Partagez | 
The Phoenix Song ::  :: Présentations :: Refusées
 

 People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Sam 5 Juil - 22:46



feat Vinnie Woolston

Abbadon William Boleyn
Anne Boleyn she kept a tin, which all her hopes and dreams were in, she plans to run away with him, forever (never to be seen again)

Carte d'identité


« Salut ! Je me présente, Abbadon William Boleyn. Je suis né(e) le 17 Novembre 1982 à Londres, en Angleterre. J’ai donc 31 ans. Je suis Anglais, et en ce qui concerne mes origines, je suis anglais depuis toujours, héritier de la famille tristement célèbre des Boleyn.  En ce qui concerne l’amour, j’ai un faible pour les femmes. D'ailleurs, je suis actuellement fiancé.

Je vis donc à WINCAP depuis quelques temps et j’ai emménagé d’ailleurs dans un appartement privé à Heartwood.
Personnellement, j’accorde de l’importance au sang. En effet, je suis un sorcier d'origine sang-pur et je ne m’en porte pas plus mal. On dit de moi que je suis captivant, observateur, galant, séducteur, joueur…, mais aussi et surtout impulsif, sarcastique, dangereux, arrogant, manipulateur... Des défauts sur lesquels je songerais à travailler un jour. Au sujet de ma baguette, sachez qu’elle est en bois de chêne, mesure 36,3 cm et son coeur est composé d’une écaille de dragon. Elle est très rigide, parfaite pour moi ! D'ailleurs au sujet de mes pouvoirs, je possède une particularité magique. Eh oui, je suis un Occlumens et Legilimens ! ça vous étonne, non ?»


Parcours de vie

Diplomé du cursus professoral et spécialisé dans l’Art du Combat Magique, Abbadon a d’abord postulé à Poudlard en temps que professeur de Sortilèges et Enchantements. Il a débuté comme stagiaire, bien sur, puis a remplacé quelques professeurs avant de lui même avoir un poste. Ces cinq années passées à enseigner une des matières principales des élèves lui a beaucoup apporté. D’un tempérament d’habitude sauvage et solitaire, le jeune homme s’est vu offrir quelques sourires à des élèves en difficulté qui se donnaient du mal pour le rendre fier. C’est sans doute son métier qui a réussi à remettre une petite part d’humanité dans le coeur de l’anglais. Mais rien de trop voyant non plus, n’exagérons rien, car Abbadon est certes un professeur très jeune, mais il est aussi très doué dans ce qu’il entreprend et la rigueur est le maitre mot de sa classe. Contacté il y a deux ans par une Université Magique de Grande-Bretagne pour le poste d’assistant du professeur des Arts du Combat Magique, Boleyn a du abandonner ses classes et faire ses adieux au chateau de Poudlard qui lui rappelait tant ses jeunes années. Il y a ainsi apprit le métier et a perfectionné son art en Sortilèges, sous un aspect qui lui ressemblait beaucoup plus. Et puis on lui a fait une nouvelle proposition. Avoir sa propre classe à WINCAP, dans l’université de Heartwood. C’est sans hésitation que la réponse fut oui. Il serait dorénavant le seul professeur de sa classe. Là où la rigueur elle seule ferait la loi. Ainsi, personne dans sa classe ne pourait se permettre un erreur car l’enjeu des sorts enseignés serait trop grand, et c’était bien ça qui plaisait à Abbadon, responsabiliser ses élèves. Professeur aux propos durs et cassants, travailler avec de jeunes adultes permettait au brun d’être lui même, et de ne pas faire attention. Son comportement ne plaisant pas à tout le monde, chacun de ses élèves le voit différemment. Dangereux et effrayant pour certains, fascinant et énigmatique pour d’autres, les garçons ont tendance à le détester avant de le connaitre, les filles elles, s’arrachent ses regards avant de redescendre de leur nuage.
Ce n’est pas pour rien si Abbadon s’est exilé à WINCAP. Fuir l’Angleterre était sa seule option. Il ne voulait plus porter le fardeau de son nom de famille et son tempérament lui collait pourtant la même étiquette sur le dos. S’il habite aujourd’hui WINCAP, c’est seulement car il a vu en elle la promesse d’un nouveau départ. Mais celui-ci n’a pas eu l’effet escompté, car on ne cesse pas d’être une personne en un claquement de doigt. Un nom de famille peut s’oublier, pas des souvenirs cuisants ou des regards appuyés. Peut être que fuir la réalité n’était pas la bonne option, mais elle restait la seule à disposition.

Fiche de validation de don

Citation :
Occlumencie :

C’est le père d’Abbadon qui parla de cet art à son fils en premier. Les vacances de Noel de sa cinquième année débutaient à peine et le climat politique en Angleterre était très instable. Les mangemorts étaient au pouvoir et il ne faisait pas bon vivre en terre Shakespearienne. Il se souvient de son père, lui parlant d’Harry Potter, du Seigneur des Ténèbres, comme si lui même ne savait où placer son opinion. « Tu dois apprendre à protéger ton esprit, Abbadon, pour ta propre survie, tu dois maitriser cet art ». Et depuis cette nuit de Decembre, jusqu’à la fin des vacances, le jeune homme vit son père pénétrer dans sa chambre très tard dans la nuit, pour travailler avec lui jusqu’au petit matin. Sans relâche le brun s’exerça, souffrant à force de l’entrainement de terribles migraines. Mais son père le poussa au plus profond de ses retranchements. Ainsi, Abbadon devint conscient qu’il ne pourrait obtenir de meilleurs résultats qu’en puisant au fin fond de ses réserves psychiques. C’est ainsi qu’en l'espace de huit mois, le brun, à l’aide de son paternel, pu prétendre à maitriser l’Occlumencie. Il n’apprendra que plus tard, au gré d'erreurs cuisantes et douloureuses, combien cette particularité lui était utile, dans le monde d’aujourd’hui, et combien garder ses pensées pour soi était primordial. Au jour d’aujourd’hui, si Abbadon est ce qu’il est, c’est grâce à son père et à ce qu’il lui a apprit, au nombreux viols mentaux qu’il lui a permit d’éviter, à la terrible souffrance que ces crimes engendrent.

Légilimencie :

Contrairement à l’Occlumencie, la Légilimencie a été un apprentissage de longue haleine pour Abbadon. Son père et professeur était un Occlumens de renommée et, bien qu’il fut ainsi plus simple pour lui d’apprendre son art, il lui fut rudement compliqué d’apprendre à traverser ses barrières psychiques. Il passa son été et toutes les vacances de sa sixième année scolaire à s’exercer sur son père, et s’essayait discrètement à la pratique lorsqu’il était de retour à Poudlard. Il lui fallu ainsi quatre ans pour maitriser mieux que personne la Légilimencie. Abbadon se souviendra toute sa vie de la première fois qu’il a franchit les barrières mentales de son père sans que celui ci ne s’en rende compte, et de l’éclat de fierté qui brillait dans son regard. Depuis lors, il considère cet art avec beaucoup de respect et s’exerce sans relâche pour se perfectionner.

C'est grâce à cet apprentissage et à ce que ces arts lui ont apportés qu'Abbadon s'est décidé à lui même donner des cours. En effet, dans le secret le plus complet, il est professeur d'Occlumencie et de Légilimencie, acceptant de faire cours aux élèves qui le méritent vraiment. Pour se faire, chaque élève intéressé doit envoyer un premier hibou de demande, adressé à Monsieur B. Chaque hibou saura ainsi trouver le chemin. Une réponse vous sera adressée avec un questionnaire à remplir qu'il vous faudra renvoyer.
Si votre demande vient à être acceptée, une réponse vous proposera un rendez-vous et vous soumettra à quelques règles. Vous ne serez au courant de celles-ci que lorsque votre demande sera validée, sinon, passez votre chemin.
Le secret est le maitre mot de cet apprentissage.


Mon Histoire

Norfolk, Angleterre, Mars 2013, le vieux manoir Boleyn

Les gouttes ruisselaient sur le carreau de la fenêtre, comme si une main invisible s’amusait à verser des seaux d’eau sur celle-ci. On ne distinguait le jardin et le parc qu’à travers des bribes de couleurs, les lignes étant floutée par le flot continu. Derrière lui, un cri retentit. Un cri de femme, strident, long et plaintif, comme si cette femme était possédée par la douleur elle même. Un cri, puis un autre. Abbadon ne broncha pas, fumant là sa cigarette, obsédé par la pluie qui coulait, rendant fantomatique la lumière du petit salon. Il entendit des bruits de pas, des éclats de voix, et en fond sonore ces cris, encore et toujours, ceux de sa mère. Enfin, ce qu’il restait de sa mère. La folie rongeait son âme comme l’oxygène ronge la chair d’un fruit. La folie, c’est bien ce que le nom de Boleyn avait toujours représenté. Depuis son antique grand-tante, Anne, jusqu’à sa propre mère, l’illustre famille des Boleyn n’était que noirceur et folie. Accusés à tord d’être des partisans de Voldemort, ce sont les agents du ministère eux même qui avaient fait subir à ses parents d’horribles sorts que sa mère n’avait pas supporté. Son esprit ravagé restait aujourd’hui persuadé que le démon lui même vivait dans le manoir, sous l’apparence de son propre fils.
C’est ainsi qu’Abbadon en est venu à ne plus voir sa mère, accusé d’incarner à lui seul l’esprit malin, il avait fait une croix sur elle depuis plusieurs années.

« Abbadon. » La voix de son père retenti dans la pièce, un regard étrange posé sur son fils. « Ta mère te demande. »

Impassible, le brun se leva, le visage fermé. Sa mère ? Pourquoi demanderait-elle à voir le diable ? Quelle autre folie allait elle lui dire, quelles horreurs allait-elle lui jeter au visages ? Il passa devant son père qui le regarda d’un air désolé, comme si l’impuissance qui le rongeait était aujourd’hui trop forte. Le jeune homme traversa le couloir, monta quelques escaliers et tourna à l’angle du corridor, se retrouvant devant une porte entrouverte d’où il entendit quelques mots.

« … Il faut que je le vois .. Il faut que je l’implore… » La voix était saccadée, empreinte d’une terreur palpable.
« Madame Boleyn allons .. S’il vous plait calmez vous, asseyez vous … » La vieille Berthe faisait tout son possible pour la résonner visiblement, mais rien ni personne n’en avait jamais été capable.

Abbadon prit une profonde inspiration. Pour la première fois depuis plusieurs années, il allait se retrouver face à elle. Face à la source de tous ses tourments. Il posa la main sur le panneau en bois d’ébène et exerça une légère pression, le faisant pivoter en un grincement long et sinistre. Dans la pièce, le silence était tombé, et il savait que deux paires d’yeux étaient braqué sur ce qui le cachait. Il pénétra alors dans la pièce spacieuse et inondée d’une lumière fantomatique. Debout face au lit, la vieille Berthe le regardait, les larmes aux yeux, tandis que sa mère, en robe de chambre ocre, noircie par la saleté, s’approchait de lui comme d’un fantôme.

« Maitre … » Chuchota-t-elle, tâtonnant l’air comme si elle s’attendait à trouver un mur entre la vision de son fils et son propre corps. « Je vous en supplie … » Elle se stoppa, comme réveillée d’un état second. « Tuez moi ! Achevez moi je vous en conjure je ne veux plus, je ne peux plus supporter votre regard, votre présence, j’étouffe, demon ! Achevez moi, en votre nom, Satan ! Sacrifiez moi, prenez ma vie ! » Se mit-elle a hurler comme une force-née, se jetant aux pied de son fils en signe de soumission, empoignant le bas de son pantalon entre ses mains squelettiques.

Ce fut le cahot dans la chambre, vieille Berthe se mit à hurler elle aussi, les larmes coulant sur ses mains plaquées au visage, tandis que son père débarquait comme si les flemmes de l’enfer étaient à ses trousses. Abbadon ne bougea pas. A vrai dire, il ne pouvait pas bouger. Il ne savait pas, il ne savait plus. Sa propre mère était donc toujours persuadée qu’il était le diable incarné. Le choc avait soufflé toutes ses capacités motrices et il resta là, hébété, les yeux baissés sur une mère en sanglot, hurlant à la mort. Son père se précipita, attrapant la femme par les épaule, il l’amena plus loin, face à un mur où elle resta là, à hurler et à pleurer.

« Berthe, appelez Sainte Mangouste, on ne peux plus rien faire pour elle à présent … » Il était essoufflé, il parlait fort, même sa moustache de coutume si soignée était dérangée, mal peignée. Il leva un regard plein de souffrance sur son fils et ne souffla que quelques mots, qui eurent l’effet d’une bombe dans le coeur du jeune homme. « Vas-t-en. Pars, et ne reviens jamais. »

Ce qui suivit, Abbadon ne se souvient pas très bien, mais il sait qu’il n’a pas protesté, qu’il a jeté un dernier regard sur sa mère, sur son père, et qu’il est parti, suivit par ses affaires. Il sait qu’il a posé sa lettre de démission à Poudlard quelques jours après. Nul parent n’aurait voulu que le fils d’une folle furieuse fasse cours à leurs enfants. La presse s’en donna à coeur joie à propos de la folie d’Elizabeth Boleyn peu de temps après son hospitalisation, et le regard des gens sur Abbadon changea. Regard accusateur, dégouté ou encore peiné, le brun ne pouvait se soustraire à aucun d’entre-eux. La notoriété de sa famille en Angleterre ne lui permettait pas de garder l’anonymat, de se protéger des conséquence de la folie maternelle. Il passa les pires mois de sa vie, à broyer du noir, rejeté et jugé. En l’espace de quelques jours, il avait tout perdu. Sa famille, son travail, sa tranquillité, même les bons côtés découlants de son nom de famille furent effacés. Depuis lors, les seules personnes qui le traitèrent comme leur égal furent les mages noirs et autres sorciers échappés d’Azkaban.


Derrière l'écran


Pseudo ou prénom : Hook.. Âge : 18 ans. Temps de connexion : 7/7 - 24/24. Un commentaire ? : Le staff d'ici me parait vraiment cool    . Comment avez vous connu le forum ? : Bazzart. Avez vous lu le règlement ? : Non non .. (magic awakens the spirit.).
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Sam 5 Juil - 23:12


Abbadon William Boleyn
Leaves a note and starts to choke, can feel the lump that's in her throat, it's raining and she leaves her coat in silence.


Fiche de répartition

Supprimer les mentions non choisies. Vous ne pouvez en choisir qu'une et avez dans l'obligation de répondre à toutes les questions, en gardant les choix qui est le plus proche possible. Vous pouvez apporter des indications complémentaires en dessous de chaque question si vous souhaitez détailler ou justifier un choix.


1. Qu'est-ce qui parmi ces éléments est le plus important à votre bonheur ?
♦ Rester libre, à n'importe quel prix et quelques soient les épreuves pour le rester.

La liberté est quelque chose qu'Abbadon n'a jamais vraiment connu qu'au prix de nombreux sacrifices. Et encore, son statut de sang-pur ne le rend pas aussi libre qu'il le voudrait et la notoriété de son nom de famille ne fait qu'accroitre cela. Malgré tout, le brun ne supportera jamais que l'on enfreigne ses libertés. Pour lui, c'est l'essence même de l'humanité.


2. Quelles qualités vous définissent le mieux selon vous ?
♦ Libre, courageux, persévérant.

La vie n'étant pas toujours toute blanche ou toute noire, c'est elle qui forge le caractère de chacun. Abbadon n'a jamais eu une vie vraiment facile, tiraillé entre plusieurs problèmes sans solutions. Le courage lui est donc venu de là, puisant sa force dans la douleur de ses problèmes. Sa liberté découle aussi de ce besoin d'avancer, de passer outre de vivre. Quant à la persévérance, elle est le fruit de la combinaison du courage et de la liberté, celle qui le qualifie surement le mieux.


3. Au contraire, dans lesquels de ces défauts vous reconnaissez-vous ?
♦ Insouciant, solitaire, sauvage.

Ces trois adjectifs sont la conséquence de ses maux. La solitude est son remède, engendrant son caractère sauvage, l'insouciance découlant de sa souffrance, lui arrachant des armes pourtant importantes. Mais Abbadon est comme ça, et cela lui va très bien. Pourquoi changer ? Si vous êtes ainsi, c'est que la vie l'avait décidé.


4. Si vous deviez-choisir un de ses éléments, lequel vous semblerez le plus judicieux ?
◘ Le feu, élément dévastateur et capable de fournir la toute puissance.

Pourquoi le feu ? Parce qu'il fascine Abbadon. Destructeur, réparateur, le feu représente la vie et la mort, comme le phoenix qui renait de ses cendres, il est signe de nouveau départ. Il représente aussi très bien sa personnalité. Fougueux, dévastateur, incontrolable, tant d'adjectifs qui lient cet élément à lui.


5. Qu'est-ce que l'amour à vos yeux ?
♦  L'amour ? La plus grosse bêtise de ce monde. Les gens courent après l'amour pour quoi ? finir enchainer à une personne à vie et oublier tous ses projets ? Jamais de la vie pour moi. Je suis célibataire et c'est bien par ambition personnelle que je me laisserai jamais avoir par ce sentiment.

Bien qu'il ne soit pas célibataire, cette vision de l'amour est celle d'Abbadon. Electron libre, il ne supporte pas le fait d'être relié à quelqu'un par quelque chose qu'il ne cautionne pas, qui ne l'interesse même pas. Sa propre définition de l'amour qu'il accepte de vivre, c'est la tension sexuelle entre deux corps, ce feu ardent qui prend possession de l'ame, la brule sans merci dans une étreinte charnelle. L'amour pour Abbadon, c'est physique. L'esprit lui, doit rester protégé de toute souffrance.


Si vous pouviez choisir d'intégrer une communauté, vers laquelle iriez vous ?
Jade's Woodpecker - Diamond's Wolf - Golden Otter - Obsidian Bear ... N'importe lequel !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Lydia Kim
Wizard
Diamonds Wolf
Je ressemble à « : Im Jinah (Nana) ». J'ai égaré : 986 parchemins. Ma bourse est remplie de : 1100 et j'ai : 29
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Dim 6 Juil - 16:12

Abbadoon ! Bienvenue parmi nous ! Super sympa ce prénom choisit *-*
Je ne connais pas ton avatar mais il a l'air bien classe, hâte de voir ce que tu en feras !
Bon courage pour ta fiche chère Hook ! ♥

THE PHOENIX'S SONG ~

So take my hand and make it easy for me
Can't have nobody else I only got myself to blame You got me trapped like love is just a game I run around, you reappear Wish you could tell me what I wanna hear.

sign©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t129-lydia-i-use-to-be-a-queen-now-i-m-a-shadow-of-me http://thephoenixsong.forumactif.org/t159-trust-me-when-i-say-i-can-keep-you-running-but-i-won-t-come-around#1001


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Lun 7 Juil - 19:47

Merci beauuucouuup
Oui, Vinnie c'est le plus cool   
Revenir en haut Aller en bas
Golden Otter
Je ressemble à « : Lucy Hale ». J'ai égaré : 420 parchemins. Ma bourse est remplie de : 275 et j'ai : 27
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Lun 7 Juil - 21:36

Bienvenue officiellement monsieur *-* !
Bonne chance pour ta fiche et surtout amuses-toi bien parmi nous !!!

THE PHOENIX'S SONG ~
« C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
C’est une attirance irrésistible. Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.

Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org/t35-jane-hanna-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco http://thephoenixsong.forumactif.org/t101-jane-jenkins-my-live-is-like-my-heart-it-s-in-underco


Invité
Invité
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Mer 9 Juil - 23:59

Bienvenue officiellement hein ♥️
Un prof' qui pourra apprendre à Athénaïs l'occlumencie   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fumseck
Department member
Je ressemble à « : un beau phoenix ». J'ai égaré : 599 parchemins. Ma bourse est remplie de : 864 et j'ai : 98
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   Lun 14 Juil - 11:18


Félicitations !!
Tu fais partie de la communauté des
Diamond's Wolf !!



Alors tout d'abord, j'adore ton style d'écriture, je te l'ai déjà dis sur skype, mais je me restreins pas de le redire *sort*. Ton personnage est très intéressant et profond. J'ai vraiment hâte de le voir évoluer. En tout cas, tu fais un très beau loup, libre et dangereux *-*


Cher citoyen, WINCAP est résolument ravi de t’accueillir au sein de sa communauté. Comme tu l’as sans doute remarqué, ta baguette t’a désigné une communauté, celle auprès de laquelle tu feras tes premiers pas dans la ville. Sache qu’il s’agit d’un élément indispensable à ta bonne intégration ici. Tout comme toi, de nombreux sorciers vont faire leurs premiers pas à tes côtés, au sein de cette ville hors du commun. Qu’importe les raisons qui t’ont amené jusqu’à WINCAP, personne ne te jugera, car ici, on a une devise : l’unité des peuples fait celle des cœurs. Alors, prépare-toi à vivre une aventure exceptionnelle, inoubliable où peut-être apprendras-tu à en savoir plus sur toi-même, sur ceux qui t’entourent. Quoi qu’il en soit, le monde de WINCAP s’offre à toi et nous te souhaitons une bonne aventure parmi nous !

« Félicitations ! Tu fais désormais partie de la communauté des Diamond's Wolf, dont le loup est l’animal protecteur. Sois digne de porter ses couleurs et agit en tant que bon citoyen pour faire briller ton emblème !

Te voici enfin validé, petit(e) sorcier(e) ! En tant que citoyen de WINCAP, tu peux désormais postuler pour devenir membre de l’équipe de Quiddich de ta communauté. Afin de ne pas dormir dans une ruelle paumée de la ville, tu peux enfin réserver ton appartement ou ta maison et créer ta fiche de lien. Pour finir, n’oublie pas de remplir les différents éléments dans ton profil et ton Magic Diary. De plus, il est vivement recommander de venir référencer son patronus et découvrir comment aider ta maison dans le tournoi des communautés. Dans tous les cas, nous te souhaitons une bonne aventure parmi nous !!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thephoenixsong.forumactif.org


Contenu sponsorisé
profil +
MessageSujet: Re: People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.   

Revenir en haut Aller en bas
 

People marching to the drum, everybody's having fun to the sound of love ◆ Abbadon B.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» People's Glory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Phoenix Song ::  :: Présentations :: Refusées-