
Jade's Woopecker
Je ressemble à « : Daniel Gillies ». J'ai égaré : 177 parchemins. Ma bourse est remplie de : 55 et j'ai : 32
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   Mer 16 Juil - 16:47

Elis s’était rendu compte combien sa situation avait fait réagir cette fille qui pourtant n’aurait pas du y prêter la moindre attention. Il savait qu’elle était digne et de bonne nature, même si tous les deux ne se trouvait guère proche l’un de l’autre, c’était même plutôt le contraire. Il n’imaginait pas qu’elle s’indignerait tant du traitement qu’on lui avait fait subir. Elle semblait en dehors de son rôle, la compassion n’aurait pas du faire parti des sentiments à son égard. Le jeune homme, amoureux de la demoiselle lui en était toutefois vraiment reconnaissant, surpris et reconnaissant. 

L’attitude de Camber ne pouvait que lui paraitre agréable, c’était le première élan de sentiment positif à son égard qu’il pouvait percevoir, bien qu’elle lui ai quelque fois assuré son estime pour lui. Il se trouvait touché par son attitude. Il ne put que la remercier. Elle acceptait de l’aider et se trouvait si généreuse avec lui qui avait toujours était aussi odieux envers les personnes de sa condition. Elle avait pourtant accepter de l’aider ,sans hésiter, comme la chose la plus naturelle du monde. Pour lui, ce ne l’était pas vraiment. Si il avait pu faire autrement, il aurait tenter une autre voix. Mais sur qui d’autre qu’elle pouvait il compter, vers qui pouvait il se tourner comme il se trouvait perdu. Il n’avait aucun ami qui saurait le guider, ou du moins pas sur le chemin qui pouvait être entamé avec elle. Peut être mettait il beaucoup de chose sur les épaules de la jeune femme dont il était tombé amoureux. Camber ne lui avait rien demandé et il lui imposait de l’aider quasiment. Elis n’avait pu imaginé qu’elle aurait accepté si aisément, qu’elle soit si bouleversée par son histoire. Réclamer son aide devait être insensé, si bien qu’il fini par s’excuser de sa demande sans doute un peu malvenue. Il insista toutefois car il n’avait personne d’autre qu’elle à qui il pouvait confier cela. La seule qu’il pourrait suivre, il souhaitait la suivre, l’écouter.

Mais elle accepta dans une voix faible et douce. Elle passa une main derrière sa nuque, visiblement génée et stressée. Elle dit qu’elle voulait bien lui accorder un peu de son temps pour le faire changer d’avis. Elle n’avait pas encore d’idée en ce qui concernait la procédure à suivre et mettre en place pour qu’il puisse changer sur cette vision mais, quand elle aurait réfléchi, elle reviendrait vers lui. Il ne devait pas omettre une seule chose. Les moldus, tous comme eux étaient des êtres humains avec des émotions et des sentiments d’amour et de haines. Si il pouvait déjà parvenir à se convaincre de cette idée, il aurait déjà fait un grand pas.

Le jeune homme se mordit les lèvres, reconnaissant auprès de la jeune femme. Que Camber ait accepté de lui venir en aide lui accordait deux raisons de se réjouir. La première résidait bien sur dans l’aide qu’elle allait lui apporter, la seconde dans le fait qu’il aurait à présent une parfaite occasion de revoir la jeune fille sans s’imposer à elle , sans même se disputer avec elle. Ce ne serait pas idéal comme rencontre pour une fois, quelque chose de plus cadré et serein entre eux. Il souhaitait bien sur aussi se rapprocher d’elle, la connaitre un peu plus, ce n’était pas complètement étranger à sa demande. Il lui adressa un faible sourire.

« - Ne te tracasse pas trop, Camber. Je te remercie de me donner un peu de temps. Tiens moi au courant quand tu pourras m’en donner un peu. »

Il reflechit à la dernière phrase, elle qui se trouvait si différente du discours qu’il pouvait écouter habituellement, celui que la jeune fille avait toujours défendu. Lui se différenciait tant des sans pouvoir, il leur semblait si différent, si menaçant et en même temps inférieur et insignifiant. Pourtant, sans doute qu’il y avait un peu de vrai dans les dire de la jeune femme. Sa mère elle-même était tombé amoureuse et enceinte d’un moldu, ce devait sans doute avoir du sens. 

« - Je… je vais essayer de travailler sur cette pensée ! Je ne vais pas te retenir plus longtemps, j'ai le don d'embeter tes vacances, n'est ce pas. Profite bien de la plage. »

Il soupira doucement, respira fortement avant de la saluer avec respect comme pour la remercier à nouveau. Il leva sa baguette magique pour faire lever les sort de protection qu’il avait lancer un instant auparavant. Il releva le visage vers la jeune fille en lui souriant avec apaisement et sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t168-elis-on-the-road http://thephoenixsong.forumactif.org/t200-elis-on-the-road#1399


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber   

Revenir en haut Aller en bas
 

The ocean listens to love speech but would you listen to me - pv Camber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maryse Vs Beth Pheonix Vs Angelina Love
» Maryse Ouellet Vs Michelle Mccool Vs Angelina Love
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Star Ocean - Forum RPG Futuriste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Sinseonghan Jolyu's Area-