Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Archives rp 2014
 

 Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Lun 24 Nov - 0:28


Sa vie allait changer, et s’il ne s’en rendait pas encore compte, en dehors de cette légèreté qui habitait son cœur, bien vite, d’ici quelques mois son quotidien serait bouleversé. Noah s’enthousiasmait de ce nouveau tournant qu’elle allait prendre et surtout de l’évolution que Jane et lui avaient décidée pour leur relation. Ce fut une décision précipitée par cette grossesse indésirée qui avait pris de court le couple, mais qui accélérait le besoin d’être ensemble, d’habiter ensemble et surtout de se dévoiler au grand jour comme une nouvelle histoire amoureuse démarrant, débutant suite à la longue amitié qui les avait liées toutes les deux. Il était heureux de pouvoir enfin s’afficher à nouveau en sa compagnie et quand bien même devrait-il retrouver l’innocence et la passion de l’amour naissant, il n’aurait nullement à se retenir de pouvoir embrasser sa protégée. Ils avaient vécu cette relation cachée depuis si longtemps qu’il ne pouvait que voir ce changement de manière positive, ne plus avoir à se restreindre en public, faire comme s’ils se connaissaient à peine, contrôler regards et gestes à son égard. Il était devenu expert bien sûr au fil des années à dissimuler leur relation, mais c’était un allégement pour lui et Jane. Il deviendrait bien plus simple de se rencontrer et de donner quelques démonstrations d’attachement sans la moindre gêne et barrière. C’est donc avec plaisir qu’il lui avait donné rendez-vous à Alihosty, devant un petit café oriental qu’on lui avait dit particulièrement romantique et le point de rassemblement de tous les amoureux. Ce n’était pas vraiment dans ses habitude de faire dans l’eau de rose, toutefois ça ressemblait vraiment à ce qu’un nouvel homme pouvait imaginer dans la phase de séduction, pour émerveiller et découvrir la demoiselle, même s’ils étaient déjà amis. Il voyait là un moyen d’annoncer, de fêter un nouveau tournant dans leur relation amoureuse à leurs yeux et à celui des autres.

C’était un jour de semaine et fort heureusement pour le lieu où il allait se rendre avec la demoiselle, le temps était clément et permettrait de flâner tranquillement dans la vile en buvant leur boisson flottant dans les airs. Il avait déjà vu se ballader au-dessus de leur tête ces tapis volants qui accueillaient surtout des couples à leur bord pour de romantiques virées dans les cieux passer au-dessus des rues de WINCAP. C’était en vérité, à mille lieues de ce qu’il n’avait jamais fait ave Jane, il préférerait tout autant l’accueillir chez lui pour lui faire l‘amour ou aller simplement manger ensemble au barbecue australien qui se trouvait dans le quartier de Napel. Toutefois, sans doute histoire de marquer le coup comme on disait, il était sorti des sentiers battus pour lui offrir un peu plus de romantisme bien que ça ne lui ressemblait pas vraiment. Quoiqu’il sache être un homme tout à fait séduisant, il ne s’était jamais paré de cette image face à Jane qui était sans doute celle qui connaissait e mieux sa nature, sa personne.

C’est ainsi qu’ayant fini sa journée de cours, il se rendit directement au lieu où il lui avait donné rendez-vous, impatient, et l’air particulièrement joyeux sans prendre le temps de passer par chez lui. Il se sentait l’âme guillerette, presque adolescente en se dirigeant vers le point des retrouvailles avec sa favorite, celle qui portait à présent son enfant et qui allait sans aucun doute partager sa vie comme elle le faisait depuis de nombreuses années. Signe de sa grande fébrilité et joie, il se trouvait bien en avance devant l’Ali Baba Tea House, après tout la jeune femme finissait sa journée de travail que bien après lui et les transports dans Wincap étant très efficace, il avait bien du temps à tuer d’ici l’arrivée de sa partenaire. Il se lança quelque sort de beauté pour replacer et repasser ses vêtements pour être plus élégant, avant de s’asseoir face à la boutique pour corriger des copies, un des grands avantages du professorat était bien de supprimer tout ennui. Oui, il avait toujours de quoi occuper les temps morts, un livre à lire, un examen à corriger, un cours à préparer. C’était une mine d’or quand on avait à attendre une personne pendant un petit moment. C’est pourquoi il s’installa, surveillant les passants avec l’espoir de repérer sa jeune amie parmi la foule de plus en plus dense qui occupait la rue.

Après une dizaine de copies, comme il relevait la tête pour faire une pause intellectuelle et toujours trépignant d’impatience de voir apparaitre Jane, il aperçu enfin la silhouette tant attendue qui se dirigeait vers lui. Il rangea ses copies dans sa pochette pour se lever. Il l’accueilli dans ses bras en un rien de temps, venant entourer son corps pour la serrer à lui, un sourire radieux aux lèvres comme il la saluait chaleureusement.

« — Jane ! Ça me fait plaisir de te revoir ! » Il la relâcha pour s’éloigner légèrement d’elle, son sourire toujours heureux comme il vint passer une main sur son visage pour replacer tendrement une mèche de ses cheveux.
« — Comment s’est passé ta journée ? Ça va le travail ? Tu n’as pas trop eu de soucis ? »

tenue : ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 25 Nov - 0:25


Comme ils l’avaient pressenti, The Raven n’avait pas tardé pour mettre en lumière l’étroite et complexe relation qu’elle pouvait avoir. L’avantage de cela, c’est que la rumeur était tellement imprécise sur certains points, qu’elle avait trouvé les moyens de discréditer l’auteur en question. Un exercice résolument facile tant le jeune journaliste ne parvenait qu’à s’attirer les foudres de leurs concitoyens. L’épée de Damoclès était tombée, la seule ombre qui pouvait assombrir leur relation florissante aux yeux de tous. Cela avait un gout particulièrement grisant et envoutant. C’était tellement nouveau pour eux, pour elle. C’était la concrétisation d’un rêve secret qu’elle avait tant pris l’habitude de le visualiser, que de le vivre, la rendait particulièrement euphorique. Sans doute était-ce idiot de sa part, de réagir comme une jeune fille en fleur, mais cette insouciance et plénitude de pouvoir flâner au creux des bras de son amant, lui avait été totalement inconnue jusqu’à ce jour. Elle ne tenait donc pas en place. Son cœur se trouvait euphorique dans sa poitrine. Il battait la chamade tant elle se trouvait sur son petit nuage. Ces collègues se moquaient d’elle, résolument amusés de la voir si joyeuse et souriante. Elle en avait conscience, mais ne cherchait nullement à se restreindre : elle n’avait plus à le faire.

Elle les laissa donc pouffer dans l’indifférence totale, se concentrant sur son travail avec grande difficulté. Elle n’avait de cesse de penser qu’une page du roman, qu’elle coécrivait avec l’homme qui partageait sa vie depuis plus de douze ans, venait de se tourner pour débuter un nouveau chapitre. Un chapitre qui semblait tout aussi palpitant que le précédent et qui enchantait son âme et son cœur. Elle avait donc patiemment attendu la fin de son travail, s’autorisant à partir une heure plus tôt afin de pouvoir s’habiller dignement pour la soirée qui l’attendait. Elle devait rejoindre Noah devant un café du quartier où elle travaillait. Un simple rendez-vous pour commencer à s’afficher, montrer les prémisses d’un amour naissant. C’était une pensée palpitante qui n’avait de cesse de la faire sourire. Elle se sentait si glorifiée par cette pensée, par la réalité que tout ceci renvoyait. C’était une sensation particulièrement merveilleuse et précieuse qu’elle chérissait précieusement. Elle allait pouvoir se balader aux côtés de Noah comme son égal, comme une femme susceptible de l’intéresser et une amante possible. Il n’y avait plus de risques qu’on ne les soupçonne de nouveau : elle n’était plus son étudiante et une enquête avait déjà été menée, sans résultat.

Avec du recul, il n’y avait pas de raisons légitimes pour que leur relation au grand jour vienne ternir la réputation du jeune professeur de D.C.F.M. Elle profitait donc pleinement de cette chance qu’il lui était donné. Après une douche rapide, elle avait enfilé une belle robe aux tons rouges comme ceux de la passion. Merveilleusement cintrée, elle mettait en valeur les courbes félines de ses formes. Elle s’appliqua rapidement un sortilège pour réaliser une belle tresse dont quelques mèches venaient s’échouer sur ses épaules. Satisfaite du résultat qu’elle en tira comme du maquillage, qui mettait en valeur ses prunelles émeraude, elle vint enfiler ses escarpins noirs avant de s’extirper de son appartement. Un petit coup d’œil sur l’horloge lui faisait comprendre qu’il était temps de rejoindre le professeur. Elle transplana donc dans une ruelle adjacente du point de rendez-vous. Elle sentait son cœur palpiter dans sa poitrine. Elle vint rire doucement, se trouvant bien idiote de réagir de la sorte, mais c’était tellement nouveau pour elle. Elle n’avait jamais connu cette insouciance de pouvoir le rejoindre, sans devoir y mettre des formes, des précautions. C’était toujours un peu le cas, mais le sentiment de liberté était résolument bien différent et envoutant que d’habitude.

Elle inspira donc profondément, tentant de calmer les battements de son cœur alors qu’elle s’engager dans la voie qui la menait au café. Elle souriait à cette pensée, trouvant l’idée amusante tant celle-ci ne ressemblait pas à l’homme qu’elle aimait. Pourtant, elle n’était pas non plus déplaisante, juste surprenante, mais si attirable. Elle le vit rapidement assis sur un banc, corrigeant des copies. Il se passa que quelques secondes pour qu’il l’aperçoive, venant ranger sa lecture – qui semblait être des copies à corriger – pour se lever et venir vers elle. Il l’accueillit avec un sourire radieux. Une expression qui faisait toujours chavirer son cœur et animait si cruellement un feu en elle. La tenue qu’il portait le sillait comme un gant et elle le trouvait particulièrement magnifique. Elle le contemplait avec attention, sentant les bras de cet homme entourer son corps pour la serrer contre lui. Elle appréciait cette étreinte, se sentant légèrement frustrée de ne point recevoir de baiser, tout en sachant que c’était les règles du jeu. Elle se pinça les lèvres, dans un regard brillant et amusé alors qu’il lui murmurait qu’il était ravi de la revoir. Elle aussi. Elle avait trépigné d’impatience de le revoir, mais se gardant bien de le dire, riant tendrement en ajoutant. « Bonjour Noah ! Moi aussi, je suis ravie d’être là ! » Sa voix se fit douce alors qu’elle sentait la main de Noah glisser sur la peau de son visage pour venir replacer tendrement une mèche de ses cheveux.

Il lui demanda comment s’était déroulée sa journée, si le travail allait bien et si elle n’avait pas trop eu trop de soucis. Elle vint sourire de façon spontanée alors qu’elle venait murmurait. « Elle était parfaite. J’étais juste enthousiaste à l’idée de te voir. Je crois que mes collègues s’en sont bien moqués, mais j’aurai ma revanche ! Ils peuvent compter sur moi pour cela ! » Son sourire s’exprima plus fermement alors qu’elle posait venait poser son regard sur lui, détaillant naturellement ce corps si parfaitement mis en valeur par ces vêtements. « Tu es magnifique, Noah ! » Susurra-t-elle dans une voix légèrement suave en venant se pincer la lèvre. Elle avait envie de retrouver ses lèvres, de les violer tendrement des siennes tout en venant glisser sensuellement ses mains dans ses cheveux. « Comment s’est passée ta journée ? Tes élèves n’ont pas été trop bruyants, aujourd’hui ? Ont-ils eu pitié de toi de savoir que tu allais passer ce début de soirée avec moi ? » Elle plaisantait, bien entendu, et son sourire confirmait cela. Elle vint rire doucement alors qu’elle venait embrasser sa joue avec douceur. Un baiser innocent, mais empreint d’une forte signification pour les personnes qui les entouraient. Ce n’était plus une amie qui venait d’embrasser la joue de son ami, mais celui d’une femme qui était charmée par le regard pénétrant de cet homme, qui la faisait vibrer si aisément.

TENUE : 01.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 27 Nov - 21:28

Revoir Jane était plaisant, sortir avec elle dans les rues de Wincap et passer du temps avec elle embaumait le cœur du professeur qui avait toujours aimé la compagnie de sa protégée et pouvoir se montrer un peu plus était libérateur pour Mr Worthington. Bien sûr, la passion et la connivence qui existait entre eux depuis plusieurs années entre eu deux ne devait ne nullement apparaitre et il devrait sans doute faire un peu attention à leur geste qui pourrait révéler l’intimité qu’il partageait depuis longtemps. Toutefois, la complicité amicale qu’il partageait depuis l’entrée de Jane à Salem les aiderait sans nul doute à surpasser innocemment tout doute qui pourrait être installé. La rumeur avait déjà été rapportée par The Raven qui avait raconté leur histoire comme les deux jeunes gens s’y étaient attendus. La réaction des citoyens de Wincap ne fut pas différente de d’habitude tant sa crédibilité était réduite au sein de la communauté magique depuis qu’il sévissait dans cette ville. L’enquête ministérielle n’avait rien donné à leur sujet et aucune preuve qu’ils entretenaient une relation plus qu’amicale n’avait jamais été prouvée, quoique celle-ci ne fut point un crime. C’était tout à fait banal qu’elle se décline en amour à la suite de nombreuses années d’amitié. Du moins c’était sans doute ce qu’il laisserait croire à tout le monde. À vrai dire, il n’avait pas attendu le journaliste si tôt, ayant un peu devancé ses estimations et espérances, ça les forcerait à faire un peu plus attention. Ce n’est pas pour autant qu’il ne lissait pas parler son attitude naturelle envers Jane, du moins le plus possible, en l’enlaçant tendrement tout en se contraignant à ne pas venir l’embrasser.

Il profitait de ce contact doux autour de son petit corps séduisant, appliquant ses mains contre ses formes pour les sentir sous le tissu de sa robe rouge qui la mettait vraiment en valeur. La jeune femme était magnifique aux yeux de Noah, en toute circonstance, mais il ne pouvait trouver désagréable qu’elle se soit tant apprêtée pour lui. Il lui fit part de son ravissement de la voir là. Elle le salua peu après avoir profité de leur bras mutuellement. Elle partageait sa joie d’être là avec lui comme il avait eu un geste tendre envers elle pour replacer sa mèche. Ses yeux exprimaient autant de douceur que chacun de ses gestes pour la jeune fille si importante, malgré cette douceur apparente, son esprit vaquait sans peine dans les pensées de sa partenaire. Il lui posa une question banale pour savoir comment s’était passé sa journée quoi qu’il vienne lire d’autre chose en son sein, des pensées joyeuses, des images joyeuses lui paraissait sous ses iris particulièrement habitués à ce phénomène. Sa journée avait été parfaite, elle était enthousiaste à l’idée de le voir et ça avait dû se sentir, car ses collègues s’étaient bien moqués d’elle, mais elle aurait sa revanche. Ils pouvaient compter sur elle pour cela affirma-t’elle. Il n’en doutait pas connaissant le phénomène. Il rit amusé et enthousiaste.

Elle le complimenta sur ses vêtements, lui disant qu’il était magnifique. Il sourit et lui fit un clin d’œil. Il savait qu’elle avait envie de l’embrasser tout comme lui pouvait le désirer. Elle se retroussait les lèvres comme pour résister. Lui s’abreuvait de ce qu’il voyait dans ses yeux, un baiser passionné de leur souvenir pour éponger ce désir qui l’habitait de même.
« — Tu es tout aussi magnifique ! »

Elle le questionna sur sa journée, le sortant de sa contemplation, lui demandant si ses élèves n’étaient pas trop bruyants et s’ils avaient eu pitié de lui de savoir qu’il allait passé ce début de soirée avec lui. Il rit doucement tout en la laissant venir embrasser sa joue, un contact doux et innocent qui l’enchanta tout à fait. Il lui sourit tendrement avant de répondre.

« — Oh ! Bien aussi ! Mes étudiants ont été sages comme des images, je leur ai dit que je leur lâcherais une cage de lutin de Cornouailles s’ils me retenaient pour mon rendez-vous galant ce soir. Je crois qu’ils ont peur de ça ! C’est bon à savoir ! Faut dire que c’est sacrement farceur ces petites choses-là. » Il sourit doucement à Jane avant de venir pencher la tête sur le côté. Il lui sourit tendrement avant de lui faire un léger signe de tête en direction de la tente berbère comme pour l’invité à commencer à se déplacer vers ce lieu ou ils iraient prendre un café ou un thé ensemble.

« — Allons-y ! Qu’en dis-tu ? On m’a conseillé ce petit café pour un rendez-vous romantique, ce n’est pas vraiment le genre de lieu ou on a l’habitude de se rendre et même si ça ne paye pas de mine, je n’en ai entendu que du bien. Je crois que c‘est plutôt pas mal de faire de nouvelles expériences tous les deux ensemble ! Tu ne crois pas ? » À ses mots, il prit le chemin avec elle vers le café qui ne passait nullement inaperçu. Même dans le quartier africain, la tente berbère dénotait dans le paysage de la ville sorcière peut-être parce que son aspect était tout particulièrement modeste et simple auprès des bâtiments fastueux qui l’entourait. Il accompagna la jeune fille, ouvrant le rideau du café pour la laisser entrer la première dans le café. Le professeur s’adressa à un serveur en tenu traditionnel qui était venu vers eux dès leur entrée pour prendre leur commande.

« — Bonjour, ce serait pour boire un verre, nous sommes deux. » L’homme sembla comprendre que c’était une sortie pour un couple et dans une attitude enthousiaste l’encourageant à séduire la demoiselle, semblant lui conseiller les meilleurs tapis pour faire tourner la tête de sa prétendante, parce qu’elle était bien charmante et qu’il fallait bien conclure. Noah rit doucement et se tourna vers Jane quand il leur eut montré cinq tapis.
« — Je ne sais pas si ça changera grand-chose, mais lequel préfères-tu ? » Il lui sourit en la questionnant du regard, ne donnant pas tellement d’importance au final à la couleur de celui-ci tant qu’il leur permettait de voyager dans la ville avec une boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 27 Nov - 23:16


Elle avait attendu cet instant durant toute la journée. Elle ne pouvait donc qu’être particulièrement ravie de se retrouver face à cet homme auprès duquel elle n’avait plus à se cacher. C’était une nouveauté déconcertante, à laquelle elle avait tant de mal à croire tant elle avait pris l’habitude de le retrouver loin des regards indiscrets. Pourtant, à partir d’aujourd’hui, cette place était légitime et cette simple pensée lui faisait pousser des ailes. Son cœur battait vivement dans sa poitrine, son âme s’abreuvant de cet exquis bonheur qu’elle ressentait d’être à cette place qu’était sienne. Elle n’avait plus à se cacher, quand bien même son admiration et son affection pour cet homme devaient se montrer particulièrement restreintes. Elle pourrait s’afficher petit à petit, durant les prochains mois, mais à cet instant : ce n’était pas possible. Ils demeuraient des amis qui tentaient de franchir une étape dans leur relation, devenant un jeune couple sur le point de se former. Ce qu’ils étaient, quand bien même cela faisait sept ans, qu’elle avait cessé de n’être qu’une simple amie pour cet homme. Il était fort à parier que cette vérité serait un scandale pour nombre de citoyens de cette ville, mais personne ne pouvait avoir conscience de l’ampleur et l’intensité de leur lien. Il n’y avait pas de mots justes pour le faire. Elle ne voyait que lui et ne voulait plus que de lui. Elle était sous son charme, ses prunelles détaillant ce visage et ce corps si merveilleusement mis en valeur par cet ensemble. Il était sexy, terriblement charmant et envoutant. Il lui donnait envie de l’embrasser, de retrouver la texture de ses lèvres avec passion, mais elle n’en fit rien.

Elle y songea seulement, ayant pleinement conscience que Noah lisait ses pensées. Elle était particulièrement faible en osclumancie avec lui, ne pouvant résister bien longtemps à ces iris bleu océan qui savaient tellement transpercer son âme. Son clin d’œil ne pouvait que la captiver davantage alors qu’elle était venue déposer un doux et innocent baiser sur sa joue. Il n’avait de cesse de l’observer avec tendrement, riant doucement à ses remarques. Elle aimait beaucoup l’atmosphère qui s’installait entre eux, la douceur avec laquelle, il lui avait rendu son compliment, la légèreté de sa voix qui s’exprimait, répondant à ses questions.  Ses élèves avaient été sages puisqu’il les avait menacés de lâcher une cage de lutin de Cornouailles s’ils le retenaient pour son rendez-vous galant. Ils avaient dû avoir peur, ce qui était bon à savoir, d’autant plus que ces petites choses-là étaient sacrément farceuses. Jane sourit en harmonie de celui de Noah, le dévorant du regard dans une expression tendre et passionnée. Sur ces mots, il l’invita dans un mouvement de tête à prendre le chemin jusqu’à la tente qui les attendait non loin de là. Il lui demanda son ami, lui informa qu’on lui avait conseillé ce petit café pour un rendez-vous romantique. Ce n’était pas vraiment le genre de lieu où ils avaient l’habitude de se rendre – d’autant plus pour eux deux –, mais qui ne payait pas de mine puisqu’il n’en avait entendu que du bien. Il pensait que cela serait plutôt pas mal de faire de nouvelles expériences ensemble. Elle sourit à cette pensée en venant hocher la tête en douceur dans un signe d’assentiment.

« En effet, cela me semble une bonne idée. De plus, en ta compagnie, ces nouvelles expériences ne pourront qu’être intéressantes. Tu es très doué pour trouver des choses qui pourraient me plaire. Je te fais confiance, même s’il est vrai que ce n’est pas le type d’établissement que nous aurions fréquenté dans le passé. » Elle laissa son fin rire s’exprimer quelques instants avant qu’ils n’arrivent devant cette tente berbère qui dénotait de l’ensemble des autres bâtiments du quartier. Un quartier qu’elle avait l’habitude de fréquenter puisqu’elle y travaillait, mais en cet instant le parcourir n’avait pas la même signification qu’en accoutumé. Noah vint lui ouvrir le rideau, l’invitant à entrer la première avant de venir la rejoindre. Un serveur s’était déjà élancé à leur rencontre et engagea avec son rendez-vous – notion toujours aussi troublante pour elle – une conversation résolument enthousiaste. Celui-ci les catalogua immédiatement comme un couple – il faut dire que ce type d’attraction n’avait de sens que pour des amoureux, même s’ils n’étaient qu’à la fleur de l’âge, officiellement. Ledit serveur ne manquait nullement de gêne, conseillant Noah sur les meilleurs tapis qui sauraient faire tourner sa tête pour conclure avec elle. Tout comme elle, Noah le prenait à la plaisanterie, riant  de bon cœur alors qu’il venait lui demander son avis, bien qu’il ne sache pas si ça changerait grand-chose. Elle vint rire tendrement alors qu’elle se rapprochait de lui, le regard malicieux.

« Eh bien ! Monsieur le professeur, Tu me sembles bien déconcentré. N’as-tu pas entendu les caractéristiques de chacun de ses tapis ? Il semblerait que celui-ci me fera tellement tourner la tête que je vais vouloir passer une nuit torride avec toi… » Elle lui fit un clin d’œil en riant de plus beau tout en lui donnant un léger coup de coude dans les côtés. D’un autre côté, elle lui indiqua un autre, de couleur bleue, en ajoutant. « Celui-ci sera tellement confortable que je vais avoir envie de me blottir dans tes bras. Pour un premier rendez-vous, la finalité me semble correcte. On prend celui-ci ? » Elle ponctua ses mots dans un clin d’œil alors qu’elle venait donner son choix au serveur, qui s’éclipsa pour les laisser seuls. Sans doute devait-il se rendre en arrière-boutique pour préparer leurs collations alors qu’elle venait murmurer non loin de son oreille dans un son à peine audible. « Si ça tenait qu’à moi, j’aurais pris le vert. » – en référence à celui qui lui aurait donné envie de passer une nuit torride en sa compagnie. Elle souriait, le regard coquin alors qu’elle venait reprendre une expression plus neutre et douce en ajoutant. « S’il dit vrai, je pense que ses tapis doivent être embaumés d’une potion aussi complexe que l’Amorthensia, si tu veux mon avis. C’est sans doute pour cela que les couples sont friands de cet établissement, en plus de la balade agréable. Cela doit faciliter la tâche des messiers ! » Une petite pique taquine alors qu’elle venait lui offrir son sourire doux et moqueur, le regard brillant d’amusement tant elle était à la fois surprise et charmée par ce qu’ils allaient faire. Cela ne leur ressemblait tellement pas.  

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 2 Déc - 0:36

Noah écoutait amusé le serveur qui semblait se transformer en véritable commercial quand il s’agissait de leur vanter les mérites de ses tapis avec cette assurance négociatrice typiquement arabe. Il échangeait des regards complices avec la jeune femme quelque peu distraite par la situation qui s’offrait à eux par ce marchand de tapis. Il n’écoutait qu’à moitié ses tergiversions sur chacune de ces carpettes en observant doucement sa petite amie du coin de l’œil plus que sur les tapis qui s’étalait devant eux. Il finit par demander l’avis de sa partenaire, car il ne pouvait nullement rendre le choix lui-même tant il se sentait embrouillé et inattentif à cet homme tout comme à ses conseils de séduction. Jane sembla amusée et vint taquiner le professeur que le fait qu’il semblait bien peu concentré. N’avait il pas entendu les caractéristiques de chacun des tapis ?

Elle expliqua que celui qu’elle désignait lui ferait tellement tourner la tête qu’elle voudrait passer une nuit torride avec lui. Il l’observa, un signe de tête approuvant l’idée, un sourire signifiant que c’était bien intéressant. Il sourit tendrement comme elle lui donnait un léger coup de coude et elle vint lui indiquer un autre tapis bleu. Elle lui dit que celui-ci serait si confortable qu’elle voudrait se blottir dans ses bras. Pour un premier rendez-vous, cette finalité lui semblait correcte. Ils devraient prendre celui-ci. Ca convenait à Noah lui la laissa donner le choix à l’employé et celui-ci pris congé d’eux pour les laisser seuls tous les deux. Le professeur de Défense contre les forces du mal se tournait vers son ancienne élève comme celle-ci lui avouait qu’elle aurait prit le vert si ça ne tenait qu’à elle. C’était celui qui promettait la nuit torride. Il la fixa avec douceur, un sourire coquin sur les lèvres, réjoui de l’entendre si malicieuse.

« — C’est vrai que ça paraissait tout particulièrement attrayant. » La jeune femme reprit un air plus sérieux. Elle pensait que si c’était vrai, ces tapis devaient être embaumés d’une potion aussi complexe que l’amortentia à son avis. C’était sans doute pour cela que les couples étaient friands de cet établissement en plus de l’agréable et romantique ballade. Ca devait faciliter la tâche des messieurs. Noah rit tendrement et passa sa main sur les cheveux de la jeune femme en les caressant. Elle devait sans doute avoir raison, c’est ce qui permettait sans doute à l’homme d’être si sur de l’effet de ses tapis, mais l’effet devait s’estomper au fil du temps. Le professeur vint poser ses lèvres sur son front avant de s’exclamer joyeusement.

« — Comme si j’avais besoin de ça ! Je relève le défi du tapis calin… je n’ai de toute façon pas besoin de ce tapis à nuit torride ! Je suis assez confiant de mes talents de séduction. C’est pour les hommes qui ne sont pas sûrs d’eux ou qui veulent coucher facilement, ou qui n’ont pas de charme. Moi je préfère prendre la difficulté. » Assura t’il confiant à sa petite amie, sans doute car il y avait peu de mystère. La jeune femme n’était elle pas déjà sous son charme, les effluves du tapis sembleraient bien superficiel dans leur relation, ce n’était pas un abus de confiance, juste qu’ils avaient prouvé à mainte reprise qu’il pouvait avoir les faveurs de sa protégée sans passée le moindre subterfuge. D’ailleurs la jeune femme le savait, n’était-ce pas ce qui l’avait fait le taquiner ? Il lui assurerait un moment coquin sans soucis. Le jeune homme riait tendrement amusé.

Le serveur revint avec un plateau de boisson et du bout de sa baguette tapota sur le tapis qu’ils avaient choisi en leur assurant que c’était un excellent choix. Le tapis s’éleva et flotta dans les airs pour venir à leur hauteur se présenter à eux. Il ressemblait à un balai au final qui flottait doucement pour les accueillir sur son dos. Noah tendit la main à la cavalière de son rendez-vous comme pour l’inviter à la danse, mais surtout pour l’aider à grimper et s’installer sur le transport magique qui était relativement instable.

« — Mademoiselle ! Je vous prie ! » dit-il à Jane d’un ton serviable et tout à fait galant. Il la laissa prendre appui sur sa main pour s’installer sur leur petit cocon qui accueillerait leur soirée romantique tandis que le serveur leur expliquait comment on dirigeait l’engin. Ce qui n’était pas difficile, il suffisait de tirer le pompon droit ou gauche et lever ou baisser les deux pour l’altitude. Accessible au moindre débutant semblait il. Au bout de deux heures, le tapis reviendrait naturellement au bercail, car leur location était limitée, mais il pouvait rêver avait s’il avait le mal de l’air. Noah ne préféra pas y penser. Quand la jeune femme fut installée, Noah prit place à ses côtés et l’homme sembla ensorceler leur plateau pour qu’il se place comme une table devant eux, volant à quelques centimètres du tapis. Noah profita de la proximité pour passer un bras autour de la jeune fille en exagérant le mouvement, feintant, de s’étirer les bras pour entourer ses épaules l’air de rien le ferait, un homme dragueur. Il laissa sa main autour de son cou sans réaliser que l’homme donnait un coup de baguette sur le derrière du véhicule volant pour le faire démarrer. Celui-ci se dirigea lentement, mais automatiquement semblait-il vers l’extérieur de la tente pour prendre de la hauteur ?

« — Je suis sur que tu as toujours rêvé de faire cela avec moi ! » murmura t’il doucement à l’oreille de la jeune fille avec douceur quoique légèrement taquin. Ses lèvres se trouvaient alors très roche de son oreille.

« — Bien qu’autour de nous, ce n’est certainement pas l’élément qui te fait le plus fantasmé, je me trompe. » Il rit et s’éloigna de la jeune fille, attendant d’être stabilisé pour lui servir le thé, il jeta un regard par-dessus bord pour les voir s’élever dans les airs, le vent qui les frappait lui rappelait vaguement quand il jouait au quidditch.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 2 Déc - 21:47


Quand bien même devait-elle se contenir en public, Jane ressentait une véritable liberté envahir son esprit. Elle n’avait plus besoin de cacher son inclinaison, de faire attention à sa façon de parler à cet homme qui se trouvait à ces côtés. Il était son égal et ce changement bouleversait totalement le rapport qu’ils avaient dû suivre durant toutes ces années où il avait été son professeur. Un statut social qui se trouvait imposant que tous ceux qu’il avait à ses côtés. Cela faisait cinq ans qu’ils s’étaient éloignés l’un de l’autre, du moins véritablement aux yeux des autres. Pouvoir se tenir à ses côtés sans craindre que cela ne lui porte préjudice était une satisfaction profonde pour Jane, qui profitait enfin de ce plaisir de s’afficher à côté de la personne qu’elle avait choisie. Il ne pouvait s’agir que de cet homme tant celui-ci possédant tant d’étiquette à ses côtés. Il était le seul – du moins avec Joaquin – à être parvenu à faire tomber la glace autour de son cœur. Il était le seul être capable de la faire fondre juste par un regard, un sourire. Elle craquait d’autant plus qu’il se trouvait magnifique ce soir, cet ensemble lui saillant parfaitement, mettant en avant ce corps finement sculpté, mais terriblement confortable à caresser. Si ça n’avait tenu qu’à elle, si elle avait pu choisir le tapis qui reflétait au mieux ses pensées, il était évident qu’elle aurait pris le plus envoutant, celui qui lui promettait de passer une nuit torride avec cet homme. Elle en avait envie, elle ne pouvait le nier, mais s’amusait seulement à le taquiner en lui avouant cette envie près de l’oreille.

Cet aveu semblait plaire à son petit-ami qui s’était tourné vers elle pour l’observer en douceur, le regard et le sourire coquin et malicieux. Elle adorait cette expression, le trouvant se charmant. Elle se mordilla la lèvre, retenant son envie de laisser ses lèvres recouvrir les commissures de cet homme. Il répondit favorablement à sa taquinerie et Jane jugea préférable de se concentrer sur ces tapis. Elle ne pouvait pas craquer maintenant, mais elle ne s’empêcha pas de le taquiner de nouveau. Elle n’avait plus à se contenir sur ce point et cette liberté d’action la rendait bien plus malicieuse qu’auparavant. Elle fut ravie d’entendre le rire franc de Noah frôler ses oreilles. Elle l’accompagna tendrement alors qu’elle sentait la main du professeur se glisser sur sa chevelure pour la caresser. Elle le vit se rapprocher, déposer ses lèvres sur son front avec douceur. Un baiser chaste, similaire à tous ceux qu’il lui avait offerts durant l’époque où ils s’affichaient en tant qu’amis. Elle vint sourire à cette marque d’affection alors qu’il lui lançait dans un ton joyeux qu’il n’avait pas besoin de cela. Il allait relever le défi du tapis câlin, car il n’avait de toute façon pas besoin du tapis qui leur promettait une nuit torride. Il avait fort confiance en ses talents de séduction. Des mots qui la firent sourire tendrement, sachant parfaitement qu’il était doué dans ce domaine. Il avait cette aisance merveilleuse d’embraser sa chair en un claquement de doigts.

Il lui annonçait qu’il ne faisait pas partie de ces hommes qui ne sont pas surs d’eux, qu’ils veulent coucher si facilement ou qui n’ont pas de charme. Pour sa part, il préférait la difficulté, mais l’un tout autant que l’autre savait qu’il n’aurait aucune difficulté pour la mettre dans son lit. Après tout n’y avait-elle pas passé de nombreuses nuits, tant et si bien qu’elle portait actuellement sa fille, le fruit de cette relation si particulière qui les liait l’un à l’autre. Il y avait peu de doute sur l’issue de cette soirée, du moins dans leur imaginaire. Elle l’accompagna dans son rire en lui donnant un petit coup de coude dans les côtés en murmurant tendrement : « Tu ne manques pas d’assurance, à ce que je vois. Je prends le pari de te tester. » Sa voix se voulait douce et suave. Elle tira la langue dans un clin d’œil complice tandis que le propriétaire des lieux revenait vers eux. Il les invita à prendre place sur ledit tapis. Noah montant lui tendant la main pour qu’elle le rejoigne. Elle vint prendre place à ses côtés dans un sourire alors que le gérant leur donner ses dernières recommandations. Le tapis reviendrait à la tente d’ici deux heures, ce qui leur laissait le temps d’aller n’importe où en ville. Jane resta silencieuse durant ce moment-là, laissant Noah noter les détails avant de prendre place à ses côtés. Elle vint sourire à son action, sentant son bras se glisser autour de son épaule pour l’inviter à se rapprocher de lui. Cela fit sourire le gérant qui donna un coup de baguette au tapis pour que le tapis s’extirpe de la tente.

L’objet vint se mettre en mouvement et sembla s’envoler dans les airs à une altitude qui les maintenaient au-dessus de la foule. Elle sentit les lèvres de Noah se rapprocher de son oreille. Il lui murmura dans un ton doux qu’il était sûr qu’elle avait toujours rêvé de faire cela avec lui. Elle vint sourire, le regard doux et légèrement fébrile à ces mots. Elle ne s’était jamais imaginé flirter de la sorte avec lui. Elle se l’était toujours interdit, du moins jusqu’à aujourd’hui. Pouvoir le faire embaumait son cœur d’une douce chaleur qui la rendait euphorique, sensible à ce merveilleux souffle contre son oreille. Son attaque taquine la fit rire doucement. Il ne se trompait pas, le tapis n’était certainement l’élément qui la faisait le plus fantasmée. Elle ne répondit rien à cette dernière, laissant son regard amusé observer les traits de cet homme. Il semblait tout aussi ravi qu’elle. Sans doute savourait-il cet instant avec le même bonheur qu’elle éprouvait ? C’était ce que ses traits lui disaient, lui avouait silencieusement. Elle le vit s’éloigner d’elle pour profiter du frôlement du vent contre leurs peaux. Elle fit de même, ayant l’impression de se trouver sur son balai magique, à la différence qu’elle était sagement assise en tailleur sur un tapis qui voguait au-dessus des ruelles de la ville. Elle laissait son regard voguer sur les différentes bâtisses, souriant à cette vue qui s’offrait.

« La vue est très appréciable d’ici. On pourrait même croire que nous sommes des dieux. » Lança-t-elle dans une voix douce, le regard brillant avant d’ajouter. « Un peu à l’image de ce que nous voulons devenir, ne penses-tu pas ? » Elle laissa ses doigts caresser doucement la cuisse de son amant dans un geste innocent, mais complice. Elle profita de leur proximité pour venir glisser ses lèvres contre sa joue, qu’elle embrassa tendrement en venant la caresser du bout de son nez. Son action se voulait terriblement tendre alors qu’elle murmurait près de son oreille. « Où allons-nous, très cher ? Il me semble que vous devez me séduire. J’espère que tes capacités vont au-delà de mes espérances. » Elle rit doucement alors qu’elle venait de nouveau s’éloigner de lui, le regard taquin, sa main appuyée légèrement sur sa cuisse comme un appui.


THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Sam 13 Déc - 23:11

C’était comme s’il commençait une nouvelle histoire, il y avait en tout ça cette effervescence-là en son âme qui s’agitait d’excitation et de joie. L’exposition progressive de leur couple et ‘arrivée prochaine de leur enfant provoquait un bouleversement dans leur quotidien et dans leur relation que le professeur était heureux de voir arriver et ravi d’atteindre ces étapes dans leur relation qui durait depuis si longtemps. Cette soirée dénotait de ce qu’ils avaient toujours vécu tous les deux, de ce qu’ils n’avaient jamais imaginé vivrés ensemble, car le romantisme ne coulait pas dans leur veine. Noah était fait d’ambition et de passion. Jane lui était essentielle, importante et même si ce genre de sortie se trouvait insolite pour eux deux, mais il ne trouvait pas cela déplaisant d’autant plus qu’il pouvait profiter de sa présence enfin, de la compagnie qu’elle lui portait de manière bien plus intime qu’ils n’en avaient eu l’opportunité jusqu’alors en public. Quel bonheur qu’elle ne soit plus son élève, qu’ils aient décidé de révéler au monde leur relation. Il s’envolait sur un tapis volant prenant de la hauteur, mais l’homme assurait avec certitude que ce ne fut pas là ce qui faisait le plus rêver la jeune femme. La vue sur Wincap qui s’offrait à eux était presque magique, mais le regard de Noah préférait se perdre sur Jane qui lui semblait bien plus irréelle et il ne doutait pas que l’inverse était tout aussi vrai. Il profiterait de ce voyage auprès d’elle, de ce temps romantique et doux en rêvant, en cherchant l’intimité que tous deux savaient si bien partager.

Le vent les caressait agréablement comme sur un balai quoi que plus lent et faisait voler ses cheveux joliment autour d’elle. Elle sembla apprécier elle aussi la vue qu’on leur donnait et la sensation que leur donnait le tapis. Elle l’avoua e venant constater que la vue était appréciable d’ici, ils pourraient même se croire des dieux. Il sourit doucement à cette remarque, sachant que leur ambition le trainait vers cette omniscience, ce pouvoir qu’offrait le vol dans les airs. Elle-même fit le rapprochement avec ce qu’ils se préparaient à devenir un jour, un couple qui s’étendrait sur ce monde et cette ville par extension. Elle dit cela et lui demanda son avis en caressant sa cuisse avec douceur et complicité, un contact qui lui plaisait grandement. Elle embrassa sa joue avec tendresse profitant de la proximité entre eux deux. Il se laissa faire évidemment, appréciant le geste de la jeune femme, espérant presque un peu plus comme il gagnait en hauteur.

“— Il faudra que je pense à acheter un tapis volant alors quand on y sera ! Histoire qu’on puisse nous voir partout en bas et regagner comme telle. Qu’en penses-tu ? Quoiqu’on nous l’offrira !” Malgré son air amusé, l’homme considérait sérieusement cette idée qui lui semblait plutôt attrayante. Quelque part il considérait Jane et lui, l’enfant qu’elle portait à cette place si haute et celle-ci leur reviendrait. Il était donc naturel que quoique symbolique, le tapis volant s’apparentait à une représentation du pouvoir qu’ils exerceraient un jour. Puis c’était pratique. Elle lui demanda où ils allaient. Il lui semblait qu’il devait la séduire, elle espérait que ses capacités allaient au-delà de ses espérances. Sur ce mot elle s’éloigna légèrement de lui, abandonnant sa joue, mais en gardant sa main sur sa cuisse l’air de rien, comme s’il était naturel de s’y appuyer. Noah se pencha tendrement vers l’oreille de sa bien-aimée Jane pour venir murmurer à celle-ci d’une voix douce.

“— Je t’aurais bien emmené dans les black mountains, au-dessus des nuages, la ou on a une vue sur les plus hauts sommets enneigés, la ou il fait si froid que je me devrais de te serrer dans les bras pour te réchauffer, de te couvrir de mon corps pour te rappeler le gout de la chaleur.” Il rit doucement en venant mordiller très doucement le lobe de la jeune femme, un sourire coquin au lèvre et le regard malicieux comme ses paroles rappelaient tout le désir qu’il possédait pour la jeune femme. Cependant, il s’éloigna de la demoiselle, enfin juste afin de reprendre une place un peu moins intime et une posture qui correspondait plus à ce qu’on attendait d’eux et d’un nouveau couple.

“— Toutefois, je pense que ce serait un peu trop pour un premier rendez-vous ! Ne crois-tu pas ? Je ne voudrais certainement pas passer pour un pervers auprès de toi et que tu ne veuilles plus jamais me revoir. Je ne peux pas prendre ce risque, n’et ce pas ! D’autant plus que tu portes ma fille à présent.” Il sourit tendrement en lui faisant un léger clin d’œil complice et amoureux avant de répondre plus sérieusement.

“— Je dois bien avouer que j’ai honte de ne pas trouver de meilleure idée qu’un coucher de soleil sur la mer avec la vue de celui-ci tombant sur la ville. C’est sans doute un peu idiot, mais je ne vois rien d’autre qui peut équivaloir à ta beauté, sans quoi je n’ai nul besoin de détourner mon regard de toi pour monter sur ce tapis. Je veux nous trouver un endroit isolé du monde avec une vue sublime, alors nous allons filer vers l’est et la mer pour admirer ce spectacle romanesque. J’espère que ça t'enchantera tant que tu me laisseras la chance de t’épater plus encore. Je prends le pari en tout cas.” Il eut un doux sourire pour sa petite amie, la femme de sa vie et embrassa tendrement sa joue avant de prendre les commandes vers l’est. Il caressa doucement son épaule avec tendresse la massant légèrement pour la détendre un peu quoi qu’elle ne semble pas stressée. Il se sentait bien si haut, il avait envie de la séduire, de lui faire tourner la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Lun 15 Déc - 18:44


Elle se sentait bien à ses côtés. Elle avait toujours éprouvé une immense satisfaction lorsqu’elle se trouvait près de cet homme. Il éveillait tant de bien-être en son âme lorsqu’il se tenait là contre elle. Elle était sur son petit nuage – c’était vraiment le cas de le dire – tant elle se sentait légère en sa compagnie. Elle n’avait pu s’empêcher de le taquiner, d’humeur joueuse et amoureuse. Un sentiment qu’elle avait avoué malgré elle, quelques semaines auparavant, quand bien même cet homme ne devait avoir aucun doute sur l’affection qu’elle lui portait. Elle-même n’avait point de doute sur la tendresse qu’il lui témoignait, faisant d’elle l’unique femme qu’il considérait avec tant d’égard. Il l’avait choisi et cette pensée suffisait amplement à la glorifier, d’autant plus avec cette liaison qu’ils pouvaient enfin clairement dévoiler en public. C’était si plaisant pour son cœur, son âme. Elle profitait de cette soirée avec émerveillement et agissait naturellement, sans tabou avec cet homme, libérée de cette angoisse permanente que leur relation ne soit dévoilé, jugée et discriminée.

Noah répondit favorablement à ses taquineries. Il lui fit part qu’il devrait penser à acheter un tapis volant lorsqu’ils y seraient à la tête du monde. Ainsi, il serait possible de les voir d’en bas et regarder tels des dieux. Elle vint rire doucement, charmée par cette idée forte flatteuse. « Je pense qu’on nous l’offrira si on s’y prend à la perfection. » Répondit-elle à sa question dans un clin d’œil. Ils semblaient tous les deux plaisantés, mais l’idée était intéressant et à considérer dans le futur. Quoi qu’il en soit, ce soir, il avait pour mission de la séduire. Après tout, n’était-il pas celui qui avait énoncé clairement ses desseins à ce propos ? Elle le mettait donc de nouveau au défi, lui rappelant que sa proposition n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde. Elle s’était donc éloignée de lui, laissant sa main tout de même appuyée contre la cuisse de son amant dont le bout des doigts caresser le tissu sur lequel ils étaient déposés.

Elle sentit Noah se pencher doucement vers elle, murmurant au creux de son oreille qu’il l’aurait bien emmené dans les Black Mountains, au-dessus des nuages pour avoir une vue sur les plus hauts sommets enneigés de l’île. Là-bas, il ferait si froid qu’il devrait la serrer dans ses bras pour la réchauffer, la couvrir de son corps pour lui rappelait le gout de la chaleur. Des paroles prometteuses qui ne pouvaient que l’enchanter et l’envouter, d’autant plus soufflées dans un ton si doux et cocasse. Elle vint rire avec lui, le cœur léger, troublé par le mordiller des lèvres contre le lobe de son oreille. C’était fort agréable. Elle s’en mordit les lèvres, le sourire tout aussi coquin que celui qu’elle apercevait sur les commissures de son amant avant qu’il ne s’éloigne de nouveau. Il reprit une position moins intime, plus conventionnelle en lui avouant qu’il pensait que ça serait un peu trop pour un premier rendez-vous.

Il lui demanda son avis, lui assurant qu’il ne voudrait certainement pas passer pour un pervers auprès d’elle et qu’elle ne veuille plus jamais le revoir. Il ne pouvait pas prendre ce risque, d’autant plus qu’elle portait sa fille désormais. Elle souriait, terriblement amusée et vint même rire tendrement de façon dépitée. « Comme si ça pouvait me venir à l’esprit… Enfin… sauf si tu ne satisfais pas mes attentes. Je suis très gourmande, au cas où tu ne le saurais pas ! » Elle ponctua ses mots par un clin d’œil taquin alors qu’il venait reprendre la parole.  Il avait un peu honte de ne pas trouver de meilleure idée qu’un coucher de soleil sur la mer avec la vue de celui tombant sur la ville. C’était sans doute un peu idiot, mais il ne voyait rien d’autre qui pouvait équivaloir à sa beauté. Des paroles ô flatteuses qui rendirent son regard plus flamboyant et doux. Il voulait leur trouver un endroit isolé du monde avec une vue sublime. Ils allaient donc filer vers l’est de la mer pour admirer ce spectacle romanesque, qui l’enchanterait tellement qu’elle lui laissera la chance de l’épater plus encore. Du moins, il prenait le pari dans tous les cas.

Que pouvait-elle répondre à cette merveilleuse déclaration ? Elle était toute disposée à le suivre après de tels aveux. Elle vint sourire lorsqu’elle sentit les lèvres de son amant se poser sur sa joue avant qu’il ne reprenne les commandes du tapis, sa main massant doucement ses épaules avec tendresse. Elle se sentait bien, appréciait résolument la tendresse de son compagnon. « Nous verrons bien. » Le taquina-t-elle avec douceur alors qu’elle lui offrait son plus beau sourire. Ils voguèrent donc au travers de la ville, Jane profitant de la vue qui s’offrait à elle, toujours en appui sur cette cuisse qu’elle caressait. Ils traversèrent une grande partie de la ville avant de voguer au-dessus de la plage, la mer. Ils s’éloignèrent paisiblement du rivage pour se perdre au milieu de nulle part. Cette pensée avait un gout euphorisant et libérateur. Elle lui souriait doucement en murmurant. « Eh bien, nous voilà seuls au monde, je crois. On a toute la mer pour nous. » Elle lui fit un clin d’œil alors qu’elle venait presser sa main contre sa cuisse en venant lui embrasser la joue.

« La vue est magnifique. C’est vrai que ce serait presque romantique. Ce n’est pas un mal. Après tout, cela est intéressant de voir quel homme romantique, tu peux être. Je connais l’homme fougueux, mais j’avoue que j’ai toujours adoré, l’homme sensuel et érotique, qui juste par son toucher me rend dingue. Enfin, je crois que tu ne l’ignore pas. D’autant plus que si mes souvenirs sont bons, tu veux m’épater. Il va falloir mettre toutes les chances de ton côté, ne penses-tu pas ? » Elle ria doucement en venant caresser de nouveau sa joue de son nez, déposant son front contre elle pour s’enivrer de sa présence. Elle se sentait bien contre lui, qu’elle se laissait aller, savourant cet euphorie qui l’étreignait.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Sam 20 Déc - 23:34

Sur le tapis volant, le vent les enveloppant et la distance avec la terre lui donnaient un sentiment de douce intimité avec Jane qui lui plaisait grandement. Il aimait le temps passer seul avec Jane même s’il avait vraiment eu peu d’occasions de sortir tous les deux comme ce soir comme ils avaient longtemps caché leur relation aux yeux du monde et ce n’est qu’amicalement qu’ils se présentaient aux yeux du monde. Mais à présent qu’il parcourait le ciel de la capitale sorcière, il le faisait comme un couple enfin, même comme un tut nouveau coule, ça convenait à Noah. Il voulait donc faire cette sortie mémorable, marqué leur nouvelle vie à deux dans un voyage qu’elle n’oublierait pas. Il désirait l’éblouir, mais lui avoua qu’il n’avait qu’une idée bien stéréotypée et peu originale pour la séduire, mais il pensait que ce spectacle lui conviendrait, car il se devait d’être à la hauteur de Jane, de cette fille qu’il aimait et à qui il voulait offrir le monde qui les sous-plombait. Il prit donc la direction de l’est après un doux baiser sur la joue merveilleuse petite amie.

Il conduisait d’une main, l’autre caressait avec amour l’épaule de la demoiselle comme pour la réchauffer. Elle lui dit qu’ils verraient bien si son pari était gagné. Il sentit la pointe de taquinerie qui le fit doucement sourire dans la voix de Jane. Elle caressait sa cuisse tandis que le paysage sous leur nez changeait doucement de la ville éclairée à la plage puis la mer d’un bleu si intense à perte de vue comme il s’éloignait du rivage. Elle dit d’une voix enjouée qu’ils se trouvaient à présent seuls au monde, ils avaient toute la mer pour eux deux. Il la vit faire un clin d’œil comme elle s’approchait de lui pour lui embrasser la joue tout en pressant un peu plus sa cuisse dans un geste sensuel et envoutant, séductrice. Elle constata que la vue était magnifique, cela en serait presque romantique. Ce n’était pas un mal, après tout c’était intéressant de voir quel homme romantique il pouvait être. Noah eut un sourire tendre et amusé.

Elle expliqua qu’elle connaissait l’homme fougueux, mais elle avouait qu’elle avait toujours adoré l’homme sensuel et érotique qui la rendait dingue par son simple toucher. Enfin elle ne pensait pas qu’il l’ignorait. En effet, il en était bien trop conscient tant il ne s’était jamais privé de profiter de cette faiblesse, qu’il possédait aussi, en l’unique présence de sa belle protégée. Elle ajouta en riant que si ses souvenirs étaient bons, ils voulaient l’épater. Il allait falloir qu’il mette toutes ses chances de son cotes, ne pensait il pas. Il rit doucement, la sentant aussi ravie que lui à ses côtés comme elle déposait son visage contre sa joue, s’y blottissant tendrement. Le jeune professeur la serra contre lui et tourna légèrement pour lui embrasser la tempe dans un geste affectueux envers la mère de son futur enfant sans la moindre retenu comme ils étaient à présent loin de la civilisation.


« — Eh bien, quelle petite coquine tu fais là. J’admets que j’en avais bien conscience que je t’émoustillais au moindre toucher et ça me rend très fier et dingue d’avoir ce pouvoir ! Mais soit, ce soir je serais le plus romantique des amants, comme tu ne m’as jamais vu. Un digne père et compagnon qui fait rêver sa femme, et pas seulement par une nuit torride, quoique je ne suis pas contre cette finalité. Que penses-tu que ce soit mon cadeau si j’arrive à faire chavirer ton cœur. »
Il rit tendrement tandis qu’il disait cela à Jane d’une voix suave et séductrice. Il avançait sur la mer à une allure de croisière relativement lente qui leur permettait de profiter de ce beau paysage bleu et immense qui s’offrait à eux. Il caressait tendrement son épaule. Avec son autre main, grâce à sa baguette magique, il fit apparaitre un bouquet de roses rouges et blanches à mille lieux sur les mers. Il les tendit à la femme à ses côtés.

« — Alors je suppose que je n’ai pas commencé par le début de la galanterie pour une sortie à deux, mais voilà pour toi, le rouge c’est pour la passion et le blanc pour la pureté, quoique ce n’est pas très vraisemblable comme tu portes déjà mon enfant. Mais… » il posa une main sur le ventre de Jane et y déposa ton regard pour lui parler « je ne fais pas souvent des cadeaux à ta maman, ce qui n’est pas correct, car c’est une reine, alors c’est comme pour rattraper le temps perdu. » Il leva le regard vers elle avant de venir déposer un baiser sur ses mignonnes lèvres, furtif et doux. « J’ai drôlement manqué à mon devoir de petit ami toutes ses années à ce propos, j’espère que tu ne m’en tiendras pas trop rigueur. N’oublie pas que je t’offrirais le monde un jour. » Il sourit tendrement à Jane et se reposa à ses côtés en prenant une tasse pour boire un peu. Il lui souriait tendrement, le regard séduit et épris pour sa jeune femme, sa protégée. Sa main la caressait tendrement, il profitait de cet instant à ses côtés qui le rendait si comblé, si joyeux. Il aimait être en sa compagnie, l'avait toujours apprécié et jour après jour, l’émerveillait plus encore. Jane était sa reine, sa muse, celle pour qui il construirait un monde merveilleux. Pour elle et leur fille, elle devait en être sure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Lun 22 Déc - 14:25


Loin du monde, enfin libérée des chaines dont elle était prisonnière depuis des années, Jane savourait pleinement l’euphorie qui gagnait son cœur. À partir d’aujourd’hui, elle n’aurait plus à contenir ses émotions, son envie de venir se blottir dans les bras de cet homme qu’elle chérissait si profondément. C’était une telle délivrance pour l’Américaine, qui avait attendu ce moment-là depuis tant d’années. Quand bien même s’était-elle habituée à se cacher, pouvoir se débarrasser de cette frontière aux yeux des autres n’avaient pas de prix. Bien sûr, agir de façon naturelle avec lui demanderait un petit temps d’adaptation, mais à cet instant, elle était avec lui et personne d’autre, ne pourrait les observer. Elle laissait donc ses émotions la guider, envahir ses sens tandis qu’elle humait l’odeur si particulièrement et enivrante de cet homme. Il provoquait tant de bien-être en elle. Elle succombait totalement à lui, aussi fortement que par le passé. Après tout, il était le père de l’enfant qu’elle portait et cette vérité exultait tous ses sens, son cœur d’un bien-être profond. Elle n’aurait pas souhaité un autre homme que lui.

Elle ne se gênait pas pour le taquiner, aimant particulièrement cette légèreté et insouciance dans leurs mots. C’était rafraichissant et le rire doux qu’exprimait Noah ne pouvait qu’envelopper son cœur d’une douce chaleur. Elle souriait attendrie, savourant le baiser de l’Américain contre sa tempe dans un geste affectueux. Elle rit finement à sa remarque, admettant elle-même être une petite coquine, ce dont il ne s’était jamais plains à sa connaissance. Dans une voix légère et douce, il avoua qu’il avait bien conscience de l’effet qu’il avait sur elle, ce dont il était très fier et résolument dingue de posséder comme pouvoir. Seulement, il acceptait le pari et serait le plus romantique des amants. Elle sourit de toutes ses dents, trouvant l’idée si diamétralement opposée à cet homme, quand bien même l’était-il toujours un peu dans sa manière de la considérer de façon si unique parmi tous les gens qui l’entourait. Elle s’en sentait si fière, si puissante également. Il lui souffla dans un ton suave qu’il allait être un digne père et compagnon qui fera rêver sa femme.

Elle souriait d’autant plus fière à ces mots, sentant son cœur battre vivement dans sa poitrine. Ce qualificatif ne pouvait que la remplir de bonheur tant celui-ci ne se trouvait nullement anodin. Elle s’en mordillait les lèvres, sentant le rouge lui monter aux joues tant l’émotion était forte. Noah continuait sur sa lancée, lui soufflant qu’il ne le serait uniquement pas pour une nuit torride, quand bien même n’avait-il rien contre cette finalité. Elle riait de nouveau, lui lançant un regard complice alors qu’il lui demandait son avis sur la question, si elle acceptait que ce soit son cadeau s’il arrivait à faire chavirer ton cœur. Il riait avec elle. « Comme si tu pouvais en douter. Tu dis toi-même connaitre le pouvoir que tu as sur moi. Quoique je puisse te donner tort, qui sait ? » Lança-t-elle en lui faisant un clin d’œil charmeur alors qu’ils continuaient leur avancée sur la mer, qui s’alignait à perte de vue. Il caressa son épaule tandis que de son autre main, il faisait apparaitre un bouquet de roses blanches et rouges.

Elle en riait tendrement en lui lança un regard charmé. Elle ne pouvait nier être sensible à cette action qui montrait ô combien le futur père jouait pleinement son rôle de séducteur romantique. Noah reprit sa sérénade romantique en lui murmurant qu’il n’avait pas commencé par le début de la galanterie pour une sortie à deux, mais il lui offrait ce bouquet de roses pour la passion et pour la pureté, quoique ce ne fût pas vraisemblable puisqu’elle portait déjà son enfant. Elle souriait amusée et attendrie en le voyant poser sa main sur son ventre avec douceur, comme pour établir le contact avec le frêle petit être qui s’éveillait en elle. Il murmura qu’il ne lui faisait pas souvent des cadeaux, ce qui n’était pas correct, car elle était une reine alors cette soirée était là pour rattraper le temps perdu. Ces mots la touchaient inévitablement. Elle les savourait avec douceur et émoi, le regard brillant d’attention alors qu’il relevait son visage vers le sien pour déposer un baiser furtif et doux sur ses lèvres. La suite de ses mots ne pouvait que la rendre d’autant plus charmée par cet homme. Il avait manqué à son devoir de petit-ami durant toutes ces années à ce sujet. Il espérait qu’elle ne lui en tiendrait pas trop rigueur, car elle ne devait pas oublier qu’il lui offrirait le monde un jour. Comment pouvait-elle l’oublier ? Elle souriait tendrement alors qu’elle venait glisser sa main sur les traits du visage de son amant lorsqu’il vint finir sa tasse.

« Tu as de la chance, je suis une femme très patiente… du moins pour cela. Tu m’offres un trésor bien plus merveilleux que des milliers de cadeaux, et ce, depuis le jour où tu m’as fait devenir une femme. Je suis ta reine… » Susurra-t-elle dans un regard brillant avant de venir embrasser furtivement ses lèvres avec une passion et une douceur infinie. Un contact qui dura un bref instant alors qu’elle venait s’éloigner de lui, son regard rencontrant un ilot non loin d’eux. « On peut s’arrêter sur cette île ? J’ai envie de me dégourdir un peu les jambes. » Murmura-t-elle doucement sans appuyer son interrogation. Cela sonnait plus comme une affirmation et Noah ne manqua pas de répondre favorablement à sa demande. Il guida donc le tapis volant vers cette petite île où ils s’arrêtèrent. A quelques centimètres du sable de cette terre, elle vint retirer ses escarpins pour retrouver la chaleur tiède de ce sol qu’elle parcourra doucement en reprenant l’équilibre. Quand bien même avait-elle été une joueuse de Quidditch relativement douée, il n’en restait pas moins que le retour sur le sol après un long moment demandait un peu de prudence. Elle avança donc sur la plage, une de ses mains toujours occupées par le bouquet de fleurs que son amant lui avait offert.

Elle s’approcha du rivage, laissant ses jambes retrouver la moiteur du sable mouillé et du mouvement des vagues s’échouant contre elle. Elle finit par se tourner vers Noah, remarquant que le regard de celui-ci la fixait avec intérêt et douceur. Elle lui souriait donc de façon douce et spontanée, murmurant : « Tu viens ? J’ai un peu froid sans toi. » Une petite remarque taquine qui la fit rire finement alors qu’elle venait avancer à reculons sur la plage, attendant patiemment qu’il vienne la rejoindre.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mer 24 Déc - 0:18

Ce petit voyage était fort agréable en la compagnie de la jeune femme qui avait tant d’importance à ses yeux. Il s’amusait à la séduire comme si ce fut leur première sortie ensemble, comme s’il n’y avait pas entre eux cette histoire d’amour qui durait depuis des années, tout en se montrant tout particulièrement attentionnée à son égard. Elle était à présent la mère de son enfant. Un honneur pour chacun d’entre eux que cette petite vie qui évoluait au creux du corps de sa petite amie. Il était fier et honoré de cette vie qui prenait forme en cette femme. Il se devait donc de prendre soin de celle qui portait cet enfant, réalisant qu’il avait manqué à son devoir à ne jamais lui offrir de cadeaux en dehors de son anniversaire. Toutefois, c’était bien anodin dans leur histoire si merveilleuse qu’ils avaient construit tous deux depuis si longtemps. Il riait tendrement, mais Jane lui accorda qu’il était bien chanceux, car elle était une femme très patiente du moins pour cela. Il était vrai qu’elle ne s’était jamais montrée très quémandeuse et ne lui avait reproché son manque de générosité. C’est qu’il ne manquait pour elle ni d’attention, ni de passion qui comblait leurs âmes à tous les deux. Elle lui expliqua qu’il lui offrait un trésor plus merveilleux encore que des milliers de cadeaux, et ce depuis le jour ou il l’avait fait devenir femme. Elle était sa reine. Noah sourit tendrement. C’était exactement le cas, elle était sa reine et dès qu’il l’avait rencontré, il avait su qu’elle comblerait sa vie d’une joie immense. Elle embrassa ses lèvres furtivement et il fut heureux de répondre avec tout autant de passion et de douceur à ce tendre élan d’affection même s’il fut à son gout bien trop court.
Jane lui demanda s’il pouvait s’arrêter sur cette petite ile qui se présentait sous leurs yeux comme un petit paradis au milieu de l’eau. Elle avait envie de se dégourdir un peu les jambes. Il sourit, il devait bien avouer qu’il devenait lui aussi un peu impatient de retrouver la terre ferme. Il guida donc le tapis vers ce petit ilot qui gisait dans ce décor bleu comme une arche de Noé. Le jeune homme mena le tapis volant vers une descente tranquille et confortable pour s’arrêter à quelques centimètres du sable fin de la plage qui s’offrait à eux.

Il descendit du tapis, ôtant ses chaussures pour laisser ses pieds nus rejoindre la chaleur du sable, appréciant le contact ruisselant de ses grains dorés sous la plante de ses pieds. Il l’observa marcher vers le rivage, ses yeux se posant sur l’étendue marine au doux vague clapotant et l’air vigorifiant. Il la regardait tendrement, cette silhouette féminine qui avait toujours marqué son âme, la couvrant de cette douceur dans son regard qu’il n’accordait qu’à cette demoiselle élue. Elle se tourna légèrement vers lui, souriant pleinement à son intention. Elle lui demanda de venir, car elle avait un peu froid sans lui. Il rit tendrement à cet appel qu’elle émettait, clarifiant clairement ses attentions. Il la vit reculer dans les vagues et se précipita vers elle comme s’il avait été là le signal qu’il attendait.

Noah se faufila dans son dos pour la recevoir dans ses bras et l’enlacer tendrement, les pieds dans l’eau, il serra son corps entre ses bras. Le professeur laissa son regard s’étendre vers la mer, déposant son menton contre le cran de sa petite amie avec tendresse et douceur. Il embrassa avec cette même tendresse ses cheveux qui s’étalaient sous son visage. Il caressa tendrement les mains de Jane qu’il prit dans les siennes pour les unir dans des gestes remplis de tendresse et de douceur à l’engarde de cette demoiselle qu’il aimait tant. Il aimait sentir ce corps féminin entre ses bras, doucement emprisonnés entre ses bras comme un objet lui appartenant avec toute cette affection. Il jouait de ses pieds pour l’arroser, s’amusant joyeusement éclabousser Jane de cette fraiche eau qui gardait leur cheville. Il riait tendrement, joyeux par cette proximité et cette complicité qui régnait entre-deux qui rendait le temps à ses cotés si plaisant.

« — As-tu toujours aussi froid, ma belle Jane. Je ne demande rien d’autre qui a de réchauffé de mon corps, j’en serais comblé, car il me semble te sentir frémir sous mes bras. Il serait fort dommage que tu tombes malade, je ne me le permettrais pas, il faut que tu sois en pleine forme. » Il sourit tendrement et vint embrasser un peu de Jane avec un grand intérêt et une grande douceur comme il retrouvait avec bonheur le gout de cette peau. Il redécouvrait avec candeur l’odeur et le gout salé de cette délicieuse peau tendue sous ses lèvres gourmandes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mer 24 Déc - 13:28



La découverte de cet ilot sur leur route leur offrait une merveilleuse possibilité de retrouver la terre ferme. Quand bien même avait-elle apprécié de voguer sur ce tapis volant durant cette dernière heure, elle ne pouvait nier que la terre ferme était tout aussi agréable. D’autant plus qu’ils se trouvaient seuls sur cette petite île perdue au milieu de la mer qui entourait la création magique. Les créateurs avaient songé au moindre détail pour offrir à leurs habitants un cadre de vie exceptionnel. Elle ne regrettait pas d’être venue dans cette capitale, d’autant plus que cette nouvelle vie en ces lieux lui offrait des perspectives d’avenir qu’elle n’avait nullement rêvé d’avoir. C’était un véritable enchantement pour son cœur, son âme d’être en mesure d’offrir la vie à ce petit être qui somnolait et grandissait en elle. Un accident qui avait modifié son rapport avec l’homme qui se trouvait face à elle leur avait permis de devenir ce qu’ils étaient depuis des années, et ce aux yeux de tous. Elle ne pouvait donc qu’être particulièrement enchantée par cette nouvelle vie qui s’annonçait pour eux. Elle avait confiance en cette dernière et profitait donc du bien-être que ses rencontres avec Noah lui procuraient.

Le contact frais de l’eau qui s’échouait contre ses chevilles venait la faire délicatement frissonner. Il faut dire qu’ils se trouvaient au mois de novembre et que les nuits se trouvaient particulièrement fraiches, d’autant plus lorsqu’on se trouvait dans une atmosphère humide. Elle avait donc invité son compagnon à venir la rejoindre, le taquinant sur la fraicheur de la nuit et son besoin de retrouver la chaleur de ses bras. Elle se trouvait joueuse également, venant s’éloigner de lui en reculant sur le sable, s’attendant à tout instant qu’il s’élance à sa rencontre. Il le fit dans un rire en écho au sien. Elle chercha faussement à se défaire de son attaque sans y mettre tout son acharnement. C’est à peine si elle fit l’effort lorsqu’après quelques enjambées il l’avait pratiquement rejoint. Il se faufila naturellement dans son dos pour la recevoir dans ses bras, l’enlaçant avec cette douceur qui le caractérisait tant. Elle se laissa faire sans se dépendre, appréciant la chaleur de cet homme la couvrir de sa présence. Elle souriait tendrement observant la mer face à elle alors qu’elle pouvait sentir les lèvres du professeur embrasser sa chevelure. Il caressait tendrement ses mains qu’il prit dans les siens.

Elle se laissa faire, le cœur battant promptement dans sa poitrine. Elle appréciait résolument la tendresse de cette étreinte, de ces caresses qu’il prodiguait à ses phalanges. C’était si délicieux, cette félicité qui l’étreignait si naturellement avec lui. D’humeur taquine, elle le sentait jouer de ses pieds pour arroser ses jambes, s’amusant joyeusement à l’éclabousser. Malgré la fraicheur de l’eau, cela amusait la jeune femme qui souriait d’autant plus tendrement. Il lui demandait si elle avait toujours aussi froid. Le surnom qu’il lui attribua ne put que la faire sourire d’autant plus tant elle y était sensible. Il ne demandait rien d’autre que de la réchauffer de son corps. Il en serait même comblé, car il la sentait frémir sous ses bras. Comment rester insensible à cette voix si suave contre son oreille, la chaleur de ces bras qui venaient approfondir leur poigne avec douceur autour de son corps ? Elle aimait tant cet homme que sa peau, en manque, ne pouvait que le réclamer. Il lui souffla qu’il serait fort dommage qu’elle ne tombe malade. Du moins, il ne le permettrait pas, car elle devait être en pleine forme. Elle souriait tendrement à ces mots en se pinçant la lèvre.

Elle pouvait sentir les commissures de son amant se déposer au creux de sa nuque. Un contact délicieux qui la fit immédiatement réagir. Elle était sensible de la nuque et son amant en avait parfaitement conscience, sachant allumer son ambition avec tant d’aisance. Elle pencha délicatement la tête sur le côté pour profiter des bienfaits du frôlement doux et intéressé de cette bouche humide qui la couvrait de sa présence. Elle savourait ces contacts, sentant sa respiration s’accélérer doucement alors qu’elle subissait l’appétit peu à peu avide de ces lèvres contre sa peau. Elle l’entendait inspirer profondément, s’enivrant de son odeur en continuant ces douceurs. Ses lèvres se baladaient sur sa nuque venant retrouver le dessous de son oreille pour venir mordiller sa peau, son oreille. Elle sentit son cœur s’emballait d’autant plus alors qu’elle fermait les paupières pour profiter de ce contact envoutant. Il était si doué pour éveiller son désir, cette chaleur en elle. « Cela va légèrement mieux en effet… » Souffla-t-elle dans une voix courte alors qu’elle inspirait profondément pour tenter de garder ses pensées saines, en vain. « Mais je crains que je doive réclamer tes bienfaits. Il fait très frais et cette eau est bien glaciale. Tu sembles très doué pour réchauffer. Après tout, tu sembles disposé à le faire, non ? Ne viens-tu pas de me le proposer si aimablement ? » Elle souriait à ces mots alors qu’elle venait glisser une de ses mains le long du bras de Noah pour rejoindre la nuque de cet homme.

D’une douce pression, elle l’invita à se pencher au-dessus de son épaule alors qu’elle venait lui voler un doux baiser. Un baiser furtif qu’elle vint réitérer avec tendresse et sensualité, goutant délicatement ces commissures avec intérêt. Elle laissait ses lèvres effleurer ses comparses, se mêler à elles dans de légères étreintes, qui se firent peu à peu plus gourmandes. Elle laissa sa langue s’inviter, gouter la saveur de cette bouche, venir récupérer son acolyte. Ses baisers se firent moins innocents, plus gourmands et langoureux. Tout en venant l’embrassant de façon sensuelle et intime, elle pivota contre lui pour laisser sa poitrine retrouver la chaleur du torse de son amant alors qu’elle venait glisser sensuellement ses bras autour de sa nuque alors qu’elle se mît sur la pointe des pieds pour se trouver plus ou moins à sa hauteur. Elle ne quittait pas ses lèvres, si ce n’était pour respirer, susurrant contre ses commissures : « Tu penses pouvoir faire quelque chose pour moi, Noah ? » Une petite pique taquine qu’elle prononça dans un petit sourire coquin, le regard brillant de tendresse. Elle n’avait aucun doute qu’il saurait bien la traiter. Il savait tant la combler, la réchauffer par ses mots, ses caresses. Tout allait être merveilleux.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 1 Jan - 21:13

La vue était belle depuis cette ile secrète. Il embrassait tendrement le cou de la jeune femme en profitant de cette jolie perspective bleutée. La ville de Wincap se détachait dans ce paysage uniforme laissant découvrir les toits de la ville sorcière sous le ciel qui se parait de lumière crépusculaire. Le professeur aimait serrer ce petit corps contre lui, la câlinant tendrement en l’embrassant pour profiter de sa présence contre lui. C’était si agréable, la retrouver et la garder contre lui l’enchantait. Il partageait avec elle la chaleur qu’elle dégageait, car elle se plaignait d’avoir froid. Il adorait maintenir cette femme, sentir sa présence entre ses bras. Ça le rendait vraiment heureux de pouvoir partager ce rendez-vous, cette intimité et cette romantique sortie avec celle qui allait bientôt devenir la mère de son enfant. Elle était une demoiselle si importante, si essentielle à sa vie à présent. Leur relation prenait un nouveau tournant, un tournant inespéré, mais merveilleux pour le professeur de défense contre les forces du mal.

Il venait réchauffer la demoiselle, connaissant parfaitement les points sensibles de sa petite amie. Il déposait de doux petits baisers pour la rendre d’autant plus fébrile. Lui se trouvait de plus en plus gourmand pour le cou et le corps de la jeune femme, se baladant tendrement contre elle, avec grand plaisir sur son cou, son oreille qu’il s’amusait à mordiller avec tendresse et appétit. Elle admit alors que ça allait légèrement mieux, après tout il s’acharnait à la sensibiliser. Il espérait bien la retourner et l’émerveiller. Elle craignait devoir réclamer ses bienfaits encore, il faisait frais dans cette eau glaciale. L’automne était bien passé par ici, l’eau était bien fraiche. Il semblait très doué pour la réchauffer. Après tout, il semblait bien disposé à le faire, il le lui avait proposé si aimablement. Noah ne se l’interdirait absolument pas. Il en avait très envie. Elle lui caressa le bras avec tendresse pour venir caler sa main dans sa nuque, l’invitant muettement à rejoindre ses lèvres, une invitation auquel répondit pleinement Noah, sans se préoccuper de la retenue. Pour ces lèvres, il n’opposait nulle résistance à venir l’embrasser avec passion et sensualité. Ils échangèrent un baiser passionné et doux, retrouvant ses lèvres avec plaisir, leur gout était sucré, encore marqué par la boisson chaude dont elle portant la saveur. Il respirait sa douce odeur, son parfum délicieux qui le rendaient si gourmand de la jeune femme. Il reçut sa langue avec plaisir, l’embrassant à pleine bouche en se délectant de cette douce danse qui se jouait entre eux deux. Il la sentit se retourner pour venir lui faire face sans se délier de ses lèvres. Noah la garda dans ses bras, mais surtout entre ses commissures, sa langue s’amusant avec celle de sa merveilleuse Jane, s’amusant avec elle dans une grande passion, mêlant leurs deux muscles en exprimant son attachement. Il l’enlaçait tendrement, collant ce corps féminin à son torse, sentant la pression de cette délicieuse poitrine qui le captivait et l’attirait tant. Il caressa son dos, embrassant les lèvres de la jeune femme tout en la maintenant contre lui, sentant l’effort qu’elle fournissait pour se relever vers lui et se mettre à sa hauteur. Elle lui demanda s’il pensait pouvoir faire quelque chose pour elle. Elle avait un petit sourire coquin et amusant qui plaisait beaucoup à Noah. Il sourit tendrement pour la jeune femme qu’il trouvait si séduisante.

Noah caressait son dos avec bonheur, la relevant tendrement, la serrant pour l’embrasser encore un peu plus, retrouver une nouvelle fois sa langue avec passion et langueur. Elle embrasait ses sens et faisait bruler un doux feu dans ses reins qui lui faisait oublier la fraicheur de la soirée. Le feu flambait déjà en lui et il vouait le partager avec sa merveilleuse Jane. Noah glissa ses doigts dans le dos de la demoiselle, remontant vers la peau de ses omoplates, ses mains frottèrent cette partie du corps avec délicatesse et envie. Il avait envie de la rendre brulante, de la faire rêver comme un coucher de soleil sur la mer, comme elle le faisait rêver.

« — Tu es tellement belle ce soir. J’ai très envie de détacher cette robe, de glisser mes mains sur tes cuisses pour les caresser et les remonter, caresser ta peau sous la jupe de ta robe, les masser délicatement avant de rejoindre tes magnifiques fesses rondes. Tu es à croquer, merveilleuse et j’ai envie de te protéger du froid en te rendant brûlante avec mon corps. Tu es tellement magique, magnifique. » Il retourna l’embrasser en ayant murmuré ses envies, quoiqu’elle ne s’arrêtait pas là. Il voulait plus sur cette île secrète et isolée parfaite pour accueillir l’amour de leur couple. Le professeur lui dévora les lèvres avec tendresse en en savourant la texture avec une douce passion, souhaitant réchauffer la demoiselle par ses paroles, par ses baisers, par ses caresses merveilleuses qu’il lui offrait sans parcimonie.

« — Je t’aime Jane, je ne demande qu’à te rendre brulante comme cette première fois, comme à chaque fois. » Il s’extasiait toujours de ce pouvoir qu’elle possédait sur lui, le plaisir qu’elle lui offrait. Il avait véritablement envie de la rendre folle de désir pour lui, de la rendre femme sur ce sable fin, elle qu’il aimait tant, qui était si merveilleuse. Ce serait magique pour tous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 1 Jan - 23:57


Se retrouver seuls sur cette plage était particulièrement appréciable. Malgré la fraicheur de l'eau qui fouettait ses jambes, le cadre que leur procurait cet îlot perdu au milieu de la mer entourant la capitale internationale magique était exceptionnel. Jane profitait de cet instant, savourant avec émerveillement le bien-être qui l'habitait au contact de cet homme qu'elle chérissait depuis tant d'années. Ses lèvres mêlées aux siennes, elle profitait des bienfaits que les comparses de son amant lui procuraient avec tant d'aisance. Elle n'avait pu que le taquiner, résolument réceptive à ses attaques sensuelles et coquines, qui n'avaient eu qu'un seul objectif : réchauffer sa peau. Noah y parvenait toujours avec une facilité déconcertante. Son corps collait, mêlait au sien, elle pouvait sentir sa poitrine se mouvoir contre le torse de cet homme au rythme difficile de leurs respirations après un tel baiser. Il avait le regardait avec émerveillement, intérêt. Elle aimait tellement cette lueur dans les prunelles de son amant de toujours. Elle le dévorait du regard, appréciant les caresses de Noah contre sa colonne vertébrale, créant de merveilleux frisons sur sa peau, qui ne pouvaient que la captiver.

Noah lui souriait tendrement, la relevant tendrement du bout de ses doigts pour la serrer plus fermement contre lui. Une action qu'elle ne put que savourer alors qu'il venait s'emparer de ses lèvres dans un baiser passionné et langoureux. Elle adorait la saveur des commissures de cet homme contre les siennes tout comme le feu incandescent qu'il invoquait en elle. C'était tellement merveilleux de s'embraser avec cet homme. Elle appréciait la texture de ses phalanges qui glisser dans son dos, remontant la peau de ses omoplates tandis qu'elle était toujours soigneusement accroché à ce cou tendu vers elle. Les menottes de Noah vinrent frotter la peau de ses omoplates avec délicatesse et envie. Un toucher particulièrement appréciable et réchauffant qui glorifiait son coeur au sein de sa poitrine. Il lui souffla dans une voix suave qu'il la trouvait particulièrement belle en cette soirée. Il avait très envie de détacher sa robe, d'y glisser ses mains sur ses cuisses pour les caresser et les remontrer, rejoindre ses magnifiques fesses rondes. Elle était à croquer, merveilleuse et il avait très envie de la protéger du froid en la rendant brûlante avec son corps. Des mots ô avantageux qui ne pouvaient que d'autant plus la faire sourire, augmenter la lubricité de ses prunelles. Il avait un air tellement sexy en disant cela, il la faisait fondre comme neige au soleil. Elle ne pouvait qu'être sensible à ses mots, son coeur augmenta sa cadence au sein de sa poitrine. Il était si attrayant d'être qualifier d'être magique, magnifique par les lèvres d'un homme si charismatique que le père de sa future fille.

Elle se laissa embrasser de nouveau, venant participer activement à ce baiser. Noah se montra plus passionné que précédemment, ses commissures venant dévorer ses comparses avec tendresse et passion. Du bout de ses doigts, elle caressait son cuir chevelu, son autre menotte frôlant avec tendresse le dos de cette nuque avant que les prochains mots de Noah ne vinrent dérober son coeur. La déclaration qu'il lui fit, la sensualité avec laquelle il la fit, ne put que la déstabiliser. Elle ne s'était nullement attendue, l'avait bien entendu imaginer des milliers de fois dans ses songes secrets, mais voir ces trois mots franchir ses lèvres lui semblait si irréel. Elle sentit son coeur rater un battement, s'engouffrant dans une course effrénée, rendant son regard si brûlant. Il lui avouait qu'il l'aimait. Un sentiment dont elle n'avait jamais douté, mais qui prenait un sens plus profond que celui qu'elle avait pu lui donner. Ces trois mots soufflés eurent plus d'effets que des milliers d'allumettes au creux de ses entrailles. Ils provoquèrent un véritable ras de marré dans son ventre, la rendant bien plus sensible qu'elle ne l'était déjà. Elle était totalement à sa merci, ne demandait qu'à l'être, tout comme lui-même ne demandait qu'à la rendre brulante comme lors de leur première fois, comme à chaque fois qu'il la faisait sienne. Une ambition commune qu'elle ne pouvait que désirer.

Elle lui offrait un regard pénétrant, brillant de cette émotion qu'il initiait en sa chair. Un sourire éclatant, amoureux et charmé figé sur les lèvres, elle s'empara de nouveau des lèvres dans un baiser doux et sensuel. Les phalanges légèrement tremblantes, tant son être se trouvait béni de recevoir de tels éloges, elle les laissa glisser sur les clavicules de Noah pour frôler la peau dégager par cette chemise légèrement entrouverte. « Je t'aime également... » Souffla-t-elle à son tour tendrement, le regard brillant alors qu'elle venait reprendre ses lèvres au creux des siennes en ajoutant dans la même voix suave, difficile après tant de baisers passionnés : « Tout comme toi, je ne demande qu'être la victime de ta passion, j'aime tellement la façon que tu as de me rendre folle. Cela n'a jamais changé depuis cette nuit où tu as fait de moi, une femme. » Elle riait doucement contre ses commissures alors qu'elle venait doucement retirer quelques boutons de la chemise de son amant pour laisser ses fines phalanges glisser contre la peau ferme et chaude de cet homme. « Tu penses qu'il nous reste encore assez de temps pour assouvir ton ambition de me réchauffer. J'avoue être particulièrement envoutée par les actions que tu m'as soumises. L'idée de sentir ton corps nu contre le mien, éveille toujours autant le feu en moi. Je crois que c'est un fait qui n'a de cesse de croitre depuis près de sept ans, tu sais ? Tu me rends terriblement dingue. »

Elle vint lui tendre un doux sourire alors qu'elle venait glisser ses doigts sur les pans de cette chemise qu'elle avait soigneusement pris soin de déboutonner. Elle laissa son buste retrouver la texture de ce torse légèrement dévêtu pour profiter de son toucher contre sa peau légèrement nue du haut de sa poitrine. Sur ces mots, elle l'embrassa du bout des lèvres, le regard pénétrant et follement sensible à cet homme dont elle mourrait d'envie de profiter de ses bienfaits.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Sam 3 Jan - 17:40

Il avait à peine réfléchi à la portée de ses mots, pourtant, il les pensait entièrement et ceux-ci étaient loin d’être des paroles en l’air. Ils étaient naturellement sortis ses lèvres pour se révéler à la demoiselle sans la moindre obstruction. Le jeune professeur les prononçait pourtant pour la première fois depuis qu’ils se connaissaient. Ils s‘étaient échangé bien des gestes et des tendresses qui ne rendaient pas ces mots essentiels, car il s’était mainte fois prouvé l’état de leurs sentiments l’un pour l’autre parfois de la manière la plus intime. Il n’avait pas besoin de ces mots qui allait de soi, qui ne serait pas une surprise pour aucun d’entre eux. Ses lèvres les avaient prononcés avec plaisir, sachant qu’il saurait toucher la jeune femme par leur sincérité et leur rareté. Pourtant c’était évident et superflu, car elle ne pouvait douter que Noah était amoureusement attaché à elle, et ce depuis bien longtemps.

Pour l’homme, ça lui semblait presque négligeable d’énoncer cette vérité aux oreilles de sa petite amie. Elle en parut tout de même troublée et comblée par cette semi-révélation. Il vit son regard s’embraser et elle semblait résolument ravie de cet aveu de sa part, comme s’il avait changé leur histoire grâce à ces trois petits mots. Il souriait doucement, habité par une tendre ambition, un désir détectable dans ses yeux qui la regardait si profondément. Elle était si belle sous ses yeux, visiblement émue par ce qu’elle avait entendu. Elle l’embrassa et le jeune professeur ne pouvait que répondre avec plaisir à ce doux baiser en déposant ses lèvres. Il sentit les douces mains de sa Jane sur ses clavicules, ses épaules. Il se laissa toucher attendri par la demoiselle qui caressait sa peau en lui murmurant qu’elle l’aimait également. De manière assez inattendue, ça le troublait un peu lui aussi de recevoir cet aveu en retour quoi qu’il n’en montra rien d’autre qu’un sourire conquis. Il rit doucement très content en retrouvant les lèvres délicates et délicieuses de la jeune femme qui venait l’embrasser avec passion. Il partagea sa dévotion, dévorant ses lèvres avec appétit comme il avait envie d’elle. C’est bien passionnément qu’il savoura les lèvres sucrées de Jane. Elle lui murmura qu’elle ne demandait qu’à être la victime de sa passion tout comme lui. Il aimait tant la façon dont il la rendait folle. Ça n’avait jamais changé depuis cette nuit ou il avait fait d’elle une femme. Son rire plana entre leurs lèvres, qui s’éloignaient les une des autres. Elle lui retira quelques boutons de sa chemise pour venir caresser la peau de son torse. Il frissonna doucement sous la caresse de ses paumes chaudes. Elle lui demandant s’il pensait qu’il leur restait encore suffisamment de temps pour qu’il puisse assouvir son ambition de la réchauffer.

Elle avouait être particulièrement envoutée par les actions qu’il avait réalisées. L’idée de sentir son corps nu contre le sien éveillait toujours autant le feu en elle. Elle pensait que c’était un fait que ne faisait que croitre depuis sept ans. Il la rendait dingue. Noah répondit à son sourire, comme il savait parfaitement ce qu’elle ressentait, qu’il la rendait folle comme lui aussi se sentait désireux de son corps féminin et si séduisant.  Il accueillit son baiser avec bonheur une nouvelle fois. Le jeune homme embrassa les lèvres de la demoiselle qui se trouvait si belle et sexy dans sa robe rouge et courte. Elle lui donnait vraiment envie, troublait son cœur et son corps, son âme masculine qui souhaitait plus que tout la rendre sienne.

"-Je pense qu’il nous en reste assez, au pire, on restera coincé sur cette île rien que tous les deux. Ce ne serait pas très dommageable il me semble."

L’homme descendit ses mains vers la fermeture éclair de Jane pour la défaire et venir ainsi caresser la peau de son dos avec envie et désir, car elle la trouvait merveilleuse et désirable. Le professeur désirait la jeune femme, l’embrasser, a faire sienne. Elle était terriblement sexy et comme elle était l’élue de son cœur, elle espérait pouvoir faire d’elle une femme à nouveau, sans cesse. Le spécialiste des forces du mal fit tomber les très fines bretelles de sa robe rouge. Il la trouvait si attractive. Elle lui donnait tant envie de la débarrasser de ce tissu satiné et brillant pour découvrir la chaleur de sa peau nue sous la lumière de pus en plus rouge du soleil couchant. Noah embrassait Jane, mais ce n’était pas ce baiser aussi passionné soit il qui venait assouvir ses desseins. Il désirait la demoiselle de façon bien plus profonde encore. Le professeur avait envie d’elle, car elle le troublait et il savait que l’envie était toute partagée par Jane. Elle avait beaucoup de pouvoir sur son cœur et il ne pouvait que connaitre l’ambition qui les habitait tous deux. Une ambition qu’elle avait exprimée, qu’il ne pouvait refuser, car elle était tellement désirable pour son âme si liée à celle de son ancienne élève. Sa protégée était la femme, de sa vie il n’en avait jamais douté.

“— Cette robe est si belle, elle me donne terriblement envie de la retirer.” Il descendit les bretelles de la robe le long des bras de Jane, ses paumes les caressant par la même occasion. Le haut de la robe finit par glisser sur la taille de la jeune femme dévoilant le buste de Jane nu en face de lui. Il l’observa avec intérêt avant des passé ses mains dessus pour la caresser avec désir. Il embrasse la demoiselle en rejoignant à nouveau ses lèvres avec enthousiasme et passion. Il aimait tellement ça, surtout avec cette femme délicieuse et enchanteresse, sa reine, sa déesse. L’homme caressait sa peau, sa poitrine avec envie, ses mains échauffant avec envie sa délicate peau. Il en était fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Dim 4 Jan - 21:04


Noah était si beau, si désirable ce soir. Jane le dévorait du regard, observant avec tendresse et ambition cet homme qui savait tant la chambouler. Les précédents mots qu'il avait murmurés avaient empli son âme d'une joie incommensurable. Comment pouvait-il en être autrement ? C'était la première fois que ces mots franchissaient les lèvres de l'homme qui avait toujours partagé sa vie. Cela avait embrasé ses entrailles, réveillant cette ambition que cet homme n'avait de cesse d'éveiller en sa chair. Elle avait envie de lui, ne le camouflait nullement tant son âme se trouvait emportée par cette douce passion qui prenait sein en son âme. Elle n'avait donc pas résisté à son envie de le toucher, de venir défaire cette chemise qui lui semblait être une barrière entre eux. Elle l'avait déboutonné, défaisant un à un ses boutons pour laisser la texture de ses phalanges retrouver la chaleur et la fermeté des muscles de son amant qu'elle avait tant pris plaisir à tenter par ses mots. Elle pouvait entrevoir dans ses prunelles qu'il était animé par la même ambition. Avaient-ils vraiment besoin de l'avouer à haute voix ? Bien sûr que non... mais se susurrer ainsi leurs envies participait activement à faire grimper la température entre eux.

Noah y était particulièrement sensible, son regard pénétrant venant se mêler au sien, ses lèvres venant dévorer à son tour ses commissures avec sensualité et passion. Jane quant à elle caressait les fins muscles du père de son enfant, profitant de leur fermeté, douceur, formes sous les contacts espiègles de ses doigts. Elle le trouvait magnifique, si charismatique avec cette expression sombre et déterminée. Elle pouvait clairement voir l'ambition de son amant dans ses iris océan, la détaillant comme si elle était une œuvre d'art. Elle aimait tellement être le sujet de ses contemplations, de sa passion. Il n'y avait rien de plus envoutant que de subir sa douceur et passion. Elle le dévorait donc du regard en poursuivant ses actions, sentant son organe vital battre aussi promptement que celui de son amant qu'elle pouvait entendre battre sous la chair de ce torse délicieux à découvrir. Il souffla contre ses lèvres qu'il leur restait assez de temps pour profiter de la chaleur de l'autre. Au pire des cas, ils resteraient coincés sur cette île tous les deux, ce qui ne serait pas une perte. Du moins lui semblait-il. Jane vint sourire tendrement à cette remarque, soufflant à son tour. « En effet, tu serais obligé de me réchauffer tout le temps... » Elle caressait ses pectoraux, frôlant avec délicatesse les boutons de chair de son amant, savourant la forme légèrement bombée de ces muscles. Elle adorait ce contact avec ce corps qui savait tant la flatter.

Jane sentit les mains de son amant descendre vers la fermeture éclair de sa robe pour la faire glisser. Il immisça ses doigts entre les pans de sa robe pour caresser la peau de son dos avec douceur et envie, la serrant plus fermement contre lui. Noah fit glisser les bretelles de sa robe, le long de ses bras pour faire tomber le tissu de cette dernière, lui offrir une vue merveilleuse sur ses seins ronds et plus volumineux à cause de sa future maternité. Cette action démontrait particulièrement son ambition et elle n'avait rien contre cette dernière. Bien au contraire ! Elle s'impatientait de sentir les phalanges taquines et si douces de son amant venir recouvrir sa poitrine de leur présence, de leurs caresses. Elle se laissait donc embrasser, répondant favorablement aux baisers de cet homme qui savait tant troubler son âme. C'était si délicieux d'être frôlé par cet homme, sa peau réagissant si favorablement à ses actions. Elle lui était terriblement attachée, charmée par l'aura de cet homme qui savait tant provoquer un feu au sein de ses entrailles. Entre deux baisers, il lui soufflait que la robe qu'elle portait était si belle qu'elle lui donnait cruellement envie de la lui retirer, ce qu'il fit en venant observer d'un regard conquis ce buste qui s'offrait à sa vue. Jane souriait tendrement en susurrant. « Petit coquin... Je vois qu'elle a eu l'effet escompté. » Avouait-elle son ambition secrète en ayant choisi cette robe ? Assurément ! Noah ne pouvait pas avoir de doute sur le fait qu'elle s'habillait toujours de sorte à lui plaire et éveiller son désir envers elle.

Elle frissonna délicieusement au contact des menottes de son amant contre la peau de sa poitrine. Ce toucher électrisait sa peau, provoquait de doux picotements au fond de ses entrailles. Elle se laissa de nouveau embrasser par les lèvres de son amant, sentant sa poitrine réagir favorablement aux caresses de Noah. Elle laissa sa gorge exprimer légèrement son plaisir, sentant les phalanges taquines de son amant recouvrir ses seins pour retenir prisonnière leurs pointes, les frôler, les titiller avec sensualité. Jane adorait ce contact, l'émoi que cela provoquait en ses entrailles. Elle soupira d'autant plus fortement contre ses commissures qui étaient venues relâcher les siennes. Elle avait le regard brillant, sentant les doigts de son amant titillait d'autant plus sa poitrine avec amusement. Cela la rendait dingue et à la fois gourmande. Elle se mordilla donc la lèvre inférieure en venant glisser ses phalanges contre les clavicules de Noah pour s'immiscer sous le tissu de sa chemise pour la faire tomber au creux de ses bras. « Tu es si sexy, Noah... » avoua-t-elle contre ses lèvres qu'elle dévora de nouveau des siennes, sa langue venant retrouver sa comparse dans un baiser sensuel. Du bout de ses doigts, elle frôla de nouveau ses pectoraux, abdominaux pour rejoindre ses reins, le collant contre elle, pour qu'elle puisse profiter du bienfait de la peau de son torse contre sa poitrine face à l'absence de ces viles menottes qui avaient glissées sur ses hanches. Ses menottes quant à elles effleuraient la ceinture de son amant, venant la défaire pour s'immiscer au sein du pantalon moulant de son amant. Elle frôla son intimité, laissant son autre main s'affairer à faire glisser la fermeture éclair de son amant. Ses lèvres quant à elles vinrent se perdre contre la mâchoire de Noah, mordillant la peau de sa nuque pour savourer sa texture, son odeur.

Elle s'imprégnait de son toucher, de sa chaleur, sa menotte libre s'occupant de le débarrasser de son pantalon pour le sentir presque nu contre elle. Elle ne cachait nullement son ambition, cherchant à éveiller cette fierté du bout de ses doigts. Elle aimait tellement le pouvoir qu'elle avait sur cette partie sensible, l'aisance avec laquelle elle l'éveillait. Elle s'appliquait donc à s'occuper d'elle, la caressant avec sensualité alors qu'elle venait mordiller l'oreille du professeur pour y murmurer « Je crois que tu es toujours particulièrement sensible à ce genre d'actions de ma part, je me trompe. J'aime te savoir chaud rien que par cette caresse, tout comme j'aime sentir tes doigts au sein de ma féminité. » Elle lui mordillait l'oreille dans un fin sourire en l'embrassant, satisfaite de sentir cette fierté prendre délicatement forme sous ses doigts, grâce à ses mots. Il était si délicieux de lui dire ces mots, s'exprimer sans gêne. Elle s'en trouvait tant glorifiée. Elle le voulait, le désirait ardemment et sa peau s'impatientait de son toucher, qu'il ne prenne de nouveau le contrôle de cet instant de luxure tant désiré.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 6 Jan - 19:30

Jane était belle ce soir et comme il commençait à la dénuder, il ne pouvait la trouver que plus séduisante et désirable encore sous la caresse de ses doigts. Le professeur lui avait fait part de ses pensées et de ses envies concernant cette robe qu’elle portait bien qu’il l’avait déjà un peu débrailler. Elle était très belle avec, tant qu’il ne désirait que la lui ôter pour désemballer le trésor qu’elle cachait. Elle était si séduisante ainsi et le serait plus encore nue, complètement dévêtu de ce seul vêtement. Elle le traita de coquin quoiqu’elle avoua que c’était là l’effet escompté. Il n’en avait pas douté, elle n’était pas la dernière à aimer faire des bêtises avec lui où a profité e sa nudité. Ça l’amusait donc et il sourit tendrement, légèrement, n’ayant jamais eu de doute sur le fait qu’elle aimait éveiller ses sens à son corps féminin et sensuel. Le jeune professeur savourait le frissonnement de sa peau sous ses mains gourmandes qui découvraient à nouveau sa poitrine magnifique et arrondie par la grossesse avec grand bonheur. L’homme l’embrassa, lui rappelant de mille façons combien il l’aimait. Il adorait ces lèvres qu’il dévorait avec tendresse et passion. Il ne se lassait nullement de lui prouver son envie, son appétit par ces doux baisers.

La jeune femme exprimait son plaisir en de doux et légers sons qu’elle laissait fuir de sa gorge tandis qu’il titillait avec désir la pointe de ses seins qu’il emprisonnait entre ses mains et ses doigts. Du bout de ses phalanges, il la sentait plus réceptive, plus ferme. C’était une douce et délicieuse sensation qui l’habitait qui frémissait sous ses doigts inquisiteurs. Ils s’embrassaient avec passion et même la fin de ce doux baiser ne le priva pas de s’amuser du bout des doigts sur cette délicate peau maternelle qui semblait tout particulièrement émoustillé Jane au regard si brillant. Lui-même la regardait avec intérêt, il fallait bien avouer que cette quasi-nudité flamboyait dans ses yeux et le faisait bruler de désir et d’appétit pour ce corps qui se dévoilait à lui. Elle était si séduisante en se mordillant les lèvres, si érotique dans cette position et il appréciait grandement de la sentir descendre sa chemise sur ses bras.

Elle lui murmura qu’il était sexy, avouant ces mots qu’il connaissait pourtant. Ils s’embrassèrent à nouveau langoureusement, sentant ses mains féminines faire échos aux siennes en parcourant son torse, aussi taquine et délicate que les siennes. Le professeur inspira fortement, sensible à la caresse de ses mains fines. Bien vite, elles descendirent vers les hanches de sa partenaire et lui sentit la jeune femme rejoindre sa ceinture en réponse. Il s’était resserré l’un à l’autre pour coller sa merveilleuse poitrine à son torse. Les mains de la jeune femme se faufilèrent dans son pantalon, effleurant la partie si sensible de l’anatomie masculine en déclenchant un léger sursaut de bien-être et de sensibilité. Il sourit tendrement contre ses lèvres par la précipitation de sa petite amie qui se trouvait très attirante et érotique. Elle vint embrasser sa mâchoire, sa nuque, déposant de doux baisers contre sa peau ce qui n’était pas du tout désagréable. Noah se laissait bercer par ces tendres et délicates intentions. Il se sentait particulièrement bien traité, sa main alimentant sa sensibilité masculine qui devait sous le pantalon révéler son désir et son ambition à ses mains. Il se mordillait délicatement les lèvres, submergé de douces émotions par le seul pouvoir de sa main qui vinrent bientôt le dévêtir de son pantalon sans relâcher l’objet de son désir, l’éveillant avec aisance et professionnalisme. Elle lui faisait tant d’effet qu’il lui fallait bien peu d’effort pour affermir cette partie de son corps. Elle le caressait comme lui se contentait de saluer ses fesses de ses mains, et encore que sur le tissu soyeux de sa robe. Elle murmura qu’il était toujours particulièrement sensible à ce genre d’actions de sa part, se trompait elle. Elle aimait le savoir chaud rien que par cette caresse, tout comme elle aimait sentir ses doigts au sein de sa féminité. Était-ce là une invitation à rejoindre l’objet de son désir ? Il rit doucement en la sentant mordiller son oreille, l’échauffant tout particulièrement. Jane savait très bien éveiller son désir et ses sens, car elle était l’élue de son cœur et la seule femme qui comptait vraiment pour le professeur. Elle savait émoustillé son âme et le rendre dévorant de désir et d’envie.

« — Tu me rends toujours aussi brulant en effet, tu sais parfaitement comment t’y prendre pour me faire succomber à tes charmes. Mais je ne m’en plains pas, j’aime ce désir qui te fait naitre en moi et je suis toujours séduit à l’idée de le partager avec toi. » Il sourit tendrement. Elle l’excitait, son corps et ses caresses parvenaient parfaitement à consumer Noah. Elle éveillait tant de passion en lui. Noah avait aussi bien compris la demande de la demoiselle et sans ôter entièrement sa robe, il glissa sa main sous la jupe de la demoiselle pour caresser ses cuisses et effleurer son entrejambe. En douceur, il caressait son aine, l’intérieure de sa cuisse en frôlant la petite culotte de la demoiselle.

« — Tu ne devrais pas m’encourager en me donnant de si séduisantes idées, je ne rêve plus que de m’immiscer en toi pour te caresser. » murmura t’il amoureusement à Jane comme sa main caressait de manière de plus en plus insistante son jardin secret en recherchant à mouiller ce sous-vêtement. Il pressait tendrement ses doigts masculins sur sa partie intime. Sa seconde main s’invita sur sa taille pour faire glisser entièrement la robe et faire tomber sa jupe laissant son amante en petite culotte devant lui, sous son regard brillant et pétillant d’envie tant il la trouvait érotique. Il voulait la combler sur cette plage et ses doigts s’assuraient de faire bruler ses entrailles par de chaleureuses et ambitieuses caresses entre ses jolies guibolles. Il parsemait sa joue et ses oreilles de doux mordillement avec un grand appétit. Il était si gourmand de son corps, de la faire sienne. Si elle avait un grand pouvoir sur l’état de son excitation, lui-même savait parfaitement engendré un torrent chez sa petite amie. Il ne voyait que cela ce soir, émoustillé ce fruit défendu pour qu’il l’appelle à son secours, combler son désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 8 Jan - 20:27


Il était difficile de résister à l'érotisme du corps du professeur. Quand bien même n'était-il pas l'homme le plus musclé et sexy du monde, il l'était aux yeux de l'Américaine qui le trouvait toujours envoutant. La profondeur des iris couleur océan de cet homme était une merveille pour la future mère, qui adorait plus que tout se perdre dans ces derniers. La lueur de ce regard électrisait sa chair, provoquant une douce chaleur au sein de ses entrailles qui ne pouvaient que s'embraser face à l'appétence qu'elle pouvait y lire. Cet homme disposait d'un tel charisme, son sourire et ses caresses bouleversant sa chair, son âme. Elle était satisfaire d'avoir le même effet sur lui, de sentir son être s'enflammer si aisément sous le contact de ses caresses, de ses baisers, de son corps. Elle semblait lire dans les prunelles du professeur la même ambition, la même fébrilité et cela la glorifiait d'une joie incommensurable. Elle le désirait tellement, sa peau s'impatientait de son toucher, réclamait tout contact avec ce corps si masculin et attrayant. Il semblait en être tout aussi désireux. Ses regards et ses sourires, la fermeté de cette intimité qui s'irriguait sous les cajoleries expertes de ses doigts. Elle le trouvait magnifique, ainsi, si délicieusement tenté par sa personne. Il vint rire tendrement, sensible aux mordillements qu'elle réaliser contre le lobe de son oreille. Elle désirait déployer un feu dévorant dans ses entrailles et semblait y parvenir.

Il le lui avouait, laissant sa voix suave frôler son oreille à son tour, lui faisant subir un léger frison de plaisir. Elle adorait le timbre de sa voix, sensible à ces mots si envoutants. Elle le rendait toujours autant brûlant, sachant parfaitement s'y prendre pour le faire succomber à ses charmes. Une réalité dont il ne plaignait nullement tant il était toujours séduit à l'idée de partager ces instants avec elle. Jane savourait le contenu de son message, laissant sa menotte glisser contre cette fierté légèrement éveillée qui s'honorait de ses caresses. Son autre menotte glissait quant à elle contre l'une des aines de son amant, s'immisçant sous le tissu de ce pantalon qu'elle désirait tant lui ôter. Elle voulait retrouver le contact de sa chair nue, laissait ses courbes se mouvoir avec élégance contre celle du professeur, futur père de son amant. Elle aimait tant savourer ces instants avec lui. Elle sentait sa peau brûlante, tout aussi impatiente que la sienne de recevoir ses bienfaits. Elle sentit la main de cet homme glisser sous les pans de sa jupe pour frôler ses cuisses, cette partie si sensible de son anatomie. Un contact électrisant qui la fit se mordiller la lèvre, tant son corps réagissait favorablement à son action. Elle était toujours particulièrement fébrile à ses actions, son échine appréciant tant la passion avec laquelle il la couvrait d'attentions. Il jouait aisément avec son désir, frôlant simplement cette partie sans réellement s'y attardait. Jane inspirait doucement, le cœur fou dans sa poitrine, charmée par les paroles ô suaves de son compagnon. Il lui soufflait qu'elle ne devrait pas l'encourager à lui donnant de si séduisantes idées. Il ne rêvait plus que de s'immiscer en elle pour la caresser.

Des paroles ô envoutantes qui surent participer à l'embrasement de son jardin secret dont les viles et séduisantes phalanges de son amant était venu chatouiller avec intérêt. Il pressait tendrement ses doigts masculins sur sa partie intime, ayant cette dextérité pour éveiller son âme avec tant de délices. Elle se laissait faire, sa menotte s'activant avec la même ambition tandis que sa comparse venait faire glisser ce vêtement sous ses fesses, le poussant au sol pour le trouver pratiquement nu contre elle. Une ambition commune puisqu'elle sentit le tissu de sa robe s'échouer également au sol, interrompant cette série de caresses coquines qui avaient tant éveillé ses sens. Le regard de Noah était brillant et pétillant d'envie, tout aussi charmé que pouvait l'être le sien. Elle souriait tendrement, sentant sa poitrine ferme frôler ce torse masculin alors qu'elle sentait ce feu embrassait ses entrailles. Elle aimait tant cet homme, se trouvait tant sensible à ses caresses. Elle se laissait faire, charmée par cet homme, aux contacts de ces doigts contre son intimité, de ses lèvres contre sa joue, son oreille qui la dévorait avec tant appétit. Comment résister à un tel homme ? Elle n'y parvenait pas, sentait, tout son être réclamer ce contact cocasse et intime, s'embraser avec lui vers les méandres de ce plaisir terrestre qu'ils aimaient tant découvrir ensemble. « Qui a dit que je voulais que tu restes sage, Noah ? » Souffla-t-elle sensuellement contre son oreille alors qu'elle le sentait terriblement gourmand. Elle laissait ses doigts s'activer au travers du dernier vêtement de son amant, avouant sa fermeté contre sa peau.

Elle souriait tendrement alors qu'elle venait l'embrasser de nouveau. Elle s'embarra de ses lèvres avec sensualité, les retenant prisonnière de cet appétit, qui grondait délicatement dans ses entrailles. Terriblement tentée, charmée et désireuse de retrouver cet homme dans un contact plus intime, elle venait prendre le contrôle de ce baiser, venant entrainer Noah à se mettre à genou, pour venir l'allonger sur le sable. Dans cette action, elle ne put que se sentir légèrement frustrée, les cupides menottes du professeur ayant dû stopper leurs actions bienfaitrices. Un délaissement de sa part qui ne dura pas plus que quelques secondes avant qu'elle ne vienne se mettre à califourchon au-dessus de lui. Elle laissa son bassin retrouver celui de son amant, le frôler, se frotter contre lui avec sensualité. Les menottes de Noah s'étaient glissées autour de ses reins pour les caresses, sans doute satisfait et envouté par son action. Sa poitrine effleurait, se coller à ce torse chaud et sexy, ses menottes s'échouant contre sa nuque et son torse. « Il me semble que tu as une addiction toute particulière pour ce genre de situation. Je me trompe ? » Souffla-t-elle contre ses lèvres de son regard pétillant de malice alors qu'elle venait le pousser contre le sable, l'allongeant. Elle poursuivait ses baisers, dévorant ses commissures avec sensualité, son bassin ondulant délicieusement contre celui de son amant. Elle profitait des bienfaits de ces frôlements, s'enivrer de la sensualité entourant cet échange cocasse. Elle était toute aussi sensible que cet homme, le tissu s'humidifiant tout contre celui de son amant préféré. Elle sentait ses reins gourmands, mais terriblement réceptifs à cette caresse intime, la fermeté du petit soldat de Noah contre son jardin secret. Elle trouvait cela si merveilleux, souriant contre ses commissures lorsqu'un gémissement s'extirper de ses lèvres.

Elle laissa ses commissures glisser sur sa joue, sa mâchoire, sa nuque, avant de venir mouvoir ses phalanges sur ce torse, se relevant comme une fière déesse de luxure qui voulait rendre dingue son amant. Elle l'observait le regard pétillant et se mordillait la lèvre, venant guider la menotte de son amant au coeur de sa féminité. Elle avait cruellement envie qu'il la rende dingue alors qu'elle venait faire de même, soulevant légèrement son bassin pour mettre cette fierté à l'air libre, la frôler véritablement pour la rendre plus gourmande, désireuse de venir s'immiscer en elle. C'était son ambition après tout.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 20 Jan - 20:13

Noah la trouvait magnifique sous son regard, il était si plaisant de la trouer si fébrile sous le jeu de ses doigts qui s’amusait à titiller cette partie tant désirée du professeur. Sans nulle honte ni le moindre remord, il lui prouvait avec douceur l’ambition qui s’emparait de lui de la faire devenir reine de cette soirée sur ce sable mouillé. Il la regardait avec envie, la dévorait de ses yeux frivoles et gourmands pour elle. Il l’avait prié de ne pas ‘encourager à poursuivre, pourtant il était évident qu’ils en avaient tout autant envie l’un que l’autre, il ne marchait que vers cette délicieuse intimité qui les exalterait tous deux. Il fallut être fou pour arrêter une si dévorante passion qui ne pourrait que mener vers leur petit paradis à tous deux, ce monde merveilleux qu’il connaissait depuis longtemps ensemble à l’insu de tous et qui donnait à présent forme à un petit être dans cette femme qu’il admirait et adorait. Noah la caressait de manière tout à fait coquine, il savait échauffer son corps. Elle vint sans surprise décliner, s’amusant du fait qu’elle ne voulait ni ne pourrait rester sage en cet instant, personne ne le lui demandait sur cette plage à l’abri de tout regard. Ses gestes témoignaient d’autant d’appétit que les siens comme ses caresses se faisaient envieuses sur son caleçon. Il se sentait répondre avec fermeté à ces doux frôlements forts agréables. Il ne pouvait cacher son émoi à cette voie qui s’offrait à eux, impatient était-il de continuer avec elle et de découvrir plus encore ce que ses doigts activaient avec chaleur. Elle vint l’embrasser en souriant.

L’homme répondit au baiser avec sensualité, la laissant prendre le contrôle de leur échange ardent, ses lèvres profitant du gout salé des pulpeuses commissure de la femme qui vint lui imposer de s’agenouille par e simple geste, avec elle, l’entrainant naturellement vers un contact plus intense et intime auquel il répondait avec plaisir. Il la suivait s’enivrant de la trouver directrice et brulante de désir pour lui. C’était une petite fierté et un grand bonheur d’enflammer ainsi l’âme de sa protégée qui devenait si entreprenante. Pour son plus rand bien il se laissa allongé sur le dos, son regard observant Jane avec grand intérêt, souriant amusé qu’elle ne se montre à nouveau ainsi à lui, aussi impatiente et gourmande. Il avait du stopper ses caresses sur son corps, mais ce ne fut pas à regret loin de là tant elle démontra l’érotisme de son corps. Son sublime corps vint le surmonter, s’offrir à son regard qui s’en combla de bonheur. Il eut un sourire amplement satisfait de la voir ainsi s’installer à califourchon, la vision de son corps en contre plonger se trouvant éminemment sensuelle et luxurieuse. Sa poitrine et ses longs cheveux noirs qui tombaient vers lui, son bassin qui se serra au sien et la sensualité de ses courbes l’envoutaient. Il pouvait aussi déceler son visage réjouit et jouissif à ses yeux tant il s’enorgueillit de l’avoir prisonnier à son pouvoir et de la maitrise qu’elle gagnait sur son corps comme elle commençait à se frotter contre une zone très sensible de son corps. Noah glissa ses bras autour d’elle pour caresser ses reins avec une lueur brulante dans son regard. Il était résolument conquis par l’action de la jeune femme qui était venue le dominer et ne put nullement nier lorsqu’elle vint penser qu’il avait une addiction toute particulière pour ce genre de situation, se trompait elle.

Elle souriait en soufflant ses mots et il fit de même, malicieusement, tandis que ces commissures revenaient l’embrasser avec sensualité. Sous ses mains, il sentait les ondulations de son corps comme elle les prouvait à sa virilité des caresses qui le gonflait tant de désir, d’impatience de connaitre l’étreinte de son corps une nouvelle fois. Il la sentait s’humidifier aussi, de plus en plus contre son intimité qui s’enthousiasmait davantage de cette constatation comme dans un cercle vertueux de désir pour le corps de la demoiselle. Il ne pouvait que recevoir et s’enchanter de cette manifestation de la brûlure de sa bien-aimée tant il trouvait cet échange merveilleux pour chacun d’eux deux, merveilleux et prometteur. Il la dévorait du regard et des lèvres, comme elle dévorait sa virilité.

Elle savait parfaitement le rendre dingue, faire battre son cœur comme elle venait à présent embrasser sa joue, sa mâchoire, sa nuque avant de se redresser sous ses yeux comme une fière amazone, sauvage, dominatrice et envoûtante. Elle ne pouvait que faire succomber de désir le corps masculin qui se sentait tendre un peu plus. Jane démontrait tant d’érotique féminité, comment le professeur ne pouvait il pas tomber pour cette reine de sensualité. Il souriait absolument conquis sous son regard pétillant et comme elle venait guider sa main auprès de son jardin secret, exprimant muettement son ambition, Noah poursuivit sans la moindre résistance, venant offrir à ses doigts une joyeuse découverte de ce corps sublime, s’immisçant sous la culotte pour véritablement la caresser comme elle venait libérer sa brulante intimité de sa prison de tissu. L’air de la plage effleura un instant son sexe gourmand avant que celui-ci ne soit rejoint par le délice de la caresse de sa main qui ne cachait pas elle non plus son ambition. Elle était absolument magnifique ainsi, désirable à mourir dans cette position dominatrice qui la faisait ressembler aux déesses grecques, fières et belles. Vénus débordante de passion et d’amour pour sa victime herculéenne. Noah se plaisait à l’être, n’y voyant nul inconvénient d’être la proie, aussi désireuse que la jeune femme, il se dressât fièrement sous ses doigts. Il fit glisser le sous vêtement de son ancienne élève sur les cuisses de celle-ci tandis que son autre main explorait le jardin secret de celle qui lui avait réclamé, s’immisçant en son corps, se pressant contre les murs internes du parc pour observer la moindre de ses réactions sur son visage, le moindre signe érotique des sensations qu’il procurait en son âme comme lui exprimait de plus en plus son bien-être sous ses doigts par de doux gémissements rauques, des souffles brulants tant elle lui procurait ce bien-être qu’elle seule pouvait lui administrer.

« — Tu n’as pas tort, te voir si dominante est excitant et sensuel. Tu es si sexy ainsi. J’ai pris gout à ce que tu viennes m’assaillir cette fois-là. J’en ai grande envie.» Il sourit doucement, l’invitant ouvertement à se placer sur lui. De sa main qui caressait ses reins, il serra un peu le bassin de la demoiselle à son bout échaudé qui s’impatientait de se sentir pris dans sa chaleur. Il souriait confiant, il bougeait le bassin en cherchant à entrer en elle, à s’immiscer dans son corps, quoiqu’en cette position il aurait bien du mal à rentrer l’épée dans son fourreau sans l’aide de la demoiselle et ses tentatives ne lui accordèrent que de douces caresses intimes. Aussi délicieux était-ce, il rêvait à présent d’une autre étape et cherchait à venir prendre la demoiselle, à se faire monter par elle, et elle comprit bien vite son intention comme bientôt, race à elle, il se sentit rejoindre la chaleur de son âme. Il sentit une étroite caresse de l’intérieur féminin qui le fit gémir, éclatant des grondements de plaisir et de désir en son âme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Mar 20 Jan - 22:56


Son désir pour cet homme n'avait de cesse de croitre. Elle le trouvait somptueux, terriblement attrayant et érotique dans cette position. Ainsi longé sur le sable, le dominant de toute sa prestance, Jane appréciait résolument la vue qu'il lui offrait. Elle se sentait terriblement femme, maitresse de leur union et cette sensation avait une saveur particulièrement grisante. Elle n'avait pas l'habitude de mener leurs ébats, bien trop habitués à recevoir sa tendresse, sa passion et sa fougue. Elle lui était indéniablement soumise, mais ce soir, elle avait envie de le faire rêver. Elle avait bien pris conscience qu'il avait été particulièrement marqué par cette soirée où elle s'était jetée sur lui. Un souvenir qu'il semblait apprécier, agréablement conquis par sa position de dominatrice. Il le lui avait avoué sans aucune gêne, le réclamant indirectement par ses gestes et ses mots. Jane se faisait donc un plaisir de répondre à ses attentes, venant le dominer de toute sa stature. Elle savourait le contact de leurs deux échines, sa poitrine effleurant le torse si chaud et ferme de cet homme, son bassin pressé contre le sien. Elle le recouvrait de baisers, admirant avec bonheur, l'expression si conquise et ambitieuse du visage de cet homme.

Elle le trouvait irrésistiblement érotique et ne pouvait point lui résister. Elle n'en avait nulle envie et agissait en conséquence. Elle voulait qu'il la touche, la caresse plus intimement que ce frôlement entre leurs deux bassins. Elle avait envie qu'il admire la fébrilité et la passion qu'il provoquait en son sein, tout comme elle mourrait d'impatience de sentir cet émoi commun. Elle n'avait aucun doute sur la question, remarquant aisément la fermeté de cette fierté si tendue sous ses doigts. Elle n'avait pu résister à son appel, la paume de sa main enrobant son extrémité pour profiter de sa chaleur, de sa fermeté, qui excitait ses entrailles. Le contact cocasse et taquin des phalanges de son amant au coeur de sa féminité participait à cet embrasement. Elle souriait, le regard brillant, malicieux et conquis par ces caresses. Elle sentait son coeur bondir dans sa poitrine, cette chaleur dévorante s'immiscer insidieusement dans ses veines pour rendre la moindre parcelle de sa chair brulante. Dressée telle une fière amazone, Noah avait une merveilleuse vue sur son corps dénudé, débraillé. Sa poitrine ferme et ronde s'était dressée fière et sensible. Il l'aida à son tour pour la débarrasser de son dernier vêtement, le faisant glisser au creux de ses cuisses pour venir s'infiltrer plus intimement en elle. Elle souffla de plaisir, son corps bien trop sensible aux attentions de cet homme.

Elle sentait ces cupides phalanges se presser contre les parois de son jardin secret, l'explorant malgré qu'elles le connaissaient par coeur. Il savait éveiller ses sens et il en était de même pour elle. Elle le sentait de plus en plus avide, tendu, déterminé à poursuivre leur union. Elle l'entendait soupirer de sa voix rauque son plaisir, attentif également à son bien-être qu'elle ne pouvait camoufler tant elle sentait ce bien-être se répandre dans son corps. Il lui avoua qu'elle n'avait pas tort, que la voir si dominante était excitant et sensuel. Il la trouvait particulièrement sexy et il avait pris goût à ce qu'il vienne l'assaillir comme cette fois-là. Il en avait grande envie. Des paroles ô éloquentes soufflées dans une voix rauque et pénétrante, un sourire coquin sur les lèvres. Il l'invitait de façon ouverte à poursuivre cet échange luxuriant en se plaçant sur lui. Elle le sentait impatient, sentant la pression de la main libre de son amant venir serrer son bassin contre sa fierté échauffée. Un contact coquin qui la fit sourire terriblement confiante et sensible à cette action et à l'expression tentatrice qu'il lui offrait. Elle le sentit bouger son bassin pour venir s'immiscer en elle. Elle le laissait faire, le regard brillant d'amusement sans pour autant agir. C'était terriblement sexy de le voir agir, la réclamer de la sorte.

Elle s'humidifiait les lèvres, les entrailles brûlantes d'impatience. Sa respiration se fit forte, difficile tant le feu qui se propageait en elle se faisait intense. Elle avait tout autant envie de le rejoindre, mais cette douce frustration avait le mérite d'accroitre ses émotions. C'était un véritable délice, intense et puissant. Elle sentait l'extrémité de cette fierté frôler ses lèvres intimes, son bouton de chair bien éveillé par toutes leurs précédentes actions. Elle avait stoppé ses caresses pour laisser ses doigts remonter le long du torse de son compagnon pour le caresser, accroitre sa dominance. Pourtant, elle finit par céder, ses pulsions prenant le contrôle de son corps. Elle se plaça au-dessus de lui de façon sensuelle. Son bassin vint se presser contre celui de son amant, laissant cette fierté s'immiscer coquinement au sein de ses entrailles, provoquant un véritable ras de marré de chaleur dans ses reins, ses veines. Elle vint gémir en harmonie avec son amant, ses phalanges venant prendre agripper délicatement la peau de la clavicule de Noah. Elle laissa sa poitrine frôlait son torse, ses lèvres venant se saisir de ses comparses. Elle l'embrassa avec sensualité, laissant cette intimité s'infiltrer profondément en elle. Un contact qui la rendait dingue. Il n'y avait pas de mots assez puissants pour qualifié cette rencontre entre leurs deux corps. Cette action bouleversait toujours autant ses sens et elle transmettait toute son émotion au travers de ce baiser.

Elle le sentait tout aussi fébrile et brûlant qu'elle. Elle amorça un mouvement du bassin, laissant cette intimité frôler les portes de sa féminité, y trouvant sa place pour venir participer activement à l'explosion du feu qui grondait en elle. Tout en sensualité, elle vint gémir contre ses lèvres, ses doigts glissant sur ses épaules pour prendre appui et se relever pour exaucer son voeu. Telle une déesse, elle vint se redresser pour améliorer l'angle de rencontre entre leurs deux chairs et approfondir cette fournaise. Du bout de ses doigts, elle était venue se saisir des mains de Noah pour les déposer sur ses hanches, les invitant à rejoindre ses côtes, sa poitrine avant de venir remonter cesdits bras pour rejoindre son torse, se mordillant la lèvre, le regard profond. Elle avait le souffle coupé, mais de doux soupirs s'extirpaient de ses lèvres alors qu'elle lui souriait, le regard brillant tout en venant initier des mouvements de bassins pour profiter de sa présence et surtout pour accroitre son besoin de lui appartenir. Telle une déesse de la luxure, elle oscilla du bassin avec sensualité dans de gestes lents et langoureux dans un premier temps afin d'approfondir l'émoi de leur rencontre, cette chaleur qui s'accumulait dans ses entrailles. Des actions qui se firent plus intenses et avides, son corps terriblement gourmand de ce contact, ce qu'il ne manquait nullement d'exprimer au travers de ses soupirs et gémissements. Elle adorait cette sensation de lui appartenir. Pour rien au monde, elle n'aurait échangé sa place avec quiconque.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Jeu 22 Jan - 21:46

La rencontre de leur corps et de leurs âmes échauffait ses entrailles, les faisant bouillonner de bien-être tout comme il parvenait enfin à s’infiltrer en elle, à s’immiscer dans ce corps qui le faisait rêver. Jane avait enfin cédé aux attaques du professeur qui avait cherché l’échange et d’un simple mouvement de bassin elle était venue satisfaire la réclamation muette de l’universitaire. Il s’introduit en elle en la laissant diriger le mouvement l’échange, trouvant cette position de dominance excitante et délicieuse sans la moindre gêne. Il lui avait mainte fois montre sa fougue et sa tendresse, sa vigueur masculine en venant l’assaillir de sa passion. Il profitait entièrement en se soumettant à ce corps féminin et somptueux qui plus que tout l’envoutait et l’embrasait. Elle était unique, son égal, sa protégée et sa compagne il n’avait nulle raison de ne pas la laisser mener la danse de leur amour. Il répondait à chacun de ses pas, mais la laissait maitre et suivait avec plaisir ses pas. Il la voyait sensible, gémir en harmonie avec lui en caressant la clavicule, tout aussi envoutée.

Ils entamaient un slow, sensuel et rapproché, érotique qui lui était enchanteur. Il sentait le doux frôlement de sa poitrine contre son torse, la douceur de ses lèvres qui s’était déposée sur les siennes. Leurs compères acceptèrent la danse et s’ouvrirent pour mêler leur langue à cette chorégraphie lente. Il approfondit leur contact qui savait parfaitement le rendre dingue et ambitieux. Il découvrit de toute sa longueur le jardin dans lequel il avait pénétré. Il la sentait au travers de baisers et de la chaleur de son corps, l’émoi ans lequel elle se trouvait. Jane ne savait lui cacher les sentiments et feux de son corps féminin quand il s’unissait l’un à l’autre. Leur communion l’exaltait et Noah s’en trouvait tout aussi béni.

Ses entrailles brulaient et grondaient d’un merveilleux feu que l’étroit corps de la demoiselle avivait infiniment. Sa virilité même se trouvait au cœur de ce bouillonnant tourbillon de bien être dans ses veines et son corps. Il la vit se relever sur elle, reprenant cette place d’amazone qui la montrait à ses yeux semblables à une sublime déesse qu’elle était contre lui. Ca changeait les appuis sur sa virilité, offrant une nouvelle couleur à ce feu flamboyant dans son âme, de nouveaux points masculins s’activaient, se stimulait à ces contacts si merveilleux entre leurs deux intimités. Cette rencontre était savoureuse, excellente et nourrissait l’âme du professeur de merveilleuse sensation que la jeune femme faisait pleuvoir dans son corps.

Elle guida ses mains sur son corps féminin, menant ses caresses de ses hanches à sa poitrine offrant à ses phalanges la douceur de son corps. Il profita du frôlement de ses paumes sur sa peau brulante et désireuse qui la rendait si fébrile qu’elle s’en mordait les lèvres. Elle le fixait avec profondeur, ses yeux brillaient du désir qui l’habitait tout comme lui la dévorait u regard en cette vue en contre plonger admirable. Il la voyait osciller le bassin au-dessus de lui en se frôlant intérieurement, il adorait ces contacts qui l’électrisaient. Il souriait de bonheur, caressant son corps avec tendresse, caressant avec intensité ce sublime corps qui le faisait gémir par le bien-être qu’elle procurait à son âme. Elle était vraiment parfaite pour lui faire connaitre les plus douces sensations en lui faisant l’amour de façon de plus en plus langoureuse et intense.

Noah se releva sans se désunir d’elle, poursuivant leur délicieux échange intime, il glissa une main dans son dos pour s’aider a remonter son torse pour s’asseoir sous sa bien-aimée petite amie. Noah vint embrasser sa poitrine, remplaçant la caresse de sa main par celle de ses lèvres, laissant sa langue éveiller ce teton, mordillant sa peau tendre et délicieuse pour éveiller en elle plus de chaleur en elle sur cette plage. Il participait à l’échange, bougeant ses reins pour intensifier, approfondir leur amour en respectant l’allure de la demoiselle, suivant sa cadence avec délice. Il profitait de chaque pression qu’offraient ces contacts, de chaque vague et élan de bien-être à cette relation terriblement délicieuse.

Le feu brulait en son âme et dévorait son âme, faisait gronder d’impatience et de désir ses entrailles tant sa fierté gagnait en fermeté au sein de son accueillante intimité. Il brulait en elle, et une frustration s’installait au sein de cette virilité qui ne demandait qu’à sortir. Il était pourtant si bon de se retenir, de poursuivre ces caresses intimes et de poursuivre leurs bêtises sur cette plage. Il ne désirait nullement finaliser cette histoire, écourter ce plaisir qui lui semblait encore si neuf même si leur rencontre était fréquente. Il désirait profiter de l’avoir dominant et elle semblait le comprendre comme elle s’amusait à le chevaucher et à le frustrer. Il le voyait dans son regard pétillant, tout comme lui s’amusait et se complaisait dans cette attitude si sexy et érotique. Elle était merveilleuse, savait si bien l’exciter, le frustrer, comme il aimait lui faire l’amour, comme il aimait redécouvrir la luxure avec elle. Il mordillait son sein, une de ses mains glissa sous ses fesses, venant les caresser, s’amuser à caresser leurs milieux, suivant leur mouvement et par sa pression contre elle, augmentait celle de leur intimité, facilitait leur échange amoureux tout en restant leste et doux pour laisser la maitrise à Jane parce qu’il se délectait de l voir le dominer ainsi de la laisser maitre. Il voulait qu’elle décide de leur suite, de leur fin, car c’était absolument délectable d’être ainsi sous son joug. Il aimait se sentir en elle et pour une fois, il aimait qu’elle le dévore avec passion. Il se réjouissait de cet échange et s’efforçait à patienter, à rester disciple de son bon vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Ven 23 Jan - 0:13


Cette position avait une saveur particulièrement grisante. Jane l'avait expérimentée pour la première fois avec Joaquin. Un fait qui ne saurait nullement satisfaire le professeur qui était demeuré le seul maître de son corps durant tant d'années. Encore aujourd'hui, elle ne pouvait s'expliquer ce qu'il avait pu se passer pour qu'elle s'offre à Joaquin de la sorte. Elle se rendait bien compte qu'elle avait été sensible à ses charmes masculins et virils. Dans une certaine mesure, il avait des points communs similaires à Noah, même si personne ne pouvait égaler le sang-mêlé à ses yeux. Il étant tant de choses à ses yeux, notamment depuis qu'elle portait son enfant. Elle avait dû se sentir particulièrement en manque de cet homme, de sa présence, de son passé. Cela faisait plus d'un an désormais que leurs chemins s'étaient recroisés, mais elle ressentait ce besoin insatiable de lui appartenir, de le sentir en elle, de profiter de sa chaleur. Il était si indispensable à son corps et son âme, qu'elle en devenait folle. Elle en avait eu la preuve parfaite ce soir où elle s'était carrément jetée sur lui pour profiter de lui, de sa présence, de son essence qui savait tant provoquer la fournaise en elle.

Ce soir ne faisait nullement exception. Elle avait soif et faim de lui, de son corps, de ses lèvres, de son âme. Elle savourait cette union charnelle, en demeurait toute aussi dépendante que les précédentes, même si elle devenait la maitresse de leur luxure. Elle avait les rennes, était celle qui avait pour mission de les conduire sur le chemin de ce paradis terrestre. Elle s'appliquait à sa tâche, en digne divinité de cet homme qui la regardait avec tant d'émerveillement, d'ambition. Elle laissait donc ses entrailles s'embraser au contact de cet homme, savourant la fermeté de cette fierté au coeur de sa féminité. Il frôlait avec expertise les points sensibles de son anatomie, sachant tel un dieu bénir cette partie si intime. Elle sentait son coeur imploser dans sa poitrine, ses battements se trouvant étourdissants, la rendant sourde tant elle pouvait l'entendre battre contre ses tempes. Ce contact électrisait sa chair, la rendait si sensible, si soumise à cet homme malgré sa position dominatrice. Elle oscillait de son bassin pour lui donner le change, accroitre l'excitation dans laquelle il se trouvait. Elle voulait le faire rêver, que son corps et son esprit quittent la terre ferme pour se perdre dans les méandres de cette folie charnelle, envoutante et à la fois si folle.

Elle savait ce plaisir mutuel, elle pouvait le voir sourire de bonheur, ses phalanges glissant avec ambition et douceur sur sa chair. Ces doigts avaient un tel pouvoir sur elle, déposant des traces indélébiles sur sa chair de leurs passages. Ils avaient l'effet de petites allumettes qui propageaient le feu en son sein, la rendant si avide de ce contact. C'était si merveilleux. Noah était si parfait qu'elle se sentait d'autant plus gourmande de cette rencontre, ses entrailles réclamant d'autant plus la passion de cet homme. Elle le sentit opérer une action, se relever pour adopter une position plus intime, plus charnelle encore. Une position qui améliorer l'angle de leur union, rendant sa féminité plus sensible encore. Elle se trouvait en face de lui, légèrement plus imposante de taille même si indirectement Noah venait retourner la situation à son avantage. Elle soupira de plaisir au frôlement de ses lèvres contre un de ces boutons de chair qu'il entreprit malicieusement de taquiner de sa langue de cette bouche si brûlante. Il savait tant éveiller sa chair, provoquer un véritable ras de marré dans ses entrailles par quelques caresses. Elle le sentait participer à l'échange de leurs bassins, bougeant ses reins pour venir se presser plus intimement en elle. Cela rendait chaque rencontre bouleversante, étourdissante tant cela provoquait en elle de véritables vagues de bien-être et de plaisir. Elle soufflait son prénom, une de ses mains s'étant insérées contre la nuque du professeur, son autre menotte caressant la clavicule de cet homme.

Il la dévorait de son corps. Même si elle se trouvait au-dessus, il avait repris le contrôle, sachant agir avec précision pour lui laisser l'impression, mais au fond, même s'il demeurait discret, il avait envie qu'elle le domine de nouveau fougueusement comme lors de cette nuit où elle lui avait supplié de la faire atteindre ce plaisir terrestre lors de la dernière ligne droite. Il s'appliquait particulièrement à accroitre la brûlure en elle, cette ambition qu'elle pouvait qu'avoir pour cet homme. Une avidité qui n'avait jamais trouvé d'égal. Il était ce qu'elle désirait, qu'elle aimait séduire corps et âme. Elle n'échangerait sa place pour rien au monde, prête au pire pour empêcher quiconque de devenir la merveille de cet homme. L'aveu de ses sentiments, l'expression au travers de ces trois simples mots changeait tant de choses pour eux. Elle sentait son âme s'étourdir, intensifier la fébrilité dans laquelle elle se trouvait. Elle voulait le rendre dingue, fou de désir, qu'il n'en puisse plus d'attendre qu'elle le guide sur cette voie, mais qu'il reprenne le contrôle pour obtenir ce qu'il voulait. Elle imaginait sans trop de mal ô combien, il serait magnifique et érotique à souhait.  

Il semblait tout aussi gourmand qu'elle ne pouvait l'être, ses baisers se faisant plus avides et brulants sur sa poitrine. Elle était ferme et tendue sous ses doigts, sa chair était en émoi total. Si elle voulait réussir cela, elle savait qu'elle devrait prendre sur elle, contenir son émoi, mais elle désirait tant vivre cette folie avec lui. Elle laissait donc son bassin osciller très sensuellement contre cette fierté dans des mouvements forts lents, presque insupportables à cet instant. Elle se mordillait les lèvres, expirant son plaisir, ses phalanges griffant délicatement les clavicules de Noah. Elle soufflait son prénom près de son oreille, gémissait délicatement au creux de celle-ci tant elle avait du mal à contenir cette chaleur de croitre dans ses entrailles. Elle sentit les mains de Noah se glisser contre ses fesses, venir presser délicatement celles-ci pour approfondir la rencontre de leurs deux bassins. À genoux sur le sable, uni à cet homme si désirable, elle venait osciller de ses reins contre ceux de son amant. Des mouvements lents et langoureux qui la faisaient gémir tout autant que le beau professeur. Elle sentait sa féminité en feu, si empli de cette humidité qu'il initiait si aisément en elle. Elle accéléra la cadence, incapable de résister à cet homme, laissant ses reins venir à la rencontre de ce bassin avec fougue. Des mouvements intenses qui chamboulaient son esprit tant elle sentait toute sa chair s'enivrer de ce contact cocasse, intime et brulant. Il n'avait de cesse de la caresser, de mordiller sa poitrine. Elle avait chaud, cruellement sensible à cette fournaise qu'il engendrait en elle.

Elle se déhanchait sensuellement et fougueusement sur cet homme pour accroitre l'émoi, la fébrilité de ce dernier. Il était terriblement tendu, tout aussi prêt qu'elle pouvait l'être à exploser. Pourtant, ils se retenaient, cherchaient à atteindre un paroxysme inégalable dans cette ascension vers le paradis terrestre. Elle vint gémir fortement à un gout de reins plus fort, plus déroutant. Elle souffla son prénom, mais vint stopper ses actions pour s'extirper de lui. Cet abandon créait un vide profond en elle. Elle sentait ses entrailles frustrée, brûlante comme jamais, mais elle résistait à cette tentation de répondre à sa propre ambition. Au contraire, elle laissa sa féminité effleurer de nouveau cette fierté si tendue, la taquiner avec insistance. La proximité rendait la chose possible et à la fois si cruelle. Elle recouvrait cette partie intime de son huile charnelle, venant rendre les frôlements plus fluides qu'ils ne pouvaient l'être actuellement. L'extrémité de cette fierté frôlait avec la perfection son bouton de fleur, terriblement tendu, prêt à être cueilli. Pourtant, elle continuait ses taquineries, malgré les mordillements coquins de cet homme contre sa poitrine, la pression de ses doigts conte ses fesses. En vile amazone, elle jouait avec cette fierté, laissant cette dernière tremper légèrement son bout dans sa féminité de brèves secondes avant de continuer sa terrible comédie. Elle jouait avec ses pulsions d'hommes, soufflait son prénom au creux de son oreille. Elle voulait qu'il craque, qu'il vienne prendre fougueusement ce qu'il voulait. Une pensée résolument perverse, mais si addictive. Elle avait tant envie de perdre pied avec lui, grâce à lui.

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco
Golden Otter
Je ressemble à « : Ian Harding ». J'ai égaré : 217 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1193 et j'ai : 34
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   Lun 26 Jan - 20:37

L’amour entre Jane et Noah ne pouvait connaitre de plus puissant que nul autre, du moins c’et ce que pouvait ressentir le jeune professeur. Il l’avait choisi il y avait tant d’années, il était directement remarqué et jamais plus son cœur n’avait changé de direction même si ça se traduisait au départ par une tendresse protectrice plus qu’une réelle attirance masculine sur la préadolescente. Elle lui était particulière, unique, il avait construit sa vie et son avenir avec elle, l’avait toujours inclus dans ses plans et ses projets dès l’instant ou il l’avait rencontré. Il ne s’imaginait pas évolué sans elle, même lorsqu’ils avaient été séparés pour préserver sa place, nulle n’aurait pu la remplacer. On ne put le qualifier d’amant fidèle, mais pour ce qui était de son ambition et de son esprit lui, n’avait jamais trahi la jeune femme. . Elle était tant importante pour lui, pas seulement comme amante ou mère de son enfant, c’était une femme extraordinaire qui partageait déjà sa vie en quelque sorte, même s’il ne vivait pas ensemble. Elle était ce qui le rendait un et entier même sans s’unir physiquement.

Bien sûr il adorait ses sensations de la posséder, d’être en elle et de sentir la brulure interne qu’il provoquait en elle. Il aimait sa façon de venir le dominer, le frustrer aussi en s’amusant de cette position particulièrement envoutante où elle se trouvait maitresse de leurs ébats sans la moindre opposition de Noah. Cela lui était fort plaisant, il s’en sentait si ferme et excité, car elle était magnifiquement érotique en se mouvant sur lui de façon si sensuelle. La passion brulait entre eux et leur communion accentuait le désir de chacun tant et si bien que Noah se sentait de plus en plus frustré et impatient de semer sa marque dans sa jolie princesse. Il était gourmand de son corps, il sentait cet appétit se répandre dans son corps en une foisonnante chaleur, un feu cramant ses entrailles avec puissance. Il l’échauffait de ses dents de ses caresses, résolument enthousiaste à ce contact.

Elle avait chaud, cruellement sensible à cette fournaise qu'il engendrait en elle, à la fougue de son déhanchement au-dessus de sa virilité qui se trouvait ferme et tendue. S’il s’était laissé aller, il aurait pu s’épandre en elle, mais c’était vraiment trop bon. Il voulait poursuivre ses caresses si envoutantes avant d’atteindre leur apogée et le déclin inéluctable. Il voulait être sur d’atteindre le paroxysme de leur amour ensemble, avec elle qui gémissait de plus en plus fort, sans retenue sur cette ile déserte, leurs sons se perdaient dans l’océan et le bruit calme des vagues. Ce fut une grande frustration quand il la sentit se retirer de lui sans qu’il ne soit atteint son but. L’air frais ambiant frappa son intimité brulant d’autant plus violemment que le four qu’il l’avait accueilli était enflammé. Jane était terriblement humide, elle recouvrait son soldat de cette pluie délicieuse en de doux mouvements qui le frustrait d’autant plus qu’il ne se trouvait dehors. Il la titillait, jusqu’au point le plus sensible de ses lèvres intimes, mais ça lui semblait alors bien que jouissif et sensuel, terriblement insuffisant. Il voulait retrouver cette intense caresse en son sein et ne pouvait s’empêcher d’exprimer cet inconfort en des gémissements plaintifs.

Chacun de ses gestes avait alors pour objectif de la faire flancher et qu’elle revienne le satisfaire de sa présence entière et non de ces caresses taquine, mais peu rassasiante.Il avait faim de plus, grouillait d’envie pour son corps d’une si forte passion que ces chaudes caresses lui semblaient peu complante, faible, sublime, mais faible. Elle s’en amusait, ne pouvait que voir l’état suprême de son excitation sur sa virilité si rouge et dressé comme un piquet de désir. Elle se jouait de lui, de son envie, soufflant son nom à son oreille, Noah se sentait de plus en plus gourmand, la situation de plus en plus insupportable tant il voulait se fourrer dans sa douce chaleur, profiter pleinement de son corps comme il venait de le faire ensemble. Il voulait se libérer en elle, la remplir de son amour pour elle.  Aussi Noah la bascula en arrière, ne se tenant plus, n’en pouvant plus de ces caresses bien coquine et bien spoliatrice. Il la renversa pour se placer au-dessus d’elle en murmurant son nom, le cœur et le corps fou pour l’embrasser doucement, mais surtout pour s’immiscer à nouveau en elle.

Il revint avec soulagement et bonheur en elle, retrouvant ses entrailles avec un grand bonheur. Il laissa un doux gémissement sortir de ses lèvres comme il rentrait à nouveau en elle. Il la baigna de sa fougue, de son envie dévorante qu’il savait proche du but, venant finir ce qu’elle avait si bien engendre par son amour et sa domination quelques instants auparavant. Il se donna à elle avec passion, rêvant prendre ses lèvres pour venir à son tour diriger leurs ébats en écrivant une conclusion merveilleuse à leur union jusqu’à atteindre le point de non-retour. Il résista un peu, juste pour faire revenir cette brulure en eux avant de se libérer de sa pression en explosant en elle. Il la baigna de son amour en un merveilleux apogée. Il eut un gémissement fort comme il atteignait le septième ciel avec elle. L’instant était absolument sublime, excelle partagé avec cette femme qu’il aimait.

Il revint doucement embrasser ses lèvres avec grande tendresse sans même penser à se dissocier d’elle. Il se sentait si bien, le cœur toujours palpitant. Il serait bien resté là, dans cette douce et tendre chaleur avec elle entourée du chant de l’eau et de la caresse du sable. Le parfum de sa princesse se mêler à celui de la mer. Il ne souhaitait pas rentre, le cœur encore combler de cette communion avec sa belle Jane.

« - On est si bien là, seul tous les eux ! Un vrai paradis.  Et ce sera bientôt notre quotidien ! » dit-il enthousiaste et amoureux à la demoiselle ? Il avait si hâte de vivre avec elle. Le coeur joyeux, battant tel un fou dans leurs poitrines, ils échangèrent de nombreux baisers en souriant, comblé, heureux. Cette soirée était tout simplement divine et les deux amants savourer ce bonheur avec force.

-- FIN --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remind me wonders of a brand new love [PV jane Jenkins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Oubliettes :: Rps :: Archives rp 2014-