Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Archives rp 2014
 

 Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Lun 17 Nov - 15:54

Do you know ? I need you my friend
like you need me


Elle avait d’abord pensé à rentrer et s’engouffrer dans ses draps pour y pleurer de tout son saoul. Que pouvait-elle faire autre chose que cela, après tout ? Elle était venue sur la plage dans l’objectif d’y promener Yuu comme elle avait pris l’habitude de le faire. Une balade qui lui permettait en temps normal de prendre l’air et d’aérer son esprit tout en profitant de la vue. Seulement ce soir, cela avait été une tout autre histoire. Elle serrait ses mains au creux de ses bras, les emmitouflant dans le tissu de son pull qui ne semblait pas assez chaud pour apaiser ses tremblements. Elle avait cessé de pleurer, mais ses prunelles étaient rouges, gonflées par les pleurs qui s’étaient fendus sur ses joues quelques heures auparavant. Elle avançait dans les ruelles désertes de la ville, le cœur lourd. Elle avait ramené Yuu et Éros chez elle, mais elle avait besoin de prendre l’air, de tenter d’oublier ces sombres pensées. La soirée avait commencé depuis quelques heures désormais, mais il était encore tôt. Elle n’avait pas de but précis en tête. Elle errait simplement dans les ruelles de la ville en s’enivrant de la vie qu’il y avait, aussi que de sa mixité. Parfois elle devait zigzaguer entre les gens pour ne pas être emporté par la foule, d’autre fois elle avait des ruelles pour elle toute seule. C’était résolument étrange, mais cela lui permettait d’avancer plus facilement.

Elle traversait donc les ruelles de la ville avec lenteur, ses pas martelant les parvis de celles-ci. Les heures s’évanouissaient, mais elle n’avait de cesse de ressasser les mots de Joaquin, l’émoi qu’ils provoquaient en elle. Elle avait le cœur qui palpitait furieusement dans sa poitrine, à la fois si fou et si tiraillé. Elle inspirait profondément pour tenter d’amoindrir son émotion, en vain. Elle était bien incapable de faire attention aux heures qui défilaient, tout comme elle se trouvait insensible à la fraicheur de la nuit. Elle arriva finalement au point de départ, retrouvant l’entrée du bâtiment de son appartement. Ses pieds étaient en feu, mais la fatigue bien présente. Elle se sentait épuisée, vidée de toute émotion. Elle finit par se résigner à ce coucher, ne prenant même pas la peine de se changer, si ce n’est de retirer ses talons pour se choir dans sa couette pour laisser son corps se reposer, reprendre des forces. Ce fut un sommeil sans songe et le lendemain matin ne fut pas plus clément. À son réveil, son cœur reprit sa course endiablée et tiraillée, son esprit obnubilé et envouté par ces mots qui n’avaient de cesse de tourner en boucle dans son esprit. Pas même une douche chaude ne put amoindrir cette tension qu’elle ressentait sur ses épaules et tout au fond de sa poitrine. Elle avait beau inspirer profondément, celle-ci ne s’amoindrissait pas. Bien au contraire !

Elle se trouvait vraiment chamboulée par cette histoire et n’avait de cesse de trembler. Elle ne pouvait pas rester ainsi. Elle allait devenir folle. Elle se décida donc à rendre visite à Suk Hee, sa tendre amie, la seule qui connaissait les détails de son histoire, de cette période noire de son existence. Elle avait surtout besoin de se changer les idées, d’évacuer tout cela. Une bonne séance de sport saurait résolument lui faire du bien. D’autant plus qu’elles s’étaient promises de se rendre dans la salle de boxe ensemble. Elle avait donc opté pour des vêtements de sport et après un bon petit déjeuner elle s’était dirigée vers l’appartement de son amie en transplanant. Elle s’était donc rapidement retrouvée devant l’appartement de cette dernière, les membres tendus et la respiration fébrile. Elle se tapa les joues pour se donner des forces, afficher son plus beau sourire même si son cœur n’avait nulle envie. Elle ne voulait pas laisser les déclarations de Joaquin monopolisait ses pensées même si c’était résolument le cas. Elle inspira profondément et vint frapper la porte de son amie, lui offrant son plus beau sourire alors qu’elle attendait qu’elle ouvre la porte. Inspirer, expirer, oublier Joaquin et ne penser qu’au bon moment que je passerai avec Suk Hee… Elle n’avait de cesse de se marteler cela dans la tête alors qu’elle espérait que son amie apparaisse dans le cadran de la porte. Celle-ci finit par apparaitre, affichant une mine surprise de la trouver là, si tôt en ce début de matinée. Elle ne lui laissa pas le temps de réagir qu’elle était venue la prendre dans ses bras, l’enlaçant avec douceur et enthousiasme.

« Suk Hee !! » S’exclama-t-elle avec force alors qu’elle ajoutait dans son sourire, bien qu’un peu forcée. « Désolée, je viens à l’improviste, mais j’avais trop envie de me dégourdir les jambes et les bras et comme on s’était promis de faire de la boxe ensemble… » Elle laissa sa voix trainée, se reculant un peu pour ouvrir les bras en ajoutant : « Me voilà ! Je suis fin prête à affronter les sacs de sable et tu n’as pas intérêt de te défiler ! Si tu n’es pas seule, tant pis, on l’embarque ! Je ne te laisse pas le choix alors file vite chercher tes affaires. » Était-ce un ordre ? Absolument et elle ne manqua pas de lui faire un clin d’œil pour ponctuer le tout. Son expression joyeuse n’était qu’une façade : celle derrière laquelle elle se cachait même si son âme saignait de l’autre côté du miroir !
TENUE : 01.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Mar 18 Nov - 21:07


Do you know ? I need you my friend, like you need me

Les cours, les cours, les cours ! Je ne vis que pour ça à présent, je me concentre sur ça et sur les formidables amis que je me suis fait cette année, ou que j’ai retrouvés, que dire de plus si ce n’est que je ne pensais pas retrouver cette joie de vivre ? Je dois dire que, mes problèmes de cœur sont vite passés aux oubliettes, je crois qu’ils étaient liés au fait que je n’étais plus chez moi, que c’est la première fois que ça m’arrive d’être aussi loin. Je songe à passer mon permis de transplanage, mais il faut être fout pour le tenter sans s’y être entraîné avec un moniteur ! Honnêtement, ça me fait peur ! Je soupire en y pensant, remarque que le côté de ma plume sous mon menton est celui qui prodigue l’encre et je pousse un juron. Boulet ! Je me mords la lèvre et m’essuie, utilisant la magie pour faire partir l’encre plus vite tandis que les secondes s’écoulent comme des heures. C’est fou ce que le temps passe lentement quand je suis distraite ! Il vaudrait mieux que je me motive sur mes cours pour y parvenir !

Enfin ! Nous voilà tous dehors, c’est comme si la lumière du jour nous avait tous manqué tant nous étions tous plongés dans nos livres et aussi, parce que la pénombre de ces lieux d’études est vraiment redoutable, soi-disant que ça favoriserait le métabolisme et la motivation… chez moi, ça m’engage à dormir à moitié et à ne pas me stresser trop malgré le manque de pratique ! Peu importe. Je suis bien contente et je n’ai plus qu’à rentrer chez moi pour prendre une bonne douche. Je baille à m’en décrocher la mâchoire et caresse le sommet du crâne de farine qui s’enroule presque autour de mon bras pour en avoir plus. Je ris, la saisis et la ramène contre moi pour quelques papouilles. Nous allons tout simplement dormir, ça nous fera du bien, et je prendrai grand soin d’étudier demain.

En me levant, je m’étire, frôle la truffe d’une certaine hermine dont la queue se redresse immédiatement, signe qu’elle fait la morte, mais qu’elle est toujours attentive. Je ris et la chatouille en me délectant de ses petits couinements. Il est temps de la nourrir. Un coup d’œil à l’horloge et hop ! C’est apparemment une heure raisonnable pour un levé, sachant que je n’ai pas cours aujourd’hui, autant en profiter ! Je reste en pyjama ! Je me sers un chocolat et à Farine, quelques graines qu’elle s’empresse d’avaler bien sagement. Tout en venant parfois en tremper une dans mon chocolat. Je partage un petit moment avec elle avant qu’on ne sonne à la porte. Je regarde ma tenue et… tant pis, vraiment ! Seule ma coiffure pêche un peu, hm, nous ne ferons pas de commentaire sur cela !

J’ouvre la porte et surprise, c’est Shana ! Je souris et elle ouvre ses bras en me disant qu’elle a pensé à moi pour notre séance sport et… je n’ai pas le choix si je comprends bien ! Ce grand sourire ne me dit rien qui vaille, je la fais entrer, ma tasse encore à la main avec Farine sur l’épaule.

« Entre, ne te gêne pas ! Le temps que je me prépare alors ! J’enfile une tenue et… je me maquille un petit peu ! »

Je me débarbouille quoi, en fait, je suis bien contente, mais j’ai quand même un pincement au cœur, je connais Shana, et même si les visites-surprises sont tout de même bien son genre, ce grand sourire enthousiasmé je ne l’ai vu que dans deux cas… le premier c’est à chaque fois que l’on s’est retrouvé, le second, c’est quand elle fait comme moi et qu’elle essaie de ne pas m’inquiéter. Je ne vais pas poser de questions, je me doute que ce n’est pas le moment, le sport c’est fait pour évacuer alors autant ne pas lui faire penser à ses soucis ? Je me masse la nuque, file à la salle de bain après avoir bu mon chocolat à la vitesse de l’éclair et me coiffe, tout en me brossant les dents et me maquillant. Quelques minutes plus tard, j’envoie en l’air quelques vêtements de mon armoire pour trouver LA tenue qui conviendra le mieux, et même si je ne suis pas une fille qui apprécie grandement le shopping, je dois dire que… ma garde-robe est pas mal fournie et que j’en suis fière même si je m’en plains ! Je me mords la lèvre, enfile rapidement un tee-shirt et un pantalon un peu plus lâche qui me permettra d’être libre de mes mouvements.  De retour au salon, je récupère mon sac… je n’ai pas mis grand-chose dedans, on ne m’en voudra pas, j’ai ma baguette accrochée à la taille et un sac avec de quoi me changer, j’ai toujours mes réflexes moldus qui me poussent à ne pas lancer de sort d’extension invisible pour opter pour un plus petit sac, j’aime bien ne pas avoir ce coup de stress inutile en voyant la taille de ce dernier ! Je ris légèrement et masse les épaules de Shana en arrivant derrière elle, puis je la chatouille. Elle était en compagnie de Farine qui lui ouvrait le frigo pour lui donner de l’eau ou lui présenter les tasses ainsi que diverses boissons possibles que j’ai l’habitude de proposer. Cette petite hermine est un amour ! Elle a du caractère, mais elle est très serviable et beaucoup plus sage que Meiko, il me manque tellement !

« Alors ? Tu comptes qu’on s’y rende comment, en transplanant, je suppose ? Farine va donc rester à la maison pour la garder, pas vrai ? »

L’hermine blanche me regarde et couine en se mettant debout, prête à prendre son poste d’éclaireuse. Je ris et regarde Shana en essayant de deviner, je vois bien qu’elle a les traits tirés, fatiguée sans doute d’une nuit éprouvante ou… d’une journée qui a dû l’être en tous les cas et ça ne me dit pas pourquoi. Je le saurais quand nous aurons un sac et des gants, j’imagine, ça la soulagera d’en parler à mesure qu’elle se défoule, à vrai dire, ce serait bien mon genre et moi aussi j’en ai besoin, pour expulser ma colère, ma frustration et… énoncer mes souhaits tout haut j’imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Sam 20 Déc - 10:05


Cette soirée n’avait de tourner en boucle dans son esprit. Cette rencontre fortuite sur la plage décontenancé l’âme de la jeune espagnole qui ne savait plus où donner de la tête. Son cœur palpitait tant dans sa poitrine, si chamboulé par les derniers évènements qui s’étaient produits dans sa vie. Elle avait fait face à Ruben. Cette rencontre inespérée lui avait fait prendre conscience de nombreuses choses. Plongée dans sa tristesse, ce cœur brisé qui l’avait tant tourmenté par la blessure que lui avait infligé Joaquin, elle n’avait pas entièrement pris conscience que le cœur de Ruben s’était enfermé dans un silence pesant, discret, mais bien tourmenté et blessé. Shana avait découvert avec effroi cela, se rendant compte qu’il avait gardé en lui toute cette tristesse, cette frustration, cette blessure, par dignité, mais également par égard pour elle. Il le lui avait avoué, de façon franche et non équivoque. Comment pouvait-elle y demeurer insensible ? Il lui prouvait une fois de plus l’estime et l’affection qu’il lui avait toujours porté et cela la touchait, la transcendait de toute part.

Elle avait beau sourire de toutes ses dents face à son amie, son cœur saignait par cette culpabilité qui l’étreignait, mêlée à ce désarroi occasionné par la rencontre avec Joaquin. Il lui suffisait de fermer les paupières pour se souvenir de la saveur de ces lèvres pulpeuses qui étaient venues volées les siens avec désespoir. La fougue et la douceur de ce baiser l’avait tressailli de toute part et l’émoi dans lequel elle se trouvait, la rendait profondément instable. Enserrer son amie soulageait quelque peu cette fébrilité. Cela la contraignait à quitter cet état second pour tenter d’agir normalement, comme si de rien n’était. Suk Hee ne serait pas dupe très longtemps, mais Shana ne pouvait aller contre sa nature. Elle ne voulait pas s’apitoyer sur son compte, ne voulait pas laisser ses anciens démons la hantaient de nouveau. Elle avait avancé, mais son cœur ne pouvait rester fermé et aveugle aux déclarations qu’elle avait reçu récemment. Tout le monde avait été blessé et cette prise de conscience soulageait comme tourmentait son cœur.

Suk Hee l’invita à rentrer, surprise de la trouver sur son palier à une heure si matinal. Comme elle se l’était imaginé, son amie jouait le jeu, se pliant à ses directives avec minutie. Elle lui demandait du temps pour se préparer, enfiler une tenue et se maquiller. Shana ne voyait pas trop l’intérêt de la troisième tâche, d’autant plus qu’elles allaient suer, se dépenser en frappant un sac de sable, mais elle ne fit aucune objection à ce sujet, se contenta simplement d’ajouter avec enthousiasme : « Super ! Que ça saute, hop hop, allez ! Je t’attends ! Dépêche-toi ! » Elle donnait l’impression d’être pressée mais elle avait en réalité tout son temps, cela faisait partie d’un jeu mis en place pour tenter de détendre l’atmosphère. Shana la laissa donc filer, inspirant profondément pour tenter de camoufler son trouble. Elle sentait son cœur battre vivement dans sa poitrine et quand bien même s’efforçait-elle de se calmer, elle n’y parvenait pas. Se dépenser allait sans doute l’aider. Du moins, elle prenait le pari.

Elle se laissa divertir par l’hermine de son amie qui semblait excitée comme une petite puce. Un peu à l’image de sa propriétaire qui quelques minutes plus tard, venait déposer ses mains sur ses épaules pour la masser en riant légèrement. Shana lui souriait avec douceur alors que son amie lui posait quelques questions. Elle hocha simplement la tête en signe d’assentiment avant de rire en compagnie de Suk Hee face à la mimique de l’animal de compagnie de son amie aussi loufoque et pleine de vie que sa propriétaire. « Vu que la gardienne de la maison est en poste, je crois qu’on peut y aller, non ? » Lança-t-elle en faisant un clin d’œil à son ami en agrippant son sac de sport. Plus vite qu’il n’en faut pour le dire, elles transplanèrent jusqu’à la salle de sport encore peu fréquentée en ce début de journée. Après avoir payé leur entrée, elles furent conduite jusqu’à la salle d’entrainement où de nombreux sacs de sables se tenaient prêts à être victime de coups. On leur prêta même des gants pour protéger les mains avant de les laisser seules de nouveau.

La salle se trouvait vide, ce qui leur offrait une intimité maximale pour discuter. Du moins, si elle le désirait. Shana tentait de faire abstraction de ses troubles, mais ceux-ci étaient plus forts que sa raison. Elle inspira donc profondément et vint se tourner vers son amie : « Alors prête à frapper à mort ces sacs de sable ? J’en meurs d’envie pour ma part » Vint-elle rire alors qu’elle venait mettre ses gants, du mieux qu’elle pouvait puisqu’elle n’était pas habituée à cela. Elle se moqua d’elle-même en marmonnant : « Enfin, si j’arrive à les enfiler. C’est dur à mettre mine de rien ! »

HS : Absolument navrée pour le retard, je suis impardonnable TT...TT Promis avec les vacances, je répondrai un peu plus vite éé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Dim 21 Déc - 21:19


C’était étrange, Shana était tout aussi enjouée que moi, pas que cela me dérange, mais d’ordinaire elle est quand même légèrement plus calme ! Enfin, non, on est toutes les deux très enthousiastes, c’est vrai, mais je sais quand même reconnaître quand une amie va mal et je n’aime pas cette sensation étrange. Je ne peux pas la pousser aux confidences, je vais lui laisser du temps pour cela et en vue du lieu choisi, je pourrais tout simplement profiter de cogner sur un sac pour vider le mien, et pour qu’elle vide le sien à ma suite ? C’est peut-être en donnant l’exemple que l’on arrivera à quelque chose ! Je souris, déterminée à ce qu’elle le fasse et me mords la lèvre avant de filer à la salle de bain. La magie aurait pu être plus pratique, mais disons que j’y ai très peu recours, ou en cas d’urgence uniquement ? C’est quand même mieux de se servir de ses dix doigts ! Je ris en voyant Farine s’amuser comme une folle et pose mes mains sur les épaules de mon amie. Transpirer, oui, mais rester belle tout en le faisant, c’est tout un art ! Je ne me maquille pas beaucoup, un trait sous les yeux, un peu de rouge, de quoi habiller mon regard, ça ne m’a pris que deux minutes le temps de mettre une pince dans mes cheveux aussi, et d’en prendre une dans mon sac au cas où.

Après quoi, nous avons, à mon grand regret, transplané pour arriver à la salle. C’est pénible cette sensation et mon cœur a toujours du mal à s’en remettre, mais il finit toujours par le faire. Tâchons juste d’oublier la désartubulation ! Je frissonne d’horreur et la suis sagement, tandis qu’elle me demande si je suis prête à faire des misères à ce sac. Oh que oui ! Je la laisse faire en premier, mettre des gants alors que je tiendrais le sac. Se débattre avec des gants de boxe, si j’avais eu mon appareil photo ! Je m’approche pour l’aider à les enfiler et surtout attacher les nœuds afin que les gants ne lui échappent pas. Où irions-nous s’ils venaient à atterrir sur un crâne autre que le mien ? Car, ça va de soi, je me fiche pas mal des bleus !  Je suis sûre, quasiment, que je m’en ferais d’ailleurs.

« Alors, on va essayer de détruire un sac de sable ? Comment ça va à la maison ? Le boulot ? »

Je demande pour savoir ce qu’elle va me répondre, pas parce que je ne connais pas la réponse, j’imagine que ce qui la perturbe le plus c’est ce sujet si particulier et complexe qui plus est que nous avons toutes les deux du mal à aborder. Un mélange de colère, de culpabilité, de frustration… un peu de toutes les émotions passent dans ce sentiment qu’est l’amour et je doute qu’il soit totalement innocent dans le cas présent. Je connais ce regard, ce sourire un peu trop enjoué… et je n’aime pas qu’elle l’utilise avec moi. Tout comme l’inverse est valable. Je lui souris néanmoins, prête à ce que le sac reçoive toute sa colère à la place du principal concerné. Je ne sais pas s’il s’agit de Yong Woo, mais j’imagine qu’il y est mêlé, si j’ai deviné le bon sujet. J’ai peur de mettre les pieds dans le plat, c’est pourquoi je ne dis rien à ce propos, j’attends, jusqu’à ne plus pouvoir et exploser à mon tour en lui demandant concrètement ce qu’il se passe.

Je ne suis d’ailleurs pas connue pour ma patience, c’est un fait. J’aurais au moins de quoi la faire sourire même en m’énervant toute seule. Je voudrais pouvoir l’aider, puisqu’elle a toujours été là pour moi, même si par correspondance, il faut dire que ça soulage de pouvoir mettre des mots sur papier et lire en retour des mots rassurants, une réponse qui prouve que ces sentiments-là sont vieux comme le monde et qu’ils y a des solutions envisageables par milliers, à condition d’avoir de très bons amis pour ces très bons conseils. J’ai une chance inouïe à ce niveau-là !

« Ah… parfois j’aimerais vraiment savoir lire dans les pensées, ça aiderait beaucoup. Ou alors, m’immiscer dans les rêves de certaines personnes… ou retrouver certaines personnes qui me manquent cruellement »

Je pense qu’elle sait de quoi je parle, j’ai beaucoup de personnes qui me manquent et que je ne peux pas retrouver. Mes frères, mes parents, mes deux ex petits amis, l’un comme l’autre me manque, l’un pour son amitié plus que son amour et l’autre pour les deux compris. Le tout-en-un c’est bien aussi, même si c’est plus difficile à trouver. Parfois je me dis que cette amourette d’été, la toute première de ma vie, j’aurais du lui courir après et ne plus le lâcher… mais voilà, j’ai pensé à mes études et bien que je ne regrette pas mon choix, je pense souvent à ce qu’aurait été ma vie si j’avais fait l’autre choix. Je me mords la lèvre, tenant toujours le sac. Il faudrait que j’arrête de penser à ces lettres que nous avons reprises…

« Tu as toujours des correspondants ? »

Je fais la moue, je ne suis pas jalouse, je l’ai pour moi toute seule cet après-midi, mais pour le plaisir de lui montrer qu’elle est importante, j’accentue ma petite moue. Je pense que sans sa présence et ces échanges, je n’aurais sans doute pas compris les choses comme il faut avec Jae Hwan notamment, et ça ne se serait pas arrangé réellement, nous serions restés… deux inconnus, l’un ayant fui l’autre attendant… c’est triste, mais je ne suis pas mélancolique, je suis presque décidée à faire le nécessaire pour que ma vie amoureuse connaisse une véritable histoire, une belle histoire. Je n’irais pas à dire que les contes de fées seront rendus possibles, mais j’aime à croire qu’ils existent, aussi rares soient-ils.
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Jeu 25 Déc - 16:01


Faire abstraction des sombres pensées qui l'étreignaient, lui permettait de garder sa joie de vivre, de faire comme si de rien n'était. Cela n'arrangeait pas les choses, elle le savait, mais elle se sentait tellement impuissante face à la fébrilité mêlée à la culpabilité qu'elle éprouvait. Sa rencontre avec ces deux hommes avait tant fait resurgir des fantômes qu'elle avait crus enterrer. Cela ne pouvait que lui faire prendre conscience qu'elle n'avait pas avancée. Bien au contraire, elle s'était fourvoyée sur la réalité, sur sa vie, son état d'esprit. Cela l'angoissait, la rendait si fleur de peau. Elle n'arrivait pas à oublier l'expression de Ruben, la douleur dans son regard, ses gestes. Elle ne pouvait pas également effacer l'expression de passion et de tristesse des prunelles de Joaquin de la vieille, la portée qu'avaient eue ses mots sur son cœur, son âme. Elle était totalement démunie, plus fébrile que jamais et seule. Du moins, en apparence.

Si elle était venue voir Suk Hee, c'était pour lui en parler, déverser son sac dans une certaine mesure. Seulement, elle n'y parvenait pas. Ses mots se trouvaient coincés dans sa gorge sans qu'elle ne puisse les exprimer. Cela lui était si difficile, lui redonnait l'impression de revenir deux ans à l'arrière lorsqu'elle s'était trouvée seule face à son déshonneur. Elle préférait fuir tout cela malgré la douleur, se concentra sur la difficulté avec laquelle elle avait du mal à enfiler ces gants de boxe sur ses mains. Suk Hee venait à sa rescousse, riant attendrie de la voir galérer de la sorte. Elle l'aida à les attacher alors qu'elle lui demandait s'ils allaient essayer de détruire un sac de sable. Shana souriait à la remarque de son amie, murmurant. « Je crois que c'est l'idée de départ... mais je doute qu'on y parvienne, peut-être avec un peu plus d'exercice ? » Elle riait faiblement à cette remarque alors qu'elle venait sourire plus faiblement à la suite des questions de son amie.

« Ça va... Yong Woo me marque... D'autant plus depuis quelques jours. J'ai tellement envie de le voir, pouvoir me blottir dans ses bras... » Elle sentit sa respiration se faire plus difficile alors qu'elle venait rire légèrement pour tenter de noyer sa fébrilité pour rajouter. « Sinon le boulot, tout va bien. Je travaille toujours pour mon père, cela ne peut que bien se passer. Et toi ? Ce n'est pas trop difficile de changer de formation comme ça, en cours de route ? Tu es parvenue à t'habituer à ta nouvelle discipline ? Est-ce un peu difficile sur ton lieu de stage ? » Elle tentait de noyer le poisson sur sa fébrilité en venant la questionner à son tour. Elle avait envie d'entendre les réponses et lui souriait en ce sens pour qu'elle puisse le faire. Elle inspira un bon coup avant de porter son premier coup. Celui-ci se fit doux, faisant à peine bouger le gros sac de sable qui ne prit même pas la forme du coup qu'elle venait de lui porter.

Elle devait s'échauffer tout d'abord. Du moins, laisser les muscles de son corps se déraidir pour pouvoir évacuer cette pression que tout son corps avec accumulé face à cette fébrilité qui la tourmentait tant. Elle laissait ses poings s'abattre peu à peu contre la texture du sac, tâchant de se concentrer dessus, sans y parvenir vraiment. Elle était piètre dans cet art, du moins à cet instant ! La voix de Suk Hee la fit sortir de sa concentration. Elle lui murmurait qu'elle aimerait vraiment pouvoir lire dans les pensées, car ça aiderait beaucoup. Shana ne partageait pas son avis. Cela l'effrayait, car elle ne pouvait s'empêcher d'être paniquée à l'idée de lire les pensées de Ruben, de Joaquin, voir même de ses parents. Cependant elle suivait son amie sur la suite de ses paroles. « Tout comme il serait bien de pouvoir changer le passé. Utiliser un retourneur de temps pour pouvoir modifier notre présent, mais cela serait trop dangereux. On a beau être des sorciers, on ne peut pas jouer avec le temps ou pénétrer l'esprit, les rêves des gens sans devoir en payer le prix. C'est peut-être mieux ainsi, non ? »

Sa voix s'était faite plus sombre qu'elle ne l'aurait voulu. Elle n'avait pu masquer la froideur de son point de vue sur le sujet. Elle le remarqua bien rapidement alors qu'elle venait se pincer les lèvres délicatement. Elle était bien taciturne et pessimiste dans ses paroles, ce qui ne lui ressemblait guère en temps normal. Elle se racla donc la gorge en inspirant profondément pour reprendre dans un ton plus gai : « Tachons de profiter du présent tel qu'il est et de trouver la force d'aller vers l'avant. Cela ne sert à rien de vouloir changer le passé. On ne peut rien y faire. Il faut avancer, qu'importe les regrets qui nous taraudent. L'avenir ne peut être que meilleur, non ? On apprend de nos erreurs pour avancer, c'est bien la loi de la règle d'or de notre vie, non ? » Elle voulait y croire pour sa part. Elle inspira profondément en expirant légèrement fébrile. Elle parlait pour ne rien dire, mais essayait de se convaincre elle-même des propres mots qu'elle exprimait.

Elle vint rire à la remarque de son amie, sensible à la petite moue boudeuse qu'elle affichait sur son visage. « Non, tu as été et restes la seule ! » Elle ponctua ses mots par un clin d'œil alors qu'elle ajoutait avec douceur. « Cependant, il me semble que tu m'es infidèle à ce propos, non ? Tu communiques toujours avec... Elie ? Si je ne me trompe pas ? Il me semble que tu m'en es parlé quelques fois. D'ailleurs où en es-tu avec ce “charmant” jeune homme que tu avais rencontré à la librairie. Tu es bien discrète, ces derniers temps, petite cachotière. » Elle ria doucement. Parler de son amie était un moyen de se changer les idées. Cela lui convenait plus que de creuser derrière les paroles qu'elle avait murmurées. Elle ne voulait pas craquer, mais savait pourtant qu'il y avait que devant cette demoiselle qu'elle le pouvait. Elle était la seule à avoir eu tous les détails, à avoir entrevu la profondeur de sa tristesse, de sa blessure, la seule qui savait qu'elle avait mis un terme à sa grossesse, en secret, loin des yeux et du soutien de quiconque. Elle inspira profondément à cette pensée alors qu'elle venait abattre de nouveau son poing contre le sac de sable. Non, Shana, tu ne dois pas repenser à tout cela. Tu as avancé, ne l'oublies pas ! S'efforçait-elle de se répéter dans son esprit pour ne pas craquer. Elle ne le devait plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Ven 2 Jan - 18:22


Je ne sais pas ce qu’il se passe, mais je sais encore reconnaître quand Shana va mal, et même si je ne suis pas la mieux placée pour l’aider avec le peu d’expérience que j’ai, j’aimerais pouvoir le faire si elle me le permet. Encore faut-il que je sois patiente et que je me taise, je ne dois pas la forcer à tout me dire, ce serait mal de ma part. J’essaye désespérément de changer de sujet malgré l’atmosphère presque étouffante, c’est fou ça ! Cette aura que l’on dégage quand l’on n’est pas bien, je me demande si ça fait la même chose quand c’est moi, ou si je parviens mieux à cacher mon mal-être ? Ça m’étonnerait, je suis une bien piètre comédienne, je dirais même que c’est tant mieux. Peu importe, le sujet n’est pas là, je tâche de sourire en l’aidant et lui demandant si le but est de percer un sac, ce à quoi elle me répond qu’il y a de l’idée et qu’à défaut d’y parvenir tout de suite, on reviendra sûrement faire de l’exercice. J’acquiesce, c’est comme ça que je vois les choses, enfin, sauf pour le pauvre sac innocent !

Le silence règne et je n’aime pas ça, je pose des questions anodines et je me rends compte que certaines sont douloureuses. Je déglutis difficilement, ravalant ma salive qui passe très mal tout en l’écoutant. Apparemment, je me suis trompée, tout va bien, pourtant… je sens quelque chose de différent ? Non, ce n’est pas possible, je ne suis pas si nulle quand même ! Je me désespère ! Je me masse la nuque et me mords la lèvre avant de me mettre derrière le sac pour le tenir entre mes pattes.

« Oh… ça va, je n’ai pas à me plaindre, au début ce n’était pas facile, mais j’aime étudier, c’était un bon défi de pouvoir suivre malgré le changement et apparemment ça se passe plutôt bien ! J’ai encore du mal avec certaines matières qui sont quand même plus poussées que lorsque je les avais en options ou pas du tout même. Mais j’aime apprendre. »

Quant à mon stage, c’est une tout autre histoire, qui n’est pas mauvaise non plus. Je me contente de sourire tout en réfléchissant sur comment je pourrais formuler la bizarrerie de cette aventure ?

« Ce n’est pas très commun tout ça ! Mon stage se passe très bien, si tous les fabricants sont comme ça, alors je n’ai pas à m’en faire, vraiment ! Et puis, j’ai eu droit à quelques précieux conseils, ça m’aide beaucoup à côté des études »

Autant dire que je me sers de tout ce qui m’est dit, pas pour expérimenter, bien sûr que non, ça, je ne le fais qu’en présence du fabricant qui m’a prise en tant que stagiaire, mais je me sers des ouvrages conseillés ou des astuces que j’ai déjà expérimentées avec lui. C’est vraiment appréciable ! Mais une minute ? Elle m’embobine là ? Je gonfle les joues et souffle avant de dire que je voudrais bien lire dans les pensées. C’était un message subtil, mais elle semble passer à côté volontairement. Le passé… changer le passé, j’aimerais oui, mais je n’y toucherais pas grand-chose, j’ai fait de belles rencontres qui n’auraient peut-être pas été possibles si j’avais suivi une autre voie ou alors j’aurais moins souffert ? Mais il m’est impossible de le dire et même si je regrette certains choix, il y en a que je ne regrette pas. C’est compliqué tout ça !

« Oui, c’est sûr, mais il y a certaines choses qui seraient plus faciles… enfin, ça dépend du sujet »

Je ne devrais pas m’étaler comme ça sur le sujet, j’essaye de ne pas trop y penser, après tout ça ne sert à rien puisque je l’ai dit, je regretterais sans doute si je devais toucher à mon propre passé, il me va très bien comme ça et le rendre pire, avec la chance que j’ai, serait probablement plus douloureux ! Je lui souris malgré tout, elle essaye de me dire que l’instant présent vaut bien plus. Je ne suis pas tout à fait d’accord, parfois, en réglant quelques problèmes passés, on se sent mieux et on peut mieux avancer, mais ce serait l’embêter avec ça et la forcer à parler non ? Elle n’a pas totalement tort non plus cela dit, c’est une autre façon de voir les choses et qui est tout aussi acceptable ! Se créer une nouvelle vie, c’est ça, non ? Quitte à faire la conversation sur autre chose, je parle de correspondance et apparemment, je suis la seule à qui elle écrivait, chose qui me fait sourire avant que je ne me fasse piéger. Je suis jalouse, enfin, un peu ! Mais je n’ai pas de raisons de l’être, contrairement à elle ? Encore que ce soit différent… oui, c’est différent ! Je dois sûrement rougir et je ris nerveusement à cette question et à la suivante. Oui, les amours sont toujours compliqués, ça ne change pas, ça a la dent dure !

« On s’écrit toujours quand on a le temps oui… et hm… le beau garçon de la librairie… est homosexuel. Pas que ça me dérange, mais j’ai le chic pour tomber sur de beaux garçons qui n’aiment pas les filles de la même façon »

Je souris quand même de toutes mes dents en tenant bien le sac cette fois, le temps qu’elle s’échauffe, je sens que je vais avoir besoin de force, même si tout à l’heure, les coups qu’elle donnait n’étaient pas non plus d’une violence extrême, je ne sais jamais à quoi m’attendre avec Shana. Et si elle a besoin de se défouler, mieux vaut prendre mes précautions !

« Et puis, ce n’est pas grave… il est vraiment très gentil, il m’a même appelé un magicobus pour que je rentre saine et sauve chez moi ! Et mon correspondant c’est mon ex petit ami avec lequel je n’ai jamais vraiment pu rompre… non, ce n’est pas bien dit comme ça »

Je tapote doucement mes joues comme pour leur interdire de prendre une autre teinte et me mords la lèvre. Ça voudrait dire que je l’ai trompé avec Jae Hwan, ce qui n’est pas vraiment le cas quand on considère notre correspondance… et le fait que je ne vais jamais très loin dans mes relations. Ah ! Vraiment, je dois arrêter ou je vais finir cramoisie !

« Ah ! Parler de ça me rend vraiment honteuse ! C’est stupide pourtant ! »

Enfin, c’était selon moi. Je la regarde et lui tire la langue avant de taper mon front contre le sac quelques secondes et de lui faire face en soupirant, comme si ça allait mieux.

« Allé, tu le cognes ce sac ? Plutôt que de m’écouter parler pendant des heures ? Tu sais ça me flatte, mais je suis une véritable pipelette, il vaut mieux qu’on exploite notre temps à la salle ! »
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Mar 20 Jan - 19:02


Shana était soulagée d'apprendre que son ami s'acclimatait à son changement de cursus. Elle imaginait sans trop de mal que changer de voie après tant d'années de spécialisation n'était pas si simple. De ce fait, elle était ravie que son amie tienne le coup et se sente bien dans le nouveau métier qu'elle désirait faire. Quoi qu'il en soit leur discussion prit une direction plus sérieuse, en adéquation avec les sombres pensées qui l'habitaient. Elle prit rapidement conscience que ces paroles s'étaient trouvées particulièrement pessimistes et emplies de tristesse. Elle ne voulait pas songer à tout cela, à toutes ses possibilités qui n'avaient point de sens à ses yeux. Ressasser le passé ne servait à rien, pourtant son esprit en était prisonnier, incapable d'avancer, malgré tout ce qu'elle s'efforçait de faire. Elle préféra donc prendre la perche qui s'offrait à elle, s'en saisissant pour retourner à des pensées plus douces, plus taquines. Elle taquina son amie sur son « infidélité » avec ce fameux Elie, qu'elle avait identifiée comme le premier béguin de son amie, et ce, bien avant qu'elle ne rencontre Jae Hwan. Parler de la situation de Suk Hee avait au moins le mérite de lui changer les idées, de se concentrer sur autre chose que ses propres soucis. Au fond, cela ne faisait que les repousser durant quelques minutes, mais cela lui permettait de retrouver une expression plus joviale, moins torturée.

Une bonne humeur qu'elle retrouva naturellement lorsqu'elle vit les joues de son amie se teinter de rougeurs. Elle la vit rire nerveusement et Shana la trouvait particulièrement mignonne. Cette vision la fit sourire alors qu'elle attendait une réponse de son amie, d'un seul coup plus curieuse d'en découvrir d'autant plus sur les « parts d'ombres », du moins entre guillemets de la vie de son amie. La Coréenne se plia à ses questions, lui informant qu'ils s'écrivaient toujours quand ils avaient le temps. En ce qui concerne le beau garçon de la librairie, elle lui fit part du fait qu'il était homosexuel. Cette simple information lui fit prendre conscience que son amie avait fait une croix là-dessus. Cela ne la dérangeait pas, mais elle pensait avoir le chic de tombée sur de beaux garçons qui n'aimaient pas les filles de la même façon. Shana pensait surtout qu'elle n'avait pas de chance pour le coup, ou que du moins, son amie avait du mal à passer au-dessus de sa relation avec Jae Hwan. Suk Hee avait tant d'amour et d'affection à ouvrir. Elle finirait par trouver chaussure à son pied. Shana n'avait aucun doute sur la question et serait toujours là pour soutenir son amie. Elle espérait juste qu'elle ne souffrirait pas trop d'ici là. Quoi qu'il en soit, Suk Hee pensait que ce n'était pas grave. Ce jeune homme était vraiment très gentil et avait même appelé un magicobus pour qu'elle rentre saine et sauve.

C'était une attention adorable, pensa-t-elle également avant d'être surprise par la suite des paroles de son amie. Son correspondant était son ex-petit ami avec lequel elle n'avait jamais pu rompre. Quoi ? Comment ça ? Le regard intrigué et stupéfait de Shana dévisageait celui de son amie. La Coréenne se tapotait les joues en se mordant la lèvre. Shana resta interdite alors que son amie se sentait vraiment honteuse de parler de cela, tant c'était stupide. Attends une minute ! Comment ça ? Shana prenait conscience qu'elle avait loupé de nombreuses choses et fut bien incapable de passer à autre chose lorsque son amie lui demandant. « Comment ça, tu n'as jamais vraiment rompu avec lui ? » Sa voix se voulait douce, mais assez forte alors qu'elle fixait son amie droit dans les yeux en souriant. « Tu en as trop dit ou pas assez ! Tu ne peux pas me dire ça comme ça et me demander de faire comme si je n'avais rien entendu. Je veux tout savoir !! » S'exclama-t-elle avec force, mais toujours avec douceur alors qu'elle murmurait. « C'est comme si je te disais que j'avais revu Joaquin et Ruben et venait reprendre mon exercice... » Ses derniers mots se firent dans un murmure alors qu'elle venait se pincer les lèvres, légèrement gênées. Elle frappa légèrement le sac sans réelle force, ajoutant faiblement : « Ce qui est le cas... C'est pour cela que j'avais besoin de te voir. » Elle leva doucement son regard vers son amie. Elle sentit ses poings trembler faiblement alors qu'elle venait déglutir pour tenter d'amoindrir son émoi. « C'est donnant-donnant. » Un moyen comme un autre de parler de tout cela à coeur ouvert, sans vraiment être prisonnière de ses sentiments. Découvrir l'histoire de Suk Hee avec ce jeune homme viendrait canaliser sa tourmente. Ce qui l'arrangeait énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Jeu 29 Jan - 15:28


Nous étions venues pour frapper ce sac et au final, nous parlons plus qu’autre chose. Shana est à cran, je l’ai bien sentie, je ne peux pas la forcer à me révéler l’existence de ce problème évident et sa raison, mais je finirais bien par le savoir, n’est-ce pas ? Je me rassure comme je peux sur mon utilité en tant qu’amie. Si elle me l’a demandé à moi, ce n’est pas sans raison et j’espère uniquement être à la hauteur de ses exigences, puisqu’elle est, sans le moindre effort à la hauteur des miennes. Les gants enfilés, j’ai reculé ma tête pour ne pas me prendre un coup par répercussion. Bien qu’ils ne soient pas très forts, certains ont le mérite de pouvoir me faire forcer, je gagnerais en muscle autant qu’elle en martyrisant ce tissu.

Je lui fais savoir qu’Oscar n’est pas attiré par les femmes, ce qui n’est pas vraiment un problème, mais les coïncidences veulent que je connaisse plus de beaux garçons homosexuels qu’hétéro. Ce qui n’est pas plus mal en soit, je n’ai pas vraiment la tête aux garçons, surtout depuis mes deux seuls essais. L’un étant l’amour de ma vie, l’autre un amour que j’appréciais pour s’en rapprocher… je me sens coupable, comme si je l’avais utilisé en guise de substitut à cet été que j’ai passé avec lui. Je me mords la lèvre et lui révèle enfin que je n’ai jamais vraiment rompu avec mon ex-petit ami et qu’il est d’ailleurs mon correspondant de toujours en parallèle de nos échanges à elle et moi. Je déglutis avant qu’elle ne s’y intéresse et essaye désespérément de changer de sujet, ce n’est pas pour m’offrir une thérapie. À la base, c’est essentiellement pour éviter d’avoir ces conversations ? Je le comprends à peine, mais je crois que j’ai mis les pieds dans le plat et que nous allons devoir parler.

Néanmoins, quand elle essaie de me tirer les vers du nez, elle ne le fait pas à moitié ! Et cela me donne la raison de ma présence. Je dois sûrement avoir les yeux ronds comme des soucoupes, je n’en reviens pas ! Elle ne me l’avait pas dit tout ça ! Je comprends mieux ce qu’on fiche ici ! J’ai du mal à formuler mes mots, ils vont sûrement sortir comme une bombe et dans le désordre à vive allure, mais peu importe, je suis aussi surprise qu’elle peut l’être !

« M-mais ! Pourquoi ne pas l’avoir dit ? Oh Shana… j’espère que tu tiens le coup ? »

J’essaye à mon tour, il faut croire que je suis bien moins sadique, du moins, cela dépend avec qui… avec Shana, je n’ai jamais su l’être ! Je me mords la lèvre, j’hésite à tout lui raconter… finalement, puisque c’est « donnant donnant » me dit-elle, je n’ai pas trop le choix, je suppose que je commence et qu’elle me donne la suite ? Je soupire.

« D’accord, tu as gagné ! »

Je tiens toujours le sac, dans le cas où elle voudrait frapper en parallèle pour se détendre un peu, ce n’est pas que mon histoire est pénible, pas du tout, mais elle est assez peu courante, comme la sienne il faut dire. En fin de compte, la normalité, je crois qu’il faudrait qu’on nous explique ce que c’est, ça n’a rien de très normal tout ça. Je prends une grande inspiration, brisant ensuite le silence d’une petite voix avant de me racler la gorge pour reprendre un peu plus fort.

« Disons que mon premier copain je l’ai rencontré en Corée du Sud pendant les vacances, j’ai passé deux mois formidables et nous sommes sortis ensemble au bout d’un mois. Après ça, il est reparti en France, il effectuait ses études à Beauxbâton. »

Une main se glisse machinalement derrière ma nuque pour me donner un peu de courage. Je suis affreusement gênée, je crois ne l’avoir dit qu’à une seule personne ce petit problème qui me trotte depuis un bon moment. Mais je ne peux pas vraiment me sentir responsable de ce que choisit mon cœur… même si j’essaye au mieux d’avoir le contrôle, quand il s’agit d’amour, c’est toujours compliqué.

« Pour résumer, on s’est toujours écrit depuis cet été-là… et vient ensuite Jae Hwan qui tout comme lui est d’une timidité maladive sans compter sur sa future profession qui est là même. Ce que je veux dire c’est que… je me sens coupable, j’aime beaucoup Jae Hwan, mais j’aime beaucoup Elie et… j’ai l’impression d’être tombée amoureuse du deuxième pour souffrir moins de la distance avec le premier »

Un fait qui ne me plaît pas du tout, quand je me regarde en pensant à cela, je me dégoûte. Je fais rapidement la grimace, mais essaye de garder le sourire, ce qui ne donne pas une expression des plus ragoûtantes. Ma gorge se serre, mais je suis soulagée d’en parler à quelqu’un d’autre que Ki Suk. Shana est plus à même à me comprendre, je crois que son cœur balance entre plusieurs hommes et il y a de quoi, ils ne sont pas n’importe quels hommes…

Je reprends rapidement mes esprits et soupire avant de regarder en l’air et de balancer ma main à mesure que je lui parle.

« Ça n’a plus d’importance, les deux ne font plus partie de ma vie à présent, ou seulement à distance, l’un a rompu, l’autre pas… ce n’est pas que ça me pose un problème, mais j’ai peur que… j’aie peur de l’aimer encore même après deux années… c’est tellement bizarre que je n’arrive pas à mettre mes pensées en ordre quand il s’agit d’amour… tu crois que c’est pour ça que ça fait aussi mal ? »

Ou alors, ça fait toujours aussi mal ? Non, mais Suk Hee, arrête de raconter ta vie ! Ça n’est vraiment pas le moment. Je chasse ces pensées de ma tête, ce n’est pas le but ! Pas de thérapie j’ai dit !

« Non, en fait, non, je t’ai dit ce que tu voulais savoir, maintenant, laisse-moi remplir mon rôle et t’épauler, tu l’as suffisamment fait alors ne te soucie pas de ces petits problèmes d’adolescente ! »

Parce qu’au fond, j’ai vraiment l’air d’en être une, ça paraît si simple, et intérieurement, c’est tellement compliqué… je ne préfère pas que l’on s’aventure sur ce terrain, je ne veux pas l’enquiquiner avec ça. Plus particulièrement quand elle a des problèmes, pour moi, ceux des autres sont toujours plus grands que les miens et je préfère que l’on les résolve en priorité plutôt que l’on s’intéresse à mon cas. J’ai toujours su faire avec ? Ça fait… deux ans pour Elie et presque une année avec Jae Hwan que tout est terminé ? Oui, voilà, laissons juste le temps au temps… alors que pour Shana, ce n’est pas le temps qui arrangera quoi que ce soit, ou alors, il en faudra plus qu’il nous est permis d’en avoir.

« Qu’est-ce qui se passe ? Joaquin et Ruben ? Ici ? Et… comment ça s’est passé ? Qu’est-ce que tu ressens ? »

Mon millier de questions prouve à quel point je m’inquiète, plus pour elle que pour moi, vraiment, j’espère sincèrement qu’elle va s’en remettre, ces deux-là font du grabuge plus qu’ils ne devraient, mais je la comprends… ce n’est pas évident d’affronter constamment son passé, surtout quand il n’est pas réglé.
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Mer 11 Fév - 16:57


Elle avait mis les pieds dans le plat. Elle avait vraiment besoin d’évacuer tout cela, de le dire à quelqu’un qui connaissait la situation, qui pourrait être là pour l’épauler. La boule de nerfs au fond de son ventre n’avait de cesse de croitre et elle avait de plus en plus de mal à rester de marbre. Elle voulait donc qu’elles discutent de leurs problèmes personnels, se livrant toutes les deux à cet exercice. Il était évident que son amie avait tout aussi besoin qu’elle de s’exprimer sur ses problèmes de cœur. Elle fit mouche, surprenant son amie avec ses paroles, cette perche qu’elle lui tendait. Son amie vint s’en saisir lui demandant pourquoi ne l’avait-elle pas dit plus tôt. Elle-même ne savait pas. Par pudeur sans doute ? Par peur que d’en parler ouvertement n’arrange pas sa situation ? Elle ne savait point la réponse, mais elle voulait bien en parler, si son amie en faisait de même. Suk Hee vint soupirer, lui informant qu’elle avait gagné. Elle vint maintenir de nouveau le sac, mais Shana n’avait plus envie de frapper, juste de parler, tenter de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait au fond de son être.

Son amie vint prendre une forte inspiration pour se racler la gorge, troubler le petit silence qui s’était installé durant quelques secondes. Elle lui avouait qu’elle avait rencontré son petit ami en Corée durant les vacances. Ils avaient passé deux mois formidables et étaient sortis ensemble durant le dernier mois. Après cela, il était retourné en France puisqu’il étudiait à Beauxbâton. Elle fit une pause de quelques secondes pour se masser la nuque, gênée par ce qu’elle disait. Pour résumer, ils s’étaient toujours écrits depuis cet été-là et elle avait rencontré Jae Hwan. Tout comme lui, il était d’une timidité maladive sans compter qu’il voulait également devenir médecin. Ce qu’elle voulait dire, c’est qu’elle se sentait coupable, elle avait l’impression d’être tombée amoureuse du deuxième pour moins souffrir de la distance avec le premier. Shana comprenait dans une certaine mesure où son amie voulait en venir. Elle-même avec du recul se demandait si elle n’était pas tombée amoureuse parce qu’elle ne pouvait pas avoir Joaquin, que c’était juste impensable. Elle ne dit mot, laissant son amie poursuivre, l’écoutant d’une oreille attentive.

Cette pensée semblait particulièrement mettre mal à l’aise son amie qui fit une grimace quand bien même s’efforçait-elle à garder le sourire. Elle soupire, levant le regard au ciel pour tenter de reprendre ses sens. Cela n’avait pas d’importance puisque les deux ne font plus partie de sa vie à présent ou à distance. Cela ne lui posait pas vraiment de problème, mais elle avait peur de l’aimer encore malgré les deux années qui venaient de s’écouler. C’était tellement étrange qu’elle n’arrivait pas à mettre de l’ordre dans ses pensées. Elle lui demandait si c’était pour cela que ça faisait aussi mal. Shana hocha la tête, le regard un peu troublé. Elle pensait surtout que l’amour ne se maitrisait pas, sinon il serait si facile de passer à autre chose, oublier toutes ses peines qu’on avait ressenties à cause de ce sentiment. Elle l’empêcha de répondre à sa dernière question, lui informant qu’elle lui avait dit ce qu’elle voulait savoir. C’était donc à son tour de remplir son rôle et de l’épauler. Elle devait selon elle ne pas se soucier de ses petits problèmes d’adolescente. Shana n’était pas du tout d’accord avec cela.

« Tes soucis ne sont pas des problèmes d’adolescente. Ils valent la peine qu’on en parle, Suk Hee ! » Répondit-elle plus véhément qu’elle ne l’aurait voulu alors qu’elle venait s’asseoir sur un banc non loin de l’endroit où elle se trouvait. « En réalité, j’ai l’impression que nos problèmes se ressemblent, à la différence que ma relation de “substitution” a duré six ans. Tu sais… Moi aussi, je me demande si je n’ai pas utilisé Ruben pour me détourner de Joaquin, oublié cette jalousie qui m’acculait dans mon rôle de “cousine”, ce désir qui naissait dans mon cœur qu’il me voit comme une femme, avec cette satisfaction d’être la “seule digne” d’intérêt de toute sa douceur. Ruben était à l’opposé de Joaquin, bien que tout aussi drôle et charmeur. J’avais la sensation d’être une princesse, l’unique objet de toutes ses attentions. J’étais heureuse avec lui… il a fait de moi, une femme comblée… » Elle inspira profondément en se pinçant sa lèvre. « C’est tellement frustrant, horripilant de savoir que je lui ai brisé le cœur. Je pensais vraiment qu’on pourrait de nouveau devenir ami. Après tout, cela fait deux ans que nous nous sommes quittés. J’espérais qu’il avait tourné la page, avancé, trouvé une autre femme à aimer, bien plus digne que moi… mais la réalité est bien différente. Il est toujours profondément blessé, seul, amer, avec une blessure qui ne guérit pas… et… et… » Elle inspira profondément pour tenter de calmer ses sanglots.

« Je me sens si coupable, j’aimerai pouvoir l’aider, qu’il redevienne l’homme que j’ai connu, mais j’ai la sensation que c’est impossible, qu’il va falloir que je vive avec ce poids, cette impuissance… ça m’oppresse, d’autant plus lorsque je songe que je l’ai blessé pour rien, absolument rien, juste pour une nuit dans les bras de l’homme que mon cœur aime malgré moi, dont je suis prisonnière, qui hante mes nuits. Je m’en veux tellement et pourtant, je n’arrive pas à regretter cette nuit. C’était magique, Suk Hee ! Je n’avais jamais ressenti un tel bien-être, même si je n’étais pas dans mon état normal. Le réveil hante juste mes nuits, brise mon cœur et c’est juste si… désorientant, déstabilisant de savoir qu’il a paniqué, qu’il avait juste peur de faire face à cette vérité… au fait qu’il m’aimait… qu’il m’aime comme une femme… » Sa voix n’était plus qu’un murmure alors qu’elle sentait ses doigts trembler, venant enlever ses gants pour tenter d’amoindrir son émoi, en vain. « Il m’aime et pourtant cela n’amoindrit pas ma douleur. Je me sens si désemparée, si perdue… Il n’a pas… il n’avait pas le droit de me dire ça, après toutes ses années… Non, il ne pouvait pas me dire que tout cela aurait pu avoir un sens, si seulement il avait agi comme un homme. » Elle vint rire nerveusement, le regard brillant. « C’est tellement ironique, tu sais ? Je ne sais plus quoi faire… Je me sens si désemparée, comme il y a deux ans. Je pensais tellement avoir avancée depuis… s’en est pathétique… » Finit-elle en venant se masser la tête, les doigts tremblants, le cœur serré. Elle avait juste besoin, d’un mot, d’un geste, d’une attention pour avoir la sensation d’être un monstre. Pourtant, tout au fond, Suk Hee ne pourrait pas lui offrir, il n’y avait que Yong Woo qui pouvait le faire, celui qui partageait sa vie désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Jeu 12 Fév - 19:09


Shana n’avait plus envie de cogner, je pensais que ça lui ferait du bien, mais elle me regarde et m’écoute, tandis que je déblatère sur mon petit problème, minime sans doute à côté du sien. Je n’aime pas être le centre d’attention, surtout quand ce n’était pas le but de la journée. En l’occurrence, je préfère de loin qu’elle me raconte son souci plutôt que passe son temps à chercher à me soulager moi. C’est à moi de faire quelque chose pour elle, elle a toujours été là avec Jae Hwan, par courrier, certes, la plupart du temps, mais elle était là et ça, c’est important pour moi.

Quand enfin, elle délite ses lèvres et m’explique ce qu’il se passe, je comprends immédiatement que Ruben et Joaquin sont au cœur de ses pensées et de ses peines. Je me mords la lèvre, m’assois à ses côtés et écoute attentivement en prenant sa main. Elle a beau me dire que mes problèmes ne sont pas ceux d’une adolescente, plus elle me parle et plus j’ai cette impression que oui. Néanmoins, elle n’a pas tort, c’est assez ressemblant, hormis le fait que moi, ça n’est pas assez aussi loin et que je ne les ai plus dans ma vie. Pourquoi faut-il qu’un des deux vienne toujours tout compliquer ?

Ma main entoure ses épaules et les frictionne tandis qu’elle renvoie ses larmes en arrière. Je n’aime pas la voir comme ça, je ne me mettrais pas à pleurer pour ne pas l’angoisser plus encore, mais j’en suis bien capable malgré moi. Je prends une profonde inspiration.

« Shana, tu n’es pas une personne horrible, tu as failli une seule et unique fois, c’est humain, et la preuve que tu es adorable et digne de confiance, c’est que tu aimes encore ces deux hommes très forts. Personnellement, je trouve ça chouette que Joaquin se soit enfin réveillé, mais malheureusement pour lui il le fait trop tard… j’espère sincèrement qu’il se rend bien compte qu’il agit comme un égoïste en revenant vers toi comme ça… sachant que tu as bien assez de problèmes comme ça. »

J’ai été étonné que Shana n’évoque pas son petit ami actuel, Yong Woo est-il au courant de ses tourments ? Elle n’a sûrement pas du oser le lui dire, de peur qu’il la laisse, je sais à quel point elle l’aime lui aussi, je n’ose même pas en parler. Je préfère essayer de dénouer le nœud qui s’est installé avec Ruben et Joaquin si j’en suis capable. J’espère ne pas être de mauvais conseils, vraiment.

« Quant à Ruben… quand il trouvera quelqu’un, sans doute pensera-t-il moins à cette douleur. La vie va ainsi, n’est-ce pas ? Tu es heureuse avec Yong Woo, n’est-ce pas ? Tu te tortures en pensant à eux deux… Ruben a besoin de temps, toi aussi, rien ne t’empêche cependant de mettre les choses au clair afin que tous deux puissiez faire votre deuil, n’est-ce pas ? Quant à Joaquin… »

Je retrousse mes manches, c’est plus fort que moi. Je ne trouve pas ses décisions à lui convenables, pourquoi venir tout chambouler une nouvelle fois ?

« Je l’enverrais bien sur une île déserte avec pour seuls compagnons des hommes… ça lui ferait peut-être du bien. »

C’est très mal ce que je dis, j’en ai conscience et peut-être que cette remarque légèrement emprunte d’humour n’est pas adaptée à notre conversation, certes, mais j’exprime au moins clairement, qu’il n’a rien à faire là… pas de cette façon en tous les cas.

« Écoute, je sais à quel point tu l’aimes… mais il t’a fait du mal, beaucoup de mal, et il t’en fait encore, indépendamment de ta volonté et de la sienne, il te persécute à croire et je n’aime pas beaucoup ça. Il a peut-être changé, il sait peut-être ce qu’il veut, mais toi, tu n’as pas besoin de ça… tu n’as pas eu besoin de lui pour te reconstruire ma belle, alors ne te raccroche pas à cet espoir qu’il te fait miroiter »

Ce serait injuste pour Yong Woo et ce serait injuste pour elle-même si jamais Joaquin perd de nouveau le contrôle de ses pensées et leur fait plus confiance qu’à son cœur. C’est délicat, je ne lui veux aucun mal, mais j’aurais bien aimé lui dire deux mots… je ne fais sûrement pas le poids dans leur relation, ils se connaissent depuis si longtemps contrairement à Shana et moi ! Je soupire.

« Tu es quelqu’un de bien Shana, si je devais te conseiller, avec ma faible expérience, je dirais que tu dois suivre ce qui te semble le moins douloureux, même si cela implique de blesser certaines personnes. Par amour, je pense qu’ils comprendront »

Je mesure à peine toute l’ampleur, il y aura deux malheureux et dans tous les cas, Shana se sentira coupable, néanmoins, elle aura suivi son cœur et fait le bon choix, j’en suis certaine, elle fera ce qui est bon pour elle. C’est ce qu’il y a de mieux à faire. Ainsi, je me dis que peu importe les dégâts, les deux autres s’en remettront… même si ce ne sera évident pour personne.

« Dans tous les cas, il y aura de la casse et ça ne sera en rien de ta faute. Tu aimes ces hommes, ou tu les as aimés, c’est ainsi. L’amour est tellement subjectif, j’aime croire que chacun est fait pour un être et qu’il y a des chances que tout se dénoue quand chacun aura trouvé son âme sœur et quand bien même ce ne serait pas le cas, rien ne t’empêche d’être un soutien… absolument rien, cela prouvera simplement que ton amour dépasse tout entendement Shana… et je trouve ça très beau et généreux »

Quoi qu’elle puisse en dire, aimer et se sentir coupable ainsi me fait me rendre compte que je n’ai pas été une mauvaise personne non plus, et que ce nœud qui semble similaire n’est qu’un nœud à défaire, les cordes resteront néanmoins liées, plus ou moins fortement, c’est ce qui est beau. Parfois elles peuvent casser, parfois non et savoir qu’elles ne cassent
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Mar 17 Fév - 15:49


Elle tremblait de tout son être. Elle se trouvait dans un état de fébrilité intense qui la rendait particulièrement tourmentée. Elle s’était exprimée ouvertement sur ces sentiments, avait mis des mots pour tenter d’expliquer ce qu’elle éprouvait. Pourtant, cela n’allégeait pas son cœur, bien au contraire. Elle le sentait douloureusement serré dans sa poitrine. Elle savait plus quoi penser, quoi faire face à cette culpabilité qui l’acculait si cruellement à la suite de ces deux rencontres. Elle avait juste envie de fuir, de ne plus faire face à son passé. Elle savait que ce n’était pas la bonne décision, mais c’était si horripilant. Elle avait cru pouvoir avancer, pensait y avoir réussi, mais une simple rencontre avec ces deux hommes avaient suffi à la désorienter, la troubler au plus haut point. Elle avait la sensation d’être un monstre, une femme cruelle et infâme, qui avait brisé le cœur d’un homme qui ne demandait qu’à aimer. Elle sentit la main de Suk Hee s’entourer autour de ses épaules, frictionnant son bras. Shana essayait de ne pas verser ses larmes qui menaçaient si cruellement de se fendre sur ses joues. Elle se sentait tellement pathétique. Son amie tentait de la rassurer. Elle n’était pas horrible. Elle avait failli une seule fois. L’erreur était humaine et le fait qu’elle tienne encore profondément à ces deux hommes indiquait qu’elle était une personne adorable et digne de confiance.

Ces paroles étaient douces et venaient légèrement faire office de pansements sur la plaie qui s’était ouverte dans son cœur. Suk Hee pensait que c’était une bonne chose que Joaquin se soit enfin réveillée, même s’il arrivait trop tard. Elle espérait sincèrement qu’il se rendait compte de son comportement égoïste pour revenir vers elle de la sorte en ayant conscience des problèmes qu’elle traversé, notamment qu’elle était déjà en couple. Elle essaya de la dédouaner de sa culpabilité envers Ruben. Il pensera moins à cette douleur lorsqu’il rencontrera quelqu’un. Shana le pensait également, mais elle avait clairement vu l’amertume de cet homme auparavant si confiant et aimant. Elle avait brisé quelque chose en lui. Elle ne pouvait rester aveugle à cela. Elle n’avait pas le droit. Suk Hee pensait qu’elle se torturait l’esprit en pensant à tous les deux, d’autant plus qu’elle était heureuse avec Yong Woo. Elle hocha la tête, venant serrer ses bras autour de sa poitrine. Il lui manquait. Elle avait besoin de le voir, de lui parler, d’avoir une réaction de sa part. Elle se rendait compte qu’il était devenu plus qu’un simple petit ami. Il comprenait ce qu’elle ressentait, vivait la même chose avec son premier amour. Sa douceur, sa lucidité pourrait l’aider à y voir plus clair, même si les paroles de son amie avaient un léger pouvoir sur elle. Elle avait besoin de temps selon son amie, tout comme Ruben pour se remettre de toute cette histoire.

En ce qui concerne Joaquin, Suk Hee vint laisser trainer sa phrase en venant retrousser ses manches. Elle l’aurait bien envoyé sur une île déserte avec des hommes pour lui faire peut-être du bien. Shana l’observa avec fébrilité. Elle savait que son amie plaisantait et ne le ferait jamais. Elle ne répondit rien à cela, incapable de dire quoi que ce soit, l’écoutant seulement. Elle lui disait de ne pas s’accrocher à cet espoir qu’il lui faisait miroiter malgré tout l’amour qu’elle lui portait. Elle le savait, l’avait repoussé à cet égard, mais elle n’y pouvait rien, cette pensée la tourmentait, la rendait si fébrile. Elle ne pouvait rien y faire, cet amour était là, cruellement enfoui dans son cœur, mais elle se garda bien de le dire, demeurant silencieuse. Suk Hee ne serait pas heureuse de l’entendre, tout comme Yong Woo sans doute… Son amie lui conseillait de suivre ce qui lui semblait le moins douloureux, même si cela impliquer de blesser certaines personnes. Ils comprendront même s’il était évident qu’il y aurait de la casse, mais ça ne sera en rien sa faute. Elle doutait sérieusement à ce propos, mais se garda une fois de plus de réagir. La vie était ainsi faite et elle aimait croire que chacun est fait pour un être et qu’il y a des chances que tout se dénoue quand chacun aura trouvé son âme sœur. Quand bien même ce ne serait pas le cas, cela ne l’empêcherait pas d’être un soutien pour ces hommes, ce qu’elle trouvait beau et généreux.

Shana observait son amie, le regard brillant sans dire mot. Elle tentait d’assimiler tout ce que cette dernière venait de lui dire. Elle inspira profondément pour tenter de faire taire ses larmes. Elle lui sourit doucement en hochant la tête. « Je comprends où tu veux en venir… Tu as sans doute raison… » Que pouvait-elle dire de plus ? Elle se sentait complètement vidée à cet instant, son émoi se trouvant trop intense pour en être autrement. Elle vint prendre naturellement son amie dans ses bras, l’enlaçant avec douceur pour venir placer sa tête sur son épaule. « Merci pour tous ses mots, Suk Hee. Tu es d’un véritable soutien pour moi… Je me demande comment j’aurai fait sans toi. » Elle faisait référence à ce passé pas si lointain, qui pouvait s’appliquer dans le cas présent. Elle ne la jugeait pas. Comme toujours, la Coréenne cherchait les bons mots pour tenter d’amoindrir sa culpabilité. Cela marchait, quand bien même son esprit têtu lui faisait penser autre chose. Cela faisait du bien d’être soutenu de la sorte. Elle ne desserra pas son étreinte autour de son amie. Elle avait besoin d’un câlin, de la présence bienveillante d’une personne, d’elle à l’occurrence. « Je t’adore, tu sais ? » Souffla-t-elle dans un faible sourire alors qu’elle inspirait, la voix tremblante. Elle ne vint rien ajouter d’autre, si ce n’est de fermer ses paupières pour laisser toute cette tension retomber le temps d’un répit, juste quelques heures, quand bien même, elle était persuadée que ces tourments reviendraient l’assaillir. À cet instant, elle se sentait plus sereine et c’était ce qui comptait.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Dim 8 Mar - 17:04


Elle reste silencieuse, me regarde lui parler, la consoler, et ça me brise le cœur. Je suis partagée entre plusieurs envies, celle d’aller coller mon poing dans la figure de ce très cher Joaquin, ou de lui dire deux mots, ou de trouver un sort capable de lui rétrécir les hormones… peu importe le moyen, je suis assez en colère contre lui. Mais en même temps, je ferais du mal à Shana, je ne me le pardonnerais pas. Je me masse la nuque, lui parle de cette soi-disant faute. Elle a toujours aimé Joaquin, il lui a brisé le cœur et à son tour elle en a brisé un. Et alors ? Est-ce que la vie est un long fleuve tranquille ? Il semble que non et que celui qui a ce type de vie vienne me le dire de vive voix que je lui vole un peu de sa chance providentielle. Mes mains l’encerclent et je tente de la rassurer. Je pense sincèrement qu’elle est une belle personne et que l’erreur est humaine, mais je sais pertinemment qu’elle ne le voit pas de cet œil. C’est difficile de se déculpabiliser, j’espère autant être capable de la rassurer moi.

« Tout s’arrangera, c’est obligé. Tout se calmera et tout le monde y trouvera son compte. Si ça n’est pas le cas, c’est qu’ils n’y mettront pas du leur, parce que je sais que tu es une battante et que toi, tu le trouveras le bonheur »

C’est cruel de dire que c’est tant pis pour ceux qui ne feront pas l’effort, mais en même temps, s’ils ne se donnent pas la peine comme Shana l’a fait, et vit une vie trépidante, à quoi bon s’acharner ? Nous n’y pourrons rien pour eux. Il faut que le déclic vienne d’eux, parce que Shana s’en sortira, mais gardera, sinon, cette culpabilité de voir l’un des trois hommes de sa vie anéantie. Je ne le permettrais pas.

Elle ouvre enfin la bouche, sa voix faible me serre le cœur. J’esquisse un léger sourire en la voyant faire et la prends dans mes bras pour une étreinte chaleureuse. Je refuse totalement de la laisser dans cet état. Je ferais n’importe quoi pour qu’elle se sente bien, qu’elle retrouve le sourire que j’ai pu si souvent voir. J’imaginais Shana si triste avant, quand nous nous écrivions que c’était un réel soulagement de la voir revivre comme ça, je souhaite qu’elle puisse retrouver cette joie.

« Allé, ne t’en fais pas. Nous allons passer une journée sans problème, et si tu veux qu’on en passe d’autres, tu sais parfaitement où me trouver n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu as envie de faire ? »

Je pose cette question stupide parce que je ne sais pas trop. Elle avait envie de se défouler, mais au final, elle l’a fait plus en parlant qu’en cognant ce sac. Est-ce qu’elle est vraiment d’attaque à reprendre ? Personnellement, j’ai la flemme, mais je préfère m’abstenir, je sais qu’il est facile de me remotiver et… je saurais parfaitement à qui penser en cognant le pauvre sac. Même si je risque plus de me faire mal qu’à lui, mais bon, ça… elle n’a pas encore eu l’occasion de le constater.

Je voudrais qu’elle pense un peu à elle, au lieu de penser aux autres, parce qu’elle semble essayer de trouver une solution pour tous, alors qu’elle devrait ne voir que ses sentiments. Il y aura de toute façon quelqu’un qui aura mal, mais elle limitera la casse en faisant un choix rapidement. Enfin, la stresser avec le temps ne serait pas judicieux, il lui en faut quand même pour ne pas se tromper, prendre la bonne décision. Je compte sur elle, je sais qu’elle y arrivera, j’espère juste qu’elle ne se gâchera pas la vie pour les autres…

Je sais, c’est l’hôpital qui se fout de la charité, mais c’est humain et c’est aussi pour ça que je peux comprendre aussi bien tous ses doutes et ses craintes. Malgré toutes nos différences, nous sommes pareils en ce sens que l’idée même de faire du mal nous en fait. Je me mords la lèvre et tente de faire une moue boudeuse, accentuée bien sûr, tel mon humour décalé et totalement enfantin.

« Si tu es triste je vais être triste aussi, alors remet toi d’aplomb tout de suite qu’on puisse se divertir et construire des bons souvenirs auxquels se raccrocher par les temps durs qui courent, hm ? »

Oui, bon, c’est idiot formulé comme ça, mais je n’ai rien trouvé de mieux que de rappeler qu’on doit avoir un minimum de souvenirs heureux pour pouvoir avancer, et même si elle en a sûrement beaucoup, j’imagine que repenser à ces trois-là, risque de lui faire plus de mal que de bien. Il est donc primordial que ses amis lui servent, en l’occurrence, que je lui serve autant que possible, puisque c’est à moi qu’elle a fait appel. J’espère bien ne pas la décevoir, je suis souvent très maladroite et beaucoup moins expérimentée en matière d’amour… seulement, j’ai eu mon lot aussi. Peu importe, allé, ne nous noyons pas dans cet océan de lamentation ! Non et non !

« Fiou ! Je vais devenir folle, il fait quand même bon pour un mois si froid non ? Enfin, je dis ça, mais on peut réguler le temps aussi grâce à nos baguettes… halala, mon côté moldu qui prend le dessus parfois ! Arrête-moi avant que je ne dégénère, quand je parle beaucoup comme ça, tu sais que je peux tenir longtemps et souvent en ne disant pas grand-chose au final ! »

C’est ce que je viens de faire, mais Bon Dieu qu’est-ce que ça fait du bien de débiter un flot de paroles totalement inutile, ça libère l’esprit quand même ! Est-ce qu’il en serait de même pour Shana ? Elle devrait peut-être essayer, ce n’est pas une mauvaise idée ? Enfin, je me demande comment elle fait pour se détendre.

« Tu aurais un petit toc que je n’ai pas encore découvert et qui t’aide à décompresser ? Je saurais tout haha ! »
Revenir en haut Aller en bas
Obsidian Bear
Je ressemble à « : victoria justice ». J'ai égaré : 337 parchemins. Ma bourse est remplie de : 48 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    Dim 8 Mar - 22:21


Shana semblait vidée de toutes ses émotions. Ce n’était qu’une sensation temporaire, mais elle avait la sensation qu’elle pourrait fermer les yeux, s’endormir au creux des bras de son amie. Elle était profondément reconnaissante envers son amie pour tout ce qu’elle faisait, avait fait pour elle par le passé. Elle avait eu énormément de chance de la rencontrer, de pouvoir compter sur elle encore aujourd’hui. Cela était d’un réconfort inestimable et elle avait souhaité lui transmettre tout cela. Ses mots avaient un certain pouvoir sur elle. Même si elle ne pourrait pas fuir ses angoisses, que celles-ci viendraient l’assaillir d’ici le lendemain, à cet instant, ils avaient un pouvoir réconfortant et c’était ce qu’il importait. Shana voulait croire que tout s’arrangerait, se calmerait et qu’ils trouveraient tous leur compte. Pour son amie, il n’y avait pas de doutes sur ce sujet et si cela ne marchait pas, c’était que les autres n’y mettraient du leur. Suk Hee savait qu’elle était une battante et qu’elle trouverait le bonheur. Shana voulait y croire… au moins s’efforcer d’être d’accord avec son amie. Elle réfléchissait à tout cela contre elle, dans ses bras, la respiration quelque peu difficile.

C’était difficile de faire le tri dans toutes les émotions qui l’étreignait. À vrai dire, elle n’en avait plus la force, désirait simplement se cacher quelque peu pour dormir, peut-être même contre les bras de son ami comme une petite fille dans les bras de sa mère après un gros chagrin. Ce qu’elle était dans une certaine mesure à ses yeux. Suk Hee lui avait permis de se relever à l’époque la plus sombre de sa vie. Même si elle n’avait pas été présente physiquement, ses lettres avaient toujours été particulièrement chaleureuses et encourageantes. L’homme qui finirait avec cette princesse aurait énormément de chance. Suk Hee ne baissait jamais les bras ou très rarement. Elle lui souffla de ne pas s’en faire, qu’elles allaient passer une journée sans problème, comme d’autres si elle le souhaitait. Elle lui demandait ce qu’elle envie de faire et Shana vint observer son amie. « Un bon petit film avec des Magical Ice Cream serait parfait. Tu sais ces glaces qui ne fondent pas et qu’on peut manger durant des heures sans qu’elles diminuent. » Oui, elle avait envie de se goinfrer de sucrerie comme une baleine pour tenter d’oublier tous ces soucis actuels, n’était-ce pas humain ?

Suk Hee voulait en tout cas l’empêcher de déprimer, lui faisant du chantage affectif pour qu’elle perde cette mine triste qui était figée sur son visage. Il fallait qu’elle se remette d’aplomb immédiatement pour qu’elles puissent se divertir et se construire de bons souvenirs auxquels se raccrochaient lors des coups durs. Elle hocha la tête devant la mine enjouée de sa meilleure amie. « Promis, je vais faire de mon mieux. Plus de pleurs, juste rire avec toi comme on l’a toujours fait ! » Elle voulait y croire, lui offrit un doux sourire pour tenter de la rassurer. Elle ne voulait pas inquiéter son amie, mais cela lui avait fait du bien d’extérioriser tout cela, d’avoir mis des mots sur ce qu’elle ressentait. Dans tous les cas, Suk Hee s’exclama qu’elle allait devenir folle. En effet, il faisait relativement doux pour un mois de novembre. Shana adhérait à ses propos avant de rire à la remarque amusante de son amie. Elle la reconnaissait bien dans cet humour particulier qu’elle adorait. Elle lui demanda de l’arrêter avant qu’elle ne dégénère, mais Shana n’avait nulle envie de cela. Celui faisait du bien de l’écouter divaguer de la sorte.

« C’est justement ce que j’adore chez toi, tu le sais bien ! » Elle lui offrit un doux sourire avant de venir se mordiller la lèvre à la question de son amie. L’habitude qu’elle avait pour s’aider à décompresser ? Elle n’en avait pas, c’était idiot. Elle s’en rendait compte. Elle vint donc rire faiblement. « Je n’en ai pas, généralement je joue avec les manches de mes gilets, mais on ne peut pas vraiment dire que c’est un petit toc, non ? Mais j’aime bien me rendre dans les parcs ou dans le domaine de mon père lorsque j’ai besoin de vraiment décompresser… Seulement dans le cas présent, ça aurait été inutile… tout m’aurait rappelé Joaquin… » Elle se pinça les lèvres dans un petit regard gêné avant d’inspirer profondément en ajoutant. « Ça te dit donc, un petit film à l’eau de rose devant de bonnes glaces comme programme. Finalement, on reviendra une prochaine fois, j’avoue que j’ai qu’une envie : me poser. » Suk Hee sembla accepter sa proposition, lui offrant un doux sourire. Shana vint la remercier par un doux câlin en soufflant : « Je t’adore… » Elle était sincère. C’est ainsi qu’elles vinrent plier bagage pour retourner chez son amie en prenant soin d’acheter quelques glaces. Elles passèrent ainsi la journée à regarder des films avant que Shana ne s’endorme contre l’épaule de son amie, résolument épuisée par toutes les émotions, le cœur légèrement plus serein.

-- FIN --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t167-shana-alboran-continue-in-his-way-alone http://thephoenixsong.forumactif.org/t171-shana-alboran-continue-in-his-way-alone


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee    

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you know ? I need you my friend like you need me | PV Song Suk Hee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Archives rp 2014-