Partagez
The Phoenix Song ::  :: Présentations :: Validées
 

 Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diamonds Wolf
Je ressemble à « : Lucas Bernardini ». J'ai égaré : 339 parchemins. Ma bourse est remplie de : 765 et j'ai : 32
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 20:16


   
feat Lucas Bernardini

   
Alessandro Murray
When the forbidden becomes an obcession, you're one choose : to risist or to become mad

   
   
Carte d'identité

   

   
« Salut ! Je me présente, Alessandro Murray. Nom de famille hérité lors de mon adoption en 1992, à l'âge de 6 ans. Auparavant je m'appelais Alessandro Di Stefano. Famille italienne au passé très lourd, dont la lignée est tâchée de sang : meurtres, massacres, mais aucune condamnation. Ils savent se laver les mains convenablement et ne sont jamais inculpé pour leurs actions. Une seule devise : ne pas laisser de trace.. Je suis né(e) le 25/11/1986 à Florence (Italie). J’ai donc 27 ans. Je suis américain, depuis mon adoption, mais en ce qui concerne mes origines, je suis un italien pur souche. D'ailleurs je parle parfaitement l'italien, même le langage soutenue et bien d'autres langues..  En ce qui concerne l’amour, j’ai un faible pour les femmes en principe, mais il y a bien une attirance vers une personne de la gent masculine, qui me tourmente et ce depuis plus de 10 ans. Un interdit en soi. D'ailleurs, je suis actuellement en célibataire endurci. J'ai beau tenté de me mettre en couple avec des demoiselles, c'est un échec. Avec le métier que je fais, c'est pas facile de concilier, vie professionnel, personnelle, de couple et libido. Il faut faire des choix. Je fais parfois des concessions, mais c'est très rare.

   Je vis donc à WINCAP depuis quelques temps et j’ai emménagé d’ailleurs dans une maison à l’intérieur de WINCAP.
   Personnellement, je n’accorde pas d’importance au sang ou du moins plus, depuis que mes parents m'ont lâchement abandonné, il y a onze ans. J'ai mis quelques années par contre pour comprendre que cette histoire de sang, était une pure connerie. En effet, je suis un sorcier d'origine sang-pur. Pas un moldu dans l'arbre généalogique de la famille. Par contre si je me mari, ça risque d'être une moldue/née moldue ou peut-être une sang mêlée, car je doute qu'une sang pur accepte, un cracmol comme mari. Enfin si on imagine une seconde que je me pose avec une femme. Autant dire, ce n'est pas dans mes plans pour le moment et je ne m’en porte pas plus mal. On dit de moi que je suis ambitieux, brillant, bûcheur, charismatique, énergique, loyal, perspicace, observateur …, mais aussi et surtout arrogant, baratineur, calculateur, manipulateur, énigmatique, orgueilleux, rancunier, réservé, secret... Des défauts sur lesquels je songerais à travailler un jour (ou pas). D'ailleurs au sujet de mes pouvoirs, je ne possède pas de don. Eh oui, je suis un cracmol, mais j'ai néanmoins un don naturel : ma capacité visuelle est très développée. ! ça vous étonne, non ?»


   
Parcours de vie

   
Aux premiers abords, il est naturel de se demander ce que fait Alessandro dans le monde sorcier. Après tout, si on se réfère à son livret de famille moldu, il est le fils légal de M. et Mme Murray, parents de deux enfants : Cillian et lui. Pourtant, si on creuse plus loin, on se rend compte qu’il n’a été ajouté à cedit livret qu’à l’âge de 7 ans, en 1992. Si on cherche plus loin, il semble avoir été trouvé au mois de mai 1991, comme un enfant errant dans la rue, qu’on entra dans les bases de données comme Alessandro Smith. Un nom qu’on donne à tous les enfants abandonnés. En réalité, il sait très bien d’où il vient, sa famille n’étant pas quelque chose qu’on oublie d’un coup de baguette. Il s’est d’ailleurs enfui enfant qu’on ne le tue : un cracmol dans une famille de pro-mangemort, il vous laisse imaginer le déshonneur. Il s’est barré avant que cette idée ne leur effleure l’esprit, seulement il avait déjà subi le lavage de cerveau. Il n’avait pas de pouvoirs, mais c’était un sorcier et ça, en dépit de son évolution, il l’a toujours gardé en tête. Il a donc toujours aspiré à redevenir un membre actif de la communauté sorcière. Seulement, il ne voulait pas être le simple gardien d’une école ou d’un bar. Il a donc usé de son don naturel très développé pour trouver un moyen. Très intelligent et vif d’esprit, il s’est intéressé au domaine de la médecine. Un domaine fort complexe que ce soit la médecine moldue ou sorcière. Il s’est dit que ça pourrait être un moyen très constructif de faire sa place dans le monde magique, en tant que spécialiste des deux domaines de la magie. À l’âge de 9 ans, il avait déjà prévu son avenir. De nature déterminée, il ne vint jamais lâcher le bout, usant de sa capacité à retenir tout ce qu’il pouvait lire, ce qui le fit rapidement être remarqué par le corps professorat en dépit de ses premières années quelque peu complexes. En effet, lorsqu’il fut placé dans sa première école, il était le garçon le plus dissipé et arrogant qu’il soit. Il ne supportait pas l’autorité et n’avait de cesse de crier à qui il voulait l’entendre qu’il leur était supérieur, qu’il était un sorcier. Bon, un sorcier sans talent et alors ? C’est lorsqu’il fut placé dans la classe de Cillian, deux mois après son entrée à l’orphelinat, qu’il a commencé à changer. Très observateur, Alessandro avait bien vu que Cillian était un jeune sorcier. Un jeune sorcier qu’on persécutait, chose qui ne pouvait que le rendre d’autant plus sauvage. Il vint de nombreuses fois refaire le portrait à deux/trois mecs que s’en prenait à Cillian. Un jeune garçon à la santé fragile à cause d’une malformation des poumons bénigne. Forcément, le jeune homme l’intéressait et c’est avant tout par intérêt qu’il s’était rapproché de lui. Il était encore un petit prince imbu de sa personne et au caractère très affirmé, presque froid et sauvage. C’est Cillian et notamment sa famille qui l’ont sauvé d’une folie certaine. Il les considère comme sa véritable famille et il tuerait pour eux. Reconnaissant pour l’amour qu’il leur témoignait, il travailla également durement pour ne pas être une charge pour eux. Cela explique les raisons pour lesquelles il a toujours postulé pour les bourses aux mérites des plus grandes écoles du monde. Il avait la rage d’y arriver, de se surpasser et sa détermination a toujours payé. Il a étudié dans les meilleures écoles du monde : Londres, Tokyo et à Harvard. Il a toujours été en mesure d’obtenir une bourse. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en s’intéressant à la médecine dès son plus jeune âge, il s’est également intéressé à la médecine magique et c’est au sein d’une librairie qu’il a rencontré, son mentor. Un chercheur en médecine magique, qui fut particulièrement étonné par les connaissances que le jeune homme, âgé alors de quinze ans, connaissait sur les deux aspects de la magie. Il le prit donc sous son aile, suivant de près sa carrière à Cambridge dans le plus grand hôpital de la ville. Il fut le major de sa promotion et il a donc intégré officiellement l’hôpital de Cambridge durant un an, où il fit ses preuves en tant que médecin spécialisé en pneumologie, mais il a les connaissances pour toutes les autres spécialités. Son mentor s’étant fait muter comme directeur du centre hospitalier de Wincap, il lui a offert un poste en tant que son assistant. Un travail qu’il occupe depuis le mois de juillet, travaillant d'arrache-pied pour montrer que même sans pouvoir, il est en mesure de diagnostiquer et soigner les patients comme tout autre médicomage. Ce qui en fait rager plus d’un. Il compte faire ses preuves et veut être respecté par les gens de la profession. Il travaillera dur pour y parvenir !
   


   
Mon Histoire

   
« Alessandro ? » S’exclama la femme qui venait de lui demander son prénom. Il hochait la tête de façon désinvolte, le regard perçant. Il ne comptait pas lui en dire plus. Déjà très intelligent en dépit de son jeune âge, Alessandro savait ce qu’il risquait s’il mentionnait son nom de famille. Il n’était pas assez stupide pour se faire avoir par les questions de routine. Il avait donc imaginé tout un scénario, qui tenait la route. Son histoire, du moins celle qu’il venait de s’inventer, saurait résolument endormir la méfiance de cette vieille femme, bien trop habituée à voir des fugueurs tenter de l’avoir. Il faut dire que dans le cas présent : il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Il ne pouvait pas prendre le risque d’être renvoyé auprès de ses parents. Il était assez grand pour comprendre qu’il ne répondait pas aux critères qu’ils attendaient d’un héritier et il savait plus que quiconque ce qu’il arrivait à ceux qui n’enteraient pas leurs normes : ils étaient exterminés. Il n’entrait pas dans la norme. Il savait que ses parents commençaient à être suspicieux à son sujet. Il n’était pas un vrai sorcier, il n’avait jamais montré de don particulier à ce sujet. Pourtant, il l’était. Issu d’une famille de sang pur, le flux magique aurait dû s’écouler dans ses veines, mais il faisait partie de cette minorité de sang pur, ceux qui faisaient le déshonneur de leur famille. En fuyant, il avait pris la bonne décision. « Et ton nom de famille ? » Il vint se pincer la lèvre, timide, s’exprimant dans un anglais difficile, faisant croire qu’il ne parlait pas bien cette langue, comme un enfant d’immigré venant de l’Amérique latine. Son prénom, d’origine italienne avait néanmoins des racines hispaniques et ce n’était pas un prénom si étrange pour un enfant venant d’Amérique latine. « Désolé… Je ne sais pas… Mi madre y mi padre… Están muertos. Vengo solo. No tengo ningún lugar donde vivir... » Son espagnol sembla convaincre la vieille femme. Son expression de petit garçon apeuré et triste faisait mouche. Comme quoi, il avait bien fait de s’intéresser aux langues et d’utiliser ses dispositions. « On va être obligé de le conduire à l’orphelinat le plus proche. » Une information qui lui fit comprendre qu’il était sorti d’affaire. Deux policiers l’invitèrent à les suivre. Il venait de sauver sa peau et il devait reconnaitre que l’orphelinat, même moldu, semblait bien plus accueillant que la demeure lugubre de ses parents.

Cela faisait quelques mois qu’il avait été recueilli dans cet orphelinat, une planque parfaite pour se tenir éloignée de ses parents, même s’ils savaient qu’ils ne chercheraient pas à le trouver. Il était assez bien placé, en tant que leur progéniture, qu’ils n’allaient pas faire l’effort de le tuer. En fuyant le domaine familial, il avait fait un pacte avec le diable, dont l’accord était très simple : « ne prononce jamais que tu es un Di Stefano ! » Cela ne le dérangeait pas, même s’il souffrait de vivre dans ce monde qu’il méprisait tant. C’était pire que l’enfer et cette idée devait sans doute amuser ses parents, qui n’avaient jamais eu d’affection pour lui. Le cœur aussi dur que de la pierre, il évoluait dans ce monde réel qu’il découvrait, le trouvant si fade, avec des êtres si ordinaires. Il n’avait de cesse de se montrer désobligeant avec qui que ce soit, pire il était arrogant et sauvage. Il bafouait toutes les règles au sein de l’orphelinat, méprisant ces dernières et n’hésitait pas à rabaisser toutes personnes : enfants et adultes. Cela lui avait fallut bon nombre d’avertissements de la part du personnel, il avait été privé de nombreux jours de manger, enfermé dans une chambre. Pourtant, son orgueil ne diminuait pas, pire, il était renforcé par les traitements de son entourage. Déterminé et franc, il refusait qu’on lui marche sur les pieds et même s’il était affamé, son regard noir, presque sauvage, ne perdait pas en intensité. Il les méprisait tous et la seule personne qui parvenait un tant soit peu à obtenir une expression plus neutre, était une bénévole de l’orphelinat. Une femme aux traits doux, qui avait bafoué les conditions de sa punition. Elle lui avait amené de quoi manger, rien de bien exceptionnel, mais les makis qu’elle avait confectionnés, chargé de riz avait su amoindrir son appétit. « Pourquoi ? » S’était-il simplement interrogé en acceptant ce don. Il l’avait détaillé de son regard franc. Elle aussi le détaillait. Elle avait haussé les épaules, lui souriant avant de venir lui ébouriffer les cheveux doucement. « Parce que tu me plais bien ? » Réponse surprenante de la part d’une adulte, s’était-il lancé à lui-même alors qu’il prenait conscience qu’il n’avait pas fait de mouvement de recul, chose étrange de sa part. « Et je te crois ! Quand tu dis être un sorcier. Ils disent que tu n’es qu’un gamin avec beaucoup d’imagination, mais je sais que c’est vrai. » La voix de la femme s’était faite douce. Elle lui lançait un regard malicieux et son sourire était énigmatique. Elle était étrange et il n’avait de cesse de la fixer, venant même à se demander si elle n’était pas envoyée par ses parents pour le tuer. Cette pensée le fit arrêter de manger, avant de se rendre compte que si c’était du poisson, il était de toute façon contaminé, alors autant qu’il meurt en ayant le ventre plein. C’était une simple notion de bon sens. Elle sentait son inquiétude et vint rire. « Ne t’inquiète pas, il n’y a rien de dangereux dans ces makis. Je dis ça, car mon fils t’a entendu l’exprimer haut et fort, quand tu étais à l’école. Tout comme toi, c’est un sorcier. » Une annonce qui ne put que le surprendre alors qu’il relevait son regard vers elle, intense. « Ah bon ? » Sa voix était blême et il se mit immédiatement à se demander qui ça pouvait être. Un changement d’expression qui ne passa pas inaperçue au regard bienveillant de la moldue, qui vint simplement. « Cillian, ça ne te dit rien ? » Il hocha négativement la tête, cependant lorsqu’elle vint dire son nom, il sut immédiatement à qui il faisait référence et son regard se blêmit. Murray le faible, le bouc émissaire de la classe, un garçon dont il se préoccupait pas comme de tout le reste de la classe, mais qui étrangement était souvent dans son champ de vision. Il avait l’air faible et pourtant quelque chose l’attirait : son calme, sa sérénité ou sa bienveillance ? Il restait si impassible devant la méchanceté gratuite des autres. Désormais, qu’il savait qu’il était un sorcier, sans doute s’efforçait-il de rester imperméable pour ne pas faire d’accidents. Cela avait un sens et ça l’intriguait. La femme vint lui sourire, comme si elle était satisfaite d’égayer la curiosité du sang pur. « Peut-être pourriez-vous devenir amis ? » Ami, il ne le pensait pas, mais une personne qui appartenait à son monde, une personne qu’il pourrait éduquer, sans rompre ce lien avec son monde d’origine… C’était une tentation à laquelle il ne pouvait résister.

« Emmerde-le encore une fois et je te jure que je te refais le portrait. » Sa voix ferme et froide ne laissait planer aucun doute à ses mots. Il était très sérieux et son regard noir et profond, lacérant du regard le visage du jeune enfant avec cette expression presque sauvage. Il était parvenu à se faire craindre de toute l’école, même des petits caïds. Il était très doué que se soit son intelligence ou par sa force. Il avait appris à donner des coups, ces derniers mois et du haut de ses sept ans, il était assez sauvage pour terrasser ceux qui cherchaient la bagarre avec lui. C’était un avertissement et l’assaillant vint faire marche arrière, s’éloignant du jeune garçon qu’il cherchait à terrasser. Il le regarda partir, continuant de garder cet air sombre qui le caractérisait tant, le laissant seul avec Cilian qui le regardait, surprit. Cela faisait six mois qu’ils étaient dans la même classe et c’était la première fois qu’il réagissait à quiconque. « Alors comme ça, tu es un sorcier ? » Il avait lâché ça de but en blanc, sans prendre la peine de recevoir un remerciement ou autre. Il ne l’avait pas fait par générosité, il avait calculé son coup. Il sentit le visage du jeune garçon blêmir, se demandant comment, il avait pu être mis au courant. Il sourit, trouvant ça amusant qu’il puisse lire facilement en lui. Il vint se laisser tomber à ses côtés, contre le mur, en ajoutant. « Ta mère m’en a parlé. Elle vient parfois à l’orphelinat. » Sa voix neutre lui donna la réponse très simplement, sans détour. « C’est pour ça que tu te laisses faire par ces cons ? » Une autre question alors qu’il tournait son visage vers lui. Le jeune moldu vint hocher la tête, silencieux avant de souffler. « Je ne veux pas créer d’accidents puis je ne ferai qu’approfondir le problème… » Sa voix se voulait défaitiste, résignée. Le genre de choses qui le mettait hors de lui, indigne d’un sorcier. Il ne put s’empêcher de lui taper l’arrière du crâne. Un geste naturel, démonstratif de son mécontentement. Son regard se fit plus dur, il pesta. « Non, mais t’es sérieux ?! Tu dois fermer ta gueule pour éviter de blesser des petits cons ? C’est quoi ta logique ? Tu vas te faire dégommer quand tu vas rentrer dans l’école de magie, si tu restes sur ce genre de pensées. T’es quoi, un sang-mêlé ou un né moldu ? » Surpris, Cilian le fixait le regard tremblant, soufflant. « Un quoi ? » Alessandro leva les yeux au ciel. D’accord, il était un né-moldu. Le pire des sangs qu’on pouvait escompter pour un sorcier. Il allait se faire dévorer tout cru. Ces pensées le firent pester de nouveau alors qu’il lâchait. « Si tu veux t’en sortir, il va falloir que tu prennes un peu de caractère, car les sales cons là-bas, ils sont comme toi, et ils ne se gêneront pas pour te lancer des sorts. Tu n’appartiens pas aux pays des fées, faut te réveiller ! » Approche très maladroite, mais si caractérielle de la part d’Alessandro. Il allait l’aider à prendre du caractère et s’habituer à sa nouvelle vie. Il serait son mentor et cela satisfaisait son besoin de domination. À cette époque, il était loin d’imaginer sur cette relation allait le transformer, le faire devenir plus doux et tendre avec quelqu’un et qui surtout allait rendre plus humain son âme. Il venait de rencontrer son frère, cet homme dont il serait si fier des années plus tard et qui deviendrait l’objet de toutes ses attentions, malheureusement.  

« Alessandro !! Je l’ai reçu, je l’ai reçu ! » La voix enthousiaste et tout excitée de Cilian résonnait dans toute la maison. Alessandro se tenait assis à son bureau, travaillant ses cours comme à ses habitudes. Cela faisait bientôt quatre ans qu’il avait été adopté par les parents du jeune homme. Encore aujourd’hui, il se demandait pourquoi ils l’avaient fait, se rendant bien compte qu’il n’était pas le fils, le plus irréprochable qu’on pouvait espérer d’avoir. Il souriait, trouvant amusant l’enthousiasme de son frère, comme s’il pouvait douter que l’académie de Salem lui n’enverrait pas cette lettre. Alessandro s’était fait une raison. Malgré les quatre années qui s’étaient écoulées aux côtés de son ami, aucune magie n’avait fait son apparition en lui. C’était frustrant. Souvent, son côté sombre et orgueilleux avait du mal à accepter qu’il était un cracmol. Sans cette famille à ses côtés, ces personnes qui ne le jugeaient pas, il serait devenu fou et un être assoiffé de cruauté, sauvage. Un trait de caractère qu’il détenait encore, souvent quand il faisait face à une situation qui lui échappait. « Alessandro ! » Il sentit la porte voler en éclat alors que Cilian, lui souriait, le regard brillant, plein de malice. La même lueur que les prunelles de leurs mères. Il lui tendit la lettre, pour qu’il la voie, puisse la lire également. Ce qu’il fit, souriant en lisant : « Nous avons le plaisir de vous annoncer… » Il releva son regard, ses yeux remplis de fierté « Eh bien.... voici ton passe-droit pour découvrir ce monde qu’est le notre, frérot ! Je pense que ça devrait aller, tu es prêt, mon petit, à affronter ce dur monde qui t’attend. » Son ton se voulait mesquin, faisant référence au jeune garçon qu’il avait rencontré quelques années auparavant. Il sentit le poing de son frère s’apposer sur son bras, la moue renfrognée. « Ne fais pas comme si t’étais une mère… tss, je n’étais pas si faible à l’époque. » Il vint rire, le trouvant trop amusant et mignon. Il fit mine de réfléchir. « Ah bon ? T’es sûr ? Moi, je me souviens d’un enfant introverti qui se laissait dominer par les autres… » Cilian pesta contre sa remarque. « Et moi d’un petit con, froid et grognon, qui n’aimait pas qu’on lui dicte ce qu’il devait faire. » Alessandro sourit. « Bon point ! Et je le suis toujours… » Il vint rire sentant son frère lui donner un autre coup de poing tendre alors qu’il venait lui ébouriffer les cheveux. Ce passé lui semblait tellement loin tellement abstrait désormais tant la complicité qu’il avait avec Cilian dépassait l’entendement. Lui-même se demandait souvent comment il s’était attaché à ce jeune homme et à cette famille. Pourtant, seul leur bonheur était en mesure de lui donner le sourire. Était-ce de l’amour ? Il fallait le croire. En tout cas, leurs chemins allaient se séparer dans quelques mois et il avait peur que cette complicité ne s’effrite avec le temps, telle une rose qui perd ses pétales, mais il avait encore du temps devant lui, avant de laisser cette angoisse flétrir ce semblant de bonheur qu’il vivait auprès de cette famille.  

Les années défilaient sans même qu’il n’en prenne conscience. Plongé dans la poursuite de son objectif, Alessandro ne s’était pas vu grandir, évoluer. Il avait bien entendu changé. Il n’était plus le jeune garçon qu’il était à son arrivée dans cet orphelinat. Sa vision de la vie, de ses priorités avait totalement basculé. Même si son souhait était de retourner dans son monde d’origine, il avait appris à aimer ce monde où il avait grandi. Les valeurs qu’il prônait aujourd’hui étaient bien différentes de celles qu’il aurait eues s’il était resté au sein de sa famille d’origine. Ce soir, ils fêtaient le diplôme de son frère. Pas n’importe lequel puisque son frère s’était tourné vers le département de la justice magique. En tant que juge, il avait le pouvoir de punir les actes criminels, quels qu’ils soient. Il voyait bien ô combien son frère avait évolué. Du jeune homme introverti, il était devenu un homme à la joie de vivre, droit, juste et si digne. Il était fier de l’homme qu’il était devenu, son amour de frère l’aveuglant également, sans aucun doute. La distance ne les avait pas séparés. Pire, elle n’avait fait que les lier plus intensément l’un à l’autre, le troublant plus que de raison. Cela faisait des années que son regard sur son frère avait évolué. Même encore à ce jour, il se souvenait de l’état de fébrilité intense il s’était trouvé lorsque l’un de ses songes, il était venu l’embrasser, le caresser comme un homme caresse, possède une femme. Un songe qui n’avait de cesse de le tourmenter depuis lors. Il ne voulait pas en voir sa signification, se lançant qu’il s’agissait juste d’un fantasme d’adolescent qui n’avait pas de sens. il refusait l’idée que ce soit plus que cela. Sa mère lui avait bien fait comprendre que c’était un interdit qu’il ne devait pas bafouer. Un interdit qui pourrait détruire à jamais leur famille. Cette famille qui lui avait tant donné. Son cœur et son âme ne pouvaient le supporter. Pourtant, ce soir, cette idée lui taraudait l’esprit. L’alcool coulait dans ses veines, endormant ses barrières naturelles. Il avait énormément bu, tout comme Cil’. Après tout, ils fêtaient son diplôme et sa vie de nouveau adulte. Ils s’étaient laissé aller, trop, sans doute pour avoir conscience de ce qu’ils faisaient. Ils finirent par se retrouver chez lui. Lorsqu’il avait appris la nouvelle, il l’avait invité à ramener ses potes chez lui pour fêter tout cela. Ils n’étaient plus que tous les deux. Il était tard et ils avaient une conversation trop intime pour des hommes saouls. « Je tâcherai de ne pas te décevoir. » La main de Cilian dans ses cheveux ne pouvait amoindrir cette tentation, ces mots non plus. Son regard se fit naturellement tendre, le ton de sa voix non plus. « Tu ne me décevras jamais, tu es parfait. Enfin… » Il s'arrêta un instant pour poursuivre de façon taquine. Une manière pour sa raison de lui signifier qu’elle était toujours, prête à l’empêcher de faire une bêtise.  « Un peu lent parfois à la détente, mais je te pardonne. » Il vint rire, recevant avec amusement la remarque de son frère. « Comment ça, lent !? » Il vint rire de nouveau, haussant les épaules, lançant dans un ton détaché : « Tu es lent à la détente, c’est tout. » Il sentait les doigts de Cilian sur sa nuque, sa clavicule. Le contact était troublant et il perdit quelque peu son sourire. Il sentait son cœur battre, si fou, si oppressant dans sa poitrine. « Tout comme tu es modeste… » Lâcha-t-il dans un murmure, à peine audible. « Difficile de ne pas l’être, j’ai grandi auprès de toi. » La remarque le fit rire, dire des bêtises, lui permettait de fuir cette fébrilité qui l’étreignait. « C’est vrai. Je suis trop présomptueux que tu es obligé de contrebalancer ma vanité, c’est ça ? » Son sourire vint s’éteindre de nouveau au contact des phalanges de Cilian sur sa mâchoire. « Tu es un vrai petit con prétentieux. » Son regard, ses actions le troublaient, même s’il riait, même s’il luttait. Sa chair était brûlante, ses sens éveillés, son regard profond et intense. Il résista à cette envie qui l’obnubilait, plaisanta de nouveau. « Imagine si je ne t’avais pas rencontré ou même que nos parents ne m’auraient pas adopté ? Je serai bien pire que ça. » Il vint rire, un qu’il voulait vrai en dépit de ce trouble qui l’aveuglait. Une fébrilité, une tentation à laquelle il ne put résister plus longtemps. Lorsqu’il sentit les lèvres de Cilian s’abattre tendrement contre ses lèvres, c’est comme si tout son être était prisonnier d’un contact électrique. Son premier réflexe fut de se dégager de cette présence interdite, sa main glissant sur son torse dans l’objectif de le repousser. Seulement ces lèvres, il en rêvait trop, il mourrait d’envie de les dévorer depuis trop d’années. L’alcool dans ses veines l’empêchait de réfléchir et il se laissa tenter. Au lieu de le repousser, sa main vint glisser contre sa nuque pour approfondir ce contact, y répondre. Laissa sa bouche découvrir celle de son frère, il vint renforcer leur étreinte, lui volant un baiser langoureux et passionné. Un baiser qui fut suivi par tant d’autres. Comme s’ils se retrouvaient prisonniers de cette passion, ils s’embrassèrent de longues heures, se laissant aller à des caresses qui n’auraient jamais dû s’immiscer dans leur relation. Cette nuit, malgré l’alcool reste ancré dans sa mémoire, dévorant ses nuits lorsqu’il baisse la garde. Même si ce n’était que des baisers, même si ce n’était que des caresses pour éveiller l’échine de l’autre, cet interdit le dévore de l’intérieur. Il sait que tout cela est malsain, que cette nuit était une erreur. Une erreur qu’ils ne doivent plus jamais réitérer s’ils ne veulent pas perdre ce lien unique qu’ils ont. Malgré les années qui se sont écoulées, malgré ses nuits où ils ont réitéré cette erreur, ils agissent comme si de rien n’était. Ces baisers sont des tabous et aucun ne semble décidé à rompre l’abcès. Lui, le premier. Tout ceci doit rester ce qu’il est : des erreurs, des pulsions à entériner et oublier, qu’importe le prix à payer. Ils continuent d'avancer, chacun de leur côté, suivant leur propre voie, s’accrochant à ce lien qui ne devra jamais évoluer, car les risques de perte sont trop grandes.
   


   
Derrière l'écran

   

   
Pseudo ou prénom : mary. Âge : toujours le même. Temps de connexion : toujours le même. Un commentaire ? : promis c'est le dernier pour le moment. Comment avez vous connu le forum ? : on se le demande. Avez vous lu le règlement ? : magic awakens the spirit.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t202-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession http://thephoenixsong.forumactif.org/t206-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession
Diamonds Wolf
Je ressemble à « : Lucas Bernardini ». J'ai égaré : 339 parchemins. Ma bourse est remplie de : 765 et j'ai : 32
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 20:16


   
Alessandro Murray
When the forbidden becomes an obcession, you're one choose : to risist or to become mad

   
   
Fiche de répartition

   Supprimer les mentions non choisies. Vous ne pouvez en choisir qu'une et avez dans l'obligation de répondre à toutes les questions, en gardant les choix qui est le plus proche possible. Vous pouvez apporter des indications complémentaires en dessous de chaque question si vous souhaitez détailler ou justifier un choix.


   1. Qu'est-ce qui parmi ces éléments est le plus important à votre bonheur ?

   ♦ Rester libre, à n'importe quel prix et quelques soient les épreuves pour le rester.

   L’indépendance d’Alessandro en fait un homme très libre. De nature détachée par rapport à ses relations avec les autres ou même de sa vie, son seul objectif est d’atteindre ce qu’il définit. Il n’est pas du genre à se laisser détourner de ce qu’il s’est fixé. À ce jour, personne n’a eu le mérite de lui faire changer d’avis. Borné, il tient à sa liberté et ne laisse que peu de place à ses interactions sociales, sans pour autant être asocial. C’est un bosseur et il va toujours se pousser encore plus loin pour avancer, continuer sur la voie qu’il s’est tracée. Il aime sa liberté et a un seul souhait : la conserver quoiqu’il advienne.


   2. Quelles qualités vous définissent le mieux selon vous ?
   ◘ Intelligent, méticuleux, patient.

   En ce qui concerne ses qualités. Il peut être patient. Un trait de caractère qu’il a acquis qu’avec l’âge. En effet, en temps normal, il est du genre nerveux et peut facilement s’énerver lorsque quelque chose ne va pas dans le sens où il veut. Cela la frustre. Avec le temps, il a appris à se détacher de cet aspect, du moins dans sa vie professionnelle. Il se montre donc plus patient et bienveillant. Des qualités qu’il doit à sa relation avec Cilian, c’est lui qui a su amoindrir le caractère bestial de l’héritier qu’il était à leur rencontre. Cependant, ce qui le caractérise le mieux est son intelligence. En effet, il dispose d’une mémoire visuelle développée et il n’a aucun mal à retenir les informations qu’il est amené à lire ou à voir. Cela lui permet donc de manipuler certaines personnes, voir calculer pour atteindre un objectif. Il est très perspicace et méticuleux, des qualités très recherchées dans le métier de médecin où il excelle depuis le début de sa formation à Cambridge.


   3. Au contraire, dans lesquels de ces défauts vous reconnaissez-vous ?
   ♦ Insouciant, solitaire, sauvage.


   Son principal défaut est sans doute son insouciance. Une insouciance qu’il doit surtout à sa désinvolture vis-à-vis des gens et la vie en général. Comme il le dit lui-même, il est libre d’être ce qu’il veut et il lui arrivait parfois de ne pas choisir les bonnes options. Il en a payé les pots cassés et assume ses erreurs, n’en ayant nulle honte. Il se nourrit de ses erreurs pour revenir encore plus fort. Cette façon de penser est due à son côté déterminé, sauvage. Il ne se laisse jamais faire et peut devenir cruel lorsqu’on tente de le discréditer de façon déloyale. Il a fini par connaitre les valeurs telles que la dignité, la loyauté et ne peut concéder qu’une personne en manque pour le surpasser. Il semble être un loup solitaire, avançant droit vers son objectif et même s’il lui arrive de porter main forte aux gens qui l’entourent, il ne se laisse pas moins amadouer. Un seul être à ce pouvoir : Cilian. Le seul auprès de qui il est réellement lui. Un privilège qu’il lui octroie, car c’est son frère, celui que le destin a bien voulu lui offrir. Du moins, c’est la seule explication logique de sens qu’il concède à cela.


   4. Si vous deviez-choisir un de ces éléments, lequel vous semblerait le plus judicieux ?
   ♦ L'air, subtil mais toujours présent, vitale et aux capacités tant de fois démontrées.

   Subtil, il considère l’air comme un élément incroyablement habile. Toujours présent bien qu’indolore, il permet à tout être de respirer. Calme, il est là sans qu’on ne l’aperçoive, invisible et libre. Pourtant, une fois éveillé, il est en mesure de révéler toute sa force, sa hargne et il terrasse tout sur son passage : terre, eau ou feu. Alessandro trouve que cet élément le caractérise assez bien, même s’il peut devenir aussi brûlant que le feu et tout détruire sur son passage.


   5. Qu'est-ce que l'amour à vos yeux ?
   ♦  L'amour ? La plus grosse bêtise de ce monde. Les gens courent après l'amour pour quoi ? Finir enchainé à une personne à vie et oublier tous ses projets ? Jamais de la vie pour moi. Je suis célibataire et c'est bien par ambition personnelle que je me laisserai jamais avoir par ce sentiment.

   Dire qu’il ne croit pas en l’amour serait un mensonge. Il a conscience qu’il s’agit d’un sentiment irrationnel. C’est un sentiment qui te prend le cœur, le souffle, qui s’agrippe à ta gorge et vient s’écouler dans tes veines, te rendant bien plus fou qu’aucune autre chose. Un sentiment dangereux, qui joue avec les pulsions, les sensations, le contact charnel. Un sentiment qu’il éprouve, mais dont il ne veut pas devenir dépendant. Il lutte donc de toutes ses forces pour continuer à être libre, à préserver sa vie telle qu’elle est. Elle lui semble parfaite sans ce sentiment, aussi merveilleux et envoutant qu’il puisse être. Seulement, il ne veut pas être prisonnier d’une situation qui le dépasse, qu’il ne saura pas maitriser sans devenir fou. C’est le vrai danger de l’amour. La raison pour laquelle il refuse le droit à son cœur d’accepter ce qu’il ressent pour une personne. Celle qui hante bien trop ses nuits à son gout.


   Si vous pouviez choisir d'intégrer une communauté, vers laquelle iriez vous ?
   Diamond's Wolf


   
Pour aider le staff

   
Code:
♦ Bernardini Lucas ► Alessandro Murray
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t202-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession http://thephoenixsong.forumactif.org/t206-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession

avatar
Invité
Invité
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 20:21

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche. Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 1190845656 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 20:42

Je viens pour baver sur l'avatar, je l'admets *bave* rebienvenue sous cette apparence craquante.  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 2076270085 
Revenir en haut Aller en bas

Cilian Murray
Cilian Murray
Department member
Obsidian Bear
Je ressemble à « : Francisco Lachowsky ». J'ai égaré : 394 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1170 et j'ai : 32
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 21:01

Mon frère adoré *o*
Je viens te souhaiter la bienvenue avant de poster ma fiche!
Bon couraaaaaage  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 2841786301 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t203-cilian-funny-how-love-is-coming-home-in-time-for-tea http://thephoenixsong.forumactif.org/t211-cilian-funny-how-love-is
Diamonds Wolf
Je ressemble à « : Lucas Bernardini ». J'ai égaré : 339 parchemins. Ma bourse est remplie de : 765 et j'ai : 32
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 21:48

Merci beaucoup à vos trois ;) !
Calanthia, tu peux baver autant que tu veux sur moi, même me goûter si tu veux, tu es magnifique ;) !

THE PHOENIX'S SONG ~

Le coeur de l'homme se révèle dans la tentation. Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit.

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t202-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession http://thephoenixsong.forumactif.org/t206-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession
Obsidian Bear
Je ressemble à « : Marlon Teixeira ». J'ai égaré : 504 parchemins. Ma bourse est remplie de : 190 et j'ai : 28
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 22:45

Bienvenue BG !! Me fais pas trop concurrence non plus èé *pan*  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 2880893431 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t92-alboran-herrera-joaquin-a-real-prince http://thephoenixsong.forumactif.org/t178-joaquin-alboran-il-est-le-temps-de-peut-etre-grandir

avatar
Invité
Invité
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 22:53

Bernardini, ça ne m'étonne même pas que Cala te fasse des avance, mon miens dans son lit n'a pas l'air de lui suffire XD Hâte de voir ce que tu vas en faire, même si le croiser ici va me faire bizarre  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 1458852814 
Bienvenue en tout caaaas Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 3892516649
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeMer 16 Juil - 22:56

Abbadon Boleyn a écrit:
Bernardini, ça ne m'étonne même pas que Cala te fasse des avance, mon miens dans son lit n'a pas l'air de lui suffire XD Hâte de voir ce que tu vas en faire, même si le croiser ici va me faire bizarre  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 1458852814 
Bienvenue en tout caaaas Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 3892516649

Grillée ahah  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 3941381443  Ca, ça veut dire que j'ai des RP à faire  Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 3058559544 
Revenir en haut Aller en bas
Diamonds Wolf
Je ressemble à « : Lucas Bernardini ». J'ai égaré : 339 parchemins. Ma bourse est remplie de : 765 et j'ai : 32
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeJeu 17 Juil - 9:50

Eh bien merci à vous trois Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 2280940791
J'espère que ce petit saura répondre à vos attentes et vous donner envie de jouer avec lui *--* Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. 2280940791
Ma fiche avance doucement, mais surement ;)

THE PHOENIX'S SONG ~

Le coeur de l'homme se révèle dans la tentation. Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit.

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t202-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession http://thephoenixsong.forumactif.org/t206-alessandro-murray-when-the-forbidden-becomes-an-obcession

Fumseck
Fumseck
Department member
Je ressemble à « : un beau phoenix ». J'ai égaré : 599 parchemins. Ma bourse est remplie de : 864 et j'ai : 99
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitimeJeu 17 Juil - 15:18


Félicitations !!
Tu fais partie de la communauté des
Diamond's Wolf !!



Un nouveau Don Juan dans les rue de Wincap avec un don d'observation aiguisé, je pense que tu pourra bien profiter de ton petit retour dans le monde sorcier! Profite bien petit cracmol


Cher citoyen, WINCAP est résolument ravi de t’accueillir au sein de sa communauté. Comme tu l’as sans doute remarqué, ta baguette t’a désigné une communauté, celle auprès de laquelle tu feras tes premiers pas dans la ville. Sache qu’il s’agit d’un élément indispensable à ta bonne intégration ici. Tout comme toi, de nombreux sorciers vont faire leurs premiers pas à tes côtés, au sein de cette ville hors du commun. Qu’importe les raisons qui t’ont amené jusqu’à WINCAP, personne ne te jugera, car ici, on a une devise : l’unité des peuples fait celle des cœurs. Alors, prépare-toi à vivre une aventure exceptionnelle, inoubliable où peut-être apprendras-tu à en savoir plus sur toi-même, sur ceux qui t’entourent. Quoi qu’il en soit, le monde de WINCAP s’offre à toi et nous te souhaitons une bonne aventure parmi nous !

« Félicitations ! Tu fais désormais partie de la communauté des Diamond's Wolf, dont le loup est l’animal protecteur. Sois digne de porter ses couleurs et agit en tant que bon citoyen pour faire briller ton emblème !

Te voici enfin validé, petit(e) sorcier(e) ! En tant que citoyen de WINCAP, tu peux désormais postuler pour devenir membre de l’équipe de Quiddich de ta communauté. Afin de ne pas dormir dans une ruelle paumée de la ville, tu peux enfin réserver ton appartement ou ta maison et créer ta fiche de lien. Pour finir, n’oublie pas de remplir les différents éléments dans ton profil et ton Magic Diary. De plus, il est vivement recommander de venir référencer son patronus et découvrir comment aider ta maison dans le tournoi des communautés. Dans tous les cas, nous te souhaitons une bonne aventure parmi nous !!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org


Contenu sponsorisé
profil +
Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.   Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Alessandro Murray - When the forbidden becomes an obcession.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Sally Murray [U.C]
» Murray
» [AVATAR] Acteurs - Mannequins
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Présentations :: Validées-